perspectives

90574573_10158425604417018_7431905675493507072_n

♥♥♥ – les chroniques du Padrininho – 18/3/2020

l’amour au temps du Corona / quatorzaine communautaire

alors l’introspection continue… nous vivons, plusieurs, chacun et chacune chez soi ou en petit groupe, mais rarement avons-nous été aussi connecté(e)s…

ce matin, une salade de fruits d’inspirants mots des autres…


Lettre du Covid-19 aux humains

Arrête. Arrêtez.
Ce n’est plus une demande. C’est un ordre.

Nous allons vous aider.

Nous arrêterons le manège supersonique à grande vitesse.
Nous allons arrêter
les avions
les trains
les écoles
les centres commerciaux
les réunions
la ruée frénétique et furieuse des illusions et des «obligations» qui vous empêchent d’entendre notre cœur battant unique et partagé,
la façon dont nous respirons ensemble, à l’unisson.
Notre obligation consiste à prendre soin les un(e)s des autres.
Comme cela a toujours été, même si vous aviez oublié.

Nous allons interrompre cette émission, la diffusion cacophonique sans fin des divisions et des distractions, pour vous apporter cette nouvelle de longue date:
Nous ne sommes pas bien.
Aucun de nous; nous souffrons tous.
L’année dernière, les tempêtes de feu qui ont brûlé les poumons de la terre
ne vous avaient pas donné de pause.

Ni les typhons en Afrique, en Chine, au Japon.
Ni les climats fiévreux du Japon et de l’Inde.
Vous n’avez pas écouté.
Il est difficile d’écouter quand vous êtes si occupé(e)s tout le temps, en vous efforçant de maintenir le confort et les commodités qui échafaudent votre vie.
Mais la fondation cède, et flambe sous le poids de vos besoins et envies.

Nous allons vous aider.
Nous apporterons les tempêtes de feu à votre corps.
Nous ferons monter la fièvre dans votre corps.
Nous apporterons les brûlures, les brûlures et les inondations à vos poumons.

Malgré ce que vous pourriez penser ou ressentir, nous ne sommes pas l’ennemi.
Nous sommes le messager.
Nous sommes vos alliés.
Nous sommes une force d’équilibre.

Nous vous disons donc:

Arrêtez, soyez immobile, écoutez;
Allez au-delà de vos préoccupations individuelles et considérer les préoccupations de tous;
Pour reconnaître votre ignorance, pour retrouver votre humilité, pour abandonner vos esprits pensants et voyager profondément dans l’esprit du cœur;

Regardez le ciel, strié de moins d’avions, et voyez-vous, remarquez-vous son état: clair, fumé, brumeux, pluvieux ?

Regardez un arbre, voyez-le, remarquez son état: comment sa santé contribue à la santé du ciel, à l’air dont vous avez besoin pour être en bonne santé ?

Allez près d’une rivière, regardez-la, remarquez son état: claire, propre, trouble, polluée ?

Plusieurs ont peur ces temps-ci.

Ne diabolisez pas votre peur, et ne la laissez pas vous dominer. Au lieu de cela, laissez-la vous parler – dans votre tranquillité, écoutez sa sagesse.

Que pourrait-elle vous dire sur ce qui est en cause, à risque, au-delà des menaces d’inconvénients personnels et de maladie ?

Comme pour la santé d’un arbre, d’une rivière, le ciel vous parle de la qualité de votre propre santé, de ce que la qualité de votre santé pourrait vous dire quant à la santé des rivières, des arbres, du ciel et de nous tous qui partageons cela. planète avec vous ?

Arrêtez.
Remarquez si vous résistez.
Remarquez ce à quoi vous résistez.
Demandez pourquoi.

Arrêtez. Arrête.
Soyez tranquille.
Écoutez.
Demandez-nous ce que nous pourrions vous apprendre sur la maladie et la guérison, sur ce qui pourrait être nécessaire pour que tout se passe bien.
Nous vous aiderons si vous écoutez.

– Kristin Flyntz


Message du Conseil des 13 Grands-Mères autochtones :

Au fur et à mesure que vous évoluez dans ces temps changeants… soyez doux envers vous-même et soyez respectueux les uns envers les autres. Vous êtes au début de quelque chose de nouveau. Vous apprenez une nouvelle façon d’être. Vous constaterez que vous travaillez moins dans les modes yang auxquels vous êtes habitué(e)s.

Vous cesserez de travailler si dur pour aller d’un point A à un point B comme vous l’avez fait dans le passé, mais au lieu de cela, vous passerez plus de temps à vous expérimenter dans l’ensemble et à y prendre votre place.

Au lieu de voyager vers un but, là-bas, vous voyagerez plus profondément en vous-même. La grand-mère de ta mère savait comment faire ça. Vos ancêtres d’il y a longtemps savaient comment faire cela. Ils connaissaient le pouvoir du principe féminin… et parce que vous portez leur ADN dans votre corps, cette sagesse et cette façon d’être est déjà en vous.

Appelez-le. Invitez-le. Invoquez vos ancêtres. Alors que les habitudes ancrées dans le yang et les institutions en décomposition sur notre planète commencent à s’effondrer, levez les yeux. Une brise souffle. Sentez le soleil sur vos ailes.


Personne parmi nous n’est immunisé(e)

Ça va bien aller. Vraiment.

Nous affronterons cette situation avec amour, humour et patience.
Nous pleurerons ensemble, nous rirons ensemble.
Nous découvrirons la convivialité dans notre appartenance.

Et le pire se terminera un jour.
Et nous aurons tellement appris d’ici là.

Nous allons maintenant être appelés à affronter des sentiments très difficiles en nous.

Peur. Douleur. La perte d’un ancien mode de vie. Nos plans dévastés.
Nous apprendrons à faire face  nous-même. Nulle part où fuir, nulle part où se cacher.
Nulle part où aller sauf à l’intérieur.


Une quarantaine sacrée

Nous apprendrons à faire face à notre ennui, à notre agitation.

La partie de nous qui veut être ailleurs, avec quelqu’un d’autre, faire autre chose, avoir une autre expérience, dans un autre Maintenant, vivre dans une autre vie.

Nous abandonnerons le merveilleux avenir que nous avions prévu.

Nous laisserons mourir le futur fantastique, le libérerons et le pleurerons.


Nous reviendrons sur la solidité et la chaleur du présent.

Nous allons recommencer, ici, construire une nouvelle maison sur un nouveau sol.
Nous explorerons un nouveau mode de vie.
Étrange, au début. Mais plein de possibilités.
Ralentissez. Soyez doux et douce. Plus tranquille.

Nous nous parlerons honnêtement de la mort, de la vie et de l’impermanence, et de ce que nous ressentons à propos de tous les changements qui sont survenus pour nous et nos proches.

Nous apprendrons à valoriser un peu plus la vie.
Oui, nous apprendrons peut-être à valoriser un peu plus la vie.

Et vivre avec nos cœurs légèrement ouverts aux éléments.
Et penchez-vous dans l’incertitude, et trouvez notre salut là-bas.

Aucun de nous n’est à l’abri du changement.
Pour rompre. À l’éclatement de formes anciennes et familières.
C’est la voie des choses, ça a toujours été la voie des choses.

De ce point de vue, rien ne s’est mal passé.
La crise signifie simplement «point tournant», et aucun d’entre nous n’est à l’abri du tournant.

La rupture de l’ancien fait place à la naissance du nouveau.
Il en a toujours été ainsi.

L’amour. Humour. La patience.
Avec ces choses, nous allons passer à-travers.

Plus fort(e) qu’avant. Renouvelé(e). Prêt(e).

Je vous envoie tout mon amour, mes ami(e)s.


Nous ne sommes pas en guerre et n’avons pas à l’être

Il est intéressant de constater combien nous ne savons envisager chaque événement qu’à travers un prisme de défense et de domination.

Les mesures décrétées hier soir par notre gouvernement sont, depuis ma sensibilité de médecin, tout à fait adaptées.

En revanche, l’effet d’annonce qui l’a accompagné l’est beaucoup moins.

Nous ne sommes pas en guerre et n’avons pas à l’être.

Il n’y a pas besoin d’une idée systématique de lutte pour être performant.

L’ambition ferme d’un service à la vie suffit.

Il n’y a pas d’ennemi.

Il y a un autre organisme vivant en plein flux migratoire et nous devons nous arrêter afin que nos courants respectifs ne s’entrechoquent pas trop.

Nous sommes au passage piéton et le feu est rouge pour nous.

Bien sûr il y aura, à l’échelle de nos milliards d’humains, des traversées en dehors des clous et des accidents qui seront douloureux.

Ils le sont toujours. Il faut s’y préparer.

Mais il n’y a pas de guerre.

Les formes de vie qui ne servent pas nos intérêts (et qui peut le dire ?) ne sont pas nos ennemis.

Il s’agit d’une énième occasion de réaliser que l’humain n’est pas la seule force de cette planète et qu’il doit – ô combien- parfois faire de la place aux autres.

Il n’y a aucun intérêt à le vivre sur un mode conflictuel ou concurrentiel.

Notre corps et notre immunité aiment la vérité et la PAIX.

Nous ne sommes pas en guerre et nous n’avons pas à l’être pour être efficaces.

Nous ne sommes pas mobilisés par les armes mais par l’Intelligence du vivant qui nous contraint à la pause.

Exceptionnellement nous sommes obligés de nous tasser, de laisser la place.

Ce n’est pas une guerre, c’est une éducation, celle de l’humilité, de l’interrelation et de la solidarité.

– Sophie Mainguy


 

https://next.liberation.fr/livres/2020/03/12/coronavirus-chers-cousins-francais-par-cristina-comencini_1781454?fbclid=IwAR1dqk71GX4UCIhe7eeXEaf-fhoFP_I-6Tqtux4EP3fjYswG1Zw2Ifnou4w


https://plus.lapresse.ca/screens/8928842f-3ead-4134-8e85-da5b9958c959__7C___0.html?utm_medium=Facebook&utm_campaign=Microsite+Share&utm_content=Screen&fbclid=IwAR1f12sdYPiL_jBi45ik_EPWn7zKoiSZefkAtZ9-aXYNb4JIoNKEt2Ih1R8

 

2 réflexions au sujet de « perspectives »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s