note à soi-même

Capture d’écran 2020-01-09 à 12.08.21.png

••• les zultimes chroniques – 13/1/2020

traduction: tu dois être assez mature pour comprendre que toi aussi tu as des zones d’ombre, ce n’est pas toujours l’autre personne

lisez ça…

Connais ton ombre.
Connais son nom.
Vois où elle vit dans ton corps.
Écoute son histoire,
Mais n’en crois pas un mot.
Assois-toi avec.
Sens-la.
Reste avec.
Et quand elle brandit une épée
Prête à attaquer quelque chose, «là-bas»
Prends cette épée,
Et coupe-lui la tête.
Ressent sa colère.
Ressent sa peur.
Ressent son chagrin.
Fais-lui savoir que tu l’aimes.
Sans conditions.
Fais-lui savoir que lorsqu’elle apparaît dans la nuit,
Tu ne l’ignores pas.
Dis lui Merci de t’avoir transmis un message important.
À propos de ta situation karmique spécifique.
Car ton ombre est ton plus grand maître spirituel.
C’est ton amie.
C’est ton alliée.
Ton ombre te connaît mieux que quiconque.
Elle connaît tes peurs.
Elle voit tes angles morts.
Elle sait exactement comment te blesser,
Et elle sait aussi précisément comment te guérir.
Connais ton ombre.
Elle prononce ton nom.
Elle t’apporte un cadeau.
Plus tu la connais,
Moins elle te fera peur.
Plus tu la ressens,
Plus elle peut te guérir.
Cette ombre peut te transporter dans la nuit la plus sombre,
Au plus profond de la douleur,
Et pendant que tu retiens ses cris,
elle t’ouvrira le cœur.
Qui va s’enflammer.
Et enflammer ton âme.
Et puis tu verras.
Cette ombre
Dont tu avais si peur,
est en fait
faite de….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

lumière…

– Laura Matsue

eu sou luz, eu sou luz, porque tudo vem da luz… – Cristina Tati

je suis lumière, je suis lumière, parce que tout vient de la lumière… – Cristina Tati


prière originale en anglais

« Know your shadow.
Know its name.
See where it lives in your body.
Hear its story,
But don’t believe a word it says.
Just sit with it.
Feel it.
Stay with it.
And when it brandishes a sword
Ready to attack something “out there”
Take that sword,
And cut its head off.
Feel its anger.
Feel its fear.
Feel its grief.
Let it know that you love it.
Without conditions.
Let it know that when it shows up in the night,
You won’t ignore it.
Thank it for delivering you an important message.
About your specific karmic situation.
For your shadow is your greatest spiritual teacher.
It is your friend.
It is your ally.
Your shadow knows you better than anyone else.
It knows your fears.
It sees your blind spots.
It knows exactly how to hurt you,
And it also knows exactly how to heal you.
Know your shadow.
It speaks your name.
It carries a gift.
The more you know this,
The less it will scare you.
The more you feel it,
The more it can heal you.
And as that shadow carries you into the darkest of nights,
Into the deepest of pain,
And as you hold its cries,
It will open your heart.
Which will burst into flames.
And set your soul on fire.
And then you will see,
That shadow
That you were so afraid of,
is actually
made of light. »

– by Laura Matsue

Amor Fati ? oh yes…

••• les zultimes chroniques – 12/1/2020

comme vous vous en doutez, ou pas, je me pré nomme ati 😉

alors vous comprenez que lorsque je suis tombé sur ce concept dans les zinternets il y a quelques jours, j’ai tiqué… et j’ai tout de suite pensé à p’tit gros ati d’amour… à cause de fati oui… fat ati… ou ptit gros ati à mort… c’est selon… et c’est la vie…

et par la suite, jai fouillé un peu… pour y trouver quelque chose de précieux, que je ne fais que commencer à découvrir… et que je partage ici tout de même…

Capture d’écran 2020-01-11 à 19.35.25

amor fati… du latin oui… a love of one’s fate… l’amour de sa destinée, de son destin…

le feu y joue un rôle central, en brûlant tout ce qui n’est pas de la totale appréciation de ce qui est…

aimer son destin… pas juste être OK avec qui ce nous arrive, ni raisonner pour finir par accepter, mais aimer ce que la vie nous envoie, l’apprécier, en tirer quelque chose de positif… dire oui total…

l’idée est généralement d’être reconnaissant(e) et full gratitude pour ce qui nous arrive… tout tout tout… surtout ce qu’on ne veut pas, ce que l’on voudrait être autrement, surtout ce qui l’on trouve difficile… car s’y cache de précieuses leçons… car parfois on apprend dans le plaisir, d’autres fois, à la dure… aussi dur que notre tête on dirait bien…

grâce à amor fati, j’ai découvert le stoïcisme, ce qui manquait à ma culture générale… on fait référence à Niestche et Thoreau, mais aussi antérieurement à Marc-Aurèle, Sénèque, Épictète, Cato et autres penseurs de la Grèce et la Romaine antique… qui au fond rejoingnent ce que disent les grand maîtres Zen et Taoïstes, et probablement le même message que tous les grand sages… en passant, au féminin, on dit une grande sagesse ? just asking…

en fait, du matériel parfait pour un début de retraite… à condition de pas mourir trop vite car beaucoup de stock là… mais dans l’esprit de la philosophie amor fati, ce qui était était, ce qui est est et que sera sera – mais ça c’est Doris Day plutôt je crois…

si les concepts amor fatiens titillent autant votre curiosité qu’ils l’ont fait pour moi, voici un lien et on peut même y suivre un crash course d’une semaine pour en apprendre davantage…

https://dailystoic.com/amor-fati-love-of-fate/?fbclid=IwAR3Vt_6tQRmUehofcqTfonynZtdu9hXyV4Tx64oyDtTT9Yb5dzpuYkWNqwg

et ci-bas un autre vidéo sur une application plus concrète du concept… car comme on dit dans la cadre de ce concept, la philosophie ne sert pas seulement à pelleter des nuages, â sert surtout à régler les problèmes du quotidien…

de rien, mon plaisir…


et ci-bas en extra, un – formidable – texte de Jeff Foster sur l’opportunité qui réside dans une expérience de vie confrontante… qui a un certain lien…

THE SACRED HEART OF TRAUMA

Sometimes things don’t go our way. A loved one dies. An unexpected result comes. A relationship falls apart in a way we never could have foreseen. An infection returns. A business venture dissolves overnight. An attack comes out of the blue, shattering a body or a dream, or both. Something that seemed so solid and real yesterday turns out to be much less than what it seemed.

And a part of us cracks open. For a moment, all of our mind-made defences crumble. We are new-borns again, no longer invulnerable to the overwhelming glory and horror of creation. We are faced with the awesomeness of own impotence before the vastness of the cosmos, without the protection of ego. For a moment, we touch and our touched by the unfathomable mystery underlying all things. Impermanence bursts through the gaps in an outdated reality, and the sheer groundlessness of existence, the uncontrollability of events, the unpredictability of our emotional world, becomes obvious once again. Our eyes are open. Ancient teachings are alive. What is born must die. What is here will soon be gone. The very ground we stand on can open up at any moment. There is nowhere truly safe to stand. What is real? What can be trusted in this life? What is worth living for?

And we recoil. It’s all too much, the hugeness of experience. Quick, get back to normal. Quick, grab onto something solid, something manageable. Fix something. Seek something. Control something. Get a grip on something. Get an answer. Medicate. Work it all out. Distract yourself – with substances, with religion, with platitudes, with more and more and more experience.

Rather than face the unexplored terrors lurking in the deep, we fix our eyes once again on the surfaces. We shut out the greater terror of an uncontrollable existence by focussing on the things in life we think we have some control over. We block out our pain, and try to get back to normal, back to work, back to ‘reality’.

But normality is the problem, not the solution, and the old reality was too limited anyway. Life, in its infinite intelligence, was only trying to crack us open. We had become too small, too limited, too numb, too preoccupied with our own lives, trapped in our own stories, lulled to sleep by the comforts of modernity. In our pursuit of the positive, we had buried all that we had come to see as negative – the pain, the sorrows, the longings, the fears, the terrors, the paradoxes. These very natural energies we had pushed into the deep so that we could function, and be productive, and ‘fit in’. We thought we were ‘happy’. Yet our happiness had become so contingent, and our joy so dependent, and our contentment so very superficial. It was the kind of contentment that could break apart at any moment. And it did, for life seeks wholeness and nothing less.

And we are being called now to question everything. Everything.
Pain is not a block to healing, but a doorway. Grief is not a mistake but a portal. Even anger contains a path. And our deepest longings are not faults, but parts of ourselves that just want to be met.

Wounds open to be healed, held, be given loving attention.

Our suffering and the suffering of loved ones can often seem so random, so meaningless, so pointless, so cruel, so uncontrollable, and we rush to cover up our pain, hide it, deny it, or just pretend that we are ‘over’ it. As spiritual seekers, we may pretend that we have gone beyond, or transcended, or even completely annihilated our humanness. That we are invulnerable. That we feel nothing anymore except unending bliss. That we are so very enlightened, so very perfect.

But in the end you cannot hide yourself from yourself, because on some level you always know exactly where you’ve hidden yourself. The ‘enlightened me’ is the greatest lie of all. Where would the ‘unenlightened me’ hide?

No experience is inherently traumatic, no experience is truly unmanageable, but sometimes experiences can release volcanic energies in ourselves that we had repressed, pushed down, refused to integrate in our rush to be a consistent and solid and normal ‘self’. In trying to hold ourselves together, we had actually torn ourselves apart.

And now life has come to the rescue, with its love of wholeness. The terrors, the rages, the confusion, the unfathomable joys that we were never able to hold, have been released. Sometimes life triggers an explosion in us… and we rush to contain ourselves again.

Here is an invitation to remain uncontained a little while longer. Be a little more inconsistent, a little more of a mess. There is dignity in falling apart.

Bow to all of the ancient energies that are now flowing through you. An old life is falling away, a new life has not yet coagulated, and you stand now on holy ground, full of raging life and possibility, broken open but alive to these lost parts of yourself, in touch with joys and pains you thought you would never feel again, energies you had repressed since childhood or even before.

Your suffering is not a mistake, or a punishment, and ultimately it is not even yours. We all suffer. We all get ill, get old, and die, at least in our physical forms, and our physical forms are holy. We all experience loss, and wonder why. We all lose control, or wonder if we ever had control. We are all faced with situations we never would have planned, choices we never wanted to make, things that seem unwanted now, circumstances that just feel ‘wrong’.

But in the midst of the unwanted, if we can slow down, and breathe, and come out of the story of “how it was supposed to be”, and turn towards the present moment, we may find things that are okay, even wanted, even sacred, even healing. And we may begin to realize that we are not alone in our struggle. We are connected to all of humanity. Our suffering is our rite of passage, and many others have been on this journey. We walk in the footsteps of our ancestors. We are being invited to love ourselves even more fiercely, connect with our breath more deeply, feel the kind of compassion for ourselves and each other that we never would have felt if things had continued to ‘go our way’. Whose way, anyway? And why did we expect that things would continue to go our way, in a world of impermanence and constant change? Did we really believe that we were in charge? Can a wave control the vastness of the ocean? Did we lose our humility, our sense of proportion?

We are not in control. Everything is dying from the moment it is born, as the Buddha taught. Everything is made of crystal. And therein lies our greatest sorrow and deepest depression, but also our greatest potential for joy and liberation. We learn to get out of our own way, and embrace the way things really are. We learn to love life as it is, and let go of our outdated fantasies. We learn that real joy is not an escape from pain, but the willingness to feel it, and real contentment means opening ourselves up to even the most profound grief. If we can touch our own sorrows, we can touch the sorrows of all humanity. This is not wallowing, or indulging – this is waking up, the opening of eyes, the birth of true compassion.

We allow even our deepest traumas to teach us about love, and compassion, and slowness, and remind us of the preciousness of each and every moment of life. We allow life to break our hearts wide open to Truth. Everything is burning, as the Buddha taught, and to cling to outdated pictures of reality only breeds great sorrow.

We knew so much, and now we know less, and that is not a loss, but our freedom. And there is something within us that is never traumatised, something ever-present and trustworthy, something that survives even the most intense sensations, that holds and releases trauma as the heart pumps its blood…

– Jeff Foster

 

full vide

75424756_10156689078846299_5430378450869288960_n

••• les zultimes chroniques – 11/1/2020

traduction: vider lorsque plein… ou vide lorsque plein…

c’est à votre convenance… c’est la beauté avec l’anglais, plus twisté… plus direct, plus succinct, plus malléable, plus straight to the point… que le français qui fait en général davantage dans la dentelle… et le pointu…

en même temps qu’un gros jeu de mots de poubelles, se cache aussi une grande vérité psychospirituelle dans cette image…

genre…

faut se libérer des cochonneries qu’on transporte en soi… se vider, laisser aller, lâcher prise, purger et expurger, sinon ça va déborder… autant nos croyances, émotions refoulées, habitudes familiales limitatives, etc… toutes ces oeillères qui bloquent notre vision 20/20 et qui biaisent notre regard sur le tout…

genre…

le vide est plein, et vice et versa… genre yin et yang, blanc et noir, adam et ève, échec et mat et autres couples apparemment antagonistes mais dans le fond complémentaires…

genre…

quand nous mourrons, est-ce que ce grand tout devient grand rien de rien ?

genre…

je n’ai pas vraiment rien de spécial à dire ce matin, mais je vais écrire tout plein quand même…

genre…

on doit se tasser du chemin si on veut laisser le souffle de vie, Dieu, l’existence, le divin prana, name it, passer par nous, en nous…

genre…

quand on entame une prétendue retraite, une fake retraite comme les fake news, que voulez-vous, faux ce qui faux, ça prend un passage à vide afin de laisser le plein des nouveaux projets émerger, monter en soi, descendre d’en haut, c’est selon… une coupure, un vide créatif… afin d’inviter toutes sortes d’affaires créatives à venir..

genre…

l’état qu’on aimerait atteindre parfois dans notre mental… toucher le vide entre le trop plein non-stop d’idées qui circulent…

genre…

ce qu’on laissera derrière nous suite à notre passage sur terre…

genre…

ces pattes de mouches virtuelles qui ne veulent absolument rien dire et qui ont tout de même rempli le tout plein de l’écran blanc bien réel de mon ordinateur il y a quelques minutes…

allez, bon vide tout plein de schnout diverse qui nous tombera du ciel sur la tête et sur la terre…


It’s okay not to have New Years resolutions

It’s okay not to have big goals for your life

It’s okay not to have plans you want to

Manifest

It’s okay not to chase your dreams

That path is not for everyone

Some walk the path of

Unbecoming

They are traveling the road

Backwards

Seeking the core

What is basic and essential

What has been there all along

Though we may be headed the same direction

Our spirals are mirror opposites

Some walk the path of the visionary

Creating abundance and

Dancing inside a multiplicity of forms

And Some walk the path

of the serpent owl

Becoming more and more naked

Shedding layers of fantasy into the ash

Night sky

Sitting in the dark

And seeing the way the wind moves

They do not walk a line or

poise their arrow to the target

They sit at the bottom of the ocean

And wait

Letting the waves devour them

They are following the pulse

of listening

To silence

Like a tiger in the brush

Waiting for existence to strike lightening

Into the fire of the heart

For this kind

Nothing less will do

Some are opening the palms of their hands

And unraveling

To become

Less and less

Until they are

No-Thing

To become the still point

In the centre of

All

You know who you are

Keep going

– Maya Luna

se payer la (re)traite

30653061_1073724926148294_1862802572692160512_n.png

••• les zultimes chroniques – 10/1/2020

tadam, ça y est… fini…

comme disait jadis Dominique Michel – salut boomers 😉 f i fi n i ni…

pour le moment…

100 % engagé dans la retraite…

pour le moment…

car toujours que pour le moment la vie…

jadis la retraite voulait dire quelque chose…

maintenant, le mot retraite veut tout dire, et rien à la fois…

de nos jours, certain(e)s prennent part à des retraites de silence et de méditation… et ils/elles reviennent au travail le lundi matin…

d’autres font des retraites Vipassana de 10 jours… et certain(e)s de ces autres n’en reviennent pas…

d’autres encore, plus cigales que fourmis, se paient la traite tout du long du chemin, sans trop penser aux lendemains… et chantent, et chantent… en confiance, ou en inquiétude…

d’autres, plus fourmis, ont travaillé toute leur vie pour se payer une dite retraite mur à mur… pas le cas de plusieurs d’entre nous, ni de plusieurs jeunes aujourd’hui… et même là encore, certains ont cotisé toute leur vie à un fond de pension – salut boomers – pour perdre leur pactole quand la compagnie déclare faillite… empathie vers vous…

car jamais rien d’acquis en cette vie…

de toute façon, plusieurs qui ont une telle retraite mur à mur s’ennuient à mort… car on peut mourir de reer…

d’ailleurs, dès qu’on a des sous placés virtuellement, notre pactole est toujours susceptible de disparaitre dans un potentiel quelconque crash boursier bien réel… alors pour la sécurité, on repassera… une des plus belles illusions la sécurité financière…

avec notre notion d’âge qui s’est transformé au fil du temps, avec la vie qui s’allonge et qui s’étire, le concept de retraite n’est plus désormais souvent qu’une transition, avec ou sans revenu… en gros l’idée est de se rendre à 65 ans pour avoir le strict minimum…

d’ici là, se tenir occupé, créativement…

mais pour le moment, so far so good

car tout change… et tout est intemporel… et incertain…

personnellement, j’ai eu le privilège d’avoir un passe-temps (qui est toutefois devenu une job dans les dernières années, justement !) qui m’a procuré un petit coussin me permettant de ne pas fouiller le site de Workopolis ou les petites annonces dès lundi matin…

le privilège d’avoir ce petit coussin pour déposer mes ptites fesses pendant une couple d’années… pas le temps de m’endormir trop longtemps, pas la latitude de faire le tour du monde, mais je peux rester in peace pendant quelque temps… avant l’ultime RIP… et le remboursement de mon RAP…

le luxe de prendre le temps de ne rien faire pour un moment… ou du moins, d’en faire un peu moins car on ne fait jamais rien de rien… Édith Piaf le chantait si bien… salut boomers…

prendre le temps de terminer les rénos, le temps de lire le jour et de faire des power naps, le temps d’aller marcher en forêt plus longtemps que prévu, le temps de jouer de la guitare le matin, le temps d’écrire, plus qu’une chronique…

le luxe de regarder un peu par en avant… et de voir quels nouveaux défis j’aurais envie de relever comme le veut la formule conne mais sacrée…

j’aurais pu étirer la sauce et me rendre à 65 ans mais le coeur n’y était plus…

et comme le dit Goethe, il est essentiel de s’engager dans le vide pour que la providence intervienne… car tant qu’on joue safe, tant qu’on ne saute pas totalement dans ce vide justement, la vie nous tire par la manche… nous tire et nous retire…

d’ailleurs, je vous invite à prendre le temps de lire ces mots de Goethe… maintenant que nous sommes tous plus ou moins à la semi retraite…

payez-vous la traite, et refaites-le…

bye bye job

68671788_10156232041571946_9058148789621096448_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 9/1/2020

traduction: nous devons être prêt(e) à laisser aller la vie que nous avions prévue afin de vivre la vie qui nous attend… – Joseph Campbell…

après 22 ans de loyaux services, officiellement, aujourd’hui le jeudi 9 janvier 2020 est ma dernière journée d’enseignement… en fait, ma dernière journée de correction, tâche qui, bien sincèrement, me fait abandonner le métier…

il me reste 13 travaux de session – sur 40, petite session que celle-ci – à clancher – car je vais les clancher en ta je vous en passe un papier même si j’enseigne en ligne et virtuellement – et ensuite, basta officiel à ati chargé de cours de l’université de Sherbrooke…

j’ai eu une belle carrière…

6 ans comme chargé de cours à l’université de Montréal au département de criminologie, notamment pendant mes études de doctorat à la fin des années 1990, à étudier et enseigner la relation entre le crime et les drogues… comme je trouvais cette relation créée trop artificiellement (puisque certaines drogues sont classées comme illicites avec tout ce qui en découle, alors que d’autres produits sont agressivement mis en marché avec les résultats qu’on connait), j’ai quitté…

puis 16 autres années à l’université de Sherbrooke au département de santé communautaire de la faculté de médecine – oui m’ssieurs dames – à documenter et étudier et enseigner les divers contextes socioculturels d’usage des psychotropes depuis le début des temps… passionnant domaine de recherche auquel je compte bien continuer à m’intéresser… mais plus de corrections…

dans le cadre de ce cours, on m’avait donné l’opportunité en 2007 de développer un tout nouveau cours qui se donnerait totalement et uniquement en ligne, cours que j’ai dispensé avec bonheur pendant une douzaine d’années et que je laisse à une jeune prof passionnée qui y amènera du jus nouveau… car les temps changent et les choses doivent parfois être rafraîchies…

mais mononc’ati a moins de fun depuis quelques années… il est fatigué, tanné… et il a envie d’autre chose… même s’il ne sait pas quoi encore… on en reparlera…

j’aime encore enseigner mais je suis tanné de corriger… lors de certaines sessions, j’ai eu plus de 140 travaux de session à corriger… 140 x 5-7 pages à lire, noter, évaluer… 140 papiers à lire traitant du même sujet… un gars finit par reconnaître les emprunts littéraires des étudiant(e)s…

tant de correction à faire quand tout ce que je voulais faire était d’amener les gens à penser en dehors de la boîte, à voir les choses autrement, à remettre l’importance du contexte dans la balance, et surtout à se remettre en question face à tout ce que l’on croit savoir…

car lorsqu’on étudie les drogues, on met beaucoup d’importance sur les individus ou sur les substances, mais on oublie parfois que c’est le contexte qui détermine en bonne partie autant les substances consommées, que tout ce qui vient avec, notamment la réponse de la société face à ce dit usage…

au début, j’ai enseigné surtout à des ex, des gens qui ont un passé de toxicomanes et qui, pour continuer à travailler dans le milieu de l’intervention en toxicomanie, devaient se former dans le cadre d’un certificat universitaire… puis les cohortes ont changé… d’ailleurs, l’équipe de l’université de Sherbrooke en toxico a longtemps été l’une des plus reconnue au Québec en ce domaine… et peut-être l’est-elle encore, mais je suis moins impiqué dans mon milieu

car je suis devenu un outsider au fil des ans… je suis devenu un prof virtuel, un avatar… d’ailleurs, ça fait maintenant 12 ans que je n’ai pas rencontré un(e) seul(e) étudiant(e)s en chair et en os… car j’enseigne uniquement en ligne depuis 2007… j’ai même passé quelques hivers à enseigner à partir du Brésil… oui je sais, il y a pire comme job… mais quand même, temps de passer à autre chose…

je vous jaserai probablement de la suite dans certaines chroniques ultérieures…

mais pour le moment, je coupe court ici pour avoir le temps de terminer mes dernières corrections… car ce soir j’ai prévu une sortie souper ciné avec ma fille Fanny (qui est de passage pour quelques semaines avant de retourner au Guatemala pour terminer son stage chez Avocats sans frontières afin d’être consacrée officiellement avocate)… et je veux avoir terminer avant pour que cette sortie en soit une de célébration et de couronnement…

alors à demain chers lecteurs/trices… mais le chroniqueur, lui, est tout sauf triste…

marcher son chemin

81245615_2428683937397291_2280128378587578368_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 8/1/2020

traduction: sois prêt(e) à marcher seul(e)… plusieurs qui ont pris la route avec toi ne la termineront pas à tes côtés… – Janeta Jane

si vous suivez ces chroniques plus ou moins régulièrement ou depuis plus longtemps que moins, vous savez que les mots de chaque chronique partent d’une photo ou citation…

certains de ces starters m’interpellent plus que d’autres… celle-ci est en une…

c’est qu’il y a dizaine d’années, au Brésil, au tournant d’une nouvelle étape de vie, pendant une cérémonie prenant place en nature, avec des autochtones Caxinawa, un soir de pleine lune de janvier (la scène est encore aussi claire aujourd’hui qu’à l’époque dans ma ptite tête de pinotte), j’ai vu la vision (dans cette même ptite tête de pinotte) que je marchais seul sur une longue route désertique et quand je me suis retourné pour voir si quelqu’un marchait avec moi, il n’y avait personne, j’étais totalement seul… et une voix m’a dit de continuer à marcher… seul ou accompagné… continue à marcher…

pour un gars de gang comme moi, qui du moins l’a été pendant une grosse vingtaine d’années, important changement de cap de vie…

et je remarque qu’avec les années qui passent, pour moi mais pas seulement car je le remarque chez d’autres ami(e)s qui vieillissent eux et elles aussi (eh oui parait qu’on vieillit tous et toutes), on semble devenir de plus en plus solitaire avec les années…

pour le meilleur et le moins facile…

car assumer sa solitude grandissante requiert parfois de tout faire par soi-même, du moins d’accepter d’avoir à tout faire seul…

bien sûr que l’on cherche aussi à être entouré(e), bien sûr qu’il est utile et plaisant d’avoir des ami(e)s autour de soi pour nous aider à réaliser nos projets, bien sûr que l’idée générale est de susciter la coopération et le travail d’équipe…

car souvent plus facile et sain de faire ensemble… mais en même temps, parfois, certaines routes se marchent en solo…

quand on voit clairement où l’on veut aller, plutôt où la route nous appelle car pas toujours nous qui décidons de la destination… parfois c’est la vie qui nous tire, nous attire vers une but totalement inconnu mais tout aussi certain qu’inconnu… destination finale floue mais chemin clair…

un peu difficile à décrire comme processus mais cette image du lion solitaire – me – parle d’elle-même…

ce matin, même si le lion se reconnait dans sa solitude assumée, il envoie aussi à l’univers un ptit rugissement qui invite la solidarité, le compagnonage, le partage de route…

car le lion n’a pas envie d’absolument marcher seul… mais en même temps, la route l’appelle clairement par en avant… droit devant… il ne sait pas où il va, mais clairement, ça va vers l’avant… car la vision de la destination est claire… elle est ici, maintenant… la destination est le chemin… et vice versa…

et le ptit lion cherche l’équilibre entre marcher accompagné, si des gens veulent marcher avec lui, à ses côtés, mais en même temps, il sait de plus en plus où il veut aller…

et tout à fait OK que certain(e)s prennent leur propre route en cours de route…

Hakuna matata…

la vie après la mort ?

Capture d’écran 2020-01-07 à 07.15.21.png

••• les zultimes chroniques – 7/1/2020

traduction:  docteur, qu’arrive-t-il après que l’on meurt ?

la vie, la mort, enjeux fondamentaux…

la vie après la mort, grande question right ?

il me semble que l’après mort doit avoir un certain lien avec l’avant naissance

je parlais de ça avec un ami l’autre soir et on se demandait… et on se disait que tout est possible,  même si on en a aucune idée car nous sommes encore vivant(e)s vous et moi…

encore vivant(e), même si parfois nous sommes si fatiguée(s)s qu’on se sent à moitié mort(e)s…

on parle peu de la mort car ça ne semble pas nous concerner…

pourtant…

notre réalité d’humain(e) se situe quelque part entre la naissance et la mort… la mort du corps du moins…

car nous ne sommes inévitablement pas que notre corps… où le sommes-nous ? car aucune preuve du contraire jusqu’à maintenant… quoi que pour les athé(e)s, cela semble être une certitude…

et pourtant…

il y a quelque chose en notre corps qui observe la vie, une présence qui regarde passer pensées, émotions, sensations qui prennent place in this little body of mine

et on se demande parfois, plus souvent pour certain(e)s, ce qui arrivera après que ce corps ait rendu l’âme… libre… libre de nouveau… car cette âme a peut-être déjà été plus libre qu’elle ne l’est en ce moment…

parfois, on rêve afin de se libérer – temporairement – du corps…

parfois on dort…

parfois on écoute de la musique…

parfois on va se perdre en nature…

parfois on altère notre conscience…

mais toujours, peu importe l’activité, nous sommes limité(e)s par ce corps…

quoi que certain(e)s se servent de leur corps pour s’évader et considèrent ce corps comme un tremplin vers la liberté… je pense ici aux danseurs/ses et autres artistes, aux gens qui altèrent leur conscience à l’aide des drogues, aux gens qui se projètent dans l’au-delà de diverses façons…

peu importe nos activités quotidiennes, le corps est soit une limite à notre liberté, ou un tremplin vers celle-ci…

limite car il requiert des besoins particuliers et bien réels tels dormir, se nourrir, boire, se laver, etc… l’affectivité fait également partie des besoins fondamentaux…

et tremplin vers la liberté de différentes façons…

grand mystère que la relation entre la vie et la mort…

mais clairement, la vie après la mort demeure un mystère…

mais l’idée est probablement de bien vivre avant de mourir…

bonne vie d’ici là…

et pour LA réponse à LA question, ça dépend de nos intérêts…

Capture d’écran 2020-01-07 à 07.15.39.png

life is a joke