Archives pour la catégorie les dernières chroniques

dernières, comme dans plus récentes… mais un jour, dernières quand même…

face à claque et merci merci

Capture d’écran 2018-05-22 à 22.02.50.pngles dernières chroniques – 23/5/18

non, en effet, il ne se passe rien quand on clique sur la petite flèche dans mon cou 😉 que ma grosse face qui reste là et ne bouge pas… pour nous entendre, mon amie Vidrohi et moi, et qu’une nouvelle fenêtre ne s’ouvre, cliquez ici :
https://www.dropbox.com/s/5afgry67dip3yr6/Ati%20%40%20Kio-o.mov?dl=0

moi qui se cachait depuis quelques années comme un Bilbo en training, je me demande ce qui m’arrive depuis un mois… que me fait cette sacrée musique pour que je devienne autant ptit kid kodak comme ça ?

je me fais filmer, me fait prendre en photo, je mets ma grosse face – et mon nez, ce nez que je ne saurais cacher – sur des posters et les poste ad nauseum sur FB, je fais quelques shows gratissss dans des pubs et en terrasse, et je poste et reposte mes hymnes et mes liens dans les zinternets… mais ça achève… par la suite, je me referai discret je vous le jure… et je redisparaîtrai dans mes bois…

mais comme on dit, faut c’qui faut…

et pour donner vie à la musique, les images aident… et surtout les rencontres avec les gens… car pas mal ça le secret de la musique, le partage et les rencontres avec les autres… bien sûr, on doit pratiquer beaucoup en solo, mais ce n’est que pour être plus tight quand on joue devant, avec et pour les autres… la pratique fait que tout a l’air facile… la pratique est ce que l’on ne voit pas, ce rien qui ne dépasse pas…

que 3 jours to go, rendu à plus de 88 % de la cible minimale… minimale car si on n’atteint pas cette cible minimale, on n’obtient dans ce type de campagne tout ou rien… non je n’ai pas dit all or nothing, moi qui aime parler la anglaise… on aime se créer un peu de stress nous les zumains hein ? alors on fait des campagnes tout ou rien…

y en a qui préfèrent y penser avant de sauter, y en a d’autres qui

capture-d_ecc81cran-2018-04-11-acc80-04-51-38

directement… et qui y pensent tout le temps après… 😉 deux styles…

comme ce mois de grande récolte bidounesque entamé le jour de mon anniversaire en avril est presque terminé, j’ai bien confiance d’y arriver… qu’un ptit 12 % à faire, quand même… le verre à bidou est à 88 % plein… mais je dois garder le cap sur ce ptit 12 % car sans lui, l’autre 88 % prendra le bord et vous seriez remboursé(e)s… mais on a pas tout fait ça pour ça right ? même si une petite partie de moi, la paresseuse et la peureuse, aimerait bien tout remballer… mais qu’une petite partie… trop petite…

et comme le veut la formule consacrée, sans vous, oui toi, toi et toi aussi juste là, de ton côté de l’écran chez-toi, rien de tout cela ne se serait passé… vous les quelques 150 personnes qui ont contribué à me faire sentir qu’il y a bel et bien quelqu’un de l’autre côté de cet écran… ça vit… et ça répond…

vous qui semblez me croire capable de faire un album avec mes hymnes… et un concert…

et le fait que vous y croyez, m’incite à y croire aussi… car souvent j’en ai douté… et j’ai encore de ptites rechutes…

mais là, plus le choix, l’énergie verte est presque toute au RDV… flabbergasting… autant par la somme récoltée, que par le nombre de personnes… flabbergasté et mindblowé je suis… et appréciatif en ta… vous l’ai-je dit ?

alors j’utiliserai tout cette énergie qui est venue de vous à moi pour compléter le dernier petit bout de route d’ici vendredi soir… et ensuite, on commence à travailler sur l’album… d’ailleurs aujourd’hui je recontacte Charles le preneur de son pour lui dire de polir ses micros…

j’ai beaucoup de misère à oublier cette foutue campagne… depuis un mois, je ne pense qu’à ça, ça frise l’obsession… et l’obsession a les cheveux longs et frisés… super heureux du dénouement et en même temps, hâte que ça finisse… hâte de n’avoir que la musique à me concentrer sur… oui, un autre anglicisme ! pas le premier anyway right ? 

alors voilà, le wannabe musicien serait-il en train de le devenir ? comme boule de gomme devint un homme… ça a ben l’air à s’enligner là…

que dire d’autre ?

merci, merci, merci, jusqu’à l’infini… and back… and 12 % to go…

si par hasard je ne vous ai pas encore contaminé avec ça 😉
https://fr.ulule.com/les-hymnes-du-pays-den-haut/

vaincre, c’est con…

images.jpg

les dernières chroniques – 22/5/18

hier, Ulule, la plate-forme de $ocio$ que j’utilise, m’a envoyé un message me rappelant qu’il ne reste que quelques jours à la campagne pour convaincre un maximum de monde

oh que je n’aime pas cette simple idée de convaincre quiconque… ni persuader…

je pense blanc, tu penses noir et je vais t’amener à penser blanc comme moi… mais en réalité, c’est arrêter de penser qu’on veut nous autres right ?

ou je m’arrange pour que tu achètes quelque chose que moi je vends… mais en réalité je n’ai rien à vendre moi… que quelques notes à partager… et qu’un album et un concert à offrir si le coeur et les oreilles vous en disent…

selon diverses sources, on définit convaincre comme amener quelqu’un, par des raisons ou des preuves, à reconnaître quelque chose comme vrai ou nécessaire

et on dit aussi que convaincre fait appel à la raison... à mon avis, convaincre signifie surtout vouloir avoir raison…

convaincre vient du latin convincere, qui signifie vaincre avec… car con = avec…

convaincre implique de défendre avec ferveur une vérité, ce que l’on tente de démontrer… parlez-en aux avocats…

on dit aussi qu’on ne convainc pas d’une opinion ou d’un jugement, qui sont tous les deux discutables, mais d’un fait objectif…

comme vous probablement j’imagine, je n’aime pas le mot convaincre… mais lorsqu’il est séparé ainsi – con/vaincre = vaincre ensemble – il passe mieux… car tout le monde peut gagner… pas sur autrui, sur ses peurs et ses limites…

vaincre ensemble… sounds better non ?

alors selon Ulule, il ne me reste que quelques jours pour convaincre le maximum de monde à acheter ma salade…

mais j’ai-tu envie de convaincre quiconque moi là là vous pensez ? no way José…

rien à vendre, rien à convaincre de, et s’il manque quelques bidous mes minous, je les verserai de ma propre poche, de ma carte de crédit plutôt… car les poches de nos jours ne sont plus ce qu’elles étaient dans le bon mais vieux temps…

pas envie de convaincre personne moi, juste envie de faire un album… juste envie de partager la musique qui m’habite… la zizique qui habite le titi… alors je me suis arrangé pour ne pas avoir le choix de le faire… la beauté du $ocio$… ça nous permet de faire ce qui aurait impossible à faire auparavant… ou en tous cas plus difficile…

et je suis chanceux et comblé car j’ai réussi à ramasser des milliers de bidous déjà… n’en reste qu’un ptit bout à ramasser… presque arrivé au but… et je suis si reconnaissant de toute cette aide et de ce soutien reçu…

j’ai de bons ami(e)s qui me soutiennent dans mes projets un peu fous, des lecteur/trices qui m’apprécient, je le sens même de loin… car même si loi, si près vous et moi… quelques personnes que je ne connais même pas qui m’ont fait parvenir des sous… et un généreux donateur mystère et ami qui double vos mises cette semaine pour arriver au bout du but…

il y a un diction qui dit que dans la vie, on en gagne ou on apprend… car souvent on apprend davantage de nos revers… de fortune…

j’aurais pu me casser la gueule avec ce projet, mais ce n’est pas arrivé… pas cette fois-ci du moins… tant mieux… mais peut-être que si c’était arrivé, j’aurais appris autre chose…

en ce moment, j’apprends à demander… de l’aide, du soutien…

j’apprends à relancer les gens à quelques jours du deadline ultime

j’apprends à ne pas trop en mettre, mais néanmoins à persister… doucement, drôlement, légèrement..

et j’apprends à perfectionner 12 hymnes de musique car je m’apprête à les enregistrer bientôt car j’ai les sous pour rémunérer le preneur de son…

https://fr.ulule.com/les-hymnes-du-pays-den-haut/

l’été viendra… et en avant la musique

2014-07-11.jpg

les dernières chroniques – 18/5/18

Être artiste veut dire ne pas calculer, ne pas compter, mûrir comme un arbre qui ne presse pas sa sève, et qui. confiant, se dresse dans les tempêtes printanières sans craindre que l’été ne puisse venir. 

Mais il viendra pourtant.

Mais il ne vient que pour ceux qui, patients, vivent comme s’ils avaient l’éternité devant eux, si sereinement tranquille et vaste…
                                                                                          – Rainer Maria Rilke – via Jean Gagliardi

resalut lecteurs/trices

short time hein ? j’étais parti aux States… préparer mes hymnes avec mon buddy Jim…

plus qu’une semaine à la campagne de $ocio$… rendu à 70 %… si reconnaissant pour tous ceux et celles qui croient en moi… pierres qui roulent amassent un peu de mousse quand même… et la mousse, on aime bien… c’est doux, c’est vert et ça sent bon… 😉

à partir de la semaine prochaine, on commence à se préparer pour l’enregistrement comme tel… en fait déjà en préparation car je joue ces 12 hymnes qui composeront l’album en boucle depuis petite lurette… on vise la perfection… on vise…

la campagne est le printemps… l’album, l’été… et l’été est en train d’arriver ici à l’extérieur… car l’été arrive toujours… un pas à la fois…

l’artiste – que je ne suis pas encore – apprends à le devenir, dans un sens aussi noble que celui décrit dans la citation de Rilke… et pas seulement dans un sens musical, dans une visée existentielle également… car la musique, de toute façon, c’est la vie… patience et persévérance…

alors le musicien, pour le moment, compte les jours qui restent, et les sous qui sont encore à ramasser… et planifie déjà tout ce qu’il y a à faire pour réaliser cet album… beau et gros projet…

le wannabee artiste que je suis ne se presse pas la sève mais quand même… il se les squeeze un peu… et continuera pour les 8 prochains jours… le sablier is on the roll…

cette action de $ocio$ est un passage obligé… sans cette campagne, il n’y aurait pas d’album dans mon cas… j’avais besoin de forcer ce mouvement, de me provoquer des contractions… car on a beau ne pas vouloir calculer ni pousser quoi que ce soit, parfois les accouchements requièrent une petite poussée…

si vous me lisez régulièrement, vous savez que depuis 3 semaines, je suis en mode recrutement… en mode réceptif… en mode sollicitation… pas mon activité préférée… mais pour l’amour de la musique, essentiel de passer par là… faut ce qui faut… requis pour pouvoir ramasser suffisamment d’énergie pour accoucher éventuellement…

avant l’invention du $ocio$, je ne crois pas que j’aurais eu l’opportunité de faire cet album… pas certain si j’aurais investi les quelques milliers de $ minimaux requis pour enregistrer 12 hymnes… alors j’assume – et j’en suis reconnaissant – la responsabilité que requiert un tel projet… une grosse poussée pour qu’ensuite le bébé puisse vivre…

alors dernière semaine pour récolter quelques milliers de $… sinon je les avancerai de ma poche and in God I will trust… car c’est une campagne tout ou rien vous vous souvenez ? n’aurai qu’à payer les 8 % de frais… mais l’idée est de tenter d’aller jusqu’au bout… avec créativité et légèreté… voilà le défi de ma semaine à venir…

ternir jusqu’au bout, trouver des façons surprenantes de faire, se surprendre soi-même, et donc les autres aussi…

allez bon week-end, je vous en reparlerai sûrement ici un peu d’ici peu… d’ici la fin de l’éternité… et parait que l’éternité c’est long, surtout cers la fin…

https://fr.ulule.com/les-hymnes-du-pays-den-haut/

 

beau coup de pouce

29920160_10155224630362797_52881209_n.jpg

les dernières chroniques – 15/5/18

pour les deux prochains jours, je m’en vais arranger mes hymnes… avec un précieux et cher ami musicien… un professionnel… un artiste… un vrai… un fin dentelleur, un orfèvre même… mon ami Jim…certains ont les mains pleines de pouces, d’autres en font beaucoup avec leur deux pouces… Jim est un de ceux-là… un comparse qui va me donner un coup de main et un coup de pouces pour peaufiner MON album…

ben pas MON album… un album… mais pour moi pas n’importe lequel, L’album…

un album de MES hymnes… ben pas vraiment MES hymnes… 12 des hymnes que j’ai reçus… je sais, ça sonne drôle mais c’est pas mal ça qui est ça… des hymnes qui sont arrivés dans ma bouche et dans mes mains au cours des dernières années…

les 12 hymnes que j’ai choisis car ce sont ceux que j’ai le plus de plaisir à jouer… et quand on se prépare à enregistrer des hymnes, on est mieux d’aimer les jouer car on va les jouer beaucoup et souvent… jusqu’à ce qu’ils soient parfaits… ou presque…

que tendre vers la perfection… car on ne l’atteint jamais vraiment tout à fait…

un album de 12 hymnes donc, que je vais mettre ensemble et assemblés… et auxquels on ajoutera quelques mélodies, de guitare, de violon, quelques rythmes de percussion… on les greffera, on les bonifiera… rien de trop compliqué ni complexe… on va garder ça simple… petit budget oblige mais petit budget nous garde sages justement… que l’essentiel…

si important d’avoir de l’aide pour mener un tel projet d’album à terme… car j’en connais si peu en ce domaine… tout à apprendre… alors essentiel d’avoir des gens qui savent, et croient en nous… des ami(e)s qui nous aident, qui nous soutiennent et nous conseillent… qui le font avec nous…

important vous ami(e)s aussi lecteur/trices qui soutenez ce projet à votre précieuse façon via la campagne de $ocio$… rendus à 64 %, ça s’en vient… le gaz du projet, les sous pour payer le studio et un peu les musicien(ne)s… pour l’amour de la musique… merci je le prends personnel…

alors on plonge dans la création pour les prochains jours…

sioux…

un ptit bout de live ici avec 2 des 12 hymnes choisis:
https://drive.google.com/file/d/1IksmcwL85QW441jedeRngiKJyoGtznbe/view
___
et mes vieux hits ici sur mon nuage :

et la campagne de $ocio$
https://fr.ulule.com/les-hymnes-du-pays-den-haut/

sweater le mieux

32215255_10155314082446604_9128416125325934592_n.jpg

les dernières chroniques – 14/5/18

traduction : apprends à dire: j’espère que ça fonctionnera pour toi, plutôt que de tenter de guérir ou de changer les gens… – Maryam Hasnaa

envie de tourner cette citation de bord…

car ces temps-ci, avec LA campagne que je mène pour encore 12 jours (lien ci-bas), je découvre une autre facette des choses… celle où chaque fois que je suis sollicité pour donner à des campagnes pour diverses causes, et dieu et le yable savent qu’il y en a beaucoup, cette partie de moi se ferme et veut dire non… ou qui juge… ou dit que ça ne fonctionnera pas…

en étant l’autre côté de la clôture, je découvre une partie de moi qui au fond ne veut pas ouvrir, être généreuse envers les autres, soutenir, aider… même si je le fais souvent et dès que je peux…

que ce soit par peur, par jalousie, par envie, par comparaison, souvent je rejette automatiquement tout demande d’aide… pour par la suite, revenir sur ma décision… comme automatique la patente…

je la sens cette fermeture automatique qui réagit et qui répond absent chaque fois que je suis sollicité car cette fois je suis de l’autre côté de la médaille… c’est moi qui sollicite, moi qui demande, moi qui s’expose… c’est moi qui met sa grosse face sur le poster et qui dit help !

hier en ratelant et en grattant le dos de la big mama en cette journée ensoleillée soulignant la fête des mères, je me disais à moi-même que je ne demande pas la charité par cette campagne, je ne fais que demander aux gens de m’encourager en achetant d’avance un album et un concert pour 20 $… quand même pas un mauvais deal... ou plus s’ils ou elles veulent soutenir davantage…

mais le simple fait de demander quoi que ce soit – et des bidous en particulier – est déjà quelque chose pour nous disciples de l’autonomie et du je-ne-dois-rien-à-personne et du je-peux-tout-faire-tout seul

car si je pourrais évidemment faire un tel album seul en avançant tout de ma seule poche, en le frontant, l’exercice de demander de l’aide est intéressant, et instructif… car si tout est intéressant et instructif dans le vie si on conserve son coeur d’étudiant(e), le fait de solliciter de l’aide et de demander des bidous touche à un soft spot en nous…

alors ça fait du stock à regarder…

se voir dans sa vulnérabilité… et se voir demander at large…

se rendre compte que plusieurs ne sont pas intéressé(e)s par nos projets, assez occupé(e)s qu’ils/elles sont avec les leurs…

d’autres même s’en foutent et nous le disent…

voir qu’on a pris un risque – plus ou moins calculé – et que peut-être les résultats escomptés ne seront pas aux rendez-vous peut faire peur, du moins énerver le poil de nos jambes qui commencent à se monter avec le beau temps venu…

car on a beau ne pas avoir d’attentes, on en a quand même toujours un peu right ? à part celui de mourir dans l’instant qui vient évidemment… joke de bon vivant… et pourtant… on a déjà vu ça…

tout compte fait, cette campagne est déjà riche de plusieurs leçons et enseignements… en plus des presque 5000 $ déjà récoltés…

alors ce matin, envie d’apprécier les 2/3 pleins du verre… et remercier ceux et celles, 89 personnes à date, qui ont pris la peine, et la joie, de me soutenir à leur façon… je suis reconnaissant, touché, je me sens aimé et apprécié, je sens votre amour et amitié…

et au nom de cela, je vais continuer, et je vais le réaliser cet album… peu importe…

parce que les sous récoltés ne sont pas que des sous récoltés… ils sont aussi et surtout une obligation…

une obligation à produire de la beauté, à créer de la musique de coeur et de qualité, une obligation à faire ce que sans vous je n’aurais pas réussi à faire seul…

et reconnaître ce besoin des autres de notre part, c’est déjà beaucoup…

et ça donne envie d’aider les autres à notre tour…

alors si jamais:

https://fr.ulule.com/les-hymnes-du-pays-den-haut/

 

ce genre de journée

29572331_416851108785573_8090818959356456930_n.jpg

les dernières chroniques – 12/5/18

ce genre-là hier en effet…

du genre où dès que tu te lèves, tu le sens, tu le feels, les affaires arrivent à toi avec une curve et tu sais que ça va être ce genre de journée-là… je vous épargne les détails… mais ce genre-là hier… ptit vendredi de m…

alors je suis allé jouer dehors… la seule chose à faire dans ce temps-là…

car la terre, la nature, a cette aptitude de nous ramener à l’essentiel… la capacité de tout simplifier et de nous ramener au plus petit dénominateur commun en nous-même…

respirer, boire le soleil, aider la terre, être au service de la vie…

et tout doucement, les choses se replacent… simple comme c’est simple parfois…

le silence de la nature nous renvoie à soi… nous renvoie au rien en nous qui est toujours ici, toujours là, toujours Dieu… ou le qualificatif que vous préférez… cette petite place toujours calme et parfaite…

et pendant ce temps-là, la campagne de $ocio$ a grimpé à 63 %…

pendant ce temps-là, les oiseaux chantent comme des fous…

pendant ce temps-là la neige fond…

pendant ce temps-là, le monde continue de tourner…

et ces curves que la vie nous envoie parfois nous permettent d’accueillir la vie sous toutes ses formes… car la vie ne va pas toujours comme on veut…

oh, on aimerait bien… mais pas ça la vie.. pas que ça la vie… la vie est aussi sweet and sour, aigre-douce pour les francophiles… l’idée est d’apprendre à apprécier le sour comme le sweet… no sweat… car anyway, pas de sweet sans le sour…

donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien…

en train de redécouvrir le sens de cette affirmation… parfois des baguettes fraîches la vie, parfois des croutes plus secs… à nous d’apprendre à accueillir… peu importe ce que la vie nous propose… ou impose…

apprendre à jouir du menoum menoum quand il passe, et apprendre à transformer le beurk en menoum du mieux qu’on peut…

car la vie se transforme toujours…

31791783_1810570539023492_1596055811933601792_n

et toujours s’allège…

31634078_10155705938836491_8079258058473078784_n