Archives de l’auteur : atidion666

le boutt du cercle

Capture d’écran 2018-11-16 à 07.36.33.png

les dernières chroniques – 16/11/18

OK juré craché, dernière chronique sur les cercles dits d’abondance…

ça fait quelques jours que le sujet des cercles d’abondance et/ou de solidarité – que certains dont moi-même nomment pyramides – est objet de discussion ici… et de réflexion dans mon esprit…

hier matin en rédigeant ma chronique, je m’étais juré que OK complet, basta, enough… on passe à un autre sujet… pas envie de radotter et de me ramasser dans un cercle vicieux quand même…

mais quelqu’un m’a contacté un peu après que j’aie publié ma chronique hier en m’expliquant la façon dont elle voyait ce phénomène – restons neutre – ce que j’entends et respecte… quoi que ma perception diffère totalement…

mais à la fin de son message, la personne a inséré un exposé sur l’économie sociale… et c’est ce ptit bout qui m’a interpellé particulièrement, pour rester poli…

car fondamentalement, ce phénomène pyramidale 100 % capitaliste, même si on veut le voir comme une fleur, un nuage, un mandala ou un cercle d’entraide, nécessite l’influx de cash de la part de certaines personnes pour que d’autres en ramassent au bout du cercle… et sournoisement ce sont ceux et celles qui en ont le moins qui auront tendance à investir dans ce stratagème, et qui souvent en perdent…

et personnellement, je trouve que le fait d’associer l’économie sociale à ce phénomène est une insulte à tous ceux et celles qui oeuvrent au quotidien avec leur coeur et leur bras au sein de vraies entreprises d’économie sociale pour aider leurs concitoyen(ne)s…

pas en leur vendant du rêve mais en les aidant de corps et d’esprit… leur intention est pure, aider son prochain et non fondamentalement ramasser 35 000 $ au bout du cercle comme motivation ultime… drastiquement différent… désolé cet argument ne passe pas mon détecteur de bullshit

on nous dit que ce phénomène est tout à fait légal… good… les investissements dans les paradis fiscaux aussi… et si c’est si légal que ça, pourquoi nous demander de ne pas en parler et de réserver ce privilège et cette opportunité à quelques personnes ?

on ne vise pas le bien du plus grand nombre ici ?

car c’est justement ici que le cercle blesse, dès qu’on tend vers le plus grand nombre, ce système s’effouère lamentablement…

OK pour moi mes ami(e)s si vous voulez être libres financièrement et réaliser vos projets, ce que tout le monde veut… mais n’insultez pas le concept d’économie sociale SVP… gardez-vous une petite gêne…

car comme on dit, vouloir être libre et autonome est louable, mais tout est dans la manière…

car contrairement au mot utilisé ici, on ne parle pas de cadeau, on parle d’investissement financier… je mets 5 000 $ avec l’intention d’en récolter 40 000 $… point à la ligne et barre sur la $… appelons un chat un chat… miow miow…

plutôt que ces prétendus scams à saveur néo-capitaliste enrobé de sucre en poudre, parlons plutôt de projets concrets d’économie sociale au quotidien qui nous rassembleront, informons-nous au sujet de la micro-économie, partons des coopératives de travail et de création, aidons les plus démuni(e)s, rassemblons-nous en associations d’artistes et d’artisan(e)s, faisons la promotion de l’achat local… créons de la véritable richesse humaine…

en terminant, je vous transfert ce lien qui démontre clairement la futilité de ce type de processus… merci à Noémie Langevin  pour la référence…

on parle de femmes dans le document car ce sont autour d’elles que ces mouvements ont été popularisés semble-t-il il y a quelques années…

si c’est évident que la santé financière des femmes est nettement plus précaire que celles des hommes en général, en particulier celle des mères monoparentales (et j’en ai eu de nombreux exemples dans ma vie personnelle) c’est le système qu’il faut changer et non les femmes qu’il faut exploiter car plusieurs y perdent encore davantage…

dieu, ca$h, coeur et amour

les dernières chroniques – 15/11/18

vous reconnaissez ce qui est représenté sur cette image ? c’est un coeur humain et ses multiples ramifications… le coeur humain, notre coeur… mais j’imagine que le coeur animal n’est pas si différent… ni même celui des plantes et des minéraux même si leurs formes varient…

tout ce qui vit vit dans le même coeur… le coeur de la vie… tout pulse au même grand battement de vie… ce qui nous unit, nous rassemble… ce même coeur omniprésent qui bat à l’unisson, même si à des rythmes différents et sous diverses formes… si Dieu existe, elle est sûrement un grand coeur…

dans les derniers jours sur cet espace virtuel, on a jasé spiritualité et cercles collaboratifs – ou pyramides ça dépend des conceptions géométriques et économiques de chacun/e… et comme rarement, la fréquentation s’est activé… dieu et le cash, ça fait toujours jaser…

quant à Dieu, qu’on le conçoive sous forme de religion ou de spiritualité – au fond même différence non ? – personne n’a autorité mais tout le monde en parle, surtout ceux qui le nient, souvent les plus déterminés et les plus convaincus… toujours surprenant non ? athé cas… excusez-là…

vous avez été nombreux et nombreuses à liker la chronique qui commençait par une citation d’Osho et qui associait le terme bullshit à la spiritualité et à l’illumination… je considère cela comme un signe positif… car le message consistait principalement à nous transmettre d’être ordinaire, et de vivre – apprécier, aimer, danser, chanter et créer –  une simple existence ordinaire avec une extraordinaire intensité, avec passion, cela est l’illumination… car nous sommes plusieurs à courir après notre queue depuis des années et je nous sens las(ses) et fatigué(e)s…

le grand paradoxe de l’effort et de la course folle de la vie, qu’elle soit après Dieu, l’argent, l’amour  ou le bonheur… bref à l’extérieur de soi… on dirait qu’il faille s’épuiser pour finalement pouvoir être simplement ici… ainsi soit-il si c’est ainsi que c’est… alors courrons jusqu’à qu’on n’en puisse plus… et reprenons notre souffle…

quant aux cercles d’abondance pyramidales, sujet encore plus délicat car plusieurs de mes ami(e)s et connaissances font partie de ces entreprises (comme dans entreprendre, prendre entre)… terme neutre…

je veux simplement préciser que je ne suis ni pour ni contre ces pyramides re présentées de nos jours sous forme de nuages… ah le fameux Clouds…

je n’ai rien contre les pelleteux/ses de nuages car on dit que ça en prend pour éclaircir le ciel… sauf qu’on ne peut pelleter la neige dans la cour du voisin…

pas contre les nuages car plusieurs projets viennent des nuages… pas la résidence des anges pour rien peut-être… pour un gars qui dit recevoir ses hymnes du Pays d’en Haut, je serais bien mal placé pour m’abaisser à en rire…

mais là ou je tique un peu c’est quand les gens jouent pas si drôlement avec les mots…

par exemple, hier, quelqu’un m’écrivait (j’ai retiré son commentaire de mon blogue pour préserver l’anonymat) pour me dire que je n’avais pas tout juste au sujet de ces dits nuages… donc que je ne comprenais pas…

la personne tentait de m’expliquer le concept du nuage en affirmant que la sollicitation n’était pas encouragée – really ? pourtant quelques personnes m’ont invité moi-même à leur rencontre virtuelle avec une douce insistance…

on me disait aussi que le cadeau de 5000 $ pouvait être remis si la personne désirait le ravoir… good to know… mais vraiment toujours le cas ? je l’espère sincèrement…

et que c’était un privilège, une chance et une opportunité d’être invité(e) à donner 5000 $ à quelqu’un… come on… désolé mais I don’t buy this shit… sous un couvert d’entraide et de solidarité, la vérité nue est que les gens veulent faire du cash… je n’ai aucun problème avec ça tant que c’est nommé ainsi, clair et précis… SVP arrêtez de me sugar coaté vos belles paroles creuses… ça sonne secte ça chers ami(e)s… vos rosissez vos mots mais trop de rose finit par donner mal au coeur…

tout ça pour dire qu’au fond, nous sommes tous et toutes dans le même bateau de la vie… tous et toutes à battre au même coeur… tous et toutes en quête… tous et toutes des quêteux et des quêteuses… de bonheur, d’amour, de chaleur, d’abondance, de connexion avec plus grand et plus grande que nous… tous et toutes 100 % humains et humaines… avec nos qualités, et nos limites… alors restons humbles et sincères…

avec l’environnement de nos jours, on réalise qu’il y a des conséquences à nos gestes… quand on achète du plastique, il ne disparait pas… ce que l’on pensait peut-être auparavant, mais on se rend compte que ce n’est pas le cas… quand on jette, ça s’accumule… et lentement lentement on se réveille…

pour moi, ce principe des cercles/chaines/pyramides n’est qu’une extension de cette même chaîne de réaction… alors vous qui juterez de bonheur en dépensant vos 35 000 belles $, je vous invite à vous demander d’où vient cet argent…

et peut-être alors ferez-vous comme cette âme admirable qui a décidé de redonné les sous aux gens qui l’avaient soutenue de bon coeur ? ou peut-être pas ? et vous en ferez ce que vous voulez, ou pouvez… car nous sommes tous et toutes (plus ou moins j’imagine) libres de nos choix, décisions et actions et de leurs conséquences… 

et si vous voulez vraiment donner au suivant ou à la suivante, voici un bel exemple qui représente du don pur à mon avis…

nous sommes tous et toutes ici, sans trop toujours savoir pourquoi ni comment… nous faisons du mieux que l’on peut avec les moyens du bord… et peut-être que nous sommes ici pour donner, pour se donner, sans rien attendre en retour… qui sait vraiment right ?

on a décidé de s’incarner pour une ou quelques raison précises… mais a-t-on vraiment décidé cela au juste ? ça reste à voir mais la plupart du temps, comme l’impression qu’on ne s’en souvient pas, ou plus…

et une fois de temps en temps par contre, on a un flash… comme un éclair de lulululucidité comme dit John the Wolf…

alors entre-temps, moi je continuerai de partager gratuitement mes mots et ma musique car c’est ce qui sonne le plus juste pour moi…

https://atisupino.hearnow.com/

et de jouer de la guetare…


allez bonne suite de vie en ce frosty jeudi croustillant…

et let’s be free of charge… ordinairement léger et lumineux…

cercle ? $olidarité ? really ?

Capture d’écran 2018-11-13 à 12.21.04.png

les dernières chroniques – 14/11/18

hier je postais une citation qui qualifiait la spiritualité et l’illumination de bullshit… un peu crue mais bon parfois punch is needed… et mon ami S me confirme que c’est bel et bien d’Osho…

eh bien, comme par hasard, quelques heures plus tard, circulait sur FB un post concernant les prétendus cercles de solidarité

d’une personne – très intègre à mon avis – qui à ce que j’ai cru comprendre a réussi à récolter le jackpot et qui a finalement remis les sous à ses ami(e)s… un geste honorable…

le printemps dernier, en plein milieu de ma campagne de $ocio$ pour la concrétisation de mon album, je fus contacté par une amie pour embarquer dans un tel cercle dit de solidarité, d’abondance et de partage

les fameuses pyramides sont reparties sous un nouveau nom on dirait bien que je me suis dit à moi-même…

dès que la personne – une amie de longue date – m’a initialement contacté pour me demander si j’avais du temps pour une rencontre car elle voulait me parler d’un projet qui pourrait m’aider à réaliser mes rêves, j’ai tout de suite senti et reconnu ce ptit ton, celui qui veut quelque chose… ce petit ton qui veut notre bien… littéralement…

comme lorsque nos enfants nous disent papaaaaaa (ou mamaaaaan), mon beau ptit papa chéri… OK combien ? ou quoi ? monte immédiatement en nous parents right ?

les arguments présentés étaient très dorés et suintaient de gling gling… solidarité, soutien, entraide, impossibilité de perdre, rencontres live…

OK combien ?

5000 $ avec la quasi certitude d’en récolter 40 000 $…

donc profit net de 35 000 $, que personne ne va perdre évidemment… décidément Dieu le père et le père Noël existent et le paradis avant la fin de vos jours pour tout le monde…

si je fais un lien avec la chronique d’hier, c’est que ça soit pour du cash (qui n’est qu’un désir de liberté et de sécurité fondamentalement non ?), pour le bonheur 24/7 ou pour quelconque forme de menoum menoum, les deux cas parlent de nos désirs, de nos aspirations et de notre aveuglement volontaire… car évidemment que si je fais 35 000 $ cash, il faut que quelqu’un le fournisse à quelque part… capitalisme 101 me semble…

en théorie, ça peut marcher ces scams. mais la théorie demeure encore un pays à découvrir…

oh ! rien de mal en soi de vouloir attirer l’abondance dans nos vies et je crois que les personnes qui vendent ces cercles sont motivées par de bonnes intentions, mais comme on dit il y a des limites à tout bâtard… ce n’est pas un cercle, c’est une pyramide… un ptit bout pointu et une grosse base en bas…

si la personne m’avait dit qu’on vise à récolter du cash pour une cause commune, pour un projet environnemental, pour aider des démuni(e)s, pour bâtir quelques chose ou plante des arbres, j’aurais considérer, mais basically c’était encore du gros désir personnel gommé sous des parures d’entraide et de solidarité…

si elle m’avait que du 35 000 $ elle garderait 5 000 $ et qu’elle verserait 30 000 à une cause charitable, maybe baby... ça c’est de la solidarité et de l’entraide…

évidemment tout le monde est libre d’embarquer ou pas dans ces gros bateaux qui finissent tous par prendre l’eau… ça dépend juste du bout sur lequel on se tient… mais ce qui est triste est que de nombreuses amitiés sont brisées dans ces aventures, des relations familiales aussi… la confiance est ébranlée et plusieurs perdent… quelques centaines de $ c’est une chose, mais 5 000 bidous, presqu’effronté à mon avis…

personnellement, je préfère m’investir dans ce que j’aime faire et on verra si la vie m’offre en retour ce dont j’a besoin…

pour avoir organisé une campagne de $ocio$, je sais que demander de l’aide est difficile et exigeant… et encore là, j’offrais quelque chose en retour et d’ailleurs je considère que  20 $ pour un spectacle et un album, c’est un pas pire deal…

je suis d’ailleurs à chercher d’autres façon de financer la réalisation de 2 autres albums qu’on veut produire…

avez-vous un ptit 5 000 $ à investir ?

allez, trève de plaisanterie, si ça vous dit d’écouter de la belle zizique, c’est par ici… dites merci aux gens qui ont soutenu ma campagne de $ocio$, ce sont eux et elles qui vous l’offrent:

https://atisupino.hearnow.com/

et comme mon ami V me mentionnait judicieusement, les seuls cercles qui durent sont musicaux

Capture d’écran 2018-11-14 à 07.16.49.png


comment ça marche ?
https://www.leprogres.fr/ain-01-edition-amberieu-et-bas-bugey/2017/11/17/le-cercle-de-solidarite-une-loterie-pyramidale-qui-fait-de-vous-un-escroc

borderline illégal ? full illlégal ça a l’air:
https://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/gifting-circle-pyramid-scheme-arrests-mission-1.4553647

ordinaire intensité

44961131_2205096039746963_6972680294667124736_n

les dernières chroniques – 13/11/18

traduction: qu’est-ce que la spiritualité ? qu’est-ce que l’illumination ? de la foutaise, il n’y a pas de spiritualité, pas d’illumination… savoir ceci c’est être illuminé(e) – simplement être ordinaire, et vivre – apprécier, aimer, danser, chanter et créer –  une simple existence ordinaire avec une extraordinaire intensité, avec passion, cela est l’illumination… mais t dois être en train de chercher une réponse ésotérique… et je suis  contre toutes les bébelles ésotériques

je ne sais pas qui a dit ou écrit ceci mais sounds so fudging right… ça pourrait tout à fait être Osho quant à moi… son style de provocation spirituelle… ce cher spiritual gangster…

remarquez, je ne connais rien de l’illumination, malgré que j’entends Osho nous en parler depuis plus de 35 ans… mais par contre, je – pense – savoir ce que n’est pas l’illumination… tout ce après quoi on court depuis toujours, alors que nous serions déjà full dedans…

car comment ne pas l’être ? full dedans I mean

comment le poisson pourrait-il être en dehors de l’eau ?

comment certaines choses pourraient être spirituelles et d’autres pas ?

la vie se doit d’être un package deal, tout l’est ou rien ne l’est…

pas de ptits caractères en bas du contrat de la vie…

un tout inclus, autant la grosse vie sale, que la toute petite fine et délicate…

autant la guerre que la paix, l’ombre que la lumière, le bien et le mal…

ou ni l’un ni l’autre tant qu’à y être car rien n’est ce que ça semble être… souvent confondante cette chère prétendue réalité…

certain(e)s se disent spirituel(le)s, d’autres même se proclament coach de l’âme… eh bien tant mieux pour vous…

de mon côté, j’aime bien continuer à apprendre à devenir un être le plus ordinaire qui soit, de plus en plus ordinaire…

continuer à apprendre à apprécier les ptites choses de la vie car ça ne peut que commencer là, et grandir…

aimer de plus en plus, moi-même en premier car ça a l’air que ça ne peut que partir que de là, puis aimer mes proches, mes ami(e)s et éventuellement le monde entier, même le gros roux down south et les marchands d’armes, même ceux qui déferlent leur fiel sur les ondes…

même ceux et celles que je devrais détester pour toutes sortes de raisons… car on ne peut vivre qu’à partir de son état de conscience actuel nous disent les sages…

danser, un peu plus car j’ai oublié de danser depuis quelques années… et chanter, beaucoup beaucoup chanter, et jouer, et créer… à partir des sens, des impulsions, de ce qui vit deep down en moi, en nous, cette source de vie qui nous rassemble…

et éventuellement, ne même plus être contre quoi que ce soit… même les bébelles ésotériques…

satisfaction du jeu accompli

45546872_10217174173808598_4688547924227915776_n.jpg

les dernières chroniques – 12/11/18

all right… on l’a fait… un peu comme cette photo que je me sens ce matin…

deuxième concert hier au Gésu…

une belle foule, full familiale… ami(e)s et famille, mes 3 filles, leurs 3 mères, dont une était au piano… mes 2 soeurs y étaient aussi, et plein de vieux ami(e)s et complices de longue date… coeur rempli, coeur content…

heureux que les gens se soient déplacés, aient pris la peine de venir et la joie de nous entendre… pur plaisir de jouer avec ma musique avec mes ami(s) et pour mes ami(e)s et familles…

le projet d’album est maintenant complété, les contreparties promises lors de la campagne de levée de fonds ont été livrées…

I did get full satisfaction

et j’espère que ceux et celles qui ont contribué aussi… je crois bien que oui à en juger par la réponse d’hier… et les commentaires au sujet de l’album…

alors à partir de maintenant, la suite…

inconnue… imprévisible… probablement surprenante…

et inévitable, comme la vie…

car la vie est une suite, un enchaînement… une fugue en do ré mi fa sol la si… majeurs ou mineurs, bémol ou dièse… la vie est une musique…

et ce projet qui me poussait vous savez où m’a permis de réaliser que la musique m’appelle et m’interpelle… de plus en plus…

que la musique devient le centre de ma vie…

et que de jouer avec des ami(e)s est pas mal ce qui s’approche le plus de mon idée du paradis sur terre…

écrire ici…

et jouer…

alors le bébé album peut maintenant marcher par lui-même… le site est en ligne pour écoute intégrale et gratuite… la musique veut vivre et se propager…

atisupino.hearnow.com

et reste un tas de CDs à écouler éventuellement… qui vivra verra… eh verrat

0

avec beaucoup d’entrain pour la suite à venir…

des idées de récitals en compagnie de ma belle au piano, dans les résidences pour personnes âgées, dans les hôpitaux, dans les maisons de soins palliatifs…

dans les garderies et écoles aussi car on dirait que ces ptits airs pognent avec les touptits…

et la poursuite d’autres projets musicaux…

avec l’intention de continuer de développer un lieu pour la musique et les espaces sacrés… car le monde en a bien besoin… besoin de se reposer, de retomber en soi… besoin d’écouter une musique qui ramène à soi…

je vous en reparle bientôt…

alors chers lecteurs/trices, changement de sujets à venir probablement dans le cadre de ces chroniques… merci de m’avoir accompagner jusqu’ici dans ce voyage…

quelques photos du spectacle viendront, des vidéos aussi… car ces hymnes ont leur propre vie et comme l’amour de René Martel, ils ne veulent pas mourir…

allez, je vous la laisse douce cette journée à venir…

dring dring chez-vous…

et amor amor amor…

11/11 rouge et blanc

f2242896.jpg

les dernières chroniques – 11/11/18

quelle date chargée que celle du 11 novembre…

jour du souvenir pour certains, armistice pour les uns, journée de rappel des morts de guerre pour les autres, peak de la dépression saisonnière pour quelques autres…

pour certains ce sera coquelicot rouge, pour d’autres, coquelicot blanc… pour d’autres, simple absence de coquelicot…

certains coquelicot rouge plus nostalgiques n’aiment pas cette idée nouvelle du coquelicot blanc… celui-ci

images.jpg
qui veut symboliser davantage le soutien à la paix que le souvenir de ceux tombés à la guerre…

choc de valeurs entre l’avenir et le passé… maintien de la tradition et respect des valeurs traditionnelles versus le progrès, l’avenir…

mais parfois on dirait qu’une nouvelle guerre est pognée… la guerre des coquelicots…

mais wo allez-y mollo mes coquelicots !

on parle de la même affaire ici… on parle de paix, d’harmonie, de respect de l’autre et de ses différences… on parle d’humanité 101… car anyway, l’autre n’existe pas vraiment, l’autre c’est nous… nous sommes tous et toutes les autres de quelqu’un… au sein de la même grande famille cependant…

on parle pour certains, du moins ceux et celles qui ont des parents assez âgés, de se souvenir et de respecter le courage de leurs ancêtres partis à l’étranger pour une cause un peu nébuleuse à l’époque, mais partis quand même pour défendre ceux et celles qu’ils aimaient, pour protéger la liberté… et dont certains ne sont jamais revenus…

pour d’autres, pour nous choyés de l’histoire pour qui la guerre est un concept abstrait, on préfère penser positif et parler de paix… sure…

mais au-delà de ces infimes différences conceptuelles, il est possible de se souvenir et de vouloir la paix at the same time car c’est ce que l’on veut tous et toutes mes bien chers frères et soeurs de la même grande famille terrienne… la paix…

à part quelques marchands qui se font beaucoup beaucoup de cash à vendre des armes à âmes et à corps défendus, et quelques fanatiques qui voudraient nous imposer leurs idées…

mais aujourd’hui, sacrez-nous la paix…

le 11/11 est une date unique dans le grand carré aux dattes de l’histoire humaine…

danse de l’ombre et de la lumière en ce jour alors…

car pas de lumière sans ombre… on ne peut renier le passé, avec tout ce qu’il comporte et inclut d’ombre, pour nous inspirer un avenir meilleur, plus humain, plus aimant… la haine et l’ignorance comme moteur à l’amour et à la connaissance…

respect pour les ceux et celles qui veulent se souvenir parce que leur vie est encore touchée et marquée directement pas la folie de la guerre… cette guerre qui sévit encore, particulièrement forte au Yémen et en Syrie notamment, mais ailleurs aussi…

ne soyons pas en guerre à cause de symboles, nous qui avons la chance de vivre en paix.. ne laissons pas le couleur de nos coquelicots devenir source de petite guerre de choyé(e)s…

peu importe la couleur de nos coquelicots, ou même l’existence ou l’absence de coquelicots at all, semons l’amour en notre propre coeur maintenant, ici, particulièrement en ce jour ou de si nombreux d’entre nous en avons tant besoin…

car anyway, les coquelicots sont…

download.jpg


pensée spéciale pour nos ami(e)s Éloi et Joëlle qui ont vu leur famille doubler la nuit dernière… welcome little miss Brunelle… les âmes nouvelles du 11 du 11…


et nous, aujourd’hui au Gésu, on chantera pour la vie, on chantera la vie… et on laissera la vie nous chanter le coquelicot… dont celle-ci…

Okahey Okahey Okahey !

today is a good day to live,
today is a good day to die,
today is a good day to be,
to be grateful to be alive

petite musique simple, humble et timide

44517075_2199704366973365_11360965887000576_n.jpg

les dernières chroniques – 10/11/18

demain aura lieu notre deuxième concert de lancement… au Gésu, en ville… dès 14 h 30…

cette belle petite musique simple, humble et timide qui sommeillait en moi depuis un certain temps – musique qui provient en fait probablement bien au-delà de moi – s’est mise à sortir, à voyager depuis quelques années…

accompagné de ma belle, Édith, de ma plus petite, Lilia, et de mes acolytes Charles, Jim et Myriam, on la partagera au monde de Montréal cette petite musique simple, humble et timide demain… mes ami(e)s et membres de ma famille seront là… alors ma musique doit apprendre à se faire moins timide…

pas vraiment poète, pas vraiment musicien, l’élan est quand même suffisamment présent en moi pour oser… la partager, la mettre aux oreilles et au coeur du monde…

jusqu’à maintenant, quelques témoignages très encourageants m’incitent à continuer… particulièrement ceux de quelques enfants dont les parents me disent devoir écouter en boucle mon album à l’insistance de leur progéniture… peut-il y avoir plus grand compliment que celui-ci ?

je ne sais toujours pas vraiment d’où vient cette musique… ni même si elle vient de quelque part… peut-être qu’elle a toujours été ici… peut-être n’a-t-elle qu’attendu que je passe pour me sauter dessus pour s’incarner et se faire entendre…

ce que je sais toutefois c’est que j’aime bien la faire vivre cette petite musique simple, humble et timide…

comme la citation, je pourrais dire qu’elle est grande la musique qui vit en moi… mais vraiment pas ainsi que je la sens… je la sens vraiment petite, délicate, gênée même…

car je ne me considère pas vraiment musicien au sens du terme… je grattouille ici et là une dizaine, quinzaine d’accords tout au plus, que je multiplie en déplaçant mon capot sur mon manche… je ne connais pas les notes, ne sachant même pas si une corde est trop ou trop basse… et petite Lilia a même plus de rythme que moi…

mais I’ve got the attitude

j’assume ces airs qui me trottinent et me turlupinnent le dedans de la tête… des airs simples, certains catchy, Okahey ! d’autres tendres et touchants..

comme Amazonia entre autre…

qui s’est imposé à moi, presqu’à mon corps défendant lors d’un voyage avec un groupe de curanderos/as autochtones et Jacques Mabit il y a quelques années…

après le voyage de la journée, au retour à ma casita, ce chant est monté en moi, criant, bouillant… insistant… et moi de lui dire que je ne pouvais écrire un tel chant, simple gringo que je suis… pas Amazonien pour une cenne le ptit gars de Montréal-Nord…

mais ce chant n’avait rien à cirer de mes arguments, il me forçait à l’écrire et à enregistrer cette mélodie qui m’était offerte comme un cadeau… cet hymne me laissait comprendre que je n’avais pas vraiment le choix… que j’étais son serviteur, son transmetteur… au service de la musique… car ainsi qu’elle fonctionne la musique.. elle la boss… nous ? que des fonctionnaires de l’au-delà… que des employés de l’état supérieur…

pas des vedettes, pas des rock stars… que des messagers… derrière la musique.. la soutenant tout simplement, ne la mettant qu’en forme… et cela est juste et bon… et amplement suffisant…

comme ça qu’ils sont venus à moi ces hymnes… du Pays d’en Haut… ils sont descendus sans trop que je les veuille…

alors je ne pousse pas pour les vendre, ni en faire la promotion…

si j’aimerais bien que les gens contribuent en achetant CD et MP3 sur le web, c’est uniquement pour être en mesure de laisser passer encore plus de cette musique… car le canal est grand ouvert… et il y a encore une cinquantaine de ces chants en veilleuse dans un écrin… à quelque part… patients, n’allant nulle part… attendant simplement le bon moment… car en musique comme dans la vie, tout est question de timing…

alors chers lecteurs/trices, let’s dance !

https://atisupino.hearnow.com/