petite fragrance du vendredi

11760064_10153467801258908_7997292925672344200_nmillénaire chronique(s)… compte à rebours /// 24 et ça monte – et ça descend…

traduction : qu’est-ce que le pardon ? et Sufi répondit: c’est le parfum que répandent les fleurs lorsqu’on les écrase

que c’est beau, que cela sent bon la poésie et la douce dureté de la vie…

une fleur, ce qu’il y a de plus vulnérable dans la vie, représente toute la contradiction du monde entier… elle qui répand son parfum et pour la faire nôtre, on l’arrache de son sol, de son home…

un peu comme Cécile le lion qui a donné sa vie – en fait elle se l’est fait volée… et maintenant, elle contribue à accroître la conscience humaine de la planète entière envers le sort qu’on réserve aux animaux, qu’on veuille les utiliser pour les manger ou utiliser des parties de leur corps pour d’autres usages…

un peu comme Jésus qui est supposément mort sur la croix pour nous sauver…

un peu comme les jeunes lemmings qui se jettent en bas de la falaise pour dire aux plus vieux qu’il y a problème en la demeure au sein de la meute…

un peu comme les sans abris et tous les autres misfits de la société de folle consommation qui disent haut et fort au monde, par leur simple présence dérangeante pour plusieurs, que quelque chose cloche dans notre société ding dong…

le parfum d’un rose comme signe de pardon… quelle belle image…

mais faudrait peut-être aussi qu’on s’ouvre l’esprit et la conscience, et non seulement le nez pour capter le message et le sens de l’odeur qui se dégage… car on peut bien vouloir se faire pardonner, il sera peut-être bientôt trop tard pour demander pardon… pas que l’on attende ce pardon du grand blond dieu, mais la planète commence à nous lancer des signes de fumée…

des cochonneries flottent dans nos océans, les radiations se répandent, les terres s’assèchent, les flots montent et la glace déglace… est-il minuit moins une ou midi tapant ?

alors respirons haut et fort, sentons la terre avec notre nez céleste, ouvrons nos narines toutes voiles déployées et sniffons les multiples pardons flottant dans l’air ambiant… car on sent que quelque chose se passe, que quelque passe et que peut-être que nous n’avons plus trois fois avant que ça ne passe plus et que ça ne passera pas… jamais deux sans trois fois passera…

alors frères et soeurs du grand jardin botanique cosmique pas toujours drôle, ouvrons nos sens pour le sentir et invitons le pardon… pas un pardon repentant, un pardon conscient de ses actes, un pardon plein de bon sens.. un pardon qui réalise que nous avons commis certains excès depuis quelques siècles et qu’il est temps de réparer… car il est temps de réparer et nous en avons encore peut-être le temps…

snif, snif snif… avant que ça ne sente trop fort, avant que ça ne sente trop tard…

Une réflexion au sujet de « petite fragrance du vendredi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s