acquis l’eut crû est cuit

94393155_3799020233464728_7569316823347232768_n.jpg

♥♥♥ – 3/5/2020

l’amour au temps du Corona / quarantaine sur la voie de sortie ? 

traduction: si l’année 2020 a quoi que ce soit à nous apprendre jusqu’à maintenant, c’est d’apprécier chaque moment, et de ne considérer aucune journée, rien, ni personne comme acquis…

habituellement, on vit toujours un peu par en avanten fonction de… on a hâte, on se prépare pour, on prévoit, on planifie…

rien de mal à ça… normal, humainement normal… de vivre ainsi dans un élan vers… car la vie est aussi un élan… faut simplement pas se perdre dans l’élan, trouver l’entre deux… pas si simple… car on ne nous éduque pas en ce sens…

et, comme c’est le cas maintenant, quand on ne peut pas vivre par en avant car trop pincertaine l’actualité, on se réfugie dans le passé… d’où le concept du bon vieux temps… mais qu’une réalité virtuelle…  qui a peut-être déjà existé mais de laquelle ne reste que des restes, des miettes…

et en plus, comme ce passé, autant imparfait que composé, a rarement été à la hauteur de nos attentes, on le décore toujours un peu dans nos souvenirs, ou on omet des détails moins plaisants… on recrée toujours le passé qui est pourtant encore enregistré dans notre corps et dans nos souvenirs…

quand on ne peut plus rien tenir pour acquis, tout est à risque, tout est up in the air… en suspens et en suspension… qui vit ici maintenant ne sait pas et qui vivra verra…

quand on ne vit par en avant ni par en arrière, on ne peut que vivre maintenant…

mais on ne peut alors se tenir après rien de solide, le plancher glisse sous nos pieds et les fleurs du tapis se mettent à dépasser pour qu’on s’y enfarge… car les fleurs du tapis sont toujours réelles maintenant… même si elles semblaient avoir disparu… on ne les avait que caché sous le tapis de la vie…

bien sûr que pour les gens qui travaillent toujours depuis la mi-mars, et/ou pour celles et ceux qui ont des enfants à la maison, celles et ceux qui tiennent les choses en place en ce moment, ce moment présent implique une grand intensité… moment présent 101 à  temps plein…

tandis que pour les autres, en confinement, seul(e)s et sans enfants, la plage horaire est grande ouverte sur une mer de temps… implanifiable et imprévisible…

s’il peut sembler relativement simple de vivre dans le moment présent sans moindrement pencher par en avant, de vivre dans le moment, dans l’instant, sans fuir dans un avenir imaginé de toute pièce, rien de plus compliqué comme on le constate…

pas si simple de vivre ce fameux moment présent… pas toujours un cadeau le présent…

car il file toujours ce fichu moment, il ne fait que passer, il se fout de nous… il nous glisse entre les doigts, il se pousse par en avant…

on ne peut alors que vivre en acceptant la futilité du temps qui passe, en observant chaque respiration, chaque pensée, chaque émotion… et en recommençant à l’infini…

en acceptant tout ce qui monte, autant pensées, émotions que sensations….

en les reconnaissant pour ce qu’elles sont, en disant oui à tout ce qui monte simplement parce que ça existe… et que ces pensées, émotions et sensations laissent une plus ou moins forte impression sur et dans notre corps…

rien ne reviendra comme avant

ces jours-ci, impossible de retourner dans ce passé qui n’est plus, ce passé imparfait et composé de trop de vitesse, de consommation, d’exploitation de la planète, de déplacements planétaires…

et pas plus possible de se projeter par en avant, sans se risquer dans des projets qui ne verront très possiblement jamais le jour…

nous sommes condamné(e)s à vivre maintenant seulement… même si on tente de faire des plans…

et si on fait des plans, on doit les faire dans le sable pour le moment, prêts à les effacer et à recommencer comme la vie le dictera…

et faire confiance que lorsqu’il sera temps de bouger de nouveau, ce qui devra être fait sera fait, au bon moment, dans le bon contexte, avec la réalité du moment…

le passé est toujours présent maintenant en soi, mais il n’est plus comme tel, on ne peut que cueillir ses fruits, profiter des leçons que ce passé aura laissé en nous comme traces…

le futur est aussi déjà maintenant, mais il est en gestation, il n’est que graine, que semi réel,  que semis pas encore sorti de terre… à l’ombre, dans l’humidité, en gestation…

l’avenir est enceinte et vit sa grossesse en ce moment…

apprécions-le car parait que la grossesse est un superbe rite de passage, un moment de grâce… un temps plein de vie, plein de projets qui, on sait prendront forme seulement plus tard, alors, lorsque la vie en aura ainsi décider…

mais pour le moment, le monde est en stand-by...

particulièrement, en ce dimanche matin qui a retrouvé son caractère sacré… pour la plupart d’entre nous car il y en a encore qui travaillent fort en ce jours des soignants…

et si on décrétait, comme c’était le cas dans le bon vieux temps, que dorénavant, dimanche serait un jour béni pour la majorité d’entre nous, une journée d’arrêt sur le présent, une journée cadeau de la vie ?

now day…  au soleil comme sous les nuages… la cerise de la semaine…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s