le boutt du cercle

Capture d’écran 2018-11-16 à 07.36.33.png

les dernières chroniques – 16/11/18

OK juré craché, dernière chronique sur les cercles dits d’abondance…

ça fait quelques jours que le sujet des cercles d’abondance et/ou de solidarité – que certains dont moi-même nomment pyramides – est objet de discussion ici… et de réflexion dans mon esprit…

hier matin en rédigeant ma chronique, je m’étais juré que OK complet, basta, enough… on passe à un autre sujet… pas envie de radotter et de me ramasser dans un cercle vicieux quand même…

mais quelqu’un m’a contacté un peu après que j’aie publié ma chronique hier en m’expliquant la façon dont elle voyait ce phénomène – restons neutre – ce que j’entends et respecte… quoi que ma perception diffère totalement…

mais à la fin de son message, la personne a inséré un exposé sur l’économie sociale… et c’est ce ptit bout qui m’a interpellé particulièrement, pour rester poli…

car fondamentalement, ce phénomène pyramidale 100 % capitaliste, même si on veut le voir comme une fleur, un nuage, un mandala ou un cercle d’entraide, nécessite l’influx de cash de la part de certaines personnes pour que d’autres en ramassent au bout du cercle… et sournoisement ce sont ceux et celles qui en ont le moins qui auront tendance à investir dans ce stratagème, et qui souvent en perdent…

et personnellement, je trouve que le fait d’associer l’économie sociale à ce phénomène est une insulte à tous ceux et celles qui oeuvrent au quotidien avec leur coeur et leur bras au sein de vraies entreprises d’économie sociale pour aider leurs concitoyen(ne)s…

pas en leur vendant du rêve mais en les aidant de corps et d’esprit… leur intention est pure, aider son prochain et non fondamentalement ramasser 35 000 $ au bout du cercle comme motivation ultime… drastiquement différent… désolé cet argument ne passe pas mon détecteur de bullshit

on nous dit que ce phénomène est tout à fait légal… good… les investissements dans les paradis fiscaux aussi… et si c’est si légal que ça, pourquoi nous demander de ne pas en parler et de réserver ce privilège et cette opportunité à quelques personnes ?

on ne vise pas le bien du plus grand nombre ici ?

car c’est justement ici que le cercle blesse, dès qu’on tend vers le plus grand nombre, ce système s’effouère lamentablement…

OK pour moi mes ami(e)s si vous voulez être libres financièrement et réaliser vos projets, ce que tout le monde veut… mais n’insultez pas le concept d’économie sociale SVP… gardez-vous une petite gêne…

car comme on dit, vouloir être libre et autonome est louable, mais tout est dans la manière…

car contrairement au mot utilisé ici, on ne parle pas de cadeau, on parle d’investissement financier… je mets 5 000 $ avec l’intention d’en récolter 40 000 $… point à la ligne et barre sur la $… appelons un chat un chat… miow miow…

plutôt que ces prétendus scams à saveur néo-capitaliste enrobé de sucre en poudre, parlons plutôt de projets concrets d’économie sociale au quotidien qui nous rassembleront, informons-nous au sujet de la micro-économie, partons des coopératives de travail et de création, aidons les plus démuni(e)s, rassemblons-nous en associations d’artistes et d’artisan(e)s, faisons la promotion de l’achat local… créons de la véritable richesse humaine…

en terminant, je vous transfert ce lien qui démontre clairement la futilité de ce type de processus… merci à Noémie Langevin  pour la référence…

on parle de femmes dans le document car ce sont autour d’elles que ces mouvements ont été popularisés semble-t-il il y a quelques années…

si c’est évident que la santé financière des femmes est nettement plus précaire que celles des hommes en général, en particulier celle des mères monoparentales (et j’en ai eu de nombreux exemples dans ma vie personnelle) c’est le système qu’il faut changer et non les femmes qu’il faut exploiter car plusieurs y perdent encore davantage…

4 réflexions au sujet de « le boutt du cercle »

  1. Roro

    Merci Ati pour cette chronique. J’ai été invitée 4 fois à faire partie de ce genre de cercle d’abondance. La première « amie » me parlais de cercle de « soeurs » ou de grands-mères, et de roue de médicine, en touchant la partie en moi qui respecte et honore les traditions amérindiennes. Des documents à lire, que j’ai lus rapidement. Pas certaine, est-ce vrai que cette amie veut m’aider ou elle veut plutôt s’aider, je me posais cette question. Bon, cette dite amie est rarement dans ma vie depuis. La deuxième, une amie très proche, essaye de me convaincre à nouveau (elle fait partie du cercle de la première). Naïvement, je suis invitée souper et vlan, le sujet vient dans les discussions …donc ce ne fut pas une invitation sans intérêt… J’ai perdu une autre amie. La troisème, tout récemment, a embarqué dans ce cercle, évidemment invitée par la première. Encore une fois, je dis non. L’amie est partie sans dire au revoir. Et bon, la quatrième, plutôt une connaissance, n’a pas trop insisté et n’en parle pas non plus. Ouf! Merci! Je me demande pourquoi c’est secret… Et ainsi va la vie.

    Répondre
  2. Ravi

    effectivement ce n’est pas de l’économie sociale
    je n’ai pas assez d’ami(e)s pour les perdre dans ce type d’activité
    ce n’est pas créer de la richesse, c’est usurper des thèmes d’actualité pour s’enrichir….
    est-ce vraiment des ami(e)s ceux qui proposent cette structure pyramidale?

    Répondre
  3. sylvainbreton

    Très bien dit mon cher, je vais partager à quelques ami(e)s qui se font solliciter, tout comme moi d’ailleurs. Le diaporama est parfait !!

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s