problémomanie

522140_10155427845675647_7206189746379283291_nmillénaire chronique(s)… compte à rebours /// 127 et ça monte – et ça descend…

traduction : le fait de parler de nos problèmes est notre plus grande addiction… brisez cette habitude… parlez de vos joies

accros à nos bobos vous et moi… OK OK peut-être pas vous, juste moi… pis le voisin et la voisine… pis leur voisin/voisine à eux aussi… alors vous aussi…

d’ailleurs remarquez le nombre de fois par jour où vous vous plaignez… et en nous plaignant, on renforce le bobo et la baboune… on donne vie au problème… on les nourrit, on les engrossit…

on est pas mal nombreux à tenir à nos problèmes, non seulement y tenir mais les chérir… à nos problèmes, on y tient fort, et on se tient fort après… on se tient après nos problèmes… on les aime, on les cajole, on les présente, on en parle aux autres… on les affiche sur Facebook… on se définit en fonction de ses problèmes, on se glorifie à l’aide de ces problèmes… the bigger the better… dis-moi tes problèmes et je te dirai qui tu es…

vive les problèmes car que ferait-on sans eux ?

qui serions-nous sans nos petits et gros bugs ? qui sommes-nous si ça va bien ?

plate la vie non ?

en fait, l’égo se nourrit de problèmes… l’égo est un bouffeur de problèmes… sans problèmes, l’égo s’ennuie, l’égo n’a pas de raison de vivre… et sans égo, qui suis-je ?

dans ce monde de dualité, on investit toute son existence dans les problèmes, et on espère bien que ça profitera, que le taux d’intérêt sera en hausse à la grande banque nationale des problèmes… car les gens nous portent davantage intérêt quand on a des problèmes… alors on a intérêt à avoir des problèmes car ils nous rendent quelqu’un… sans problèmes ? nobody !

en fait, quand ça va bien, quand on est heureux, on tombe sur les nerfs du monde… mais quand on a des problèmes, oh là là… là, que les gens nous aiment… car on les fait se sentir bien, on les fait paraître bien, au moins mieux… leur bonheur relatif augmente quand le nôtre diminue… quand on affiche nos problèmes à la face du monde, le monde nous sourit et nous rit, pas dans la face, dans le dos…

le malheur des uns…

c’est le bonheur des autres… et surtout des journaux à potins…

les problèmes c’est comme la souffrance… personne ne veut souffrir mais parfois on beurre épais avec la tartinade problématique… et la souffrance, come les problèmes, ça a besoin du passé, ça ne peut vivre dans le moment présent… et ça a besoin de temps aussi… un problème maintenant ? impossible… soit dans le passé, soit dans l’avenir… maintenant ? tout va bien ! so far so good…

10646659_10152767395101217_6363093823823879407_n

alors puisque c’est vendredi, puisque c’est maintenant, une ptite vite, une ptite chronique aproblématique… à côté du problème, à l’écart des problèmes… problem free… gratuits les problèmes… un ptit week-end sans problème…

pas de week-end pour vous ? beau problème ça !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s