Archives de l’auteur : atidion666

telles filles tel père

65047904_310534476566048_8795808725437775872_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 16/6/19

comme on dit, la folie est héréditaire, elle se transmet des enfants aux parents…

hier, j’ai passé la journée en ville avec mes deux plus vieilles

fête des pères en avance avec mes deux grandes filles…

on a eu ben du fun comme on dit ici…

on a pris un café, on est allés luncher vietnamien avec des baguettes et on est allés marcher et déconner publiquement les 3 ensemble au marché Jean-Talon…

ptite journée de plaisir ultime pour un pops de mon espèce…

maudit qu’elles sont folles ces deux filles-là… je ne sais vraiment pas de qui elles ont pris ça… ça doit être leurs mères 😉

en tous cas, elles sont intelligentes mes deux filles car je leur ai donné toute mon intelligence à leur naissance respective… la moitié chacune…. faites le calcul…

hier, ce fut la fête avec ma paire de filles bio…

ci-haut, les fleurs qu’elles m’ont offertes… en plus d’un ptit gâteau fait maison… menoum menoum… ce popa-ci est plus que flabbergasted…

bonne fête à tous les pops, popas, papas, pères, paternels et autres termes du genre…

un ptit Mi avec mon ami JiPi

64386479_2826875773994408_7091227684163813376_n.jpg••• les zultimes chroniques – 15/6/19

hier, je suis allé visiter JiPi… on est amis depuis quelques années lui et moi… notre première rencontre s’est produite il y a 3 ans quand j’ai organisé un concert devenu plus grand que prévu et pour lequel j’avais désespérément besoin d’aide côté sonorisation…

de nulle part, ayant vu ma demande d’aide sur FB, et sans me connaître ni des dents ni des lèvres, il m’a gracieusement offert son aide (qui s’est avérée indispensable avec 15 personnes sur scène) et c’est lui qui s’était occupé du son pendant notre spectacle…

sauvé ma peau vous dites ?

puis ensuite, on s’est perdus de vue pour un bout de temps et il a repoppé dans ma vie l’an passé lorsque j’ai lancé ma campagne de $ocio$ pour l’album alors qu’il diffusé mon projet dans son réseau… juste comme ça… tout lui en fait…

puis en novembre dernier, sans trop que je ne me souvienne ni comment ni pourquoi, on a repris contact et de nouveau, sonoriquement parlant, il nous a encore aidé lors de notre concert au Théâtre du Marais… encore aussi gracieusement que la première fois… et aidé de son fils en plus…

et suite au concert, sachant que son corps était encore dans le trouble, je lui ai demandé si ça lui dirait de collaborer avec moi sur mon nouveau projet d’album… car JiPi est un musicien d’expérience… guitariste, bassiste et gosseur de guitares, oui, il en joue et en fabrique même…

JiPi a beaucoup de visite ces temps-ci… c’est qu’il a lancé un call sur FB disant que now est le bon temps pour aller le visiter…

car le cancer de JiPi, qui sévit en lui depuis des années, a repris du service et apparemment, de façon plus sournoise que jamais auparavant… les traitements ont été arrêtés et il parle de quelques semaines pour se préparer pour le plus grand et denier voyage…

alors hier, en cette matinée pluvieuse, ma guitare et moi on s’est pointés chez lui… douce rencontre, moment vrai… pas de bullshit autour de la mort…

avant de plonger dans la musique, notre intérêt commun, on a jasé un peu de tout et de rien comme on fait toujours lorsqu’on visite des gens qui n’en ont plus pour très longtemps… mais on a surtout jasé de ça… ce qu’il vit présentement, ce qui s’en vient, de son corps, de son âme, de ses proches, et comment on se prépare au plus grand voyage de notre vie, le dernier en corps du moins…

même si on ne s’est pas connus si longtemps ni beaucoup lui et moi, notre contact à JiPi et moi a toujours été spécial, intime, comme deux vieux frères qui se retrouvaient… possiblement parce qu’on joue de la guitare tous les deux… qui sait vraiment quant à la nature réelle des relations ?

à toi JiPi, merci d’ouvrir ton home et de nous offrir une occasion de te visiter (car je vois que plusieurs te visitent), de passer un peu de ce précieux temps qui reste avec toi, de côtoyer et d’apprivoiser ce qui s’en vient pour chacun de nous, mais que toi tu vis pour de vrai en ce moment…

et cet album sur lequel on avait commencé à travailler – Hinos do Vale da Vida (Hymnes de Val-David, ou de la Vallée de la Vie, c’est selon et c’est le titre – sur lequel tu avais accepté de faire des lignes de bass et quelques riffs de guitare avec moi, cet album que j’avais un peu mis de côté, eh bien avec tes notes personnelles que tu m’as remises hier, tu viens de lui redonner vie à cet album… et il te sera dédié, ça c’est certain…

alors je ne sais pas ce qui t’attend de l’autre côté de ce corps, mais sache que tu continueras à vivre dans le coeur de tous ces gens qui t’aiment et qui te visitent ces temps-ci, et aussi un peu dans mon humble musique à venir…

merci JiPi… et au plaisir de repasser te voir quand tu veux et peux… ici, où partout…

l’amour, hors temps et espace

Capture d’écran 2019-06-13 à 07.53.09.png

••• les zultimes chroniques – 14/6/19

la durée amoureuse n’est pas une durée…
le temps passé dans l’amour n’est pas du temps,
mais de la lumière,
un roseau de lumière,
un duvet de silence,
une neige de chair douce
…                  – Christian Bobin

je ne sais trop ce que Bobin signifie par durée amoureuse

mais clairement, il parle d’un espace temps hors du temps, une notion du temps qui ne se compte pas avec la tête, un espace temps hors de la montre et du cadran…

le temps passé dans l’amour ?

mais est-ce que cet amour a rapport avec l’amour que l’on se porte à soi-même, ou l’amour en relation avec autrui ? l’amour avec plusieurs autres ?

parle-t-il de cet Amour que l’on reconnait habituellement comme celui avec un grand A ? l’amour romantique ou un amour plus existentiel ?

ah l’amour… toujours mystérieux l’amour…

aimer le monde entier est une chose, aimer le monde une personne à la fois, une autre…

et on ne parle pas de s’aimer soi-même… avec tout ce que ça implique… beau et gros défi… mais l’ultime défi de la vie… une leçon à apprendre tout du long…

plutôt qu’amour, personnellement je parlerais d’acceptation, de reconnaissance, d’intégrité et d’intégration de tout ce que nous sommes…

vivre son humanité complète… avec toutes ses facettes…

et come disait Osho, l’amour n’est pas une relation, l’amour est un état intérieur, une disposition, une façon d’être, une sorte de présence…

évidemment, en amour, on ne peut que commencer par soi-même… déjà un beau projet en soi… un projet de vie…

selon Bobin, le temps passé dans l’amour serait une lumière, un silence, une neige de chair douce…

poétique… mais je ne saisis pas complètement…

alors je vais sentir ceci aujourd’hui en ce jour de pluie…

merci monsieur Bobin…

fait main, avec coeur au corps

62359943_2511218475831428_818299898200850432_n

••• les zultimes chroniques – 13/6/19

depuis le début du mois de mai, avec mon ami Pierre (Revel pour les gens du coin), on s’est amusés à cela tous les deux…

ou vu autrement, à ceci…

62330697_464718030959333_602129190556270592_n

on est partis de ceci, comme ci comme ça…

Capture d’écran 2019-05-10 à 08.05.38

le sol encore gelé, des mastodontes de roches à bouger, aussi à la main of course

faisait frett à mort en mai, et plus de nuances de gris dans le ciel que dans le livre en question… avec de la pluie froide souvent, mais pas encore de bibittes alors parzemp

et un petit poteau de 6 x 6 (insistance de Pierre de faire en 6 x 6) après l’autre, comme-ci, comme-ça, c’est devenu ça…

61432991_614881178986613_6673883942484967424_net ainsi vu de profil

61504598_344313072951329_4371038807558979584_n

et finalement, tadam… vu de dedans, vue du dedans…

64216180_2417418468302547_1829436281734561792_n

en toute honnêteté, c’est mon ami Pierre qui a fait pas mal toute la job… ça fait longtemps qu’il fait ça des choses du genre… c’est lui le pro… je pourrais dire mon mentor ébéniste même… j’ai appris juste à le regarder travailler… ébénisterie 101 en intensif le mois passé, rien qu’à le voir faire, j’ai beaucoup appris… et il a aimé m’enseigner… mais je n’en mettrai pas trop, car je vais lui envoyer cette chronique…

alors Yo Pierre, merci, belle job did we do mon pitou !

disons que de mon côté,  j’ai été un pas pire helper avec quequ’ bonnes idées… car encore beaucoup de trucs de vieux singe à apprendre…

ce fut un beau travail d’équipe, deux vieux chums, dont un en transition avec le coeur gros et l’autre le coeur aussi grand que le premier n’est gros, qui ont trouvé graduellement leur rythme de croisière dans le travail au fil des semaines, et dans les jokes niaiseuses, les deux réalisant que leur body respectif vieillit un peu, un peu racké au début des travaux, mais revenant vite en forme par la suite (mais en forme de quoi, ça c’est une autre question)… et heureux d’avoir créé cette nouvelle Casa da Irmandade

précieuse amitié, et juicy créativité…

et à compter de juillet, on devrait faire une annexe à la maison… les plans sont en chantier… des mois de plaisir à re-venir… et beaucoup à apprendre encore…

alors ce matin, petite pausa avant de terminer les travaux pour de vrai : poser des moustiquaires, finir de visser le plancher, le sabler, le teindre et le vernir, etc…

et la semaine prochaine, on accueille des gens pour chanter et célébrer dans notre nouvelle petite cabane au Canada…

dring dring…

 

bonnes beurrées

56280022_1227351237412311_6132921520084746240_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 12/6/19

ce matin, je poste ce message plein de sagesse avant de mettre mes rôties dans le grille-pain… pour faire sûr….

chaque tranche dans la bonne fente… et tout à sa place…

car la vie est ainsi faite… souvent la loi de Murphy qui prévaut… si quelque chose peut aller mal, ça trouvera son chemin… car certaines leçons veulent vraiment être apprises…

pas toujours, mais parfois, ou souvent…

il arrive que la tartine tombe du mauvais bord

quoi qu’éventuellement, le mauvais bord peut s’avérer le bon, le juste, le parfait, le dû, qui sommes-nous pour savoir à court terme ?

en tous cas, quand on trouve que ça tourne mal, on s’en souvient beaucoup, et longtemps… et quand ça tourne bien, on remercie Dieu et on en veut plus…

parfois les choses tournent mal, parfois comme on les souhaite…

certain(e)s sont plus chanceux que d’autres en cette existence… du moins dans ce que la vie leur envoie… bonne étoile ? karma ? hasard ? votre réponse vaut la mienne…

alors que d’autres, devant les petits ou gros obstacles, en feront toujours quelque chose de positif et de constructif… des magicien(ne)s du destin… des alchimistes de l’existence…

car on ne choisit pas – toujours – ce qui nous arrive dans la vie, on ne peut choisir que ce que l’on en fait… ou pas… pas toujours en tous cas car certains enjeux sont plus grands que nous…

chacun chacune d’entre nous avons une certaine marge de manoeuvre, un libre arbitre, un choix dans la façon nous réagissons aux événements qui prennent place dans notre vie, le sens que l’on donne aux événements qui nous arrivent, ou que l’on crée, c’est selon… notre perception, notre conception…

pas toujours le choix de ce qui arrive mais toujours le choix de répondre… comme on veu tou comme on peut…

alors soit on beurre des deux côtés, soit on ne beurre pas du tout… soit on beurre du bon bord, ou pas…

ah la vie… quel grand mystère…

allez, bon appétit…

chlik chlik, je dois y aller, mes toasts sont prêtes…

enwèye à maison

Capture d’écran 2019-03-15 à 04.29.09.png

••• les zultimes chroniques – 11/6/19

traduction: et dans la forêt je vais, pour perdre ma tête et trouver mon âme

ces temps-ci, je passe beaucoup de temps dans la forêt… en fait, pratiquement tout mon temps… pas loin de la maison, mais full en forêt…

du temps en forêt autant pour construire, nettoyer les bois, que pour jouer ma musique…

cette année, le printemps a mis du temps à se pointer mais maintenant c’est fait… l’été qui s’est même pointé ce week-end… bye bye nuages, welcome soleil…

il a tant tarder le printemps cette année que même les bibittes sont appréciées… car elles sont signes de feuilles naissantes, signes de vie, manifestations inévitables du grand cycle de la vie… bibittes, oiseaux et le reste…

pour se protéger un peu de nos petites amies piquantes, on fait des feux, on met de la crème et on continue de vaquer à nos occupations… car elles ne nous arrêterons pas…

les arbres, la terre, le silence, les oiseaux qui chantent, le calme environnant… tous des éléments de guérison, de sécurité… home sweet home

ressourçant de se débrancher, de re-mettre ses mains dans la terre, de se faire piquer, d’écouter le vent, de prendre soin des arbres et de les tailler ou les couper lorsque nécessaire… au service de la nature…

simplicité d’action, simplicité d’être…

économie de mots et de pensées…

à la recherche de son âme…

si lents cieux et essence ciel

Capture d’écran 2019-03-20 à 01.27.49.png

••• les zultimes chroniques – 10/6/19

tant qu’on voudrait dire mais, au fond, peu si peu qui soit essentiel…

l’essence des mots repose au coeur… et au ciel, aux cieux…

l’essence ? ciel alors…

silence des cieux… silence des dieux… silence au coeur…

souvent tant de choses qu’on voudrait dire pour tenter de communiquer ce qui repose au fond de son coeur…

mais si peu de mots qui peuvent vraiment transmettre l’essentiel…

car l’essentiel se cache dans le silence…

et souvent, plus on parle, même si on écoute, moins on s’entend, moins on se comprend…

même si on voudrait que ça aille vite, plus vite que ça va actuellement, la vie a son propre rythme… go with the flow…

alors le plus judicieux consiste à garder silence, à devenir gardien(ne) du silence… et à l’écouter…

et laisser la vie soupirer ce qu’elle a à dire… en espérant qu’on entendra ce silence…

chut alors…

Capture d’écran 2019-05-03 à 11.05.00