Mestre

87066983_633767337436022_2241595246267858944_n

••• les zultimes chroniques – 21/2/2020

et le travail continue…

ce matin, pas de description de rituels, pas de présentation des lieux…

non, ce matin, petit rapport personnel… de ma petite personne…

car gros travail en profondeur que celui qui prend place ici… en dehors comme en dedans… particulièrement en dedans…

depuis 3 jours, nous lavons des reines de la forêt le jour…

depuis 3 soirs, nous battons des vignes le soir…

et depuis 3 soirs, nous chantons les hymnes de Mestre Irineu…

et tout cela polit, sable, écorche ce qui dépasse…

peu dormi cette nuit… à recevoir des enseignements… à entendre Mestre, à écouter surtout…

quel mystère que celui d’une relation avec un maître… relation à sens unique… relation de réception… l’ouverture d’un disciple envers son maître… ses maîtres en l’occurence…

cette nuit, Osho, avec qui je chemine depuis bien belle lurette, m’a doucement glissé à l’oreille que mon chemin doit se marcher avec Mestre Irineu pour le moment…

68758606_2356211717826896_4719146460950560768_n

car au fond, Osho et Mestre ne sont qu’une même et seule présence… une inspiration, une flamme intérieure, un phare dans le nuit de l’âme humaine qui cherche son retour à la maison… mais sur ce bout de chemin, Mestre qui guide les pas…

Osho m’a glissé à l’âme comme on se fait parfois glisser à l’oreille que pour le moment, c’est Mestre Irineu qui guide ce bout de l’expédition… non pas en excluant Osho, simplement en prenant le relais du chemin qui me guide… car c’est le chemin qui nous guide… et le maître l’éclaire… et sur ce bout de chemin, Mestre qui a la pôle position…

le message a révélé que sur ce chemin du Daime, sur lequel pour le moment je marche , vogue, plonge et vole, le leçon du moment est l’humilité…

70765645_2441532875940231_6054972506521993216_n

la déconstruction lente et certaine de notre arrogance humaine… cette même arrogance qui nous a permis pendant un moment de tracer notre chemin… et qui à un certain moment devient entrave…

le polissage des écueuils de l’illusion qui nous fait croire que nous marchons seul…

grosse nuit d’éveil, dans le sens de non sommeil, de veille survoltée, l’âme à fleur de peau – toujours comme ça ici – à recevoir de multiples messages…

apprentissage de l’humilité, de l’impeccabilité, de la droiture, de la rigueur intérieure…

prendre le risque de marcher seul même si accompagné du maître qui parfois se fait plus discret… ce maître qui nous prend l’âme et le coeur par la main… et qui nous lance dans le vide…

cette nuit, de nombreux enjeux qui voguaient de le flou de l’incertitude se sont révélés plus clairs, plus évident… des précisions précieuses pour la suite de la route…

présence du maître et exemple de l’incarnation du portage d’une mission par un Padrinho et sa communauté… modelage, inspiration dans la matière…

chanter Mestre avec sa famille d’âme, quel délice… quelle satisfaction…

de nombreuses révélations se manifestent à nous si nous savons écouter…

cette nuit, de nombreuses précisions dans le cadre de cette légalisation qui nous est accordée par le gouvernement canadien… reconnaissance pour ceux et celles qui ont ouvert le chemin… et responsabilité fine face à ce privilège qui nous est accordé… responsabilité dans habilité à répondre, responsabilité comme dans répondre de ses actions et de ses comportements… car ce que nous réalisons – rendons réel dans la matière – n’est que conséquence du travail intérieur, du polissage…

pouvoir se regarder dans son propre miroir, celui de l’âme, celui de ses propres yeux… pas toujours facile ni évident, surtout quand le passage est étroit… et certains passages seront inévitablement étroits… on doit laisser tous les baggages sur le quai éventuellement si on désire laisser son âme prendre son envol…

travail important dans la matière, love made visible comme disait Veeresh…

et ce soir, premier de 3 travaux en compagnie de Ze Ricardo…

à suivre… et à poursuivre…

2 réflexions au sujet de « Mestre »

  1. Prashanti

    Merci pour ce beau partage intime.
    Bizarre la nuit dernière j’ai fait un rêve où l’arrogance et l’humilité me parlaient avec beaucoup de force.
    Je voyage encore en Argentine en découvrant beaucoup de beauté mais je regarde aussi par en dedans…Pas toujours facile.
    Bonne route.

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s