Archives pour la catégorie les zultimes chroniques

pause chronique

67164321_10161932284600623_2342309068263129088_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 16/7/19

traduction au futur : lorsque personne n’entendra parler de vous pendant des semaines parce que vous êtes parti(e) explorer les profondeurs de votre être et tenter de percer le mystère de la vérité universelle – (en commençant humblement par la vérité personnelle)

à un autre maintenant…

bonne suite d’été…

on lit ailleurs d’ici là et se relie ici plus tard…

môman un jour môman toujours

Capture d’écran 2019-07-15 à 05.45.53.png

••• les zultimes chroniques – 15/7/19

aujourd’hui serait le jour de l’anniversaire de ma mère… je dis serait même si je pourrais dire est, même si je devrais dire est… car une date d’anniversaire ne change ni ne changera jamais…

mais on dirait que lorsque les gens ne sont plus chilling incarnés anymore, moins évident de célébrer le jour de leur naissance… pourtant… le jour de la naissance de notre mère biologique est directement lié au jour de notre naissance à nous-même…

mais un autre rapport à cette vie-ci quand les gens sont retournés à la maison…

ce qui ne devrait pas être, car si je suis né un jour, c’est parce que ma mère l’a été avant moi… donc aujourd’hui est le jour de l’anniversaire de naissance de ma mère… même si elle a quitté la barque depuis un bout…

Mimi, ma mère de corps, ma mère de coeur… mon vaisseau amiral en cette grande mer… la mère qui m’a porté, la mère qui m’a permis de venir à la vie, cette vie-ci… elle qui m’a aimé, nourri, logé… et planté les graines de l’amour en moi…

cette mère qui fut l’âme qui a donné vie à mon corps… celle en qui je me suis développé, celle en qui j’ai pris forme humaine, celle en qui je suis entré, celle de qui je suis sorti… mon vaisseau amiral, mon vaisseau admirable…

ma mère, qui a vécu la majeure partie de sa vie de femme en tant que Madame Jacques Dion, époque obligeait, pour devenir Madame Micheline Dion, ma mère qui est née Michelina Supino est morte il y a une quinzaine d’années…

mère un jour et mère toujours…

j’ai beau avoir eu une mère adoptive en Amala et une autre plus récemment en mama Sonia, la mère de corps demeure toujours la mère de coeur

alors en cette date qu’on ne peut jamais oublié, car on se souvient autant de la date d’anniversaire de sa mère que de la sienne, je porte un toast et lève mon verre à toi môman… tchin tchin let’s drink to that

amour vers toi Mimi up there qui m’accompagne encore et toujours ici bas, ici dedans… toi, qui, j’aime l’imaginer, me protège, veille sur moi, prends soin de moi… comme tu as toujours fait même quand je suis devenu grand…

en ce moment môman, ton fils file un drôle de moment… peux-tu l’éclairer et l’aider à voir ce qu’il a à voir, surtout ce qu’il ne voudrait pas voir, tout en respectant ce qui est important pour lui SVP ?

ben oui, comme tu sais mieux que moi môman, môman un jour môman toujours, jusqu’à la fin de l’éternité, qui on sait, est le boutt le plus long…

so sweet ma mère… 100 % môman…

65643645_360165404668943_1889304427873959936_n

tout tout tout

66707293_885754745120640_5485829540972331008_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 14/7/19

traduction: un être humain fait partie d’un tout que nous nommons Univers, une partie limitée dans le temps et dans l’espace… cette personne expérimente sa propre existence, ses pensées et ses émotions comme quelque chose de séparé du reste – une forme de rétrécissement de sa conscience… cette désillusion est une sorte de prison, nous limitant à nos désirs personnels et à l’affection portée aux quelques personnes de notre entourage… notre tâche est de nous libérer de cette prison en allouant de l’expansion à notre compassion afin d’inclure toutes les créatures vivantes et la nature dans toute sa beauté
– Albert Einstein

chacun chacune de nous est le monde entier…

chacun chacune de nous porte et est soutenu par le monde entier…

chacun chacune de nous contient le monde entier et en fait partie…

mais nous nous voyons séparé(e)s, croyons séparé(e)s…

pourtant…

c’est quoi déjà le truc pour redevenir ce tout Mr Albert ?

presque tout du rien

61352177_2107868345991306_5757318104539463680_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 13/7/19

traduction: j’ai débuté avec presque rien et je l’ai encore presque tout

on dit qu’on nait les mains vides, avec rien… il semble que l’on meurt probablement de la même façon… quoi que personnellement je ne me souviens pas de ma naissance et je ne connais rien de la mort… à part celle de quelques proches… que j’ai pu observer de loin…

entre-temps on ne peut qu’apprendre, en laisser aller un peu du trop que l’on porte…

mais comme on dit aussi, less is more…

 

la vie la Vie

65931974_10157122750381047_1890532380498722816_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 12/7/19

traduction: éventuellement, «la vie» finira bien par détruire toute idée que tu entretiens à son sujet… tu n’en seras que plus humble, le souffle coupé, ouvert(e)… – Jeff Foster

un peu comme ça qu’il se sent ces temps-ci ce ptit chroniqueur du grand chemin…

à perdre ses idées, toutes ses idées au sujet de la vie…

ne faisant qu’une seule chose à la fois, celle qui appelle le plus fort…

simple et évident… nulle part où aller… rien de précis à atteindre… que faire ce que dois…

par exemple, hier, on a reçu de la municipalité le permis qui nous autorise à agrandir la maison… alors on agrandira la maison…

sans trop savoir la suite, un pas à la fois… une étape à la fois… avec foi, avec Foi…

sans se poser trop de questions, nous ferons ce qui doit être fait…

sans vouloir voir trop loin par en avant, car on ne peut voir loin en avant de toute façon…

car que maintenant, toujours que maintenant.. ce moment… puis l’autre… et ainsi de suite…

cette simplicité d’être qui nous amène la paix de l’esprit et du coeur, à nous tous et toutes de bonne volonté… et de simple lucidité…

la vie fait sa job en nous sablant, nous polissant, nous décapant même quand il le faut…

en retirant tout ce qui ne lui appartient pas en réalité…

la vie nous soulage de toutes nos illusions… certaines comme un soulagement, d’autres comme une perte… mais une illusion est une illusion…

pour que nous devenions ultimement plus humble, plus sage, plus vrai, plus simple d’esprit…

la vie avec un petit v, et un grand aussi…

désespoir et stretching intérieur

65416493_10157198642760561_5269114927259320320_o.jpg

••• les zultimes chroniques – 10/7/19

traduction: deviens plus vaste… dans la vie, tu ne grandis pas si tu ne vas pas au-delà de tes limites…
PROBLÈME: aller au-delà de ses limites signifie que tu te sentiras inconfortable… tu dois faire face à la peur de l’inconnu et développer un ensemble de nouveaux muscles émotionnels et mentaux…
FAIT : la plupart des gens ont peur de l’inconnu, préférant faire le moins d’efforts possible et pas prêts à faire des efforts à court terme pour des gains à long terme…
FAIT: pas toi right ?

parfois, la vie nous invite à nous étirer l’âme… à aller dans des zones inconnues, inconfortables… à fouiller dans nos fonds de tiroirs intérieurs… pas vraiment le choix, pas nous qui décidons… la vraie boss ? la vie !

et parfois on touche à des endroits de grande vulnérabilité en soi… la vie nous met face à notre vulnérabilité… et même parfois face au désespoir…

habituellement craint, le désespoir porte sa propre beauté car il nous ramène directement dans le présent, dans l’immédiat, dans le moment cru… dans l’urgence de vivre ce qui est en ce moment…

alors ce matin, quelques mots en ce sens… ci-bas traduction d’un superbe texte de Jeff Foster que j’apprécie de plus en plus…

____
les secousses intérieures

fais de la place dans ton cœur pour le désespoir, mon amour !

consacre quelques minutes chaque jour pour ouvrir tes bras à la partie la plus désespérée en toi et à percer son amour… cette partie vit en chacun de nous, telle un nouveau-né vulnérable, elle est la source de notre plus grande force et de notre plus grand courage, la source de toute guérison authentique… elle est Dieu déguisé, la bénédiction la plus merveilleuse, lorsque tu te tournes vers elle et que tu ne la juges pas…

lorsque tu es face au désespoir, tu es dans ton authenticité pleine et brute… je ne te demande pas de vivre là de façon permanente, mon amour, ou de devenir esclave de l’obscurité, mais seulement de lui faire une place, de respirer, de dialoguer avec elle chaque jour et de l’inviter dans tes méditations…

au cœur de ton désespoir, de ton chagrin le plus profond, de ta blessure sans fond, tu trouveras un véritable terrain d’ancrage… le désespoir constitue une perte du monde extérieur, un tremblement de terre intérieur qui brise tous les points de référence; tout ce qui paraissait solide se transforme en poussière… tiens mon amour, tiens bon… respire…

laisse le monde s’effondrer et respire en ton coeur sacré… à l’intérieur se trouve quelque chose d’indestructible, si solide et réel et incapable de se briser, mais tu ne le sauras jamais si tu fuies le désespoir…

le désespoir te mettra en contact avec tous les êtres vivants. Cela te fera regarder au-delà du cœur brisé de l’humanité… elle t’apportera la compassion; car même les personnes apparemment les plus heureuses et ayant le plus de succès peuvent fuir un terrible vide intérieur…

fais place au désespoir chaque jour et tu découvriras l’incroyable beauté d’être en vie… de l’autre côté du désespoir, il y a une joie terrible, la grandeur et la merveille de la création, le tremblement érotique de l’amour même… tout ce que tu fuies en toi est ton portail, tout ce que tu refuses est ton sauveur déguisé…

le sol tremblera, tes structures internes s’écrouleront et tu connaîtras qui tu es vraiment, entier dans les éclats, la poussière et les cendres, et je serai là avec toi, je ne t’abandonnerai pas.

aies confiance en moi, j’étais ici avant que l’Univers prenne forme…

tout ce que je te demande, c’est que tu fasses chaque jour une place dans ton cœur pour le désespoir, la perte de ton monde et le plaintes des esseulé(e)s dans le cosmos…

– Jeff Foster

___
texte original

THE TREMORS INSIDE

Make room in your heart for despair, my love!

Spend a few minutes each day opening your arms to the utterly hopeless one within, breaking into her love. She lives in all of us, this helpless newborn, she is the source of our greatest strength and courage, the fount of all authentic healing. She is God in disguise, the most wonderful blessing, when you turn towards her and do not judge yourself.

When you are in despair you are in your full and raw authenticity! I do not ask that you live there, my love, or become a slave to the darkness, only that you make room for it, breathe into it, dialogue with it each day and invite it into your meditations.

At the heart of your despair, your deepest grief, the bottomless wound, you WILL find your true ground. Despair is the loss of the external world, an earthquake inside that shatters all reference points; all that once appeared solid turns to dust. Hold on my love. Hold on. Breathe. Let the world fall away and breathe into your own sacred core. There is something inside so indestructible, so solid and real and unable to be broken but you will never know it if you run from despair.

Despair will connect you with all living beings. She will make you look past surfaces into the broken heart of humanity. She will give you compassion; for even the seemingly happiest and most “successful” of people may be running from a terrible emptiness within.

Make room for despair each day and you will discover the unbelievable beauty of being alive. On the other side of despair is a terrible joy, the awe and wonder of creation, the erotic trembling of love itself. Everything you flee within yourself is your portal, all you reject is your saviour in disguise.

The ground will shake, the internal structures will fall, and you will know your true self, you will be whole in the splinters and the dust and the ash, and I will be there with you, I will not abandon you.

Trust in me, I was here before the Universe took form.

All I ask is that you make room in your heart each day for despair, and the loss of your world, and the cry of the abandoned ones throughout the cosmos.

– Jeff Foster