muito gratidao

unnamed-6.jpg

• crônica numero treis

salut lecteurs/trices…

de retour en ondes après la plus intense semaine de toute ma vie, et Dieu sait que pour avoir pris pas mal de psychédéliques durant ma jeunesse, puis être devenu disciple d’Osho, avoir rencontré un mouton portant une couche (sérieux mais c’est une autre histoire), vécu à la Humaniversity, avoir dirigé l’auberge du Lac Carré avec Charu pendant 20 ans de même qu’avoir animé de fous ateliers Humaniveristy Style puis des cérémonies de divers styles, la barre était haute…

mais la dernière semaine se situait dans une autre dimension, oui oui n’ayons pas peur des mots, on pourrait aller jusqu’à dire jusque dans l’astral… j’ai goûté à la perfection, à la pureté, à la béatitude et mettez-y tous les autres mots du genre que vous voulez…

sans vraiment savoir dans quoi je m’embarquais, même si d’une certaine façon je le savais depuis toujours, j’ai entrepris un grand voyage… en compagnie de quelques ami(e)s qui savaient encore moins que moi… car j’y étais déjà venus il y a 6 ans mais je n’avasi aucune de ce qui se passait ici…  cette fois, j’ai retrouvé ma famille de corps et de multiples esprits… que je ne quitterai plus jamais je le sais…

comme  si toutes les expériences antérieures de ma vie m’avait mené ici… tout le avant m’avait guidé vers ce présent inestimable… d’ailleurs, quand j’avais 19 ans, j’avais réservé, sans même savoir pourquoi, un billet d’avion pour le Brésil, ayant senti un élan depuis tout jeune vers cette terre rouge unique au monde mais le destin a twisté ma route… cette semaine après un détour de 35, je suis arrivé à la maison…

pas que ce soit la première fois que je venais au Brésil, non, j’y avais mis les pieds une douzaine de fois auparavant… mais cette fois, si mes pieds touchaient le sol Brésilien, mon âme a goûté les cieux universels… et particulièrement ceux au-delà du portail de Ceu Sagrado, à Sorocaba…

même si je le voulais, je ne pourrais décrire ici mon expérience… et je ne le veux pas vraiment car toute expérience est si personnelle et je suis relativement pudique dans ma vie malgré mes milliers de chroniques et millions de mots, même ceux qui ont décrit ma grande peine d’amour et crise existentielle de l’été dernier…

en fait, comme si cela ne semble pas être le cas, je suis pudique… et comme ce que j’ai vécu et vis encore présentement est indescriptible, je ferai que tourner autour avec mes mots…

mais comme j’aime les défis et surtout tenter de possibiliser l’impossible, pourquoi ne pas tenter de décrire l’indescriptible justement… question de partager ce bonheur qui n’est pas de ce monde, simplement pour donner envie à d’autres comme moi de suivre leurs élans les plus profonds, quels qu’ils soient… ces élans qu’on ne comprend pas mais qu’on ne peut que suivre quand même malgré les détours car ils nous brûlent par en dedans, ils nous poussent au cul, ils nous forcent à avancer, un pas à la fois, tout l’être dans la foi…

alors dans les  prochains jours, je partager de nouveau quelques mots avec vous dans ces chroniques, avant d’entrer dans un autre processus différent dans l’esprit mais semblable dans la forme à celui que je viens de vivre…

pas question de mettre des mots pour faire sens de cette grandiose expérience… car sans queue ni tête cette expérience… mais pleine de coeur et de fête… et tellement grande…  grandji comme on dit au Brésil…

alors reprise des chroniques brésiliennes gang…

et comme dit ma nouvelle mama italienne retrouvée ici, nao obrigado com la familia é amigos, gratidiao, gratidao

ate logo

P.S. la photo ci-haut est une réplique grandeur nature (à ce qu’on me dit et j’ai envie de le croire) de Mestre Irineu, être exceptionnel de plus de 7 pieds de hauteur et de grandeur qui a fondé le mouvement Santo Daime et qui inspire encore, 45 ans après sa mort, des milliers sinon des millions de personnes, particulièrement ici au Brésil mais aussi partout sur la terre comme au ciel, dont votre humble serviteur…

mais ne me demandez surtout pas pourquoi ni comment, aucune idée de ce qui se passe… je ne fais que suivra la parade céleste et joindre la famille qu’il rassemble…

6 réflexions au sujet de « muito gratidao »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s