Archives pour la catégorie Non classé

double disciplitude

les dernières chroniques – 6/7/18

aujourd’hui marque l’anniversaire de mes 35 années de disciplitude auprès d’Osho…

aujourd’hui est aussi la journée du passage du corps de Mestre Irineu vers les cieux…

coincoincidence ?

deux maîtres, deux inspirations, deux forces très différentes, l’une féminine et introspective, Osho, l’autre forte et très terrienne tout en étant hautement élevante, Mestre Irineu…

que voulez-vous, je suis un polyamoureux spirituel… mais pas une guidoune quand même, que deux, qu’eux deux… déjà en masse pour un ptit disciple de mon espèce…

je n’ai aucune idée du pourquoi ni comment j’en suis arrivé là… même quand je leur demande, je ne saisis pas…

les choses ne sont telles qu’elles sont, sans que je n’en comprenne nenni… et ainsi soit-il… in God we trust… et en mes gourous aussi…

d’ailleurs, on dit que ce n’est pas le disciple qui choisit le maître… en effet makes sense que ce ne soit pas l’aveugle qui guide celui ou celle qui voit…

si la vie de disciple n’est pas évidente, car on n’a pas vraiment idée dans quoi on est embarqué(e) et parfois ça brasse en discipline, on suit notre intuition et on fait confiance même si on ne sait rien, la vie de maître ne doit pas l’être non plus… évidente I mean… du moins du point de vue limité du disciple…

des milliers de disciples, tous et toutes plus ou moins inconscients, plus in que con en tous cas… 😉

des milliers de personnes qui nous vénèrent, bourrées d’attentes et d’idées préconçues grosses comme un égo de 3 tonnes…

encore plus étrange d’avoir des gourous pu d’corps… on peut croire qu’on peut en faire ce que l’on veut… mais tel n’est pas le cas je vous assure… ils ont beau ne plus être incarnés, ils continuent de parler et de passer leurs messages… que plus subtil, que plus chuchotant… faut écouter avec nettement plus de finesse et de présence…

une grande responsabilité aussi je trouve que d’être disciple… car nous sommes en quelque sorte la carte de visite de notre – ou nos – maître(s)… du moins ainsi que je le conçois… on les représente… en quelque sorte car on ne représente bien sûr que soi-même…

souvent quand je fais quelque chose, je me demande ce que diraient mes maîtres à propos de mes actions… je me demande parfois ce qu’ils feraient, eux, dans la même situation… le vrai sens d’alter égo en fait, au-delà de l’égo… une présence pure… le même ptit bout de Dieu vivant en chacun de nous…

et inévitablement, on fantasme au sujet de nos maîtres car on ne connait rien de la grandeur de leur réalité… ou peut-être est-ce encore plus petit que la nôtre ? peut-être qu’il ne reste plus rien rendu là… on projète probablement tous nos trips ésotériques sur eux… ça fait partie de la game d’être disciple…

alors infinie compassion du maître pour les indisciplines de leur disciples ? acception inconditionnelle ? ou exaspération devant nos nounouneries indisciplinées de wannabe illuminé ?

anyway, un grand jeu cosmique… mystère et boule d’égo… à mâcher… et à remâcher…

Osho m’incite à aller dans le silence, à observer, à sentir… Mestre Irineu aussi évidemment car c’est toujours ce qu’un maître fait, nous ramener au plus pur en nous-même, mais en plus, il m’apprend à chanter, à developper une fermeté et une discipline sans faille dans les tempêtes cérémoniques

sincèrement, je ne connais rien de la nature de ma relation avec mes maîtres… mais je m’abaisse et je relève la tête, l’âme et le coeur devant ce grand mystère…

tout ce que je peux faire est confiance, et être le plus impeccable possible devant mes maîtres…

je ne sais vers où je marche mais je marche d’un bon pas… et je danse, et je chante…

merci beloved Mestres…

la fin d’un monde

36598159_2032787600107171_3919582631729037312_n.jpg

les dernières chroniques – 4/7/18

ce matin je voyais sur FB cette photo saisissante en provenance d’une amie à Hawaii qui a perdu sa maison suite à l’éruption d’un volcan… elle affirme avec désolation et tristesse que plus de 670 maisons autour de la sienne ont été ensevelies sous la lave… pensées vers eux et elles…

et pendant ce temps-là, nous on se plaint de la – relativement petite – chaleur… que l’on fuit grâce à la clim…

mais peut-être que le temps presse plus qu’on ne le pense les ami(e)s… lisez ça mais je vous avertis, pas jojo… ni très espératif…

http://nymag.com/daily/intelligencer/2017/07/climate-change-earth-too-hot-for-humans.html

mais vous ne lirez probablement pas au complet ou jusqu’au bout… ou pas du tout… car en général on ne veut pas connaître ni savoir le pire à venir

pourtant, plusieurs scientifiques affirment avec quasi certitude que la terre se réchauffe inexorablement… et que les choses se corsent sérieusement, whether we want to see it or not

certains scientifiques n’osent trop l’affirmer haut et fort de crainte de nous faire peur et de créer panique… mais pourtant, ça chauffe… et certains faits parlent d’eux-mêmes…

par exemple que nous avons exterminé environ la moitié des espères animales depuis une cinquantaine d’années… genre… ne me souviens plus des chiffres exacts ni précis mais something like that… ou que certains endroits sur terre deviennent de plus en plus chauds… et seront bientôt trop chauds pour qu’on y vive et survive… sans parler de la fonte des glaces et de la hausse du niveau des mers qui pourrait suivre et qui pourrait bien emporter des grandes villes portuaires en entier…

je viens de lire l’article cité ci-haut (en me forçant à continuer car pas jojo) et j’écris cette chronique en cet aurore bucolique rosé et calme, ici au milieu de la forêt boréale… deux chevreuils viennent de passer devant ma fenêtre… les oiseaux chantent et pit-pittent… perceptions locales du moment…

et pendant ce temps, le monde chauffe et se réchauffe… les éléments se corsent… des ami(e)s perdent leur maison sous la lave… et des millions de personnes sont en exile… certains qu’on refuse d’accueillir et qui doivent continuer de voguer…

mais peut-on y faire quoi que ce soit ?

on vit pour maintenant ou on prévoit et on tente de minimiser les dommages ? si oui, que fait-on ?

d’ailleurs, peut-on vraiment inverser le mouvement actuel à notre relativement petite échelle ?

petites questions philosophiques en ce petit mercredi matin de juillet…

mais so far so good

pour moi, pour toi, pour vous, mais pas nécessairement pour tous ni toutes… pas fou de se rappeler la chance que nous avons… malgré nos complaintes, malgré nos petites insatisfactions du moment… un peu banales…

le pire est peut-être à venir pour l’humanité si on se fie aux scientifiques du climat…

mais pour le moment, so far so good

alors profitons de ce qui est, de ce que la vie nous offre…

profitons du moment, malgré notre impuissance, ou justement peut-être en raison même de cette impuissance… car nous sommes si peu en ce grand tout… et peut-être aussi ce grand tout… et si nous sommes ce grand tout, nous sommes aussi la lave et responsables des conditions actuelles… mais qu’en sait-on vraiment d’expérience directe ?

alors restons humbles et compassioné(e)s… et en reliance car humain(e) et rganismes vivants nous aussi…

et continuons d’observer… sans nier, sans couler…

Witnessing needs a non-judgmental awareness:

nothing is good, 
nothing is bad;
whatsoever is, is,

and you have to see it…

– 0sho

 

beau tsé ?

36371737_10155650793351662_5760171899854258176_n.jpg

les dernières chroniques – 2/7/18

traduction: laisse la beauté de ce que tu aimes être ce que tu fais… – Rumi

un peu mystérieux ces mots de Rumi non ?

en gros, moi j’en comprends :

qu’il dit de se laisser inspirer par la beauté pour créer notre vie… tout ce que l’on crée…

que la beauté doit être notre principale motivation dans tout ce que l’on entreprend…

que la beauté est le synonyme d’amour au fond…

et que tout ce que l’on fait doit être fait au nom de la beauté, et de l’amour…

pour le reste votre compréhension vaut la mienne…

bon et beau show chaud…

bavard silence

28575926_170088193634516_840786514713208177_n.jpgles dernières chroniques – 14/6/18

traduction : avant de parler, laisse passer tes mots à-travers 3 filtres : est-ce vrai ? est-ce nécessaire ? est-ce bienveillant ?

ce matin, une image et une citation toutes les deux piquées à mon ami Jean G.

Le silence parle aussi…
Mais si on ne sait pas être silence au-dedans, on ne pourra jamais entendre le silence qui parle…
– 
Henri Gougaud

alors ce matin, je vais à ma pratique et ferai passer le test à mes mots…

à suivre…

j’ai(me) la chienne

30762741_10156107250846996_9010312401655955456_nles dernières chroniques – 21/5/18

traduction: si vos rêves ne vous donnent pas la chienne, ils ne sont pas assez gros

all right, j’ai la chienne…

all right, je suis rendu à 75 % de mon objectif…

all right, il ne reste que 5 jours à ma campagne de $ocio$…

all right, j’ai un ami qui a proposé de doubler tout ce que les gens donneront d’ici vendredi le 25 mai…

alors je lance un dernier cri du coeur… cash attack, attaque de bidous… objectif 7500 $…

chaque don de 20 $ se transformera ainsi en un don de 60 $, ça j’appelle ça un bon deal… j’appelle ça brasser de bébelles affaires…

j’ai la chienne parce que mon rêve est en train de se transformer en réalité… et en fait ça ne fait que commencer mon affaire… après la chasse aux bidous, le vrai travail musical commence… et ne se terminera jamais…

pratiquer pratiquer pratiquer, pour que chaque pièce soit parfaite…

pratiquer pratiquer pratiquer, pour que chaque note sonne et résonne juste…

pratiquer pratiquer pratiquer, pour que cet album que je vous prépare dépasse les attentes que vous n’avez pas encore…

pratiquer pratiquer pratiquer car

32243719_10160717318850657_2829212996461395968_n.jpg

encore fragile en tant que musicien, je suis tellement encouragé et touché par tous les gens qui ont cru en moi en contribuant… ces gens, dont certains ne sont pas plus riches que moi, mais qui ont donné quand même, peu importe le montant… bien sûr qu’à chaque fois que j’a reçu un 100 $, ça a fait ding dans mon coeur… mais sachez que chaque contribution de 20 $ a fait le même ding… car au-delà de la valeur des contributions, c’est de la confiance qui circulait, de l’amour, de la complicité, du soutien…

chaque fois que quelqu’un a partagé mon lien sur sa page FB ou ailleurs, ça a fait un petit velours sur mon coeur… et ça continuera de le faire d’ici vendredi et jusqu’à l’éternité…

si jamais vous vous faites vivre un tel processus de $ocio$, vous comprendrez… quel voyage…

alors c’est avec vous en tête et au coeur que je commence dès maintenant à fignoler cet album à venir… et que je préparerai ce spectacle pour l’automne dans le cadre duquel je vous réserve déjà quelques surprises…

chaque dollar récolté sera investi en qualité, en soin, en beauté… chaque dollar sera transformé en musique…

si vous avez contribué déjà, et vous êtes près une 100taine à l’avoir fait,  grand grand merci et muito muito gratidao do profundo do meu coraçao… et si ça vous de partager mon lien Uluse ci-bas., SVP ne vous gênez pas… il ne lui reste que 5 jours à vivre le pôvre…

car vous vous rappelez ?  20 $ = 60 $ d’ici vendredi

et si vous n’avez pas encore contribué et que le coeur – et le porte-monnaie – vous en dit, peu importe how small is le montant, je vous en serez éternellement reconnaissant…

et si vous ne contribuez pas financièrement, je comprends tout à fait car parfois la vie est ainsi faite… et je ferai quand même cette musique pour vous… car la musique ne calcule pas, même en 3/4, même en 4/4, même en 6/8…. dring dring…

https://fr.ulule.com/les-hymnes-du-pays-den-haut/

prendre, apprendre, comprendre

29497814_1933416630025714_5982379176226595036_n.jpg

les dernières chroniques – 29/3/18

une autre de ces citations que je ne comprends pas vraiment…

mais autour de laquelle je broderai quelques mots…

pour dire, avec mes yeux, et écouter avec mon coeur, le temps qui passe et qui nous fait comprendre…

alors comme chaque matin qui poppe devant nos yeux et notre coeur –  ou n’est-ce pas plutôt nous qui poppons dans cette prétendue réalité ? –

tac tac tac, tic tic tic… ma pratique, mon training…

mais dites-moi, avec vos yeux qui lisent ces lignes, et votre coeur qui écoute ce qui veut se dire entre ces mots, comment le temps peut-il bien nous faire comprendre quoi que ce soit ?

en nous enseignant la patience ?

en pétrissant la dureté de notre arrogance de jeunesse ?

en nous forçant à mariner dans l’expérience ?

en nous faisant fondre lentement et sûrement ?

car plus le temps passe, et moins on comprend… plus le temps passe, moins on se comprend… car rien à comprendre au fond…

ce temps qui, selon ce que l’on dit. n’existerait pas vraiment … du moins ailleurs que lorsque mesuré dans un appareil mécanique… ou dans les livres d’histoire…

mais même là parait que la réalité est un kaléidoscope dans lequel tout existe en même temps, que dans des dimensions différentes superposées… réalités virtuelles…

mais, de plus en plus une expérience concrète que le temps est un grand enseignant, la temporalité une grande maîtresse…

lente la vie, lents les apprentissages, lentement se fait l’intégration de toutes ces leçons que l’existence tente de nous offrir… et que nous acceptons, ou pas… pas toujours tout de suite du moins…

nous, humain(s), comprenons vite, mais il faut nous expliquer longtemps parfois… la vie nous offre again and again les mêmes expériences, ou des similaires, jusqu’à ce que nous les ayons intégrées totalement…

et si on revenait à la citation ?

parler avec les yeux ?

je ne sais pas pour vous, mais pas si clair pour moi… est-ce se laisser être vu ? car on dit que les yeux sont le miroir de l’âme… donc soit voir le monde avec ses yeux, ou le boire, se laisser pénétrer par le monde… sans jugement, sans filtre… voir et se laisser voir le monde tel qu’il se présente à nous…

écouter avec le coeur ?

ça oui m’sieudame… même si le coeur est à la base une pompe à sang, écouter avec le coeur fait image… et on peut aussi parler avec l’organe en question… même si on sait vous et moi que le coeur n’est pas que le coeur… le coeur est plus que le coeur… même les coeurs FB…

et comprendre avec le temps ? peut-être bien… en tous cas, avant de comprendre, faut prendre le temps, puis apprendre avec…

prendre, apprendre, comprendre…

prendre signifie mettre avec soi,  faire sien… on peut penser que lorsqu’on prend, on possède, mais le temps nous enseigne entre autre que l’on ne possède jamais rien… même notre propre vie, qu’un prêt… au contraire, nous qui sommes possédé(e)s par la vie, par le temps qui passe… ce temps qui nous passe devant, nous passe dedans, et qui nous passe dessus…

alors au début, on doit prendre le temps… le temps d’être, de respirer, de sentir… prendre le temps de prendre le temps… de plus en plus vite ce temps, donc de plus en plus un défi…

et comme plus on vieillit plus le temps passe vite, important de plus en plus prendre le temps, de plus en plus de temps… pour ne plus faire, ne plus aller nulle part ailleurs qu’ici… maintenant de préférence…

et avec le préfixe ap, on prend le temps près de soi, on le fait sien, on approche la question, on apprivoise la vie… on s’approche de la vérité…

pour finalement, éventuellement, avec le com, on fait sienne la leçon… et on comprend… pas seulement avec sa tête, mais aussi avec son coeur, justement celui avec lequel on écoute…

toute une vie pour apprendre, toute une vie à apprendre…

prendre, apprendre, comprendre…

alors gardons notre coeur d’étudiant(e), ouvert et vivant, conservons notre curiosité et notre soif d’apprendre, plus, mieux, toujours… sans jamais penser que l’on sait… car on ne sait jamais dans la vie… on ne sait jamais la vie… car en cette existence, la seule qu’on peut savoir avec certitude, c’est que l’on ne sait pas, on ne sait rien… really….

un ptit gars demande à son père
papa ?
oui fiston ?
comment Platon, qui a affirmé qu’il ne savait qu’une seule chose et c’est qu’il ne savait rien, a su qu’il ne savait rien…
et le père de répondre : c’est sa femme qui lui a dit 😉

alors prenons le temps… pour ap… et pour com…

mais surtout, ne nous prenons pas au sérieux…

bouh !

je voulais juste vous surprendre !