Archives de l’auteur : atidion666

âme en – quête de – paix

Capture d’écran 2019-12-12 à 06.37.39.png

••• les zultimes chroniques – 12/12/19

ce matin, me suis levé sans trop savoir sur quoi discourir dans le cadre de mon yoga littéraire matinal… certains se lèvent pour courir, d’autres pour discourir…

me suis levé avec une ombre sur le coeur, avec un certain vague à mon âme lié à une histoire de coeur qui ne semble pas pouvoir se résoudre… l’amour, partagé pendant des années, tourne en rond… cet amour, égaré, se cherche… pour le moment…

puis je reçois cette image et ces mots via mon ami Jean Gagliari  dans ma boîte de courriel :


Le tremblement d’un pétale quand une goutte de pluie le heurte : c’est cette vibration que je cherche dans l’écriture, l’imperceptible inquiétude de l’âme en paix.
Christian Bobin


bing ! touché !

cette image et ces mots apportent instantanément tendresse sur mon âme… et inspirent allègement et douceur sur mon coeur…

c’est que même à distance, les choses ne se démêlent pas dans cette histoire de coeur qui se trouve dans un cul de sac… tristesse d’une époque passée et d’attentes déchues… rien de résolu… pour le moment du moins… amour en suspension dans le temps…

alors faire confiance à la vie, à l’amour et à la tendresse…

les mots de Bobin sont de l’onguent pour l’âme:

la vibration d’un pétale quand une goutte de pluie le heurte…

la vibration recherchée dans l’écriture…

l’imperceptible inquiétude de l’âme en paix…

alors écrire pour alléger les noeuds en soi… écrire pour sortir de soi les mots qui reflètent les états de son âme… états désunis parfois…

car difficile de réaliser que nos interactions, qui recélaient tellement d’amour jadis, puissent résulter en tristesse, incompréhension et distance des coeurs…

alors que ce n’est pas ce que personne ne désirait ni n’a voulu…

ne reste qu’à regarder en soi ce qui m’appartient, ce que j’ai contribué à créer… ce que la situation actuelle a à nous dire et nous apprendre sur soi…

impuissance et incompréhension… suspension dans le temps…

alors être patient, et confiant… avec foi et espoir…

et oser toucher cette imperceptible inquiétude de l’âme en paix…

cette âme en – quête de – paix…

âmes individuelles et en même temps, qu’une seule et même âme universelle…

amour à survivre… à vivre… à suivre… et à poursuivre… en son coeur… vers l’autre…

là où tout est inclus… là où tout se cherche, et se trouve… éventuellement…

Happy Beloved Day

68758606_2356211717826896_4719146460950560768_n

••• les zultimes chroniques – 11/12/19

c’est l’anniversaire d’Osho aujourd’hui..

même s’il a quitté le navire – de son corps – il y a 30 ans bientôt, il vit encore dans le coeur de chacun de ses disciples… dont le mien…

poupoum, poupoum…

il vit aussi encore via les enseignements qu’il a laissés, par ses livres et nombreux discours…

il vit encore en moi par les rencontres en chair et en os que j’ai eu la chance de vivre…

important je trouve de rendre hommage à nos mentors, nos sources d’inspiration…

le 7 c’était l’anniversaire de Veeresh (aussi disciple d’Osho), aujourd’hui c’est celui d’Osho, et le 14 nous célébrerons Mestre Irineu dans le cadre d’une cérémonie spéciale…

bien difficile de décrire une relation avec un maître spirituel…

et Osho est un grand mystère…

lorsque j’ai été en sa présence pour la première fois, quelque chose de marquant s’est produit en mon être…

comme une confirmation quant à cette incarnation…

comme un rappel de quelque chose qui a incité mon âme à revenir en corps… car encore à apprendre de ce grand mystère…

un maître spirituel, c’est une histoire d’amour, une histoire d’âmour en fait..

un maître spirituel, , ça ne fait pas de sens pour la tête, et c’est peut-être justement ça l’idée ? passer de la tête au coeur… et du coeur à l’âme…

un peu mystérieux la vie… et d’autant plus l’est une relation avec un maître spirituel…

alors en ce jour spécial, date tatouée en mon âme depuis 36 ans, je tiens à honorer mon maître…

pour souligner sa présence dans ma vie…

pour célébrer son passage sur la terre et notre rencontre, imprévisible et inattendue pour ma part…

pour rafraîchir cette relation disciple-maître qu’on dit à sens unique, seulement du disciple vers le maître car parait que le maître n’est plus vraiment là… présence transcendante…

pour remercier la vie de m’avoir permis de dire oui à cette surprenante et mystérieuse rencontre…

merci pour tout cher Beloved…

loved you are indeed

and pure love you are…

parfaitement imparfaite humanité

Capture d’écran 2019-12-09 à 17.02.27.png

••• les zultimes chroniques – 10/12/19

traduction: personne n’est parfait… nous commettons des erreurs, nous disons des bêtises, nous commettons des actions blessantes, nous tombons, nous nous relevons, nous apprenons, nous grandissons, nous avançons… nous vivons quoi !

justement, hier on jasait misfit ici… à mon avis, chacun et chacune de nous sommes des Miss Fits… oui messieurs dames… des inadapté(e)s, plus ou moins légèrement…

car qu’est-ce qu’une personne normale anyway right ?

et comment peut-on fitter dans une société aussi étrange que celle dans laquelle on vit actuellement ? en fait, le veut-on vraiment ?

on veut tous et toutes être comme tout le monde et en même unique et soi-même…

chacun et chacune à apprendre à marcher notre chemin…

nous sommes ici pour apprendre, et souvent apprendre passe par faire des erreurs… inévitable… les faire ces erreurs, mais surtout en apprendre quelque chose, et les réparer lorsqu’on en commet… et s’excuser si on a blessé des gens on the way... car nous avons la capacité de nous excuser et de demander pardon… ce qui nous donne une certaine marge de manoeuvre…

normalement et totalement humain de tomber, d’être faillible, faible et vulnérable à l’occasion, de perdre son chemin, d’être confus(e) et mêlé(e) par moment… car si on ne perd jamais son chemin, comment peut-on en retrouver un plus juste et mieux adapté à cette route qui change constamment ?

la vie n’est pas toujours facile ni flowing d’elle-même… certains bouts de route sont plus ardus que d’autres… particulièrement en ce temps de l’année on dirait… petite lumière faiblissante… avant le retour vers l’ascension lumineuse…

la vie n’est pas un long fleuve tranquille… quand on se trouve dans une stretch calme et paisible, profitons-en… et quand ça brasse, relevons nos manches et brassons la boîte à bois… parfois une valse la vie, parfois rock n roll…

donnons-nous le droit de ne pas être parfait(e), de ne pas savoir, d’essayer ce qui est le plus juste à chaque moment.. simplement le droit de faire de notre mieux…

donnons-nous le droit de faire des erreurs et de perdre la face à l’occasion… car nous sommes des humains in progress…

et comme on dit, on ne peut faire d’omelettes sans casser des oeufs… à moins d’être végane… mais ça c’est une autre histoire…

nous ne pouvons que faire de notre mieux avec les moyens que nous avons à notre disposition… faire de son mieux en tant que qui nous sommes…

OK de ne pas savoir, OK de tâter notre chemin quand on ne voit pas clair ni loin devant… alors que continuer à marcher, sans objectif précis, pas à pas, chaque pas dans la foi… chaque pas dans la foi du prochain à venir… car de toute façon, on dit que la destination n’est toujours qu’ici, dans le moment…

à faire de notre mieux, en se donnant la permission d’être qui l’on est, simplement et humblement…

parfaitement imparfait(e)s…

 

misfittude

78222454_10157725423772808_4933340856573755392_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 9/12/19

samedi c’était l’anniversaire de Veeresh, l’un de mes mentors, enseignants, amis…

Veeresh est décédé il y a 5 ans mais il vit toujours par le biais de la Humaniversity en Hollande… et il vit encore aussi toujours en mon coeur… et dans celui de plusieurs d’entre nous qui l’avons connu… et il vit aussi un peu dans mon âme si je peux dire…

comme Osho, comme Mestre Irineu, Veeresh a été et est toujours et encore une grande inspiration pour moi…

dans les années 1980, alors que j’ai passé deux ans au sein de sa communauté, Veeresh avait lancé le concept des Misfit Cities de par le monde, des endroits liés à la Humanivesity en Hollande où l’on pouvait célébrer notre misfittude

et hier, au lendemain de son anniversaire justement, je suis tombé sur ce TedTalk – où est-ce lui qui m’est tombé dessus ? – qui m’a fait découvrir cette Miss Misfit unique, touchante et inspirante pour quiconque qui, comme chacun et chacune de nous au fond, ne se sens pas fitté in… au sein de cette société qui voudrait que l’on rentre tous dans la grande boîte tout en se la fermant…

sur ce, trève de blabla justement…

et show Misfit time.. prenez le temps, ça vaut vraiment la joie…

pit pit pit

79352810_10158220635889410_4977501134785609728_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 7/12/19

traduction: tu es l’univers qui prétend être un oiseau

pour faire suite à hier… parce que parfois, on n’entend pas le réveil du premier coup…

bon week-end…

good morning

78883677_588582425212442_8001002740727676928_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 6/12/19

traduction:
homme: puis-je recevoir un appel pour me faire réveiller ?
femme: vous êtes l’univers qui vit une expérience humaine...

parfois on a besoin d’un signe pour se réveiller…

ceci est en un…

de rien…

bon matin, comme dans bonne vie !

ouimotion

78117225_10217168165490116_6742324525519601664_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 5/12/19

traduction : la raison pour laquelle nous souffrons d’une émotion n’est pas l’émotion en tant que telle, mais davantage la résistance face à cette émotion particulière… – Teal Swan

émotion signifie :

é : énergie
motion : en mouvement…

énergie en mouvement…

et pourtant, souvent, l’énergie de nos propres émotions ne nous fait pas bouger, mais plutôt stagner, écraser…

les émotions – les nôtres comme celles des autres – nous font peur… et difficile de savoir pourquoi au juste…

parce qu’elles ne passent pas par la tête ?

parce qu’elles nous sortent du cadre ?

parce qu’elle nous déstabilisent et nous font perdre contrôle ?

probablement un peu de tout…

on dit que les 4 émotions humaines fondamentales sont la peur, la colère, la tristesse et l’amour (ou la joie)… les autres ne seraient que des produits dérivés…

certains sont à l’aise avec la colère, d’autres avec la tristesse, d’autres vivent dans la peur constante alors que d’autres encore ne recherchent et ne veulent vivre que joie et amour…

la honte, si elle n’est pas une émotion en soi, est particulière en ce sens qu’on dit que ce n’est pas une émotion innée, mais strictement un sentiment lié au regard des autres… on ne peut avoir honte tout seul, ça passe toujours par le regard et jugements des autres.. ça fait du sens…

peu importe, par évidentes les émotions…  encore moins pour les gars/hommes que pour les femmes/filles…

pourtant on dirait bien que ce sont elles qui mènent le monde, les émotions pas les femmes/filles évidemment… mais c’est en train de changer et c’est tant mieux… et certains hommes ont de la difficulté avec ça… on semble passer de la tête au coeur… avec certaines dérives qui éclaboussent les réseaux asociaux, notamment la colère écrite…

personnellement, une situation me fait vivre de la tristesse depuis quelque temps… deux êtres aimées sont loin de moi… et j’apprends à explorer cette zone en moi… sans la laisser m’immobiliser, sans la laisser me figer, sans justifier ni rationnaliser… en tentant de ressentir et d’utiliser l’énergie qu’elle procure… intéressante exploration…

émotive la vie… mouvante, émouvante… particulièrement en cette longue saison qui nous amène à l’intérieur de soi…

allez, je vous sais occupé(e)s vous aussi, alors je vous souhaite une belle grosse journée full émotive aujourd’hui…

avec beaucoup d’énergie, beaucoup de mouvement…

78215380_10221688136891752_1722876532508065792_n.jpg

l’acceptation constitue le pont… acceptes la douleur, acceptes les plaies, acceptes-toi tel(le) que tu es…  ne prétends pas être quelqu’un que tu n’es pas, n’essaies pas d’être autrement… ne prétends pas rire quand ton coeur pleure… ne souris pas si tes yeux sont remplis de larmes… ne sois pas inauthentique car en étant ainsi tu ne fais qu’empêcher tes plaies de guérir… car alors ton énergie stagnera… – Osho