toutou rien

13055435_10208324762449219_3552436568355515717_n

••• LES CHRONIQUES DU GRAND N’IMPORTE QUOI ••• soixante-et-unième

traduction: on ne peut avoir qu’un ptit bout du grand tout, c’est tout ou rien… on doit faire de la place en soi car ça exige beaucoup d’espace… tout doit être largué… – Wu Hsin

eh oui chers lecteurs/trices, parait que la vie est un grand tout inclus … un grand buffet ouvert, un smorgasbord (salut les plus vieux d’entre nous ;-), un tout inclus… pas un all you can eat, mais plutôt un all you can take in

il nous faut tout prendre dans ce grand tout inclus car la vie ne se boit pas en ptites gorgées… non la vie est une piscine et on doit y plonger les yeux ouverts et sans se débattre… on se bouche le nez et on saute…

et accepter tout tout tout… tout ce que l’on aime, mais aussi et surtout tout ce que l’on n’aime pas, tout ce qui nous bouleverse, tout ce qui nous dérange… aussi… autant la totale liberté d’expression que la totale liberté de réception… on prend tout ce qui vient, tout ce qui passe, tout ce qui vit…

et comme le dit philosophe Frédéric Lenoir, au lieu de demander que les événements arrivent comme on le souhaite, souhaitons-les plutôt comme ils arrivent, la vie sera alors plus simple…

car ce qui arrive implique tout… peut tut impliquer… tout ce que l’on sait, mais surtout tout ce que l’on ne connait pas encore… car la vie est si vaste qu’elle ne peut entrer dans nos ptits quenoeils, ni dans notre ptite tête… il nous faut alors pouvoir imaginer l’inimaginable, penser l’impensable, accepter l’inacceptable…

mais pour pouvoir tout prendre, il nous faut auparavant pouvoir tout larguer, tout jeter, tout abandonner… il  nous faut pouvoir mourir avant de mourir… car pour pouvoir tout vivre, il nous faut être prêt à tout, à tout moment…

il nous faut pouvoir faire toute la place en soi pour que l’entièreté de l’univers puisse éventuellement y faire sa place… mais pour que cela puisse se produire, il faut risquer la vie… il faut tout remettre en question, à chaque moment… à chaque inspiration, inviter toute la vie et à chaque expiration, laisser aller totalement…

et si on veut que toute la vie devienne possible en nous, il nous faut ouvrir notre esprit, éclater notre mental, étendre notre pouvoir d’imaginer… le fait de simplement concevoir ce possible le fait devenir possible justement… si tout se joue entre nos deux oreilles, c’est là qu’il nous faille en premier lieu faire de la place… beaucoup de place, toute la place… et même plus…

car toute la place de l’univers est encore probablement plus importante que ce qu’on peut imaginer… je sais, quand même difficile d’imaginer l’inimaginable…

mais quand même, imaginons… imaginons l’immensité au-delà de soi, cultivons le Grand Soi à partir de notre petit moi… imaginer sans penser… comme la graine qui a suffisamment de foi dans la possibilité de la fleur pour accepter de se faire mettre en sol sans garantie ni certitude… comme la chenille qui accepte de mourir pour que le papillon puisse éclore…

comme les humains que nous sommes tous et toutes et qui ont foi en notre propre divinité et qui sommes prêts à suivre notre chemin jusqu’à l’extase, terme qui signifie justement sortir de soi…

alors comme c’est le printemps, sortons de tout, sortons de nous… et allons faire un tour dans le grand tout… tout tout tout, tout partout…

Une réflexion au sujet de « toutou rien »

  1. Prashanti.

    Comme c’est beau ….et les petites fleurs bleues poussent partout pour notre grand bonheur …
    Et que l’Amour SOI !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s