Viva Mestre !

a3aedc4f-517d-4c7e-bbfe-37abff002a01
les dernières chroniques – 15/12/18

le 11 décembre, c’était l’anniversaire de la naissance d’Osho, et le 15, aujourd’hui, c’est celui de Mestre… Mestre Irineu… Raymundo Irineu Serra… un géant de 7 pieds qui a vécu au siècle dernier au Brésil et le fondateur du mouvement religieux Santo Daime..

ben oui, je suis bi-maîtres… double disciple…

si la rencontre avec Osho remonte à 1980, celle avec Mestre s’est produite plus tard, dans les années 2000… sans que je ne la cherche, car déjà plus que comblé avec Osho…

même si les 2 ont sauté hors de la barca que corre no mar depuis plusieurs années, une relation avec un maître est toujours au-delà du temps… et éternelle… bodyless… au-delà de la forme… là-haut, dans l’astral… spooky spooky…

si la relation avec un maître est en soi relativement étrange et mystérieuse, même ce ptit disciple ici-bas ne saisit pas tout encore après plus de 35 ans de simple disciplehood et une dizaine en co-direction, imaginez celle avec 2 maîtres… trop pour la tête alors ça ne laisse que le coeur… et l’âme…

finalement, je me rends compte que je suis disciple, et deux fois plutôt qu’une… et je n’y comprends rien… et je l’assume tout à fait… car le mystère règne en maître en cette existence…

si Osho était davantage féminin, scolarisé, délicat, amateur de bling bling, introspectif et la relation avec lui plus individualiste pour moi, la relation avec Mestre se veut plus un trip de gang – avec la grande famille de Juramidam et tous les êtres divins qui gravitent autour –  en musique et en chansons, en travail de groupe à aller préparer la potion magique là-bas au Brésil… travail de cieux ancré dans la terre du Brésil…

Mestre était un homme rude et robuste de la floresta… un être qui a ouvert un nouveau chemin dans la jungle dense de l’Amazonie et dans l’Astral, un être d’une grande force et d’une grande lumière… qui vit encore tout à fait de nos jours au Brésil et un peu partout autour du monde… il est d’ailleurs célébré par des cérémonies spéciales abondamment aujourd’hui, au Brésil mais ailleurs dans le monde aussi…

deux qualités différentes, mais même apprentissage de l’amour de soi et des autres, même influence à oser projeter de la lumière dans les tréfonds de son âme et de son inconscient pour aller fouiller ce qui s’y cache… même maîtrise à développer…

conscience de soi et des autres, justice, vérité, amour, harmonie, quelques-unes des valeurs de base communes aux deux…

cheminer en compagnie d’un maître relève du mystère et de la foi… encore davantage quand il a quitté son corps… encore davantage quand on a accepté deux présences pour nous guider…

alors en ce jour particulièrement spécial car on a reçu hier une grande nouvelle qui a rapport à Mestre justement et dont je vous parlerai davantage bientôt ici mais tout discrètement, car j’apprends la grande valeur de la discrétion ces temps-ci, je veux lever mon verre à Mestre Irineu…

let’s drink to that !

Viva Mestre !

à ton service pour l’éternité !

vouloir toujours un peu… plus ou moins

unnamed.jpg

les dernières chroniques – 14/12/18

traduction: tout ce que je veux, c’est un peu plus que ce que je n’aurai jamais

mon bro du plat haut m’a fait parvenir ces quelques mots hier… intéressant casse-tête… curieux de voir ce qui sortira de moi autour de ces quelques mots…

relisez-là quelques fois celle-là… c’est nécessaire…

en tous cas, pour moi, presqu’à chaque fois que je la relis, je comprends quelque chose de légèrement différent… et je ne comprends rien du tout en même temps, rien du tout ou pas tout en tous cas… en fait, pas vraiment clair ce que j’en comprends… je comprends au moins que je ne comprends pas trop, déjà un bon début…

alors décortiquons, disséquons, chères ouailles…

premièrement…

tout ce que je veux (all I want)

on sait qu’il ne faut pas trop vouloir dans la vie car comme nous mettait en garde jadis ce cher Bouddha, le désir est la source de toute souffrance…

mais quand même, il y a ne pas vouloir et ne pas vouloir… on a beau ne pas – trop – en vouloir, on en veut quand même un peu… ça semble venir avec l’incarnation, c’est dans la chair…

et vouloir et en vouloir, la même chose ? car vouloir quoi au juste ?

de la vie, du jus, des surprises, de l’amour, des expériences humaines et divines, du n’importe quoi que la vie décidera de nous mettre dans notre assiette ?

en général on veut du menoum menoum et on ne veut pas trop de ouach ni de bouette… mais là encore, tout est question de perspective…

sans nécessairement tout vouloir, on en veut quand même toujours un ptit peu non ? plus ou moins…

bien sûr, certain(e)s en veulent plus que d’autres… tandis que d’autres autres n’en ont et n’en auront jamais assez…

certain(e)s se contentent de peu, d’autres de rien…

45355536_1918544464896482_8739878024926724096_n

tout ce que je veux…

je veux toutt toutt toutt pas juste des ptits boutts chantait la chanteuse…  une grande philosophe qu’on ne soupçonnait pas peut-être ?

si on pouvait en arriver à ne plus rien vouloir de plus que ce que la vie nous offre, peu importe ce que c’est, ça toujours ben ça…

et elle serait probablement plus simple la vie…

mais on en veut encore quand même toujours un peu right ? un peu plus anyway…

et même parfois un peu trop… ce qui fait que ce qui est n’est jamais suffisant, jamais vraiment assez… toujours un léger décalage entre ce qui est et ce que l’on veut…

mais peut-être ça qui donne du swing à la vie…

le propre de la volonté peut-être d’en vouloir toujours plus ? vouloir par en avant…

on dit en général que dans la vie, quand on veut on peut

mais est-ce que quand on peut on veut est aussi vrai ? à vérifier… si on peut…

vouloir ou ne pas vouloir, voilà l’une des multiples questions…

deuxième partie…

c’est un peu plus que ce que je n’aurai jamais (a little more than I’ll ever get)

en vouloir toujours un peu plus que ce que l’on n’aura jamais… ouain, pas mal une garantie qu’on va être déçu(e) ça non ?

et si on ne savait pas vraiment ce que l’on veut profondément ? si le vouloir était beaucoup plus vaste que ce que l’on peut imaginer ?

à moins qu’on apprenne à utiliser ce manque à avoir comme source de motivation…

et ainsi se servir du vouloir plus pour avancer, tout en relaxant quant à l’obtention de la patente tant désirée car sinon essoufflement garanti et insatisfaction en perspective…

vouloir aller de l’avant… mais jusqu’où ? car toujours ici à ce que l’on dit… pas si simple la vie 😉

alors il faut peut-être apprendre à vouloir ne plus vouloir ? mais encore là, pas mal un serpent qui se mord la queue ça…

mais peut-être qu’il faut revenir à nos classiques cathos pour saisir une partie de l’équation…

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel…

et alors faire confiance que ce qui est est, que ce que l’on a est parfait… et quand même continuer à suivre ses désirs jusqu’au bout car pas parce que ‘on veut ne plus vouloir qu’on ne voudra pas…

oui je le veux…

vouloir tout ou ne rien vouloir, same same peut-être

47686783_1778358115624384_4080574979693871104_n.png

de rien…

réaction jugementale

47578791_1920199961362127_7136175822586511360_n.jpg

les dernières chroniques –13/12/18

on ne sait à peu près rien de tout, mais on juge… on juge tout, tout le temps, tout le monde… sauf nous-même souvent… quoi que…

au lieu de réfléchir, on juge et on donne notre opinion sur à peu près tout… sans savoir ce qu’il faut savoir à propos de quelque chose, sans nécessairement connaître tous les faits pertinents, on juge anyway

au lieu d’être témoin de la vie qui passe et se passe devant nos yeux et d’observer avec neutralité, on se fait juge et partie… et on attribue nos peines à quiconque se présente à notre tribunal… basse-cour en direct et ptit juge des bécosses

et avec la multiplication des divers réseaux antisociaux, les occasions de juger se sont multipliés d’autant… et les jugements flyent all over the place

au lieu de se garder une ptite gêne, de s’informer, de lire, d’éplucher les faits, de peser les arguments des 2 côtés, de tenter de connaître les dessous et les derrières des choses, on shoot nos jugements et on émet nos opinions à tous vents… on rend notre verdict…

réfléchir peut vouloir dire faire fléchir sa pensée à la lueur de faits nouveaux… ré fléchir…

ou prendre le temps de bien observer, d’observer longuement, de laisser mûrir sa réflexion…

car on peut réfléchir autant la lumière, que sa propre ignorance… et tant de choses que l’on ignore en cette vie…

car pas que la lumière qui peut être reflétée, la noirceur de l’ignorance et de la peur peut également être reflétée, elle peut être projetée sur les choses et les autres…

quand on voit noir, le monde devient noir…

quand on est insécure, le monde devient menaçant…

quand on est mal en soi, le bien disparait du monde…

mais quand on juge, on fixe sa pensée, on durcit sa position, on arrête d’évoluer… et en poussant cet logique au bout, quand on juge on meurt de fixation…

pourtant la vie coule et s’écoule… toujours…

toutes ces choses qui se déroulent devant nos yeux ne sont que réflexion de nous-même…

alors prenons soin à ce que l’on choisit de regarder car ces choses finissent par devenir nous…

car certains événements sociaux sont difficiles à saisir, car si complexes et lourdement chargés sur le plan émotif… et les émotions nous empêchent souvent de réfléchir…

bien sûr que dans nos vies personnelles, parfois important de ne pas trop réfléchir et d’y aller d’instinct, de suivre ce que l’on sent, de suivre l’élan de vie…

mais quand on regarde les choses à l’extérieur de soi, utile de prendre une distance et d’observer ce qui monte, car souvent ça monte avec quelque chose en lien avec notre histoire personnelle…

quel beau jeudi pour observer notre réflexe à juger non ?

alors bonne observation jugementale…

vérité relative

48363634_1970428073004816_8685625965138673664_n.jpg

les dernières chroniques –12/12/18

traduction: la vérité peut être questionnante… on doit parfois faire de grands efforts pour la saisir… elle peut sembler contreproductive… elle peut aller à l’encontre de certains préjugés durement ancrés en nous… elle peut ne pas résonner avec ce que nous voulons désespérément que soit la vérité… mais nos préférences ne déterminent pas ce qui est véridique… – Carl Sagan

la vérité dérange… il faut que la vérité dérange…

mais souvent on se contente de mensonges qui consolent…

en ces temps de fake news et de surinformation, de plus en plus difficile de saisir cette dite vérité… du moins à l’extérieur… tout ce qui est raconté peut être twisté, tordu, présenté avec un biais variable, embelli ou enlaidi selon ce que l’on veut que les gens croient…

tout est médiatisé, rapporté par un medium inévitablement toujours plus ou moins tendancieux… l’objectivité peut-elle être humaine ? pas certain…

parlant vérité et médium, Joao de Deus, le grand guérisseur Brésilien, vient d’être accusé de crimes sexuels par plus de 200 femmes… son avocat nie catégoriquement toutes les accusations…

d’ailleurs toutes ces dénonciations publiques depuis quelques années au sujet d’abus sexuels ou de fraudes électorales ou politiques viennent ébranler le concept de présomption d’innocence et de vérité…

qui dit vrai ?

mais qu’en sait-on ?

la seule vérité absolue qu’on puisse connaître ne peut venir que du dedans non ?

même pas !

car même la nature de ce que l’on vit en soi peut être floue et confuse par moment, twistée à sa façon ou, du moins, notre capacité d’interprétation peut ne pas être juste… car on croit bien ce que l’on veut bien croire…

on peut penser détenir la pleine conscience mais l’univers est si vaste et mystérieux…

alors que pouvons-nous vraiment saisir de ce monde en terme de vérité ?

probablement que ça ne peut passer que une clarification de soi…

alors pour ce qui est de la Vérité, celle avec un grand V, la vérité absolue, la vraie vérité vraie, bien malin celui ou celle qui peut prétendre savoir…

en vérité en vérité je vous le dis…

que rien nous ne savons vraiment, avec certitude, avec plein conscience…

alors tout ce que l’on peut faire est de continuer à tenter de s’y approcher…

en élaguant le superflu, en épluchant les couches de mensonges et d’illusions, en laissant tomber ce qui obstrue la vue…

en acceptant aussi que cette dite vérité puisse faire mal et nous heurter par moment car la vérité est une rough and tough… la vérité décape et ramène le bois original de notre âme à son essence naturelle… essentiel alors d’accepter le brin de scie qui vient avec, la poussière que provoque ce sablage existentiel…

et se rappeler que nos préférences ne déterminent pas ce qui est véridique… 

bonne quête à vous aussi…

 

je t’aime beloved Master

47578912_10156814726544105_4078578889348087808_n.jpg

les dernières chroniques –11/12/18

aujourd’hui marque le jour de l’anniversaire de naissance d’Osho, mon maître de coeur, et celui de plusieurs autres personnes sur la terre… une lumière, une étincelle, un amour pur… malgré qu’il ait quitté le navire en 1990, il est encore plus vivant que jamais…

au-delà des scandales de Wild Wild Country dans les années 1980, au-delà de la peur et de la méfiance généralisée face aux gourous, au-delà des livres qui vous suggèrent de congédier vos gourous, Osho continue de briller dans mon ptit coeur de disciple…

j’ai eu et j’ai encore divers enseignants au cours de ma vie, mais un seul maître… le Daime, Mestre Irineu, Veeresh – qui était lui aussi disciple d’Osho – mais un seul maître…

si les indiens s’inclinent et embrassent les pieds de leur gourou, moi, ce matin je m’incline bien bas et virtuellement au coeur de mon maître…

je t’aime beloved Master… depuis toujours, here and now, pour l’éternité, and beyond…

24909890_10154945786922797_4355737043415358189_n.jpg

Mamazonia

les dernières chroniques – 9/12/18

j’ai reçu ce cadeau de mon ami hier Stéphane Dufort… Stéphane est un ami – musicien – avec qui je joue à différentes affaires depuis des années… de la musique notamment mais vous le connaissez déjà un peu si vous suivez ce blogue car c’est lui qui a conçu le visuel de l’album et la pochette du CD, de même que le livre de chants…

et toute la gamme des formats électroniques…

Capture d_écran 2018-08-27 à 19.14.43

en créant ces vidéos, l’idée est de donner plus de visibilité aux hymnes de l’album et de permettre aux gens qui veulent apprendre à jouer et/ou chanter les hymnes de le faire… car les paroles et les accords suivent le déroulement de l’hymne à l’écran… cours de musique virtuel…

l’héritage de notre lignée spirituelle que celui du don, de la passation et du partage de notre musique…

et l’idée consiste éventuellement à créer des montages photos pour chacun des hymnes afin de les illustrer, les faire voir et les diffuser… de nos jours, il faut être créatif  et débrouillard en do ré mi si on veut faire circuler sa musique et – peut-être – éventuellement en vivre un peu…

mais surtout l’idée centrale est de donner vie à ces hymnes et envie aux gens de les écouter et de les connaître, en commençant cette fois par Amazonia, l’hymne phare de l’album à mon avis… pour leur permettre de voyager de par le monde ces ptits hymnes d’ici et d’ailleurs…

Amazonia est à mon avis l’un des hymnes les plus parlants de l’album Les Hymnes du Pays d’en Haut…

il m’est tombé dessus, comme un ange descendu des cieux, il y a 3 ans jour pour jour lors d’un voyage à Chazuta au Pérou, un tout petit village Quechua multi-centenaire ans situé dans les montagnes de l’Amazonie péruvienne, en compagnie de Jacques Mabit de Takiwasi et d’un groupe de guérisseurs autochtones d’un peu partout dans le monde…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

au retour du périple dans ma cabane, la mélodie de cet hymne, que je n’avais jamais entendu, m’a subitement et de façon forte et surprenante envahi, puis les paroles sont venues immédiatement par la suite…

étant moi-même simple visage pâle de Montréal-Nord, je ne me sentais pas mandaté pour délivrer un tel hymne au sujet de l’Amazonie… nao seu da Amazonia quand même… mais quand un hymne veut passer par là, un hymne ne niaise pas avec la puck… et quand l’Amazonie te pousse au cul, tu as intérêt à dire sim, à te tasser du chemin et à procéderce que je fis… alors j’ai abdiqué et j’ai enregistré la mélodie pour ne pas la perdre, puis ai transcris les mots… ce qui donne ceci…

à son écoute, plusieurs personnes m’ont dit être profondément touché(e)s par cet hymne qui chante les 6 pays englobant la plus grande forêt et poumon du monde… cet hymne rapporte également quelques-uns des différents noms attribués à l’ayahuasca, de même que les 3 grands mouvements religieux du Brésil qui utilisent ce sacré sacrement dans le cadre de leurs rituels… de plus cet hymnes rend hommage aux curandeiros et curandeiras sud-américains qui travaillent avec cette plante, de même qu’à Takiwasi, un centre où depuis plus de 25 ans le Dr/Chamane Jacques Mabit travaille auprès des toxicomanes avec l’ayahuasca et différentes plantes de guérison au coeur de l’Amazonie péruvienne…

comme seconde étape dans la promotion de cet hymne, nous comptons créer un photo-reportage pour accompagner la musique afin d’illustrer la beauté et la splendeur du poumon de la terre, mais aussi la fragilité de ce grand écosystème en ce moment menacé avec la venue d’un gouvernement de droite au Brésil qui compte exploiter davantage les multiples resources de l’Amazonie, mettant du coup en danger plusieurs peuples et tribus qui y habitent depuis des générations…

si la musique touche le coeur via les oreilles, on dirait que les images quant à elles se rendent à l’âme via les yeux… alors les deux combinés ont probablement plus de chances de faire passer le message… c’est ce que nous verrons et entendrons…

en terminant, j’ai un ptit service à vous demander…

mon ami Stéphane Dufort qui crée de bien belle choses musicales et graphiques, a besoin d’aide pour populariser sa chaîne Youtube… il a besoin d’abonné(e)s pour l’aider à poursuivre son travail de création de diffusion, un travail qu’il fait la plupart du temps sur une base bénévole… alors un ptit coup de main pour mon chum Steph ? et si vous trouvez et voulez faire connaître dans vos réseaux, lâchez-vous lousse…

si vous appréciez ce blogue et ces chroniques que nous vous offrons depuis plus de 7 ans car c’est le plaisir d’écrire qui en est le coeur, et si vous aimez cette musique que nous vous offrons également gracieusement, merci de cliquer sur ce lien ci-bas et de vous abonner à la chaîne Youtube du Rainbow Circle… ça sera votre bonne action de la journée…
https://www.youtube.com/channel/UCQGRZxk9nHGeTEUHjGcQqNw

et si vous voulez voir un autre volet du travail que Stéphane avec le Rainbow Circle – l’un de mes plus précieux cercles d’appartenance – cliquez ici…
http://rainbowcircle.ca/wordpress/

Meegwetch Steph, obrigado tout le monde…

https://atisupino.hearnow.com/

Capture d_écran 2018-09-30 à 08.22.46

no suck no fuck / shake & bake

Capture d’écran 2018-12-08 à 06.56.19.png

les dernières chroniques – 9/12/18

traduction : les lundis ne sont pas d’la marde, la météo non plus…. ta job n’est pas d’la marde, pas plus que ne l’est ton/ta conjoint(e)… ton état d’esprit négatif, ça c’est d’la marde… ton manque de respect envers toi-même et ton d’amour propre ? ça aussi d’la grosse marde sale… arrête de te plaindre à propos de ce qui te manque dans la vie et manifeste tes foutus rêves…

bel exercice de traduction que celui-ci… the fuck out… quelle belle expression mais comment le phoque traduire ça ? et puis suck en tant que verbe, pas mal non plus ? mais ça ne veut pas dire que ça suce… quoi que ça suce peut-être l’énergie ?

définitivement, l’anglais a un telle flexibilité, une telle imaginabilité… ça illustre si bien et si précisément la vie en mots de 4 lettres punchés et straight to the point… parmi eux suck et fuck, entre autres…

aussi vendeurs que le shake and bake de notre enfance… brasser la cage et créer sa vie… short and sweet…

mais le message central de cette courte et punchée citation ne doit pas être lost in translation

rien n’est d’la marde autre que notre capacité de transformer la vie ainsi, ni notre manque d’amour et de respect envers soi-même…

si on mettait toute cette énergie à créer plutôt qu’à dénigrer et bitcher, probablement que nos vies suceraient moins et que nous les considérerions moins brunes et nauséabondes…

tout repose sur comment on voit et conçoit les choses, qui repose à son tour sur un choix, sur une décision perceptuelle qui relève de notre libre-choix… oui la liberté existe…

car la vie n’est peut-être simplement qu’une trame grise – en 50 nuances ou plus – et on peut soit la voir plus ou moins noire, soit plus ou moins blanche… ou somewhere in between

comme le fameux verre d’eau… à  nous de choisir… soit on bitch et on pense, soit on le cale…

soit on blast et on obsessionne sur ce qui nous manque, soit on bouge notre nice little ass et on bouge vers ce que l’on veut…

même énergie requise, ou peut-être même moins au bout du compte que de concentrer les choses positivement plutôt que de bitcher sa vie et envier les autres et laisser la vie nous pousser tut naturellement au cul…

anyway, pas plus vert que le nôtre le gazon de personne à moins 15 et en hiver… saison ou tous les phoques sont out… et en rabaska à patins…

suck and fuck, ou cheers up et crée…

quitte le hall d’attente et bouge…

Capture d’écran 2018-12-09 à 06.07.14.png