mourir jeune aussi tard que possible

58382951_10156975308719526_6095622761365897216_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 23/4/19

demain mon ptit calendrier personnel changera – une autre fois – de page… encore une fois, une plage du temps tournera… curieux de voir la photo de l’année prochaine sur le calendrier…

comme un arbre en automne – même si le printemps semble vouloir vraiment prendre cette fois – une page se tournera comme une feuille tomberait de l’arbre… une feuille du corps seulement car en ce sens, aucun arbre ne meurt vraiment jamais… qu’un transfert d’expérience, qu’une mutation perpétuelle, qu’un fil d’avril qui se s’enroule et se déroule comme de la neige qui fond… et qui reviendra… jamais la même, et pourtant, toujours la neige…

deux amis à moi ont pris l’habitude de ne jamais mentionner leur âge… je vois cela comme une petite coquetterie mais eux affirment – et j’avoue que ça fait un certain sens au-delà de la simple coquetterie – qu’en répétant notre âge on envoie au corps le signal qu’il vieillit…

et comme je suis coquet pour deux sous, je ne vous dirai pas que j’aurai 58 ans demain… ou que mon corps aura cet âge, c’est selon… car voyez-vous, moi mon âme a encore et toujours et encore 12 ans…

j’ai déjà lu quelque part – ou était-ce ici ? ou ailleurs ? – que chacun chacune d’entre nous reste figé à un certain âge d’une certaine manière… figé à l’âge d’un événement marquant et déterminant de notre enfance ou de notre adolescence… le moment d’une première grande expérience marquante… le moment où l’on commence à vivre pour de vrai…

alors que l’on réalise que le monde n’est pas que horizontal, qu’il est aussi vertical, généralement en premier lieu dans les hauteurs, et on le découvrira plus tard, également avec des profondeurs…

sortant tout juste de Pâques, c’est le symbole de la croix en fait… la rencontre de l’horizontal de l’âge enfantin avec le vertical de la maturité à venir et à developper… jonction au 4ème chakra sur 7, right là dans le coeur… la rencontre de notre humanité et de notre divinité… le croisement du faire et de l’être… la vigueur et la force de l’âge versus la sagesse en devenir…

moi j’ai 12 ans pour toujours, toujours un peu les pieds pris dans mon premier trip de LSD… en fait, mon âme – même si elle est peut-être éternelle (ça reste encore à voir) a encore et toujours 12 ans…

car c’est à 12 ans que j’ai réalisé qu’il n’y avait pas de boîtes pour penser en dehors de, pas de portes, pas de maison… rien… tout grand ouvert le monde… là que mon âme a quitté mon corps pour la première fois pour flyer all over the placesand back…

ben oui, j’ai 12 ans forever môman… ça m’aura pris 57 ans et 364 jours pour réaliser ça môman… et je sais aussi môman que je n’ai pas d’âge et n’en aurai jamais… mais j’aime le chiffre 12 quand même… comme une deuxième naissance, comme un auto naissance… quel gros trip de wow la vie… aussi…

j’aime l’idée de faire des mini bilans quand j’ai le temps et que j’y pense…

petit bilan personnel pour la forme: père de 3 belles filles, 2 grandes et une petite, une belle blonde aimante à mes côtés, quelques précieux ami(e)s, une belle petite maison dans les bois autour de laquelle je veux jouer dès que la neige nous en donnera la permission…

et quelques nouveaux projets on the back burner comme disent les cooks – dont un duquel je vous donnerai seulement un indice en bas de page pours vous teaser un peu mais un autre que je garde très discret car c’est préférable ainsi… agace le chro vous dites ?

et le plus grand des projets cette année, celui qui me pousse le plus au culot:

j’arrête d’enseigner et je commence à liquider le fond de ma pension… ou peut-être que je commencerai par le dessus, ça semble plus logique… ceci pour dire en fait que je commencerai à vivre sans emploi rémunéré, avec des lendemains qui s’égrènent, ou qui fondent pour faire de saison… fini de fantasmer sur les vieux jours, on commence à les vivre jeune dès maintenant…

j’aime l’idée de vivre sur mes réserves… car de toute façon, à voir la planète rouler, le temps semble pris dans un sablier et lui aussi vivre sur son fond de pension, mais platement c’est sur celui des générations qui nous suivent… mais peut-être qu’on peut encore inverser le sablier au mouvant sable bitumineux qui a jadis été l’or du temps…

qui vivra verra si vie évoluera…

mais en ce moment, le sable semble davantage avoir jammer l’engrenage écologique… mais peut-être que mère nature a plusieurs tours, et plusieurs sacs… dont des sacs de sable justement pour stopper l’eau d’atteindre les maisons… soutien vers vous si c’est votre cas, ça doit être terrible à vivre… compassion et empathie…

mais on va tous et toutes tenter de faire du mieux qu’on peut environnementalement parlant pendant qu’on y est… car comme on dit, pas le choix…

pour en revenir à cette idée de non-retraite, arrêter de travailler aussi jeune et avec pas assez pour vivre jusqu’à ses vieux jours n’est pas vraiment arrêter de travailler au fond… c’est juste dire à la vie que l’on veut faire autre chose pour payer ses comptes… quelque chose que l’on aime faire, quelque chose qu’on fait déjà par pur plaisir, quelque chose qu’on ne connait pas encore à fond mais qu’on veut apprendre davantage, quelque chose que l’on aime faire mais qui ne rapporte pas – encore – assez de sous pour les payer tous…  les comptes I mean

alors vive la musique… et à voir la vie ce que tu feras à partir de cette little idea of mine…

alors petit bilan pré 58, mais pas vraiment non plus… car un peu futile nos ptits bilans persos quand la planète brûle, que l’eau monte et que le peuple s’obstine à qui mots mieux et se fait un peu la petite guerre sur le web…

mais néanmoins, toujours encore un peu perso la vie… me, myself, I and mes proches, and the worldand in God we trust… en soi, et en God… car la confiance est de rigueur…

quand même riche de prendre le temps et de regarder en arrière le ptit bout de fil d’avril qui pend et qui se défile pour apprécier la chance que l’on a eue, celle que l’on a et celle que l’on souhaite continuer à avoir… pour soi, ses proches, and the world… merci la vie…

car la vie est bonne quand on prend simplement le temps de l’apprécier, quand on boit la perpétuelle moitié du grande verre d’eau cosmique… qui se renouvelle sans cesse…

the river is flowing, flowing and growing, the river is flowing back to the sea…

et paroles d’elders…

bien vrai qu’au fond, le truc est de prendre soin de tous toutes et chacun mais pas trop de ce qu’ils ou elles pensent

Capture d’écran 2019-04-23 à 02.03.35.png

et de mourir jeune aussi tard que possible…

56120208_2419542294724014_6241964000926498816_n.jpg


ah pis fudge, voici le scoop…

mais juste pour vous OK ? pour les autres c’est pour demain…

lien vers le site de pré vente:
https://fr.ulule.com/1piano2guitares2albums/

Une réflexion au sujet de « mourir jeune aussi tard que possible »

  1. modion

    Bonjour mon frère! Bravo pour ton intro de projet c’est super. Je cherchais just le lien Pour t’encourager… est-ce que La Pagé est prête? Merci. Gros câlins et bisous à voUs trois ! xXX

    Monique

    >

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s