Archives de l’auteur : atidion666

coraçao do Brasil… la suite…

87285954_10158487431345992_1090951233969061888_n

••• les zultimes chroniques – 25/2/2020

bom dia…

ci-haut, sur la photo prise tout de suite après la cérémonie de dimanche soir, votre humble chroniqueur wannabe musicien en devenir est en compagnie des musiciens du band et des directeurs/trices de l’église ici… et de nos amis de Teresopolis…

ic la vie continue… après un Pizza Party hier soir – italienne d’origine la familia ici –

87478509_562011417736315_5477973255513964544_n

et encore une fois, plutôt que des mots, des photos pour vos yeux… gracieuseté de notre irma Marika…

87343524_567086620555533_7867030663382171648_nla vigne – Jagube…

la Reine de la forêt…  A Rainha

87834309_509532016634437_4315723288098635776_nClaudio, notre irmao, Mestre Feitior ici, portant fièrement notre camiseta…

87572628_2284693628497262_6607807897860571136_nMarika est aux oiseaux ici…

87561838_246229099729609_7088812018462883840_n  nosso Mestre…

OK on we go, le prochain travail nous attend…87392547_876813396082069_3638344307716390912_n

Viva CarnaCura

87384306_649640965847308_7160218568473182208_n

••• les zultimes chroniques – 24/2/2020

Bemvindo em Brasil !

Mama mia ! que lindo aqui…

le Brésil, c’est les gens ! la fête, la discipline, l’amitié, et les fous rires… la familia do amor… casa doce casa aqui…

nous sortons de 3 jours de cérémonie avec notre ami Ze Ricardo, protecteur et ange gardien ici de notre petite église au Canada… 3 jours de travail, de musique, de too muchness, qui est toujours juste assez…

que de l’amour ici… de l’amour incarné, de l’amour en action et en manifestation… des actes de dévotion, tout le monde au service du Daime, au service de la vie… disponible à servir…

parfois trop de mots c’est comme pas assez… alors ce matin je laisserai parler les photos… qui vous en mettrons plein la vue, car pleine la vie ici…

87754371_225309468503921_8891433174396043264_n

bateçao du samedi après-midi…

87739326_302372280723246_7904336521681960960_nle gars à gauche ? eh oui, un Danois qui fend du bois au Brésil… on n’invente pas ça…

87458585_855981904868084_6107428934972866560_nDani, notre linda linda tamborinha do Brasil, et mon lil bro Éloi… chaud time… on reprend ça vendredi soir… canta em portuguese, with a Vale da Vida touch…

87448453_332557231019802_4410259851905597440_nbromance,comme le dit Marika ci-bas derrière les flores…

87137257_192773785315677_3055376138793648128_n

87394076_913703582379173_2964826193695604736_nnotre sage de Drummondville, Ravi…

87175739_722179891519983_2544101836013436928_ncanta com amor… Aninha, Erique et Flavia…

more to come

ate logo…

Mestre

87066983_633767337436022_2241595246267858944_n

••• les zultimes chroniques – 21/2/2020

et le travail continue…

ce matin, pas de description de rituels, pas de présentation des lieux…

non, ce matin, petit rapport personnel… de ma petite personne…

car gros travail en profondeur que celui qui prend place ici… en dehors comme en dedans… particulièrement en dedans…

depuis 3 jours, nous lavons des reines de la forêt le jour…

depuis 3 soirs, nous battons des vignes le soir…

et depuis 3 soirs, nous chantons les hymnes de Mestre Irineu…

et tout cela polit, sable, écorche ce qui dépasse…

peu dormi cette nuit… à recevoir des enseignements… à entendre Mestre, à écouter surtout…

quel mystère que celui d’une relation avec un maître… relation à sens unique… relation de réception… l’ouverture d’un disciple envers son maître… ses maîtres en l’occurence…

cette nuit, Osho, avec qui je chemine depuis bien belle lurette, m’a doucement glissé à l’oreille que mon chemin doit se marcher avec Mestre Irineu pour le moment…

68758606_2356211717826896_4719146460950560768_n

car au fond, Osho et Mestre ne sont qu’une même et seule présence… une inspiration, une flamme intérieure, un phare dans le nuit de l’âme humaine qui cherche son retour à la maison… mais sur ce bout de chemin, Mestre qui guide les pas…

Osho m’a glissé à l’âme comme on se fait parfois glisser à l’oreille que pour le moment, c’est Mestre Irineu qui guide ce bout de l’expédition… non pas en excluant Osho, simplement en prenant le relais du chemin qui me guide… car c’est le chemin qui nous guide… et le maître l’éclaire… et sur ce bout de chemin, Mestre qui a la pôle position…

le message a révélé que sur ce chemin du Daime, sur lequel pour le moment je marche , vogue, plonge et vole, le leçon du moment est l’humilité…

70765645_2441532875940231_6054972506521993216_n

la déconstruction lente et certaine de notre arrogance humaine… cette même arrogance qui nous a permis pendant un moment de tracer notre chemin… et qui à un certain moment devient entrave…

le polissage des écueuils de l’illusion qui nous fait croire que nous marchons seul…

grosse nuit d’éveil, dans le sens de non sommeil, de veille survoltée, l’âme à fleur de peau – toujours comme ça ici – à recevoir de multiples messages…

apprentissage de l’humilité, de l’impeccabilité, de la droiture, de la rigueur intérieure…

prendre le risque de marcher seul même si accompagné du maître qui parfois se fait plus discret… ce maître qui nous prend l’âme et le coeur par la main… et qui nous lance dans le vide…

cette nuit, de nombreux enjeux qui voguaient de le flou de l’incertitude se sont révélés plus clairs, plus évident… des précisions précieuses pour la suite de la route…

présence du maître et exemple de l’incarnation du portage d’une mission par un Padrinho et sa communauté… modelage, inspiration dans la matière…

chanter Mestre avec sa famille d’âme, quel délice… quelle satisfaction…

de nombreuses révélations se manifestent à nous si nous savons écouter…

cette nuit, de nombreuses précisions dans le cadre de cette légalisation qui nous est accordée par le gouvernement canadien… reconnaissance pour ceux et celles qui ont ouvert le chemin… et responsabilité fine face à ce privilège qui nous est accordé… responsabilité dans habilité à répondre, responsabilité comme dans répondre de ses actions et de ses comportements… car ce que nous réalisons – rendons réel dans la matière – n’est que conséquence du travail intérieur, du polissage…

pouvoir se regarder dans son propre miroir, celui de l’âme, celui de ses propres yeux… pas toujours facile ni évident, surtout quand le passage est étroit… et certains passages seront inévitablement étroits… on doit laisser tous les baggages sur le quai éventuellement si on désire laisser son âme prendre son envol…

travail important dans la matière, love made visible comme disait Veeresh…

et ce soir, premier de 3 travaux en compagnie de Ze Ricardo…

à suivre… et à poursuivre…

bateçao

DSC06886salao do bataçao

••• les zultimes chroniques – 20/2/2020

deuxième chronique du séjour Brasil 2020… pour jaser bateçao ce matin, soit le processus de battage de la vigne…

le Daime est composé de deux éléments : la vigne, le Jagube, principe masculin, et la feuille, la Rainha, constituante féminine… donc ce thé constitue une rencontre, un amalgame, un mariage de ces deux principes…

une des opérations les plus spectaculaires du feitio (processus de fabrication du thé) réside dans les sessions de bateçao… habituellement réservées aux hommes car requérant une certaine force physique

DSC06911

de nos jours ce rituel est aussi ouvert aux femmes

c8535a96-c162-4ada-863e-bace5634d0a3

et même aux enfants parfois…

après avoir consacré le thé, on frappe les vignes, à l’aide de maillets spéciaux

DSC06887

à l’unisson, au son de chants spécifiques, soutenus par une groupe de cantadores (chanteurs/ses) munis de maracas, afin d’extraire les fibres de la vigne pour en dégager le principe actif qui seront activés lors de la cuisson, en combinaison avec les feuilles (volet dont nous traiterons ultérieurement)…

certaines vignes sont délicates et fines, d’autres plus noueuses et rough…

DSC06898

cette activités constitue le volet masculin du processus…

alors que les feuilles sont continuellement triées et lavées, ces séances de bateçao ont lieu en des moments particuliers, à quelques reprises quotidiennement… lorsqu’ils prennent place, toute l’attention gravite autour de ce processus…

et lorsque suffisamment de vignes ont été battues, elles sont mêlées aux feuilles dans le montage de la panela, le chaudron qui ira sur le feu… on fera connaissance avec cette partie du processus bientôt…

alors chers lecteurs/trices, comme on ne s’obstine pas avec une batterie d’ordinateur, on se donne rendez-vous un peu plus tard… ou plus tôt…

ate logo…


crédit photos: Éloi Brunelle

 

bem vindo em Brasil

21aa57ed-e5dc-4fe8-add0-83ba95ae14a2

••• les zultimes chroniques – 19/2/2020

ça y est… nous sommes arrivés à la maison, à Ceu Sagrado, Sorocaba, Brasil… Éloi et moi hier en provenance de Montréal via Toronto, où nous ont rejoint Marika et Ravi qui ont passé la semaine précédente à Rio… et aujourd’hui, 5 autres amis nous y rejoignent…

nous sommes ici pour 2 semaines, pour aider à brasser le thé Daime… dont nous rapporterons une partie au Canada pour l’année à venir… je vous présenterai tout ce qui entoure le rituel de fabrication de ce thé sacré, révélateur de conscience, filtre de vérité, personnelle et cosmique…

j’ai la chance d’être accompagné de mon ami Éloi, super photographe, qui a et va croqué à pleine caméra notre périple en de superbes photos qui accompagneront mes mots…

par le biais de ces pages, j’ai envie de vous inviter à partager avec nous notre périple en notre demeure brasileira, notre sister church…

partager en mots et en photos car j’aime écrire, j’aime partager et j’aime les mots, et Éloi est un pro de la caméra… alors comme 1 + 1 = 3…

à un rythme plus ou moins régulier donc, je viendrai ici pour vous expliquer et vous présenter ce qui nous motive à revenir ici quelques semaines à chaque année depuis 4 ans… voyages qui ont bouleversé notre vie… pour le meilleur et pour le dire, car rien de tel que de dire le meilleur…

pas pour vous convaincre de rien, simplement par envie et besoin de partager car si riche ce chemin du Daime que nous marchons, chantons, buvons, communions et incarnons depuis quelques années…

ate logo…

Brasil Brasil

798d449b-a201-4dbe-9c46-592f8a4d64d8

••• les zultimes chroniques – 16/2/2020

salut lecteur/trice…

c’est là que je passerai les 2 prochaines semaines… a Casa do Feitio, Ceu Sagrado, Sorocaba, Brésil… une heure au nord de Sao Paulo…

donc dernière chronique canadienne pour le moment… même si un tel concept n’existe pas… car une chronique est une chronique… c’est une maladie chronique… peu importe où elle est rédigée…

un peu comme lors de grands incidents dramatiques, quand on rapporte des pertes de vies canadiennes… comme si la vie pouvait avoir une nationalité… maudits zumains nonos parfois va…

alors journée de ménage, de pacquetage, de préparage… remplir les bagages, mettre l’aiglise en veilleuse, préparer la maison pour les amis qui s’en occuperont, rassembler la paperasse qui un grand voyage de toutes sortes d’affaires qui s’enclenche… j’ai toujours rêvé de faire des voyages d’affaires… je suis comblé…

je retourne donc au Brésil pour une xième fois, la 5 ou 6 ème à notre église associée au pays de la Samba et de l’Amazonie… j’y vais avec quelques amis pour brasser du thé sacré et le ramener au pays… d’ailleurs ci-bas, les vignes sont déjà préparées…

6e3a67c7-bee4-4d53-ac48-75915138ca43

et aujourd’hui une partie des feuilles se font récolter…

b876c84a-e82b-4798-9c06-341a8eaae8cd

alors que le brassage débute mardi soir… nous arrivons juste à temps…

de nouveau vers le Brésil donc, pour continuer d’apprendre à brasser le thé sacré, mais aussi pour recevoir des chants sacrés, parler de plus en plus portugais et visiter des univers beaucoup plus éloignés que la stricte terre du Brésil… mais tellement loin que c’est ici aussi… les cieux sont partout… au-dessus et en dedans de nous…

je vous tiendrai au courant de nos péripéties ici… et comme je continue mon régime sans FB, que vous qui suivrez ces péripéties… qu’ici… qu’entre nous… j’aime partager les voyages… voyages de groupe…

sioux…

amor à mort

88b781e6-98a8-4ba6-8fb4-79c7a3994192

••• les zultimes chroniques – 15/2/2020

traduction: l’amour est l’école qui te prépare à la mort… seulement l’amour peut te préparer à la mort… la force de l’amour est proportionnelle au niveau de préparation… ainsi on doit toujours être reconnaissant(e) envers tout ce à quoi l’amour a contribué… et cet amour te préparera pour l’ultime saut quantique : la mort… – Osho

hier c’était la fête (commerciale) de l’amour…

comme certain(e)s d’entre vous, je suis toujours méfiant face à ces fêtes bling bling qui servent beaucoup à vendre des bébelles…

mais je m’en suis fait bouché un coin hier lorsqu’à la radio du canada, j’ai entendu un gars dire avec un certain réalisme: quand même, vaut mieux une célébration de l’amour qu’une célébration de carabines ! he’s got a point le gars…

alors vive cette sorte d’amour là aussi d’abord !

toujours ouvrant de saisir un point de vue différent du sien… car on se rigidifie dans certaines pensées et il y a toujours d’autres façons de voir les choses… quand on compare on comprend mieux…

un peu busy dans ma caboche – et dans les affaires – avec la mort ces temps-ci… c’est qu’avec mon projet de changement de nom, je dois refaire mon testament… et s’est enclenché suite à ça un vaste processus de zenification de toute ma paperasse, et des bébelles matérielles qui viennent avec…

car on ne sait jamais quand la grande faucheuse va passer sur nous… et comme un(e) scout, nous nous devons d’être toujours prêt(e)… pour que si, et quand ça arrivera, les gens qui restent ne soient pas pognés avec une poutine administrative engluée… simple respect et responsabilité…

assumer sa mort aide à assumer sa vie… car same same l’une et l’autre au fond… notre mort est déjà ici, nichée à l’intérieur de la vie… et vice versa…

et encore une fois les mots de mon beloved résonnent comme une cloche de cristal dans mon cerebelum, dans mon coeur et jusque dans mon âme…

je suis toujours en questionnement face à ce grand mystère du coeur et de l’âme qu’est l’amour, mais je ressens profondément que l’amour est le plus grand des professeurs… et la meilleure préparation à la mort…

car en amour, nous sommes toujours des débutant(s), toujours des étudiant(e)s… le coeur fait toujours ses classes…

et de plus en plus, comme l’a déjà affirmé Osho jadis, je ressens que l’amour n’est pas une relation mais un état, une façon d’être, une attitude, une sorte de disposition face à la vie…

une capacité de non pas seulement d’accepter tout ce qui nous arrive, mais d’aimer tout ce qui nous arrive, tout ce que la vie nous propose ou impose… même et surtout ce qui est difficile et qui diffère de nos plans, désirs et intentions…

l’amour n’est pas simplement une relation, pas seulement envers une personne… l’amour est un état intérieur qui se reflète sur chaque personne que l’on croise, sur chaque chose qui nous entoure, sur la nature qui prend soin de nous en nous nourrissant, nous abreuvant et en nous donnant l’air nécessaire à la vie…

il y a quelques années, j’ai fait une série de chroniques sur l’amour dans laquelle je me demandais ce qu’est ce fameux amour en question… pas encore trouvé… mais je suis tombé sur ces quelques mots :

l’amour ? c’est l’odeur qui se dégage d’une fleur quand elle se fait écraser…

allez, bon amour en vous et partout autour…