Archives pour la catégorie les zultimes chroniques

ça arrive juste une fois par année

71350889_10156266951331851_5350795309624590336_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 10/10/19

traduction: tous les gens du monde sont du même âge cette année… incroyable mais tous les gens sont du même groupe d’âge, et tout égale 2019… ceci est très rare et n’arrive qu’un par 1000 ans… additionnez l’âge que vous avez cette année à votre année de naissance… par exemple si vous avez 55 ans et que vous êtes nés en 1964 = 2019… même les Chinois et les maîtres étrangers (mathématiciens j’imagine !) ne peuvent expliquer ce phénomène… faites les calculs et voyez si la réponse est 2019… on attend ce moment depuis 1000 ans… passez le mot pour voir… et tout le monde aux calculs…

ce matin pause du ptit monde ordinaire ici-bas… on fait dans les grandes révélations mystiques millénaires…

rien à rajouter, ça marche pour moi…

pour vous aussi ? non ? refaites vos calculs…

j’aime déjà vous imaginer calculer d’ici… certains à la main, d’autres à la calculette…

il y en a même certain(e)s que j’entends d’ici…

parfois la vie est si évidente… sous ses allures de grand mystère…

Padrinho, padrinho

66222431_2455734397780176_381811262490673152_o

••• les zultimes chroniques – 9/10/19

traduction: le seul point où l’éternité croise le temps se situe dans le moment présent…

je vous présente mon Padrinho… Padrinho Luciano…

mon parrain, mon inspiration, mon modèle en terme de Padrinho… un homme si ordinaire, un homme extra ordinaire… simple et groundé…

Padrinho que je suis devenu un peu malgré moi… jamais eu ça comme plan de match… c’est à lui que je pense souvent en ces temps médias hectiques… car il en mène large dans son église au Brésil mon Padrinho… grosse grosse église qu’il porte sur son dos… moi, toute petite… alors je ne peux qu’imaginer…

et ma Madrinha,  Mamae Sonia…

53320093_305761926960041_8794218393537347584_n

nous avons été reconnus par Santé Canada comme organisation autorisée à importer et à servir le thé Daime dans le cadre de nos cérémonies religieuses et spirituelles en décembre dernier… auparavant, depuis juin 2017, ce processus de libéralisation a été autorisé pour 2 églises grâce au travail acharné de Mme Jessica Rochester de Ceu do Montréal, puis c’est 4 églises et maintenant 5 avec nous qui avons ce privilège… quelques autres groupes seraient en cours de ce même processus…

grand privilège et tout aussi grosse responsabilité… nous devons honorer la confiance que nous a accordé Santé Canada…

on dirait que depuis que quelques églises ont reçu cette permission de la part de Santé Canada, les médias s’intéressent davantage à l’ayahuasca… ce qui n’est pas si surprenant… bonne occasion d’informer…

mais c’est souvent, et de façon surprenante, par le biais de meurtres (ou de suicides) comme point de départ qu’on s’intéresse à ce thé qui ne laisse personne indifférent…

rapport ? moi non plus je ne le vois pas…

autant dans le reportage d’Enquête diffusé en décembre 2018 sur RC (dont la journaliste est débarquée chez-moi sans avertissement et avec qui j’ai  refusé de collaborer car nous étions alors en attente d’une réponse du ministère de la santé, donc en état de fragilité, (au moins elle a respecté ma requête, merci)…

que dans District 31 alors qu’un jeune homme aurait apparement tué et crucifié (rien de moins) sa mère sous l’effet du thé, lui disant en avoir grandement besoin, et en amour avec la leader d’une secte mystérieuse (calquée sur l’église présentée dans Enquête) qui ferait le trafic du thé car ils en importeraient 30 litres par mois (rien à voir avec la réalité)…

depuis quelque temps, mystérieusement, plus rien dans D31 au sujet de cette histoire (je suis rendu même un peu accro à D31 après avoir commencé à suivre l’émission pour savoir ce que l’on rapportait du «thé maléfique»… c’est d’ailleurs en visionnant le documentaire d’Enquête que Luc Dionne a dit avoir été «scandalisé» par cet enjeu social… drôle de point de départ… pourtant il nous aurait fait plaisir de l’informer de notre réalité beaucoup plus simple et ordinaire que ça…

puis, il y a quelques jours, La Presse rapportait un prétendu suicide d’un québécois (on comprend qu’il n’est même pas certain s’il avait bu du thé en question dans l’article) quand il séjournait dans un centre d’ayahuasca au Pérou et qui terminant l’article en pointant les 5 églises légales autorisées par Santé Canada, dont nous…

rapport ? moi non plus je ne le vois pas…

pas surprenant que le thé sois présenté sous un angle problématique et menaçant quand c’est l’émission Enquête qui porte son regard sur le phénomène… à quoi d’autre aurait-on pu s’attendre ? ça aurait grandement différent si Découverte et Charles Tisseyre s’y serait intéressé…

mais les choses sont ainsi en ce bas monde… homme et hommerie…

nous les humains, on aime ça quand ça va mal, quand saigne, quand c’est sensationnel… sex, drugs et drôles de religions… avec en plus, en cette époque particulièrement délicate et activement médiatique, un doute généralisé face à tout ce qui touche au religieux, aux religions… laïcité oblige… en réaction aux extrémismes de divers acabits…

ces temps-ci, de nombreuses fake news circulent autour de notre sacrement et de nos pratiques spirituelles…

irai dans les médias bientôt afin de rétablir certains faits… pas pour nous défendre, car on n’a rien à se reprocher… pour rectifier, pour préciser, pour informer… que pour dire au monde qui nous sommes, et ce que nous faisons…

transparence, impeccabilité, droiture et sincérité…

et pour dire que bientôt, le 19 octobre, ceux et celles qui sont intéressés à avoir accès à de l’info de qualité, pourront le faire dans le cadre d’une conférence (voir bannière ci-haut)…

et c’est l’image de mon Padrinho que je garderai en mon coeur et en tête lorsque je prendrai la parole… et de ma Madrinha…

et celle de Mestre…

72346708_10217915093341037_7643464288341852160_n.jpg

et celle d’Osho…

68758606_2356211717826896_4719146460950560768_n.jpg

mes protecteurs, sur terre comme dans les Cieux…

à suivre…

saine trinité

69409360_2375295982539354_4873795438571945984_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 8/10/19

ces temps-ci, un gros lot d’information circule à-propos d’une situation qui nous concerne quelques ami(e)s et collègues et moi…

cette situation requiert de notre part exactement les 3 qualités citées ci-haut : humilité, courage et sagesse…

premièrement l’humilité…

ne pas se sentir supérieur aux autres… ça sonne si évident mais oh combien de jugements nous entretenons face à certaines personnes… et souvent ces jugements émanent de perceptions dont nous abreuvent les médias… attention où et ce que l’on boit… donc même pas une expérience directe, que de rapports de seconde main… et nous nous forgeons des opinions teintées de condescendance, comme si nous savions mieux que les autres… pourtant, que savons-nous vraiment ?

ensuite, le courage…

de faire face à ce que la vie nous envoie comme défi, comme épreuve, comme situation… alors demeurer droit, ferme et sincère… et faire preuve d’ouverture et de lucidité… ça aussi, sonne simple, mais… un apprentissage quotidien… courage de prendre responsabilité pour ses actions et le résultat que ces actions provoquent… et le courage de reconnaître ses erreurs quand on en commet… et de s’excuser si besoin il y a… car courage et coeur ont la même racine…

et finalement, la sagesse…

si la citation parle de stupidité de certaines personnes, personnellement je remplacerais le terme stupidité par celui d’ignorance…

car en bon humanitaire, je crois sincèrement que personne n’est fondamentalement stupide, mais que chacun(e) de nous commet parfois des actes pas si brillants et pas bright que ça… donc si stupidité il y a, elle réside davantage dans certains de nos gestes, jamais dans les personnes… me sens mieux en pensant ainsi du moins…

donc pas de stupidité, qu’ignorance… et si ignorance il y a, nous en sommes tous victimes, alors nous devons être tolérant(e) et empathique…

comme je disais, ces temps-ci, beaucoup d’information circule dans les médias au sujet d’une situation qui nous concerne… certaine de cette info est carrément erronée, d’autre plutôt de l’information pas toujours représentative de ce qui se passe dans la réalité du phénomène… ce que certains nomment désinformation…

et parce que le sujet est public, et hautement délicat, essentiel de demeurer neutre et magnanime… afin de répondre plutôt que de réagir… car les réactions portent souvent à regret… et dans ce cas, nous ne pouvons nous permettre de faux pas…

les médias (certains plus que d’autres) ont souvent tendance à rapporter les faits de façon sensationnaliste… pas nécessairement fausses les infos rapportées, mais souvent montées de façon biaisée, incomplète… de façon à attirer l’attention…

et nous avons tous nos biais, nous ne sommes pas supérieur aux autres right ? humilité est la première qualité nommée ici…

alors accepter, recevoir, faire face et… organiser sa réponse… ce que nous faisons en ce moment… avec tact et respect… avec l’intention d’informer et non de convaincre… avec coeur et compréhension… avec respect et patience…

car souvent la lumière attire son lot d’ombre…

alors faire de son mieux et faire face à la musique…

humilité, courage et sagesse…

sainte trinité ? en tous cas, saine trinité…


prière de la sérénité originale (pas pire pantoute aussi)

Mon Dieu,
donnez-moi la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer,
le courage de changer celles que je peux,
et la sagesse d’en connaître la différence.

enwèye à maison

40628798_875391246001985_6653474592901824512_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 7/10/19

en effet, que nous soyons propriétaires, locataires ou colocataires, nous sommes tous et toutes en itinérance en cette existence… tous et toutes en route vers la maison… de retour vers la maison… car avant de naître, et suite à notre ultime passage, home sweet home

ici-bas, aussi nous sommes à la maison, mais parfois nous l’oublions…

nous identifions notre corps comme notre maison…

sauf que ce corps, ce ptit char très pratique, est seulement un char de location… et à mesure que les années passent, notre rutilant bolide du départ se transforme en petit bazou… pout pout pout…

et un moment donné, se (re)met en branle le grand retour vers la maison…

COMING HOME

We are coming home (Nous revenons à la maison)
Safely coming home (en toute sécurité)
We are coming home (Nous revenons à la maison)
Sweet home again (De retour en notre douce maison)

As we are approaching (Comme nous approchons)
Getting closer and closer (Nous approchant de plus en plus)
We all have to leave (Nous devrons tous laisser)
Our luggage behind (Notre bagage derrière nous)

As we’re getting nearer (Comme nous arrivons plus près)
Getting lighter and lighter (Devenant de plus en plus légers)
We’re finding our way (Nous retrouvons notre chemin)
Back home again (De retour vers la maison)

Para sempre home again (Pour toujours de retour à la maison)

reliance

71488893_2741029632597217_4494787952206938112_o.jpg

••• les zultimes chroniques – 6/10/19

aujourd’hui, c’est dimanche, le traditionnel jour du Seigneur de notre enfance catho à l’eau bénite… pour les locaux du moins… le jour où jadis l’on portait nos beaux habits et qu’on allait les shower off sur le perron de l’église… ça c’est pour les un peu plus vieux car ce temps est résolu depuis… depuis, les églises sont devenues des condos ou des restos et le perron de la place publique qu’était l’église est devenu virtuel dans la grand’messe des relations sociales… on peut dorénavant s’y téléporter à partir du confort de notre foyer… merci Star Trek…

quelqu’un a déjà dit que le 21ème siècle serait religieux ou qu’il ne serait pas.. je ne sais pas si cela est vrai, mais il semble évident que le mot religion suscite encore malaises et inconforts chez plusieurs… pourtant, ce mot ne veut qu’essentiellement dire relier… se relier à la source, se relier les un(e)s aux autres…

quand on entend le mot Dieu et son corrolaire religion, on pense souvent à tout ce que les (mau ?) dites religions ont de plus sombre… les multiples guerres, les croisades, les abus des prêtres et autres hérésies imposés au nom du système religieux et écclesiastique, la plupart du temps catholique ou du moins Chrétien…

comme plusieurs d’entre vous, j’ai longtemps été en réaction à toute forme d’autorité religieuse… même  que j’ai été servant de messe (mais j’avoue avoir voler de l’argent dans le panier de la quête, avec JC qui me regardait faire du haut de sa croix, au moins 3 Notre Père et 2 Je vous salue Marie)…

drôle de retour des choses car depuis quelques années, je fais partie d’un mouvement religieux… le Santo Daime pour ne pas le nommer… un mouvement à base de chrétienneté, de chamanisme et d’éléments Africains… dans lequel le sacrement que l’on consacre n’est pas un ostie ni du vin de messe, mais de l’ayahuasca (que nous nommons Daime, pour donne moi, ou tu me donnes)…

à chaque fois que l’on communie, on ne sait jamais ce que le verre nous apportera justement comme matière à réflexion… mais matière toujours il y a, et toujours il y aura… et pas toujours la voie de la facilité… mais toujours plus de vérité et de lucidité face à soi-même…

dans ce mouvement, aucun prosélytisme n’est permis… thank God… car pas très vendeur l’ex enfants de choeur servant de messe…

depuis quelques années, le gouvernement canadien nous autorise à importer et à servir notre potion magique… je mets l’expression potion magique en italique car absolument rien de magique avec cette potion… bien au contraire… le Daime nous révèle souvent nos zones d’inconscience, nous fait passer à-travers des passages étroits, et nous incite à développer force et fermeté en ces passages plus étroits en nous…

je suis moi-même le premier surpris de faire partie d’un tel mouvement… jamais senti le besoin de m’insérer dans un contenant – ou en d’autres mots dans une organisation religieuse – pour tenter de squeezer le grand stuff de la vie – que certains nomment Dieu, la vie, l’existence, le grand mystère…

moi qui depuis l’âge de 12 ans ai longtemps exploré les diverses substances à l’index (que certains nomment hallucinogènes mais que l’on désigne de plus en plus souvent en tant qu’enthéogènes de nos jours, expression qui signifie qui génère le divin en soi), c’est comme si la boucle se bouclait… comme si mes quêtes d’adolescence prenait sens et me ramenait à la maison…

après avoir exploré, ici, au Brésil et au Pérou, avec divers chamanes et diverses substances, j’ai senti l’appel du Santo Daime il y a une dizaine d’années… non sans certaines résistances je l’avoue…

après avoir été disciple d’Osho depuis 1983 (et l’étant toujours, oui je suis multi amoureux), je me retrouve dans un rôle de Padrinho (parrain en portugais, pas prêtre, fiou !) à la tête d’une petite église nichée dans la forêt des pays d’en Haut, à voyager régulièrement dans le pays d’en Haut… le seul… le même pour tous… et celui d’en bas qui ni haut ni bas là-bas, ici quoi…

même dans le monde de l’Ayahuasca où les chemins sont nombreux et entre lesquels il existe certaines divergences, le pays exploré est le même… l’ultime, le Divin, Céleste… un lieu sans lieu…. celui d’où on vient, celui où l’on retournera éventuellement lorsque libéré(e)s de cette robe de chair et d’atomes…

car ne nous méprenons pas, nous sommes des êtres profondément religieux… spirituels si vous préférez… et plutôt que tenter de cacher et de forcer les gens à laisser leurs signes ostentatoires à la maison, dévoilons-les, exposons-les, expliquons-les… la transparence a bien meilleur goût…

dans le respect de leurs différences, avec la lucidité que même si les chemins sont divers et multiples, ils mènent tous à la même place… ici, maintenant… ni dedans, ni dehors, car nous sommes tous et toutes de la même source, tous et toutes de la même matière… pas séparés du tout… même si la manière de l’explorer est différente…

le thème du religieux et le terme religion me chatouillent l’âme et l’esprit de plus en plus depuis quelque temps… je m’y sens appelé, je m’y sens guidé…

j’ai de moins en moins de réticence à me révéler, à me montrer dans cette sphère de vie… récemment une certaine émission de télé a illustré dramatiquement et scandaleusement notre pratique spirituelle, et j’étais prêt à monter au front pour rectifier le tir, pour éclaircir la situation car on a diffusé des propos erronés à notre propos justement…

j’étais prêt à devenir porte-parole, à porter la parole… pas la bonne parole… pas la seule parole… que la nôtre… simplement la juste parole… car important de garder les choses justes… et bonnes…

récemment, de belles associations ont pris place autour de mes nouvelles activités…

je ne sais pas où tout cela va me-nous mener… mais j’irai avec respect, avec foi et avec sincérité…

comme l’impression aussi que mes mots graviteront de plus en plus autour de ce thème dans les prochains temps…

allez, béné (bons) dictions (mots) vers chez-vous chers lecteurs/trices…

ci-bas en vrac quelques mots et images stimulants autour du thème…


l’une des choses les plus profondément religieuses qui peut arriver à une personne est qu’elle perde tout lien avec sa religion personnelle, une désillusion complète face à toutes ses idées usagées de Dieu…

limiter Dieu à un mot, une croyance, une image, un concept, une doctrine ou une religion consiste à imposer des limites à Dieu, créant un intérieur et un extérieur, un nom et une forme… croire en Dieu nous sépare de Dieu et crée une division où, fondamentalement, il ne peut y en avoir aucune…

le mot Dieu peut tendre vers une réalité si vaste et tangible que même notre foi ne peut la contenir, que même notre science ne peut la toucher, et pourtant, ce mot est si intime et évident et présent à chaque respiration…

nous pouvons adhérer à différentes religions, tenir à certaines croyances, nous habiller de façons spécifiques, et parler divers languages, mais sommes sommes tous et toutes secrètement lié(e)s au même Dieu – (ou à la même création, mon ajout pour les sensibles du mot Dieu)…  – Jeff Foster


toute interprétation sera toujours vôtre… vous pouvez lire les mots (présumés, mon ajout) de Jésus et de Bouddha mais qui les interprétera ? c’est vous, et ce sera toujours vous…

mais quelle est votre compréhension ? quelle lumière jetez-vous sur ces mots ?

ces mots, et le sens qu’ils véhiculent, ne demeureront que des mots, des concepts… oui de la bien belle poésie, mais la poésie ne peut libérer à moins que ce mots ne deviennent votre propre expérience, à moins que vous ne deveniez une incarnation de ces mots… – Osho


https://www.lapresse.ca/elections-federales/201910/03/01-5244001-le-religieux-sans-turban.php


textes originaux des citations

One of the most deeply religious things that can happen to a person is that he loses all connection with his personal religion, a complete disillusion with all his used ideas of God. 

To confine God to a word, a belief, an image, a concept, a doctrine or religious system, is to put limits on the vastness and give God a boundary, an inside and an outside, a name and shape and form. To believe in God is to separate ourselves from God and create division where, ontologically, there cannot be any division.

The word ‘God’ may point to a reality so vast and true that even our faith is too small to contain it, and our science cannot touch it, yet it is as intimate and obvious and present as the very next breath…

We may adhere to different religions, hold on to different beliefs, and dress in different ways and speak in different tongues, but we are all secretly intimate with the very same God.

– Jeff Foster


The interpretation is always going to be yours. You can read Jesus, you can read Buddha, but who is going to interpret it? You will interpret it. And what is your understanding? What light have you got? Those beautiful sayings will remain just beautiful sayings, beautiful nothings. Yes, good poetry, but poetry cannot liberate you unless it becomes your own experience, unless you can become a witness to the scriptures.  – Osho

strip tease

69818565_10158677714445828_8751192592282025984_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 4/10/19

traduction: les arbres sont en train de nous démontrer comment il est délicieux de laisser aller les choses

ici, dans le now, nous sommes sur le point de passer de l’autre côté de l’automne… blanc le matin, gel au sol, les arbres poursuivent leur striptease et pour plusieurs, il ne reste que leurs ptites culottes…

et je l’admets, hier j’ai troqué mes sandales pour mes Blundstones… signe immanquable qu’on passe de l’autre côté.. qu’on entre dans le grand désert…

ce matin, petit vendredi matin ordinaire très spécial… rien de spécial à dire… extra ordinaire matin d’automne…

premièrement, c’est la fête de ma plus vieille… 38ème automne pour ma fille… mais toujours ma fille, car nos enfants, même s’ils et elles accumulent les années aussi vite que nous, demeurent et demeureront toujours nos enfants…

genre…

Capture d’écran 2019-05-12 à 08.37.23.png

la même chose s’applique pour la relation papa-fifille…

et au fond, chacun et chacune de nous demeure toujours un enfant non ?

comme ma plus vieille vit en ville et moi dans le bois et construit construit et construit dans le moment, on se voit moins souvent ces temps-ci, mais je cherche un cadeau spécial à lui offrir, et des mots spéciaux à lui splasher sur papier… tous les multi-parents savent cela, notre plus vieille restera toujours notre plus vieille… bonne fête ma fille… poups te téléphone tantôt…

ce matin aussi, pensées vers un de mes bons amis qui est en convalescence après s’est fait enlevé un bout de tube il y a quelques jours… après avoir laisser aller un bout de bout, il en a pour un bout à convalescer maintenant excusez-là…

je pense à lui et irai le visiter quand mes projets de construction me le permettront… mais pour le moment, pris dans mon blitz construit construit construit, je lui envoies mes meilleures pensées… et quelques autres… un peu grivoises, pour le divertissement… yo Bliss… mais pas de franglais, promis…

donc petit matin ordinaire d’octobre…

au travail avec mon ami Pierre

– en fait, je devrais dire avec mes amis Pierre, car nous sommes 3 en ce moment sur ce projet et les deux autres sont des Pierres… jamais 2 Pierres sans 3… et on sait qu’on ne lance jamais la Pierre à quiconque car la pierre n’amasse pas la mousse… alors appelez-moi Pierre –

on est sur le point de fermer la nouvelle zone de la maison… car le froid est arrivé… un agrandissement à l’avenir encore inconnu, mais on continue… car parfois c’est en marchant que le chemin se construit… paroles de gars de construction…

petit matin ordinaire du 4 octobre…

les feuilles tombent, les degrés fondent et les jours passent… comme nous, comme le temps, comme la vie…

c’est le cycle des saisons, le grand cycle de la vie… la roue qui tourne… comme des portes battantes… comme le coeur qui bat… poupoum poupoum… inspire, expire…

temps qui passe, peau qui plisse, relations qui se consument… certaines perdurent, d’autres passent, d’autres encore se transforment… parfois, certaines se brisent sur le mur du mystère… temporairement… car si l’amour était réel, il reviendra… toujours… para sempre…

en ce petit matin d’automne ordinaire, en cette saison de saut de feuilles en parachute, avant qu’ils ne soient remplacés par les flocons (on en a déjà vu ici), que quelques mots divers de la part du chroniqueur… avant le grand blanc…

petite chronique pour ne dire dire de spécial, ni d’important… car de toute façon, les mots peuvent-ils jamais vraiment être importants ? car il me semble que la vérité se réfugie dans le silence…

et dans la musique aussi avouons-le… dring dring… et pianissimo…


sur ce, chers lecteurs/trices, je vous souhaite une douce fin de semaine… et du temps pour laisser tomber vos feuilles… en ce chemin back home… para sempre home again…

miracle miracle

71864328_10156258328796851_4372133813766062080_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 3/10/19

traduction: nous respirons ce que les arbres expirent, et ils inspirent ce que nous expirons… quelle beauté toujours impressionnante que cette manifestation de la vie

on tient tellement de choses pour acquis…

comme le fait que nous respirons ce que les arbres rejettent et vice et versa… faudrait en parler à Maxime Bernier…

comme le fait que le soleil se lève à chaque matin… que la terre spinne sur elle-même et tourne autour du soleil, avec 8 milliards de nous sur elle, sans compter les animaux, les végétaux, les minéraux et autres êtres désincarnés…

souvent, nous vivons dans notre tête, occupé(e) par nos petits problèmes personnels

mais quoi faire pour saisir la grandeur de l’existence ?

à chacune et chacun de trouver ses propres trucs pour se brancher sur ce grand mystère… pour le retrouver car nous sommes né(e)s dedans… suffit de se souvenir tel que le disent nos plaques d’immatriculation…

quand on regarde les yeux d’un enfant, on voit qu’il/elle le voit ce grand mystère… le mystère est dans ses yeux en retour…

mais une chose me semble claire, c’est que ça ne passe par tant de temps que ça par et sur un écran… ça ne passe pas en regardant sans cesse à l’extérieur de soi… ça ne passe pas par les autres… pas au début en tous cas… pas fondamentalement…

personnellement, ça vient par le silence, par la musique, par la nature… par la lenteur, par le soin à faire ce qui est à faire… on dit que si quelque chose doit être fait, ça mérite être bien fait… j’achète… et j’essaie de mon mieux… comme chacun(e) de nous…

mais pour aujourd’hui., le simple fait de respirer synchro avec les arbres devrait constituer un bon début non ?