musique multisensée


les dernières chroniques – 20/10/18

le chroniqueur est fou comme un ptit balai de sorcière…

je suis allé cueillir mes 200 premiers CDs hier… quel bel objet… cette pochette a été conçue en collaboration avec mon ami Stéphane Dufort (rainbowcircle.ca)… je le souligne car c’est important… il a donné une signature très esthétique à notre humble musique… et je lui en suis très reconnaissant…

je dis humble musique car c’est notre premier CD, pas encore d’égo de musicien… mais à force de travailler on va y arriver 🙂

et je dis notre musique et non ma musique, car moi tout seul, ça ne sonnerait pas du tout comme ça sonne maintenant… alors encore une fois merci à Charles, Édith, Jim, Raoul, Myriam, Lilia, Joelle, Éloi et Bijou, mes comparses en cette aventure…

pour en revenir à l’objet CD, initialement, je ne voulais pas faire graver de CDs; j’avais plutôt en tête de faire faire des clés USB format carte de crédit avec le logo car je trouve que les CDs sont un peu dépassés… et pas très écolos… mais comme les clés USB sont encore trop dispendieuses, je me suis rabattu sur les CDs…

et comme en faire faire 500 coûte presque aussi cher que d’en faire faire 1000, je me suis dit : why not coconote de musique 😉

alors en plus de chroniqueur et musicien à temps partiel, me voilà rendu pusher de CDs on the side

comme on compte faire quelques spectacles ici et là avec notre musique, il était essentiel d’avoir un objet si les gens aiment nos chants et nos notes de coco pour nous ramener à la maison…

drôle de feeling quand même hier quand j’ai ramassé les dits objets car dans les faits, comme la version MP3 était déjà en ligne depuis un bout, je n’ai rien fait avec les CDs… non, pas vrai, ! j’en ai glissé un dans le lecteur de mon auto… une des dernières places où ils servent 😉 et encore là…

quand même, le fait d’avoir un objet constitue tout de même quelque chose… je sais que ça ne veut rien ce que je viens d’écrire là… mais ça fait tout de même quelque chose au coeur…

comme les livres qui ne disparaitront jamais j’imagine… le toucher et la vue sont des sens précieux… y a pas que l’ouïe…

alors voilà, après l’étape création suit celle de la promotion… pas ma préférée je l’avoue… mais faut ce qui faut…

on a 2 concerts prévus, le 4/11 au Théâtre des Marais à Val-Morin, et le 11/11 au Gésu à Montréal… en après-midis…

les deux concerts seront en deux parties : pour la première, Édith, ma belle, va jouer tous les hymnes au piano alors que dans la deuxième, Charles et moi nos joindront à elle (sans oublier Lilia pour Crianças, la 5 ;-)… et le 11, notre ami Jim sera aussi avec nous et sa guitare au Gésu…

si vous voulez écouter la musique, j’ai encore débloqué le site pour le week-end:
https://atisupino.hearnow.com/

bien sûr vous pouvez vous procurer l’album en ligne, simple et facile et si de notre temps…

mais si vous cherchez un bel objet à toucher et à voir, ou pour offrir en cadeau, à Noël ou à la Trinité, pourquoi ne pas offrir la musique et la beauté ensemble, beau 2 pour 1

un CD pour 20 $, 2 pour 30 $, 3 pour 40 $ ou 5 pour 50 $… good deal mes ami(e)s, bon deal…

atisupino@gmail.com

voilà mon pitch de vente est fait, qui vivra écoutera…

et en passant, la seule raison pour laquelle on veut vendre notre musique, c’est pour pouvoir en faire d’autre… déjà un autre album de 12 hymnes est en chantier, Hinos do Vale da Vida, plus une version piano des Hymnes du Pays d’en Haut – Les Hymnes du Piano d’en Haut

et en terminant, un merci tout spécial aux gens qui ont soutenu ma campagne de $ocio$ le printemps dernier, c’est grâce à vous si ce ptit oiseau est parti en orbite… vous savez qui vous êtes… et moi aussi…

croix du Christ

44088638_347481299346057_8483656532498579456_n.jpg

les dernières chroniques – 19/10/18

traduction: pourquoi vous vous entêtez à vénérer des christs de croix ? quelle partie de mon histoire vous fait croire que je pourrais aimer les croix ?

c’est vendredi, alors allons-y gaiement dans le dash… et donnons la parole à Jésus si vous le voulez bien…

à ceux et celles qui veulent garder le crucifix à tout prix, en particulier dans le ring de boxe verbale de votre vieille capitale, qu’est-ce qui vous donne un tel kick dans le fait de continuer à ce que moi, que vous considérez drôlement comme le seul fils de Dieu, je pendouille au-dessus de vos têtes pour le reste de l’éternité ?

vous êtes masos ou quoi ? vous aimez ça me voir pendre là ?

vous ne savez pas que je n’ai même pas été crucifié ? qu’une fake news

ne rouspétez pas… y étiez-vous vous ? alors qu’en savez-vous ? que des histoires chers ouailles, des oui-dires, des qu’en dira-t-on…

et ne croyez pas tout ce que l’église catholique vous a dit et continue de vous dire… il y a de nombreuses choses que ces hommes (ça ne vous semble pas étrange que ça soit un boys club d’ailleurs ? ) qui se disaient mes représentants ne vous ont pas dit.. parlons-en aux autochtones d’Amérique entre autres…

car ma vraie vie pourrait vous surprendre… comme celle de mon père et de ma mère… de même que ma relation avec Marie-Madeleine… 😉

nous étions de grands mystiques à l’époque, on a beaucoup voyagé, jusque dans les Himalayas, on tentait d’éveiller les consciences, on était des chercheurs de vérité… on ne voulait pas casser la baraque…

parait que l’histoire qu’on vous a racontée est très différente de celle que l’on a vécue… mais vous savez, ces journaux à potins…

oh je l’admets, j’ai bel et bien dérangé quelques bien portants haut placés à l’époque…

on vire pas quelques temples à l’envers sans se faire quelques ennemis…

mais d’ailleurs ça aussi qu’en sait-on au juste ? 2000 ans plus tard, et de nombreuses manipulations, interprétations, traductions in between ? ne croyez pas tout ce que l’on dit, même si c’est dans les internets…

mais d’insister pour que ce symbole macabre continue de flotter au-dessus de la tête de vos gestionnaires sous prétexte que c’est un symbole culturel ? come onenough and over my dead body

pendant ce temps-là, vous flippez de peur devant quelques voiles ou kippa, vous obsessionnez sur les musulmans et vous êtes prêts à congédier des gens qui font leur travail avec intégrité depuis des années ? ou au moins pire, à ne plus en engager dans l’avenir…

et d’autre part, vous pensez que cette terre est votre pays, qu’elle vous appartient ?

entendez-vous la mort qui vous chuchote que cela n’est pas le cas ?

d’ailleurs, qui vous a dit ça ?  quelle preuve en avez-vous ? encore ici, parlez-en aux autochtones… plusieurs d’entre eux savent que nous sommes ici pour en prendre soin… alors que vous voulez l’exploiter…

vous êtes vraiment si fier(e)s que ça de votre passé catho-culturel ? assez pour défendre le maintien de ce symbole de souffrance et d’agonie (avec moi dessus) dans les murs du temple du peuple de votre belle province ?

Jesus-Christ !

chers colocs, nous ne sommes que des colocataires temporaires ici bas, tous et toutes sur le même pied d’égalité, que nous soyons un(e) Volant, un(e) Tremblay, un(e) Smith, un(e) Singh, un(e) Fattouh ou un(e) Goldstein… que des passagers here and now… que nous soyons encore en corps, ou qu’en esprit…

CAQ cela ne tienne…

pour ma part, moi I have had enough, sioux…

40035430_10216590368572583_1395240441300910080_n

ici ? ben tannant

41440952_2160422320912259_7483579543723180032_n

les dernières chroniques – 18/10/18

gros temps dans l’actualité ces jours-ci…

et comme j’enseigne en toxicomanie, et que le travail de session de mes ouailles porte sur le pot, je dois rester informé car mes étudiant(e)s doivent suivre l’actualité du dossier légalisation, tout comme moi mais hier j’ai fait une overdose de consommation… de nouvelles… ou de dites nouvelles…

le pot bien sûr hier… mais déjà la CAQ… les signes religieux qui en font encore jaser certains… les musulmans qui demeurent une obsession pour d’autres… le climat qui inquiète – avec raison il me semble… l’Arabie saoudite… et le reste du plat de poutine planétaire… et on ne parle même pas du gros Voldemort roux down south

mais à-travers ce fil de – mauvaises – nouvelles, ce que je remarque, c’est que plus ça change plus c’est pareil… les noms changent, les pays aussi, les divers événements font place à d’autres, mais au fond, c’est toujours la peur qui fait tourner le monde… et qui probablement fait vendre des armes et du pétrole, LA business du monde…

la peur, ou son pendant, la haine…

et le renforcement de la démonisation de ce qui est différent de soi…

j’ai commencé à unfriender quelques personnes qui postent des messages de peur – peur des musulmans surtout – car impossible de discuter avec quelqu’un qui a peur… la peur rend aveugle… et incapable de voir le large picture… impossible de considérer la situation sous tous les angles quand on se sent menacé(e)s…

une faille d’insécurité et la peur s’insère, sans fin… jusqu’à la fin du monde… car pas de limite à a peur… la peur va jusqu’au bout de soi…

juste pas envie d’avoir in my face des idées et des mots qui ratatinent l’esprit, des concepts qui nous éloignent des autres… des vagues news qui, dans la plupart des cas, qui ne reposent sur rien d’autre que la peur, la menace qui pèse sur nous éventuellement et l’insécurité…

car oui peut-être que nous, les humain(e)s, l’humanité, sommes dans une situation critique environnementalement parlant, en train de scrapper la terre sur laquelle on vit, mais pas envie de faire porter mon regard en plus sur la peur de l’autre et sur nos différences… pas envie d’encourager la petitesse humaine… pas envie de découper l’humanité entre moi, nous et les autres…

j’ai plusieurs ami(e)s et connaissances au Brésil et je vois cette même division frapper en ce moment, ce scindage d’opinion actuellement en deux groupes qui pourtant partagent de nombreuses valeurs spirituelles et humaines communes..

mais dès qu’il est question de politique, ça commence à fuckailler… l’humanité se scinde en deux, moi/nous et les autres… les bons et les mauvais, les pour et les contre, les blancs et les noirs, les de gauche et les de droite

ci ou ça… pourtant, la vie est ci et ça… et rien de tout cela si on ose voir les choses autrement…

pourtant, ici maintenant, so far so good non ? ici, juste là… pour nous en tous cas gras durs et privilégié(e)s du monde moderne…

bien sûr, on peut s’inquiéter et être préoccupé(e)s à-propos de l’avenir si on veut, mais nous ne sommes que maintenant, nous ne serons toujours que maintenant… et maintenant ne peut être que ce qu’il est…

même chose pour ici… même si les deux concepts peuvent se préparer dès mantenant, à partir d’ici…

mais on dirait que c’est plus thrillant – ou connu ? – d’avoir peur pour plus tard… blame it on later alligatorsoon soon baboon l’apocalypse… or only in a little while crocodile

mais right now, business as usual…

on dirait que le monde aime se faire des peurs avec l’avenir de l’humanité, en ayant peur pour l’avenir de nos enfants quand, au fond, il me semble que c’est notre seul et propre avenir à nous-mêmes qui nous fait faire dans nos froques…

en commençant par notre propre mort… qui me semble la mère de toutes les peurs…

mais maintenant on est full vivant(e)s vous et moi, alors vivons bon sang… vivons totalement, prenons des risques, aimons, faisons le bien, donnons, partageons…

pendant que c’est ici, pendant que ça passe et que ça se passe…

OK d’avoir peur aussi, si ça vous dit, mais moi je n’ai pas envie de laisser cette peur me garder petit et méfiant de tout ce qui bouge, de tout ce qui vient ébranler mes prétendues certitudes… envie de couler avec le flot humain qui coule dans mes veines et de voir ce que je peux apporter au monde, à mon humble mesure…

car la fin du monde – de la peur-  est proche, toute proche… la fin est en vue…

43652038_10157854751938989_1001471165224452096_n

suffit de plonger notre regard en soi, là où se trouve la source…

je vous salue Marie

43652886_1731530010292627_7790628993392181248_n.jpg

les dernières chroniques – 17/10/18

déjà en surdose d’histoires de peur moi là là… pendant que la nature crie famine, nous on est accros à la simple gestion sociale d’une simple plante… qui est déjà consommée avec relativement peu de problèmes par une bonne proportion de la population depuis des années… et des siècles… des millénaires même…

le fédéral qui ouvre un nouveau marché, les provinces pognées avec sa gestion sans vraiment le vouloir, tandis que de nombreuses villes (et propriétaires) en interdisent toute consommation sur leur territoire…

et en parallèle, quelques déjà riches investisseurs fiscalement paradiasiaques (dont d’ex chefs de police qui ont fait carrière en arrêtant les méchants poteux d’antan ou des politiciens nouvellement convertis au cannapitalisme qui salivent et investissent en grandpendant que le crime organisé baisse ses prix contre les SAQ à pot qui ouvrent aujourd’hui ici alors que c’est le privé qui s’occupera des affaires ailleurs… et que les psys nous ressortent leurs histoires de peur…

bienvenue dans un nouveau mad trip

alors plutôt que d’en rajouter, je vous en passe un (excellent) papier…

https://www.ledevoir.com/societe/539158/histoire-la-prohibition-en-question?utm_source=infolettre-2018-10-17&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

et on verra si…

44023497_10158281314006980_8010381506193129472_n

riencertitude

44165077_10156868921422369_4037380150000615424_n

les dernières chroniques – 16/10/18

alors êtes-vous aussi intelligent(e) que moi vous aussi ?

car full doute je suis… sur tout et même sur rien… depuis tout petit, je doute de tout, même de ma propre existence…

alors quant à penser savoir quelque chose de certain sur quoi que ce soit, on repassera…

mais ce que j’observe, c’est que nous ne sommes pas tous ni toutes capables de soutenir le doute…

car plusieurs – et ça semble être ceux qui crient le plus haut et fort, le gros orangé en chef dans tous ses états en premier lieu – semblent penser savoir…

alors on les laisse se réconforter dans leurs prétendus certitudes ?

et nous on continue à douter OK ?

car tellement plus confortable même si indisposant… et si pas facile pour vous, vous allez voir on s’habitue…

sioux sur l’avenue du doute… si elle existe… peut-être que si peut-être que pas ?

______

la vérité est un miroir tombé de la main de Dieu et qui s’est brisé… chacun(e) en ramasse un fragment et dit que toute la vérité s’y trouve… – Rûmi

similigalisation

44054655_10157119919649903_3554960253558718464_n.jpgles dernières chroniques – 15/10/18

dans quelques jours, l’histoire s’écrira… mais pas nécessairement pour le mieux… je me retenais de parler de cet enjeu qui est parti sur une Scheer depuis un bon moment (jeu de mots voulu) en cette ère de grande Harpeur (celui-ci aussi)…

le marché du cannabis va devenir légal mercredi au Canada… d’un trou d’eau à l’autre, de père en fils… (ici aussi)

l’affaire a été montée en grosse business… excellent modèle d’affaires… pour quelques gros joueurs sûrement un peu amis des décideurs et grands amis du party qui ont dû bien joué du coude pour prendre les grandes parts de marché… enfin de l’énergie verte et renouvelable me direz-vous…

pourtant, malgré la prétendue libéralisation à venir, on dirait que la prohibition s’est sournoisement disséminée un peu partout… on ne sort pas une gang d’avocats d’un (en)jeu aussi payant aussi facilement…

la panique est pognée au peu partout au pays, en particulier ici au Québec avec la CAQ qui va faire passer l’âge de 18 à 21 ans permis (les Hells vous remercient Mr Legault) pour aller magasiner à la SAQ du pot (on sera les plus sévères au pays en plusieurs domaines, âge interdiction de culture, etc…), où il sera interdit de se s’en faire pousser un plant ou deux (mais comment on va les découvrir me direz-vous ?), et où il sera interdit de fumer à peu près partout malgré le fait que ça sera légal au fédéral… à part chez-vous si vous êtes propriétaire, et encore là, il ne faut pas habiter un condo où la majorité des autres copropriétaires ne le veulent pas…

j’enseigne à l’université en toxicomanie et le travail de session de mes étudiant(e)s consiste justement à suivre la mise en place de cette légalisation… similie légalisation… cette légalisation qui n’est pas encore en vigueur mais qui déjà suscite peur et panique un peu partout… au moins, ça va donner un break aux gens des religions autres que catholique pour quelques semaines… le pot est la nouvelle menace du moment… malgré des taux de consommation supérieurs à 10-15 %…

parmi les abberations, certains policiers ne pourront jamais en fumer afin d’être toujours aptes au travail, d’autres pas moins de 28 jours avant leur shift… certains poteux doivent rire dans leur barbe… la police policée…

certains dirigeants d’entreprises sont persuadés que dès mercredi matin, leurs employés vont arriver au travail gelés comme des balles… déjà les psys sont sur un pied d’alerte…

définitivement, ce dossier qui semblait vouloir amener un certain lousse envers les adeptes de la verte Marie s’est en fait transformer en nouvelle terre sainte pour les avocats… de la prohibition, nous passerons aux prohibitions…

car certains avocats sont déjà prêts à contester la validité légale des mécanismes de détection pour identifier les futurs poteux aux volant, comme s’il n’y en avait pas déjà… car le pot stick longtemps dans le gras.. d’autres s’arment déjà pour défendre les policiers et autres employés à qui ont veut interdire d’en griller un sur leur temps libre…

il parait même que les employés de la SAQ du pot sont formés pour en vendre mais en informant les client(e)s que c’est un produit dangereux… définitivement pas la SAQ avec ses cartes privilèges et ses cartes inspire… drôle de dénomination pour les proprios des SAQ à pot

même les urgences – et les psychiatres – se préparent au pire avec les armées de futurs jeunes psychotiques qui viendront envahir leur territoire déjà surchargés… comme si les lois allaient empêcher les jeunes de consommer…

tout cela comme si l’herbe de Marie n’était pas déjà fumée par des millions de personnes au pays, les jeunes entre 15 et 25 ans en particulier, mais pas seulement… même nous vieilles têtes de pot (potheads) sommes au post depuis longtemps…

personnellement, si vous voulez savoir, si ça n’avait été que de moi, qui ai ait ma thèse de doc sur cet enjeu, et antiprohibitionniste vendu et favorable en général à toute ouverture envers la transparence et à un recours moindre à toute criminalisation, sans oublier un consommateur occasionnel de cannabis depuis plus de 45 ans (eh oui j’ai consommé avant que mon cerveau lent de tête en l’air ne soit complètement développé, vous savez maintenant d’où ça vient ;-), j’aurais simplement légalisé comme ils l’on fait au Vermont…

là-bas, dans les vertes montagnes au pays de Bernie, on a légalisé – quoi qu’en réalité on pourrait dire que c’est davantage une décriminalisation – sans ouvrir de SAQ à pot, ni sans permettre aux quelques ptits amis du gouvernement aux resources suffisantes (et de sources fiscalement paradisiaques à ce que l’on dit) de faire des milliards…

au Vermont, ceux et celles qui veulent fumer doivent s’en faire pousser eux-mêmes… joint final… la loi, qui est entrée en vigueur le 1er juillet dernier, permet aux adultes de 21 ans et plus de posséder 28 grammes de cannabis ainsi que quatre jeunes plants et deux plants matures… sans plus… pas spectaculaire ni très payante pour quiconque mais plus simple et moins capitalisante…

tandis qu’ici, au nord du Vermont, c’est le branle-bas de combat et tout le monde est sur le pied de guerre en attendant l’apocalypse cannabinique dès mercredi à minuit…

mais on n’efface pas 95 ans de prohibition et de discours de peurs reliés à une certaine substance en criant pétard… ça devrait se faire, mais avec le temps…

alors on se slack les joints durs…

contrairement au Mexique, pas de plan de mur entre le Canada et le pays du gros Donald, qu’un gros écran de fumée…

la queue dans l’oeil

43620145_2765809823432874_4013352037067522048_n.jpg

les dernières chroniques – 14/10/18

traduction : j’ai passé 5 minutes à regarder mon chien courir après sa queue en me disant à moi-même comment les chiens pouvaient se divertir eux-mêmes si facilement… et tout à coup, j’ai réalisé que je venais de passer 5 minutes à regarder mon chien courir après sa queue

sous des allures un peu nounounes, cette citation en dit beaucoup sur nous, humain(e)s… en fait elle dit tout sur nos rapports sociaux…

c’est l’histoire de la poutre dans nos ptits quenoeils versus la paille dans ceux de nos frères et soeurs…

vieille histoire biblique d’autant plus actuelle de nos jours avec les réseaux asociaux qui nous offrent une infinitude de défilement de pailles à zyeuter…

même chose avec les glands médias qui nous présentent toutes sortes de clowns aux cheveux jaunes oranges qui nous font regarder ailleurs dans ce grand jeu cirquesque dont nous sommes tous et toutes partys prenantes

greyés d’yeux qui regardent en dehors de soi, il nous est toujours plus facile de regarder et de voir ailleurs… chez autrui… out there

pourtant, c’est avec notre propre queue que l’on joue le plus… et nous sommes autant le chien, la queue que le/la maître(sse) qui regarde…

bon film…

wouf wouf…

car au fond

43299312_2056427654409295_301961605640355840_n.jpgcombien de film d’aventures pour compenser ce manque d’aventure dans nos vies ? combien de film de super héros pour combler cette expression atrophiée de grandeur en soi ? quelle quantité de pornographie pour combler notre besoin d’intimité ? quelle somme de divertissement est requise pour remplacer notre capacité de jouer ?