question de perspective

13690614_618848988284655_7386172021324416334_n

/////////////////////////////////////////////////////////////// les chroniques du ptit qui
////////////////////////////////////////////////////////////// la SoixanteTroisième

OK je l’avoue : j’ai hésité un peu avant de poster cette image, et de rédiger chronique autour…

à cause de l’apparente (légère quand même ) grossièreté – ou vulgarité ? – du trou du cul

car syntaxiquement, je me demandais s’il ne serait pas plus juste de l’écrire à la québécoise, trou de cul… car trou du cul fait un peu snob non ? mais du coup, je me suis néanmoins décidé alors comme disent les français, let’s go

car tout de même, le fait est… si on suit le troupeau, c’est que l’on verra… et si on suit de trop près, c’est ce que l’on sentira… et éventuellement, un peu ce que l’on deviendra… du moins peut-être, comment on se sentira…

alors cette chronique en tant qu’apologie des ouvreurs et ouvreuses de grands chemins, hommage aux défricheurs et cheuses…

respect pour ceux et celles qui décident de suivre un chemin non encore tracé, ni ouvert, ni pavé, que ça soit de bonnes intentions ou pas… qu’il mène au paradis, ou ailleurs…

car de toute façon… si on ne sait pas où l’on va, n’importe quel chemin nous y conduira

14369854_10209479719122414_7464570683905264170_n

alors osons aller là où on ne sait pas… osons aller là où c’est noir, là où c’est inconnu, là où nous ne sommes jamais allés auparavant… on verra bien en temps et lieu…

et prenons les chemins qui nous interpellent, ceux qui nous font peur, ceux qui nous excitent… sans se soucier d’arriver à quelque part, car on ne sait pas où l’on va…

osons prendre le champs, et la poudre d’escampette… roulons fréquemment sur les routes secondaires, les chemins moins fréquentés, moins fréquentables, ceux jamais fréquentés…

personnellement, j’apprécie les gens qui osent, les gens qui ouvrent, des murs, des esprits ou des portes barrées… même si parfois dans la vie, avec les années qui s’accumulent au compteur, on apprend à prendre ça plus mollo et à regarder s’il n’y a pas une ouverture dans le mur avant de le défoncer… mais parfois, un mur requiert démolition…

ne devenons jamais vieux ni vieilles en ne prenant que les grandes avenues balisées… restons jeunes et fous, et folles… et osons aller chez le diable…

osons faire face à d’autres lions et lionnes qui ont pris le chemin à rebrousse poils, car pour les moutons, que des derrières que l’on rencontre… les moutons, ils suivent les autres moutons… mettons…

ode aux novateurs/trices et innovateurs/trices… hommage aux défonceurs/ceuses…

pas en réaction, pas en opposition à… simplement parce que de nouveaux chemins demandent à être ouverts, tracés…

car la vie exige de nouvelles approches, de nouvelles réponses… car toujours nouvelle la vie, jamais vécue auparavant… alors toujours essentiel de puiser dans de l’actuel, dans du nouveau, du frais…

avec respect pour les traditions, respect pour nos ancêtres qui étaient eux et elles-mêmes des défricheurs/cheuses… eux et elles à qui nous devons notre confort actuel, à eux et elles qui ont osé avant nous, ouvrant le chemin…

alors à notre d’ouvrir pour ceux et celles qui nous suivront, ceux et celles qui viendront après nous…

osons détourner notre regard pour sortir du cul… de sac…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s