traces de FBreak

••• les zultimes chroniques – 14/2/2020

alors… 14 février 2020 ce matin…

et petit matin de moins 20 et quelques degrés dans le grand now…

petit matin croustillant…

bilan février sans FB à mi chemin…

pis ?

bof… ça ne me manque pas, pas trop… que quelques relents d’habitude… mais je fais autre chose… je communique autrement… par courriel et par Messenger…

évidemment, moins de circulation sur ce blogue car qu’à l’interne pour le mois… parfait ainsi… on garde ça en famille…

FBless depuis 2 semaines, j’en profite pour faire autre chose… pour pelleter mes toits, pour jouer dehors, pour gratter davantage mes guitares et préparer mon voyage au Brésil qui approche…

surprenant comment les habitudes peuvent se modifier facilement… quand on le veut…

surprenant comment nous, les zumains, pouvons switcher facilement…

et en même temps, surprenant aussi comment ces dites dépendances, qui ne sont au fond que des zabitudes, constituent des comportements automatiques et un peu mécaniques qui ne veulent pas mourir si facilement parfois… malléables et modifiables et, en même temps, pas tuables… quoi que quand l’intention est claire… quand le désir de faire autrement se manifeste à partir du corps, tout est possible et rien n’est passible…

début d’année sabbatique mollo mollo dans le grand now, avec peu d’urgent à faire, avec pas d’argent à faire car quelques fonds de fonds de pension à écouler… assez pour couvrir les frais d’opération de la place pour l’année… ensuite il faudra travailler de nouveau…

mais pour le moment, pause chronique… avec quelques projets de longue date à réaliser…

processus de changement de nom en cours… eh oui, en train de modifier légalement mon prénom pour celui que mon beloved m’a donné au début des années 1980 et que j’utilise depuis alors pour quoi ne pas le formaliser ? la question se pose… les gestes aussi, et suivent…

et changement de nom de famille aussi pour adopter celui de ma mama, ma môman à moi, feue Michelina Supino… feue car sa flamme brûle toujours en moi…

alors né Guy Dion, je mourrai Ati Supino… un statement… une vie de transformation… entre le berceau et l’urne, beaucoup de bouts de chemin…

ensuite, lorsque le changement de nom sera complété, mise en ordre de toute la paperasse à effectuer: passeport, testament, fonds de pension, etc… grand ménage des affaires, toutes sortes d’affaires, autant virtuelles que matérielles…on zenifie la vie…

une année sabbatique au seuil de mes 60 années de vie, à faire le ménage en dedans comme en dehors… une plage de temps et d’espace d’une année toute grande ouverte et sans trop de responsabilités… autres que de consolider une petite église naissante, la maison et ses dépendances, les finances et l’exploration des projets possibles pour les prochaines années…

tout est ouvert, tout est possible… consolider ce qui est déjà en place ou carrément tout chambarder… tout est possible, tout est ouvert… qui vivra verra…

alors pause FB en cours… fenêtre vers l’extérieur fermée… toute l’attention réorientée vers le dedans… vers l’immédiat, vers le court terme, vers le plus petit que moi… alors que l’on peut se permettre d’être plus personnel dans ces chroniques, plus petit que le moi plus public… petit moi de rien du tout… petit rien dans le grand tout, dans le grand trou… noir… et multicolore…

mais pour le moment, que ce moment… ce now… right now dans le nord… moment unique dans le grand now… l’avenir se passe dans ce now…

et comme pour chacun chacune de nous, qui vivra verra…

mais pour le moment, qu’ici right now… ici dans le grand now… et le petit…

3 réflexions au sujet de « traces de FBreak »

  1. sylvainbreton

    … bel hommage à ta maman, et ton ‘beloved’.

    Et pour FB, moi aussi le jeûne me va.
    Mais j’ai dû me raviser 2-3 fois pour aller sur des groupes de vélo d’hiver fatbike pour savoir si ça roulait à Tremblant. C’est une demi-tricherie, j’y suis allé furtivement pour une info et j’ai quitté sans parler à personne ni m’attarder aux commentaires. Idem pour un site de développement web, j’avais un problème et j’ai posé ma question et ‘liké’ les réponses et j’ai réglé mon problème. Ça ne compte pas 😉 … c’est comme être au régime de p’tits gâteaux, mais de passer dans l’allée des pâtisseries pour atteindre le frigo à salades.

    Ne lâche pas, si t’as besoin d’un parrain dans un moment de crise de réseaux sociaux, appelle-moi !!

    Répondre
    1. atidion666 Auteur de l’article

      salut Marcel (nom de code pour que personne ne te reconnaisse avec tes aveux 😉
      same for you ref: Parrain 12 étapes des FB anonymes… au Brésil du 17/2 au 2/3… Obrigado

      Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s