ding dong good morning

44832315_2179101855480281_4828277594212270080_n.jpg

les dernières chroniques – 9/11/18

traduction: je crois que nous sommes une espèce qui souffre d’amnésie… je pense que nous avons oublié nos racines et nos origines… et que nous sommes perdus à plusieurs égards… nous vivons au sein d’une société qui investit d’immenses sommes et de grandes quantités d’énergie pour s’assurer que nous demeurions perdus… une société qui investit dans la création de l’inconscience et dans l’abrutissement afin que les gens demeurent des consommateurs endormis et passifs de produits plutôt que de poser les questions pertinentes… – Graham Hancock

et vlan… habituellement, on fait dans le plus léger ici le vendredi… mais ce matin, novembre et première neige à venir obligent, on plante le couteau drett dans le gras du tofu (chronique végane)… car ces mots sonnent juste et résonnent encre plus juste…

et en même temps, peut-être que tout est parfait tel quel… peut-être que le grand plan se déploie exactement tel qu’il devrait… sinon probablement que les choses seraient différentes…

car comment la réalité apparente pourrait-elle être autrement de ce qu’elle est ?

tout est question de perception nous dit-on… alors percevons différemment…

et ne soyons pas consternés par l’apparente décadence de ce monde… tout brise… chaque chose doit être réparée… pas avec le temps comme on dit, mais avec l’intention… alors va… aime avec intention, avec extravagance, inconditionnellement… ce monde qui craque attend dans l’ombre la lumière que tu es… – L. R. Knost

37976182_1806302102781190_3363250570075832320_n.jpg

car de toute façon

22788868_10155017161594135_7329093072716754577_n.jpg

alors que fait-on ?

prenons conseil auprès de mon idole d’enfance, Bruce lui-même:  vous allez continuer à souffrir si vous avez une réaction émotive à tout ce qui vous est adressé… le vrai pouvoir consiste simplement à tout observer avec logique… si les mots ont le  contrôle sur vous, ça veut dire que n’importe qui peut vous contrôler… respire et permets aux choses de passer

43879967_10212943523645164_5788242530495627264_n.jpg

alors bon vendredi chers lecteurs/trices, et tant qu’à attendre, venez donc nous écouter dimanche au Gésu dès 14 h 30…

car comme on dit, la musique adoucit les peurs…


BE LIKE A LION, FACE THE THROWER

When you run after your thoughts, you are like a dog chasing a stick – every time a stick is thrown, you run after it. But if instead you look at where your thoughts are coming from, you will see that each thought arises and dissolves within the space of that awareness, without giving rise to other thoughts. Be like a lion, who rather than chases after the stick, turns to face the thrower. One only throws a stick at a lion once.

🦁 Dilgo Khyentse Rinpoche via JJ

divine musique

42698757_337768466972811_5279532881536876544_n.jpg

les dernières chroniques – 8/11/18

traduction: le but ultime de la musique consiste à relier l’âme à sa nature divine, et non simplement du divertissement… – Pythagore

surpris de lire que ces mots sages sont de Pythagore, comme vous sûrement je pensais qu’il avait surtout fait dans le théorème lui…

mais quelle justesse… quelle sagesse… quelle harmonie dans ces mots…

car c’est bien le but ultime de la musique à mon avis également, yo Pyth ! relier l’âme à sa nature divine… surtout pour ça que je le fais personnellement… la mienne, la vôtre…

relier l’âme à sa nature divine autant quand on l’écoute que lorsqu’on la joue… et imaginez quand on la joue en groupe… et qu’on la présente au monde… live… il reste de la place dimanche prochain au Gésu en passant 😉

car en effet autant la musique peut nous divertir, nous détourner de nos préoccupations, nous occuper l’esprit et nous permettre de nous évader, autant elle peut ramener à soi, à son coeur, à son âme… coming home again… revenir à la maison…

et personnellement c’est exactement ce genre de musique que j’aimerais faire… que j’essaie du moins…

pas qu’il n’y ait rien de mal à se divertir, à faire une musique qui remplit, une musique d’ambiance… chaque musique a sa fonction propre…

mais moi, la musique qui passe par moi, elle ne vient pas vraiment de moi… alors pas moi qui décide vraiment… au service…

la musique qui me passe à-travers est reçue de nulle part, elle émerge d’états pas tout à fait ordinaires… elle est inconnue, plus grande que moi, et vient de la nature, elle vient du Pays d’en Haut… elle émane d’espaces sacrés, méditatifs, cultivés, protégés…

et depuis quelque temps, ces chants – hymnes dans notre cercle – veulent sortir et rejoindre le coeur des gens… sur la place du marché, dans le monde… un peu contre mon gré en fait car fondamentalement je préfère l’intimité… depuis des années, on les joue et les chante en petits groupes et dorénavant, ces hymnes veulent sortir et prendre l’air, se promener, se faire découvrir… ils veulent se faire entendre…

alors je les suis, je suis ces hymnes qui me mènent par le bout des doigts… je fais ce qu’ils me disent de faire… et j’ouvre un chemin…  tout aussi inconnu que le reste… humblement, mais certainement…

alors come ils voulaient voyager, on en a enregistrés une première douzaine… on les a publiés, et on veut maintenant vous les jouer… les partager, les communiquer… en fait on veut davantage communier grâce à eux que communiquer… on veut créer un pont d’or vers vos coeurs, notre same et même coeur, notre same et même âme… religiore… relier… sacrée musique va…

en passant par vos oreilles… de nos doigts à vos oreilles

tellement fort cette pulsion que j’ai décidé d’arrêter d’enseigner après cette année pour me consacrer uniquement à ça… sans idée aucune d’où ça mènera… un peu fou mais il y a quelque chose qui me pousse au cul… ot et me dit de tenter de le faire… quoi faire d’autre alors que…

40035430_10216590368572583_1395240441300910080_n

en passant, déjà plus de 2 700 écoutes sur notre site d’écoute gratuite en ligne… allez voir ça…
https://atisupino.hearnow.com/

let’s go… en avant la musique…

11389993_10152876115022797_3227911024527296510_n

uno duo trio quartette quintette…

0-2

les dernières chroniques – 7/11/18

ce matin, trève de mots, on commence par 3 photos… prises par notre amie Camila dimanche dernier au Théâtre du Marais à Val-Morin, un joyau niché dans un écrin situé dans les montagnes des Pays d’en Haut.. parfait pour une première des Hymnes du Pays d’en Haut, tout là-haut…

ci-haut le Beija Flor Vroum Vroum Band à la trois… Charles, Édith et ati…

ci-bas, fois quatre, avec Lilia qui chante Crianças…

4croppé.png

et ci-bas, on rajoute tatie Myri pour Okahey et hop, nous voilà 5… une histoire de famille notre affaire… que l’on voudrait bien voir continuer à grandir…

0-1.jpg

la musique prend de plus en plus de place dans ma vie… et dans celle de ma belle, dans celle de plusieurs ami(e)s… on doit ça à Carioca, qui nous a contaminé les doigts et les oreilles… Obrigado Maestro…

depuis qu’on l’a rencontré il y a une quinzaine d’années, nous sommes nombreux à gratter, chanter, pianoter… et à recevoir des hymnes, chants, mélodies divines et etc…

on offrira un deuxième spectacle dimanche prochain au Gésu en ville… à 7 sur scène cette fois… un cadeau de remerciement aux gens qui nous ont soutenu dans la concrétisation de l’album… je dis concrétisation plutôt que réalisation car il était déjà tout à fait réel ce projet… dans ma tête et dans mon coeur… on n’a fait que le laisser descendre dans la matière… straight down from le pays d’en Haut…

si vous regardez bien les photos, vous verrez le titre salle Cogeco au-dessus de la porte… c’est que nous avons joué dans le Grand Hall du Théâtre du Marais dimanche dernier… et dimanche prochain, nous offrirons également notre concert dans la salle Custeau, juste aux portes de la salle principale du Gésu…

symboliquement important de jouer au seuil des grandes portes… on ne pouvait pas se payer les grandes salles à notre première sortie… mais on a les yeux rivés dessus… en tant que défi, objectif à atteindre… en standby… on vise les portes et les scènes de salles plus grandes…

car on veut en faire encore et encore de la musique, encore plus de musique, et la partager avec plus de gens… pas pour faire des sous, surtout pour la passion… quoi qu’éventuellement, si ça pouvait nous permettre de ne faire que cela, on en serait bien reconnaissants à tous les êtres divins du Pays d’en Haut qui veillent sur nous…

car la musique nous unit moi, nous, toi, vous… la musique permet de nous re joindre… nous relier… religiore… sacrée musique va… la musique permet de partager le même espace sans que les mots et les concepts ne brouillent les ondes… même si je chante surtout en portugais… poétique et exotique cette langue… et surtout la musique qui transporte les ondes… les bonnes vibes…

alors chers lecteurs/trices, le voilà mon petit rêve à moi : vous rejoindre encore plus… par les mots parfois, comme je le fais ici depuis 7 ans, et par la musique de plus en plus souvent je l’espère pour les 7 à venir…

et comme on dit : qui ne rêve pas ne peut se réveiller…

alors on continue à compter… sextet et orchestre synfunique…

peur pas peur on avance

45403680_10215861060456045_6567420460655443968_n.jpg

les dernières chroniques – 6/11/18

traduction: pour avoir peur, vous devez imaginer des choses qui ne sont pas arrivées… pour ne pas avoir peur, il n’y a rien à faire… – Sadhguru

drôle comment en anglais on est dans la peur alors qu’en français, on doit l’avoir… to be in fear et avoir peur… bien sûr, j’aurais pu traduire par «être apeuré(e)»… mais dans e langage courant, quand on parle de la peur, on l’a ou on l’a pas… et pour l’avoir en effet, on doit faire preuve d’imagination car désormais sont les situations apeurantes au quotidien dans les faits concrets…

vrai que pour avoir peur, il faut penser par en avant la plupart du temps car pas mal comfos nos vies actuelles… un toit, au chaud, de quoi manger… seulement l’argent qui est un peu serré dans nos têtes parfois, ou dans le compte de banque… mais on aime penser à tout ce qui pourrait arriver… et qui n’arrive jamais…

c’est ce même Sadhguru qui disait l’autre jour qu’on ne souffre pas à cause du passé ni de l’avenir car ils n’existent pas… que ce qui nous fait souffrir, ce n’est que notre mémoire et notre imagination…

la peur que ce qui s’est passé de difficile avant pourrait se répéter, et encore pire bien sûr, et/ou que ce qui va arriver dans l’avenir va être terrible… ainsi va le mental humain… à observer alors… et à ne pas prendre pour du cash…

et à rire de un peu même car on connait la game non ?

alors suffit de…

45375389_2026241347422624_8190641893491605504_n

car la vie continue…

 


J’épluchais une pomme rouge du jardin quand j’ai soudain compris que la vie ne m’offrirait jamais qu’une suite de problèmes merveilleusement insolubles. Avec cette pensée est entré dans mon cœur l’océan d’une paix profonde.

🍎 Christian Bobin via Rchard T

l’amour des gens, et vice-versa

14671321_10154975761254523_8523064634298756892_n.png

les dernières chroniques – 5/11/18

traduction: j’ai beaucoup appris cette année (et avec la réalisation de cet album)…  j’ai appris que les événements ne se déroulent pas toujours de la façon dont vous les aviez prévus, ou comme vous pensez qu’ils devraient se dérouler… et j’ai appris que parfois, certaines choses qui tournent mal ne se réparent pas, ou ne reviennent jamais comme elles étaient… j’ai appris que certaines choses brisées demeurent brisées, et j’ai appris que tu peux passer à-travers des temps difficiles, en quête du meilleur, aussi longtemps que tu as des personnes qui t’aiment… – Jennifer Weiner

dans la chronique d’hier ici sur ce blogue, le frère Phap Dung du village des Pruniers nous disait que lorsqu’on réalise un projet, il y a toujours deux buts parallèles… le premier consiste à réaliser le projet… le second consiste à être conscient(e) de notre relation au projet, à voir l’énergie de nos habitudes quand on se met en mouvement, et de nourrir notre compassion… le second est toujours plus important

compassion et amour alors…

hier, on présentait au Théâtre du Marais à Val-Morin le premier d’une série de deux «concerts-lancements», l’autre aura lieu dimanche le 11/11 au Gésu en ville à 15 h…

j’avais décidé d’offrir cet «extra concert» aux gens du Nord qui m’avaient soutenu au printemps lors de ma campagne de $ocio$… afin de leur éviter d’aller à Montréal… car ils/elles n’y seraient probablement pas aller…

en fait, lorsqu’on offre quelque chose aux gens, on s’arrange pour que les gens puissent le recevoir il me semble… en tous cas, je trouve que c’est la moindre des choses… alors un concert dans les Pays d’en Haut et les Hymnes du Pays d’en Haut en ville dimanche prochain… question d’accommoder les gens… ben commode en effet…

toutefois ce concert au Nord consistait un défi au plan technique car because infime et petit budget, on devait s’occuper de tout : technique sonore, bar à Kombutcha, organisation logistique de tout tout tout… et performance musicale en prime… on a tout fait, et bien… et on a eu bien du plaisir… et moi, auparavant, quelques nuits à ne pas dormir trop lourdement… ou du tout…

et si nourrir la compassion est l’objectif suprême selon le frère Phap Dung, constater qu’il existe des personnes qui nous aiment et nous soutiennent à nos côtés est à mes yeux – et à mon coeur surtout – tout aussi essentiel… les deux ailes du même oiseau amour…

hier de nombreuses personnes ont fait en sorte que tout roule smooth and easy

d’abord Morgane du Théâtre du Marais qui a été plus qu’accueillante… même avec la fièvre, même le dimanche… quel beau Théâtre on la chance d’avoir dans notre propre cour… profitons-en…

puis Jean-Patrice et son fils Loïc qui sont venus installer la techno sonore avant le spectacle… et leur partie de hockey… juste comme ça, par amitié…

Paripurna, Prashanti et Premala qui sont venus vendre du Kombutcha commandité au verre… les breuvages gracieuseté de Rise et de Tribe… thanks ! pas que moi qui parle franglais, les brasseurs de Kombutcha aussi on dirait… let’s drink to that alors ! c’est d’ailleurs notre campagne de levée de fonds pour l’enregistrement de nos deux nouveux albums… indeed, on voit grand…

Mimi qui a fait la porte… avec sa belle robe et son sourire…

Camila, Joanie et Maritza qui ont gardé Lilia une bonne partie de la semaine pour qu’on pratique pratique pratique Édith et moi…

et Lilia, Lilia, qui a chanté Crianças d’une voix de pro…

ici, une reconnaissance toute particulière à mes deux acolytes bêtes de scène pas bêtes du tout, Charles et Édith, avec qui on a eu un plaisir complice à jouer ensemble… ami de jeu musicale et amoure de ma vie…

comme vous voyez, si ça prend un village pour élever un enfant, ça prend une grosse gang pour faire rouler un spectacle, même un tout ptit…

parlant enfants, j’avais décidé d’inviter les parents accompagnés de leurs enfants hier car ils sont nombreux ici autour de Val-David… on a d’ailleurs refait Crianças en rappel avec Lilia et quelques-un(e)s de ses ami(e)s… full cute

et vive les enfants ! viva Crianças !

beaucoup beaucoup d’amour reçu de la part de tout le monde qui sont venus nous voir et surtout nous entendre hier… et qui ont apprécié pour vrai je crois… ce que j’ai senti en tous cas… et que certain(e)s nous ont dit…

autre merci spécial notamment à Myriam et Joëlle (enceinte jusqu’au cou), nos 2 choristes et amies aux voix divines…

toutes ces actions ont été réalisées par amour, pour l’amour de la musique… gracieusement et à partir du coeur… il réside plein d’espoir en ce monde… pas que désespoir…

la réalisation concrète de la première phase du projet de l’album des Hymnes du Pays d’en Haut se concluera dimanche prochain avec notre deuxième concert en ville au Gésu…

en passant, il reste de la place… si ça vous dit de venir goûter à cet amour, faites-moi signe…

dring dring love love…

Capture d_écran 2018-09-14 à 06.56.29

show time… quand même

45353108_10157090867666742_1004096743157006336_n.jpg

les dernières chroniques – 4/11/18

traduction: quand on réalise un projet, il y a toujours deux buts parallèles… le premier consiste à réaliser le projet… le second consiste à être conscient(e) de notre relation au projet, à voir l’énergie de nos habitudes quand on se met en mouvement, et de nourrir notre compassion… le second est toujours plus important… – le frère Phap Dung

show time ce matin…

je gratte la guitare depuis une dizaine d’années… depuis quelques années, l’appel de réaliser un album montait en moi…

le jour de mon anniversaire cette année, petit malin que je suis, lorsque mes ami(e)s FB me la souhaitait bonne, je les ai invité(e)s à souscrire à ma campagne de $ocio$… ce qu’ils et elles ont fait au-delà des mes espérances… content le B’day boy…

ce qui a fait que moi j’ai pu et dû faire cet album… mon album qui est devenu notre album…

et qui s’est fait un peu tout seul, mais surtout grâce à l’aide de mes ami(e)s musicien(ne)s, et particulièrement de Charles, un ange apparu sur notre chemin…

et ce matin alors, en plus de la leçon de vie, premier de deux concerts que j’ai promis quand ma campagne a atteint son objectif…

j’ai décidé de faire deux concerts plutôt qu’un seul car mes ami(e)s du Nord ne seraient pas tous venu(e)s à Montréal… et important que cette musique soit partagée… alors aujourd’hui on fait le Théâtre des Marais à Val-Morin et dimanche prochain le Gésu à Montréal… les deux fois, nous serons aux portes des salles principales… on se garde un ptit défi pour la suite…

comme on dit en France, ça me fout la trouille… et en même temps, ça crée une grande joie en moi… et les deux peuvent très bien danser ensemble…

alors cher frère Phap Dung, ce que j’ai appris ?

premièrement, en lançant la campagne de $ocio$, j’ai appris à demander… sans attentes, pas trop du moins… car sincèrement, quand on lance un projet, on veut minimalement que ça fonctionne et on fait tout pour ça…

appris aussi qu’on doit se fier à des gens qui connaissent un domaine mieux que nous… donc primordial de bien s’entourer… et d’écouter… tout en restant fidèle à ce que l’on sent et ressent…

appris aussi qu’en musique, on ne peut rien faire seul… on a besoin des autres… alors on doit bien s’entourer et faire confiance, laisser de la place aux autres et jouer en équipe…

au final, j’ai décidé de donner notre musique, de l’offrir gracieusement… en la mettant en ligne gratuitement… ici…

https://atisupino.hearnow.com/

on l’a mise en ligne, en plus de faire faire quelques CDs comme carte de visite lors des concerts… on a créé un bel objet… fier… merci encore Steph (http://rainbowcircle.ca/)…

0

en gros, la plus grande leçon apprise fut de passer du je au nous…

car pas ma musique anyway, on me l’a seulement chuchotée à l’oreille… straight du Pays d’en Haut… les hymnes, reçus… je n’ai fait que les relayer jusqu’en bas… et me suis bien entouré…

on the side, j’ai développé mon écoute et mon humilité… j’ai appris à garder ça simple… j’ai osé me mettre la face sur un poster et m’annoncer, dévoiler mes rêves… et risquer un peu…

et aujourd’hui, devant ami(e)s et connaissances locales, on présente notre bébé, mais  vivant cette fois, avant de faire de même dimanche prochain dans la grande ville…

excitant… et énervant… la trouille je vous dit…

alors merci aux gens qui ont soutenu le rêve…

merci aux musicien(ne)s et choristes qui ont dit oui et qui ont fait dring dring et là là là…

merci à Charles qui a tout capté, en plus de bonifier le projet de superbes airs…

merci la vie…

et

44314239_10155547500211046_3139300272203890688_n

so far so good

45200374_10156726233758685_3753662470217007104_n.jpg

les dernières chroniques – 3/11/18

traduction: si j’ai appris quelque chose de la vie, c’est que parfois, les temps les plus sombres peuvent nous mener aux endroits les plus lumineux… j’ai appris que les gens les plus toxiques peuvent nous enseigner les leçons les plus importantes… que les batailles les plus douloureuses peuvent déboucher sur les apprentissages les plus précieux… que les plus grandes pertes en amitié et en amour peuvent créer de l’espace pour des gens encore plus formidables…

j’ai appris que ce qui peut sembler être une catastrophe dans le moment peut éventuellement cacher une bénédiction, et que ce qui peut ressembler à la fin d’une route est en fait seulement la découverte d’un nouveau chemin… j’ai découvert que peu importe combien les choses actuelles semblent difficiles, il y a toujours de l’espoir…

et j’ai aussi appris que peu importe l’impuissance ressentie ou l’horreur relative des choses, nous ne pouvons pas abandonner… nous devons continuer… même quand cela fait peur, même quand nos forces semblent épuisées, nous devons nous ramasser et continuer d’avancer car peu importe ce que nous vivons en ce moment, cela va passer et nous passerons au-travers… nous nous sommes rendu(e)s jusqu’ici et nous traverserons ce qui s’en vient… – Daniell Koepke

bien besoin de ces quelques mots d’encouragement en ce moment on dirait nous les humain(e)s…

car les choses du monde semblent sombres en effet… particulièrement en ce bout d’automne grisounet… mais peut-être que c’est seulement la noirceur dont a besoin le soleil avant de réapparaître… peut-être est-ce l’aurore avant le monde nouveau…

on dit qu’à vaincre sans péril on triomphe sans gloire… ou quelque chose du genre… on dirait bien qu’on vit du péril en ce moment sur la planète… en route vers la gloire alors…

pas à pas… ensemble… avec foi…