Archives pour la catégorie les zultimes chroniques

mon nami Kyle

••• les zultimes chroniques – 21/1/2020

ce matin je veux partager avec vous un certain Kyle Cease… un humoriste américain, que je suis virtuellement depuis quelques années ici et là, et qui a décidé de faire des spectacles différemment… en y ajoutant de la passion, de la conscience et la réalisation de ses rêves… en nous invitant du même coup à réaliser les nôtres…

il est une inspiration pour moi, jeune et récent retraité, qui rêve de relever de nouveaux défis comme le veut la formule consacrée… et qui voudrait mêler humour, réflexion, conscience et musique sur scène… à suivre…

alors au lieu d’utiliser mes propres mots ce matin, je le laisse se présenter lui-même… et vous divertir intérieurement…

et ci-bas, un formidable documentaire intitulé The illusion of Money… je vous le recommande fortement… 1 heure de votre précieux temps bien investie… grande source d’inspiration garantie… bien au-delà des bidous…

Capture d’écran 2020-01-21 à 06.22.45

https://kylecease.com/movie/?fbclid=IwAR0JKUH6XCH5a4yp5VSme2oHrsCga8svdcJbGpaSqFsV6eSqtm4sfIs4Ivg

30 ans plus de corps, mais de tout coeur

 

••• les zultimes chroniques – 20/1/2020

 

capture d_écran 2019-01-14 à 11.01.46chronique posthume…

hier j’ai pris une rare pause chronique… hors ligne pour la journée… nécessaire parfois… essentielle même…

mais hier, ça faisait 30 ans jour pour jour qu’Osho a quitté son corps… bien sûr, ce ne sont que des numéros… 10, 20 ou 30 ans, que des numéros…

mais néanmoins…

une opportunité de rendre hommage à mon maître, notre maître à plusieurs… une occasion de te dire, oh my dear beloved master, combien je t’aime…

combien tu fais partie intégrale de ma vie, comment tu vis au coeur même de mon coeur depuis avant même notre rencontre de corps… et au coeur de tous tes disciples aussi j’imagine…

tu as dit que lorsque tu quitterais ton corps, tu te dissoudrais – dissolverais ? – dans tes disciples, dans tes amoureux… je peux témoigner que c’est vrai… je peux dire au monde entier que tu vis en moi…. que tu t’y es logé ici, juste là, au plus profond de mon coeur, de mon corps, jusqu’à mon âme…

dès que je t’ai croisé en corps, j’ai su pourquoi je me suis incarné en cette existence… tu as pointé, pour moi et pour plusieurs autres amant(e)s de l’âme, aimants aimantes, âmant(e)s, la lune, et tu nous a dit de ne pas nous accrocher à ton doigt, mais de tendre vers la lune…

dès notre rencontre en corps, tu as déclenché des éclairs d’éveil en mon être…

à l’époque, je courrais après ta présence physique car cette présence réveillait à chaque fois une nouvelle petite partie cachée de mon âme… ensevelie dans la chair de mon corps…

et après que tu aies quitté la barque, tu nous a remis la clé de notre âme… et nous continuons à marcher depuis, à voguer… avec toi au centre de notre coeur… au centre du mien en tous cas…

alors aujourd’hui, 30 ans plus tard, je veux simplement te dire merci…

merci depuis toujours, maintenant, et pour l’éternité..

aho Osho ! ah this Osho !


‘If you have loved me, I will live for you forever.

In your love, I will live.


If you have loved me, my body will disappear,

but I cannot die for you….

Even if I am gone, I know you will search for me.


Yes, I can trust you will hunt for me in every stone and flower, in every eye and star…


And I can promise you one thing: if you hunt for me, you will find me…

in every star and in every eye…

because if you have really loved a Master, you have moved into eternity with him.


The relationship is not of time, it is timeless.


There is going to be no death.

My body will disappear, your body will disappear, that will not make any change.

If the disappearance of the body makes any change,

that simply shows that love has not happened.

Love is something beyond the body. Bodies come and go, love remains.


Love has eternity in it,

timelessness,
deathlessness.’

~ Osho

68758606_2356211717826896_4719146460950560768_n

JC prise 2

82859118_1308204426053538_6470770279017611264_o

••• les zultimes chroniques – 18/1/2020

traduction: la «seconde venue» du Christ est une transformation de la conscience humaine, un déplacement du temps vers la présence, de la pensée à la pure conscience, et non la venue d’un homme ou d’une femme… – Eckart Tolle

tout comme l’affirmait Mestre Irineu, le fondateur du Santo Daime, il est permis de penser que Jésus ne reviendra pas sur terre en tant que personne physique, tel que l’affirme ici aussi Eckart Tolle…

pour Mestre, Jésus est déjà revenu, sous la forme d’un breuvage enthéogène (nommé ayahuasca, Daime et de plusieurs autres noms) et c’est sa mère, la forêt bienveillante, qui nous offre son fils pour que chacun/chacune puisse communier directement avec Dieu… pas de curés, pas d’interférence, pas d’interprétation extérieure… une expérience personnelle… transpersonnelle en fait… trance personnelle, et fusionnelle…

intéressante interprétation… comme il y en a d’autres… qu se valent selon nos points de vue…

personnellement, je redécouvre l’essence de l’esprit christique depuis quelques années…

comme tout bon enfant du catholicisme, j’avais flushé complètement Jésus de ma vie à l’adolescence, et surtout toute la doctrine catholique, et Chrétienne dans son ensemble… même si j’ai été servant de messe durant ma jeunesse, même si l’appel du plus haut et du plus grand que petit moi a toujours été criant… mais Jésus ne crie pas, il chuchote… et on doit bien écouter pour entendre…

moi, personnellement, c’est par le biais des drogues et autres expériences que j’ai cherché la transcendance pendant de nombreuses années… et ça n’a pas tellement changé vous me direz, mais de ça on en reparlera plus tard 😉

pour en revenir à JC, désormais on ne parle plus du ptit Jésus, du JC de JP, qu’on s’imagine grâce aux ptites vues de Pâques de notre enfance, le ptit Jésus blond, qui parle français, et qui a souffert sur la croix pour nous afin que nous nous sentions assez coupable pour le reste de notre existence, ratatiné(e) de culpabilité éternelle…

non, il semble désormais qu’on redécouvre l’esprit Christique, la part de chacun(e) de nous qui se situe au-delà du jeu humain… le JC qui est la même chose que Bouddha, Allah, Krishna et autres gars… et filles car de nombreuses mystiques aussi…

le JC qui représente cette partie logée en soi qui voit clair, qui voit loin, qui sait… cette part en nous qui recoupe autant le coeur que l’âme… en lien avec le fil d’or qui nous lie aux cieux… car nous avons besoin de ce lien… avec plus que soi…

et JC est un portail… l’un des plus grands symboles d’amour en ce bas monde depuis quelques millénaires…

pas le JC de Rome…

pas le gars des vues, pas le JC qu’on aime créer à notre image… ou flusher à cause de tout ce qui a été entrepris en son nom…

pas le JC au nom duquel certains pensent qu’il est justifié de tuer d’autres humains… et malheureusement, bine du sang a coulé en son nom…

pas le JC qui serait le seul et unique fils de Dieu, plus fort que les représentations des autres religions (par hasard en grande grande majorité des gars, boys club jusque là)…

et surtout pas le JC duquel parlaient dans leurs hypocrites sermons les nombreux prêtres pédophiles de l’institution catholique… qui sont révélés au grand jour ces temps-ci…

non simplement le symbole JC représentant la conscience humaine, le JC aimant et non preachant… le JC qui nous dit de célébrer la vie et non seulement se repentir… le JC non instrumentalisé par quiconque institution… le coeur de JC… pas le JC culpabilisant, le JC célébratif de la vie et de l’amour… et du partage entre personnes de bonne volonté… qui en majorité peuplent le monde…

le JC symbole de l’amour, de la conscience et de la présence… oui le JC de la présence, présence à soi, présence à l’autre… présence à tout ce qui est, surtout à nos différences et à l’acceptation de tout ce qui nous fait peur… un présent JC, un cadeau, si on sait le saisir avec justesse… et non seulement en réaction à un passé bien tordu de ce qui fut fait et dit en son nom il est vrai…

alors vive JC… qui est en train de redescendre parmi nous, en nous…

 

Dieuliant

Capture d’écran 2020-01-13 à 11.57.38

••• les zultimes chroniques – 17/1/2020

traduction: les matins sont meilleurs lorsqu’on les commence en parlant à Dieu

certain(e)s commencent leur journée en parlant à leur Dieu ou à leur Déesse…

d’autres à leur téléphone intelligent…

certain(e)s partent leur journée avec du yoga ou en méditant, d’autres en faisant l’amour… d’autres seul(e) et en silence…

d’autres encore ne font rien avant leur première gorgée de café… peu importe si noir, si crème, si sucre… avec ou sans…

mon ami Ravi lui prend son thé et me lit qu’il dit… il dit qu’il lit, qui dit qui lit…

de mon côté, c’est en vous parlant que je commence mes journées… alors si on se fie à cette image, ça fait des Dieux et des Déesses de vous chers lecteurs/trices… rien de moins… Dieu passe par nous, il se fait passer pour nous… et vice et versa…

ainsi, dès que mon bon pied a atterri et foulé le sol, je mets une bûche dans le poêle, je me fais un café, je m’installe à mon ordinateur, me trouve une image ou citation bougie d’allumage telle que celle-ci, et bingo ! je fais tac tac tac sur mon clavier comme exercice ouvre jour… comme dans ouvre boîte…

je tape tape jusqu’à vous en laissant mes doigts dire tout ce que ma tête ne sait même pas encore… parfois ce qu’elle ne soupçonne même pas… nous sommes si mystérieux, même pour nous-même…

je commence la plupart de mes journées en laissant mon âme court-circuiter ma tête justement, la connectant avec doigts, pour se projeter tout d’abord sur mon écran, puis sur le vôtre… un peu partout dans le monde selon mes stats WordPress… et de façon surprenante, des gens du monde entier portent leur regard sur ces chroniques…

Capture d’écran 2020-01-12 à 07.49.03

toujours heureux de voir la provenance de vos yeux… et du reste de votre être… souvent un(e)s seul(e) lecteur/trice par pays… mais le lien est multi… salut le monde, salut mon monde…

touché de savoir que d’un peu partout sur la boule, nous nous rencontrons ici régulièrement, sporadiquement ou qu’une fois de temps en temps… d’un peu partout sur la planète… mais ici aussi…

et peu importe que l’on croit à Dieu ou qu’on soit plus ou moins ou totalement athé(e), peu importe quelle est notre routine matinale, peu importe qu’on parle à Dieu ou qu’on l’écoute, l’énergie des matins est unique…

et peu importe d’où vous lisez ceci sur la planète, que vous ayez les pieds dans la neige ou la tête dans le sable, sachez que vous êtes par le fait même en lien avec des gens d’un peu partout… d’un côté comme de l’autre d’un écran… mais sur la même boule…

au début de chaque jour, on dit bonjour au monde, chacun(e) à notre façon… peu importe notre position géographique, ou idéologique…

de mon côté, à mon humble façon, je réfléchis tout haut sur des sujets variés… simplement pour le plaisir de faire contact, pour le sens de connection…

rien à dire alors possible de tout dire…

et définitivement, nous ne sommes pas seul(e)s…

même si parfois, on se sent isolé(e)s, chacun(e) sur notre île, nous sommes toujours en lien… les un(e)s avec les autres…

finalement, peut-être que Dieu n’est que le liant entre nous ?

bon matin…

out & in

81678259_10156920029646662_6489648008903262208_n

••• les zultimes chroniques – 16/1/2020

je n’ai pas la prétention de vous apprendre quoi que ce soit dans le cadre de ces chroniques, je ne fais que réfléchir à hauts doigts…

et je vous apprendrai encore moins rien ce matin non plus en vous disant que nous, les humain(e)s, nous avons des yeux… la plupart d’entre nous en avons deux, ou trois c’est selon notre conception oculaire, tandis que d’autres en ont tout le tour de la tête…

mais peu importe le nombre, nous vivons en majorité par le sens de la vue… on dirait que la vie est arrangée avec le gars – et la fille – de la vue, des vues… grande et petite vie et vue…

la plupart du temps, on voit notre vie…

dès notre plus tendre enfance, on apprend la vie en imitant les autres, en modelant nos comportements sur ceux de nos parents… puis sur ceux de nos ami(e)s, fratrie et modèles sociaux environnants…

les conformistes imitent, les réactionnaires et les opposant(e)s font le contraire… pour éventuellement trouver ce qui nous motive de l’intérieur…

vivant beaucoup par les yeux, nous vivons surtout en regardant en dehors de soi…

nous nous attardons beaucoup aux apparences, nous observons le monde, nous lisons, nous portons notre regard sur le monde extérieur…

et avec la montée de la techno, cette tendance outgoing est encore d’autant accentuée… de plus en plus de stimuli nous attirent vers l’extérieur de soi, de nous-même… nous sommes attirés et sollicité(e)s de plus en plus à et par l’extérieur de soi…

pourtant…

Il y a un spectacle plus grand que la mer, c’est le ciel ;
il y a un spectacle plus grand que le ciel, c’est l’intérieur de l’âme.

– Victor Hugo
via Jean Gagliardi
https://jubilarium.blogspot.com

 

 

 

vivre à (vec la) mort

••• les zultimes chroniques – 15/1/2020

hier dans le cadre de mon étude du concept de Amor Fati, le cours du jour parlait de mourir avant de mourir… genre.. de se préparer premeditatio malorum, soit de contempler la mort – ou des événements tragiques – avant que ces apparents malheurs  ne se manifestent concrètement… histoire de se rappeler que nous ne somme spas éternels, histoire d’apprécier que so far so good

d’autre part, il m’arrive parfois d’écouter des Ted Talks…

habituellement, je les écoute, je ne les regarde à peu près pas… mais ceux-ci, je les ai visionnés car ces gens, qui témoignent de la mort de certains de leurs proches, sortent de l’écran… et nous rejoignent… là, jusque dans notre âme…

mais là, ouf, je suis soufflé… soufflé par le courage, par la résilience, par la force de vie des quelques personnes qui témoignent ici de leur expérience en lien avec la perte d’êtres chers…

alors comme je n’en connais que si peu à propos de la mort, à peu près rien en fait à part celles de mes 2 parents et de quelques ami(e)s proches, je me la ferme et je laisse parler ceux et celles qui l’ont vécu avec tant de grâce…

quelques minutes très vivantes…

bons voyages…

regarder tout ouvert

81295457_10156920038741662_8123414685962731520_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 14/1/2020

traduction: je préfère avoir l’esprit ouvert par l’émerveillement que fermé par les croyances

on a encore affaire ici à la limite du français pour traduire le terme mind… car le mind n’est pas du tout l’esprit… le mind n’est nul autre que le mental qui essaie de se faire passer pour l’esprit sain…

ah le mental, cette machine à penser qu’on traine dans notre ptite tête hyperactive et qui se situe tout juste là, d’où vous me lisez, oui oui juste là, derrière nos yeux… machine hyper performante dont le nom de scout et l’animal totem est hamster intuable

donc pour les besoins de la cause chose allons-y pour:

je préfère avoir le mental ouvert par l’émerveillement que fermé par les croyances

mais on a pas besoin d’aller jusqu’à l’émerveillement dès le départ… car très possible qu’une simple ouverture nous y mènera directement… ça peut-être la signification réelle de l’esprit saint ? lost in translation ?

beau défi de simplement tenter de voir le monde tel quel, croyances free

car on a beau croire à quoi que ce soit, ça ne reste toujours que des croyances… et pour certains membres de la Flat Earth Society qui a des points de service partout autour de la terre, ça ressemble à ça dans leur ptite tête de pinotte

83081503_3350076871670515_2164949149689053184_n.jpg

chacun ses croyances, tout le monde est libre…

alors gardons l’esprit ouvert minimalement par la curiosité, déjà un beau défi…

car nous sommes nombreux à aimer nous rassurer par des idées qui confirment nos propres – et pour certaines très vieilles – croyances… le propre des réseaux plus ou moins sociaux… qui trient les datas que l’on verra pour consolider notre propre monde intérieur, qui est par la suite projeté sur le monde extérieur…

mais ce début de nouvelle décennie, pourquoi ne pas soumettre toutes nos croyances à un reset ? gros défi je sais… car qui sommes-nous sans nos croyances ?

mais pourquoi ne pas tout foutre en l’air et on verra bien comment les choses retomberont en place ? les vraies croyances finiront bien par tomber à leur place…

car in mind we trust right ? non en effet…

mais on pourrait peut-être apprendre à faire confiance à l’esprit sain…

celui qui sait au-delà des croyances, avant les croyances, celui qui sait pour de vrai

cet esprit qui était vide et sain avant que la société ne le dresse, ne l’habille de ses habits socioculturels…

genre…

Capture d’écran 2019-12-30 à 09.08.55.png

oui, gardons l’esprit vide… et clair…

Capture d’écran 2020-01-11 à 20.15.52.png

car la perfection est peut-être juste ici, juste là derrière et devant nos yeux, et dans notre tête, notre coeur et notre corps… et avec votre esprit…

alors amène l’émerveillement…

pour enfin voir le monde tel qu’il est…


I am not an intellectual, neither am I a thinker.
I see things.
I am a Seer.

– Osho, From Personality To Individuality, Chapter # 16