pour le meilleur et pour le dire…

cinquantéunième chronique qui tique et pique… 12/11-2

pause chronique… deuxième d’une série de trois, c’est une journée comme ça, je le sens… lundi trichoniqué serré… et je l’assume, plus envie d’être gêné d’écrire… j’aime écrire, j’aime me dire… et qui aime me lire me lise, les autres ? sioux ! car parfois j’ai envie de faire trois chroniques et aujourd’hui est l’un de ces jours…

ami(e)s liseurs et viveurs de bonnes aventures, sortez pendant que vous le pouvez ! la plus belle journée du monde aujourd’hui côté temps… oui le temps est plus que parfait ! le chaud-tiède avant le frett… je reviens d’une grande marche avec latika qui jubile, elle qui a nagé dans l’étang, m’a guidé dans les bois, a sauté et ramassé des millions de bâtons… wouf wouf qu’elle vous dit…

et en marchant cahincaha, je pensais, comme ci comme ça, à ci à ça, et à ma chronique de ce matin… en retrospective, en flashback, et en quelque sorte, je me sentais un peu gêné de m’être livré autant… impudique chronique ? disons de me dévoiler à tout un chacun dans le côté moins light de mon petit personne de quelqu’un, dans le motton le plus touffu de mes émotions si hautement et bassement et médihommement humaines…

mais j’en peux plus d’être aussi rangé, ordonné, obéissant du «il faudrait» que je m’impose, toujours fin, compréhensif, pas (trop) dérangeant, socially correct… comme si hier, la AUM m’avait fait sortir de mes gonds pris après de vieilles portes rouillées… incroyable Hulk sort de ce corps…

et ça me fait réaliser que je suis tanné de toutes ces citations positives lettreshoppées ça et là sur le web que je collectionne et tente d’appliquer inconsciemment mais sûrement  et chroniquement… il fait une overdose de citations positives le chroniqueur… beurk…

hier en revenant de la AUM, j’avais dans ma boîte courriel un mot qui m’a hérissé le peu de poil que j’ai sur les bras, de même que la peau juste en dessous… et j’ai ré-écris directement et blasphème ultime, j’ai pogné les nerfs virutellement et, summum de mon humaine ordinariness, j’ai blâmé quelqu’un, kind of… en tous cas j’ai été tranchant, dur, sec… pas fin… mais j’ai marché sur des oeufs trop longtemps et hier la coquille a craqué… cut cut cut…

j’ai écris rouge, j’ai fonçé dans le tas de mots… j’ai été blessé par le message et pour une fois, je n’ai pas suivi le mode d’emploi de la sagesse citationnienne… fuck it !  toutes ces citations si judicieuses et sages qui font qu’un moment donné, on se sent quasiment inadéquat de simplement être soi-même, avec nos travers et non l’incarnation de l’ensemble de ces citations… et je l’admet monsieur le juge, moi-même j’en partage chroniquement au moins deux par jour de ces citations sur le site de l’Aiglise : http://www.facebook.com/groups/laiglise/

mais je me rends compte qu’en lisant chroniquement ces citations si smarts et wises, je finis par penser que je suis aussi smart que leurs messages, alors je prends un break de vous messieurs Einstein, Rumi, Osho, Mooji et autres swamijis, matajis et mataharis de ce monde… vos paroles sont justes, sensées et formidables for me, mais j’en fait une indigestion chronique en ce moment…

j’ai envie et besoin de redevenir moi, juste mon simple et petit moi ordinaire, pion ati dion dans l’univers… juste où et qui je suis en ce moment avec ma propre smartitude gossée depuis plus de 50 ans, à la main, et aux coup de pieds de la vie… et aussi mes ombres béantes et flagrantes pour les autres, mais moins pour moi…

j’ai envie de simplement rebondir sur la vie comme elle vient à moi, parfois légère et fluffy, parfois lourde comme une tonne de briques… juste envie de me prendre simplement pour qui je suis, et ne plus me prendre pour un autre… car essayer de juste être moi, c’est déjà beaucoup…

je vous souhaite la même chose… à ce soir… je m’en vais fendre du bois, ça va faire sortir le mauvais jeu de mots…

yo !

11 réflexions au sujet de « pour le meilleur et pour le dire… »

  1. Alain LeBlond

    Moi aussi je l’avoue, je suis un sur-consommateur de ces jolie pensées-image…qui inonde facebook….qui font du bien sur le coup,donnent à réfléchir! Mais qui, à la longue peuvent donner une indigestion…

    Aussi un sur-consommateur de ces même videosss you tube…plein de sagesse…du sprirituel « en canne »? Les livres aussi! J’y passe des heures…
    Je suis devenus un genre du « junky » de l’info. spirituelle depuis plus de deux ans « en plus hard » « heavy métal » dans ma consomation de cette « sagesse, et douceur » pour le coeur et l’âme…

    Mais après l’intensité du AUM d’hier…je me pose vraiment la question, sur la qualité du vécu…dans le réel…et de la ca-canne?

    Je condamne pas tout ça..je me pose juste la question. Mieux de rechercher, en dedans de soi…dans le contact direct avec des expériences réels, de vrai maître en chair et en os? (et quand je dis « maître ») ça peu aussi être le voisin d’à coté! Celui ou celle qui croise notre chemin.

    La promenade avec pitou que je viens de prendre moi aussi…la journée superbe…Le temps avec soi….celui avec les autres. Recherche de personnes « vrais » Une ouverture, dans le réel,
    le « now »

    Je vais pas me sevrer si simplement! pense pas?…mais des fois…prendre un « break »!
    C’est quoi l’expression? « Transporter de l’eau…couper du bois »…
    Aller vers le direct? O.K. je ferme l »ordi là! Mais j’usqu’a quand?? 😕

    o.k. en direct….ordi « off » là!

    Répondre
  2. Manon Rousseau

    Un jour au fond d’un canyon, flottant entre 2 mondes, j’ai eu un flash qui depuis n’a eu de cesse de s’enraciner dans et sous ma peau et qui se traduit à peu près comme suit en mots,
    « il y a le jour, la nuit, la pluie, le soleil, les tempêtes, les accalmies et tout cela est parfait. Parfait en dehors de moi et en moi aussi. J’honore de plus en plus ma colère qui m’indique mes limites moi qui en met si peu, ma tristesse qui attire mon attention autant que ma joie et mes instants de félicité. Vive et vivre notre humanité ce n’est pas péché et ça ne nie pas notre divinité, c’est aussi ce qui nous relie, notre condition humaine… Je lève mon verre de syrah bien rouge et savoureux à ça! À la tienne!

    Répondre
  3. sylvainbreton

    Il y a un phénomène étrange et fascinant, déconcertant même : une poussée intérieure très forte et même parfois violente vers la recherche da la Vérité, LA chose, ‘Oneness’ comme disent certains, et une force externe totale (pas si externe que ça) qui prends tous les moyens pour nous garder sur la route de l’illusion ou mieux la délusion, de l’étourdissement, de l’engourdissement et l’affairisme, de l’évitement de ce qui nous court après toute la vie; faire le businessman ou faire le spiritualiste est la même voie sous différent véhicule.
    Cette force externe, cette Maya de l’illusion, a tous les avantages, car nous sommes instruits à trouver la vérité, à réparer la faute, à améliorer la personne, à gagner, à devenir, à quoi encore !!! Quand tout est à sa place, vouloir améliorer est le « péché » suprême, si péché il se pouvait.

    Foutaise ignoble !

    Cela fait de nous des junkies du « mieux » au lieu du junkies de l’auto-desctruction. Et quand la Vérité se trouve dans la destruction de soi, le démembrement de sa personne comme en parle le Zen des temples et non le Zen des Best Sellers, la recherche du mieux est la voie contraire à suivre, on s’enfonce dans l’illusion sous le prétexte de toutes les voix que c’est la route à suivre.
    HEY ! Y a t’il quelqu’un qui dit la Vérité quelque part?

    Une force centrifuge nous éloigne de notre centre pour découvrir le Monde et en même temps une force centripète nous écrase sur notre noyau central.
    Tout est une perte de temps et du même coup la Voie.

    Les belles paroles de sages pas si sages que ça, les pensées positives et les textes sacrés sont de belles occupations tout comme le workout ou le Black Jack.

    Mieux vaut être ici … et quelle chance, nous y sommes déjà !

    S’cusez là !

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s