libre de dépensées

11046645_10153313231191201_510558668110187953_nmillénaire chronique(s)… compte à rebours /// 32 et ça monte – et ça descend…

traduction: si vous connaissiez le pouvoir de vos pensées, vous n’entretiendriez jamais plus de pensées négatives

ouain… facile à dire… mais est-ce seulement possible ? ou même essentiel ? capable de refouler vos pensées vous ? pas moi…

car les pensées se manifestent d’elles-mêmes, elles ont leur propre capacité de s’auto-générer… elles poppent librement et repoppent frénétiquement, et montent et remontent et s’évaporent dans le néant… disparaissant à tout vent… se perdant dans le grand fourre-tout cosmique – et comique – à pensées… recyclées et compostées… dans la grande cour à scrap de pensées…

essayez ça pour voir : n’ayez plus jamais de pensées négatives… beau programme hein ?

let’s go, ne pensez pas négativement en ce beau mercredi de mi-juillet 2015… ne pensez pas noir aujourd’hui… et bon chance…

comme si on était en contrôle de nos pensées, comme si on pouvait empêcher ces bulles pensives de monter et remonter à la surface… car même dans notre sommeil, on continue de penser, pensez-y… ou pas…

quand on dort, on rêve la majeure partie de la nuit… on pense endormi(e)… on dort en pensant… ce que l’on refoule le jour remonte de nuit… contenu dramatisé, amplifié, non scénarisé… des pensées à l’état pur et dur et brut… penser et pensées dans la nuit…

personnellement, mes pensées ne me dérangent pas moi… les belles comme les moins… pas trop en tous cas… ce ne sont que des pensées… même pas miennes, que des pensées libres de propriétaire… car je ne suis pas attaché à mes pensées… je m’en détache… mes pensées ne sont plus miennes… elles appartiennent à ma culture, à mon inconscient, à mon ombre… mais pas à bibi…

et quand elles montent, je les observe, je les scrute, je les check… sans trop les juger, sans tenter de les réprimer car je sais que c’est futile, inutile… les pensées ne font que me passer à-travers… elles ne sont pas moi, elles ne me font pas, ni ne me défont… je ne les prends pas au sérieux… grosses jokes mes pensées…

impossible de s’empêcher de penser car c’est sa job à notre mental de penser… sa fonction à notre ordinateur, ce téléphone intelligent incrusté dans notre caboche… il pense sans arrêt, 24/24 et 7/7… toute la vie durant…

le dicton du journal Le Devoir est : libre de penser… personnellement moi j’aimerais davantage être  libre de mes pensées que libre de penser… car totalement libre de pensées me semble impossible… et mon mental je suis bien prêt à lui laisser faire sa job… simplement garder une distance saine face au contenu qui y circule… car le contenu n’est pas le contenant…

et si les pensées peuvent être puissantes, elles ne sont en même que des concepts, des idées, des bulles d’air qui prennent l’air, des graines de quelque chose de possible éventuellement… qu’un potentiel de quelque chose qui se matérialisera un jour, ou pas…

car combien de pensées futiles nous parcourent le cerveau pendant une vie ? idées noires, idées blancs, et de nombreuses teintes de gris, du pâle au foncé, de folles à fofolles…

personnelleemnt je ne susi pas libre de penser ou pas… mais je me sens de plus en libre face aux pensées qui montent en moi… je les regarde, ne m’y identifie plus ou au pire, moins et moins longtemps qu’avant… mes pensées ne sont pas moi, mes pensées de me définissent pas, ne me définissent plus comme elles l’ont déjà fait…

je ne suis plus mes pensées car elles ne vont nulle part… je dépense…

et j’abandonne tout droit d’auteur sur mes pensées car je suis vide de penser… et mes pensées ne sont pas mes pensées, ce ne sont que des pensées…

je pense et panse mes plaies comme il me plait, comme cela se fait…

je pense donc je suis ? no way…

je pense donc je ne suis plus… je pense mais je ne fuis plus dans mes pensées… je les laisse prendre la poudre d’ascampette par elles-mêmes… car mes pensées pètent et se répètent, sans fin, sans cesse… mes pensées se dépensent… mes pensées sont des fleurs qui sentent plus ou moins bon…

et vous, qu’en pensez-vous pas ?

11051871_830950216981614_8811745922115867916_n

2 réflexions au sujet de « libre de dépensées »

  1. Manon

    J’aime bien ce texte, je le trouve humble, juste et bon. Idem à vous cher Ati, je ne suis pas capable non plus d’arrêter mes pensées mais de plus en plus de m’en détacher… Penser pensées, passer pensées…

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s