qui vivra jouera

♥♥♥ – 21/7/2020

l’amour au temps du Corona… déconfinement estival en circuit fermé…

salut lecteur/trice,

je ne sais pas si vous lirez ces mots avant ou après avoir regardé la vidéo ci-haut… ou même si vous lirez du tout… 😉 mais salut quand même…

ptit son de vie du chroniqueur en cette pause virtuelle bien réelle…

comme je vous disais dans l’une de mes chroniques précédentes, pendant cette pause, je veux mettre du temps et de l’énergie sur la confection d’un nouvel album… en ce sens, j’ai commencé hier à regarder les programmes des divers organismes subventionnaires dans le but d’aller chercher du soutien financier…

mais pour les mêmes raisons pour lesquelles j’avais décidé de ne pas appliquer sur des postes de prof dans les universités après avoir reçu mon Ph. D. en criminologie en 2003, vraiment pas certain que je vais avoir la patience de parcourir la course à obstacles – aussi un jeu de serpents et échelles – des demandes de subventions et du remplissage de formulaires… mais peut-être aussi que je passerai par-dessus ou au-travers… on verra…

premièrement, je n’ai pas un parcours antérieur de vrai artiste – ayant seulement autoproduit un album avec les moyens du bord (et un créatif lutin technicien de son multi instrumentiste ambulant et de bon(ne)s ami(e)s musicien(ne)s bénévoles – grâce à une campagne de $ocio $ et fait quelques concerts – et de plus, je ne connais pas le langage bureaucratico-institutionnel du monde des arts… pas encore abandonné le filon mais gros gros doutes pour le moment devant l’ampleur de la tâche…

avant la pandémie, l’idée était de lancer une seconde campagne de $ocio$ le jour de mon anniversaire (alors que tous les ami(e)s FB de par le monde nous disent que c’est à notre tour de nous laisser rappeler l’amour) et explorer si mes ami(e)s seraient de nouveau au rendez-vous pour m’aider avec ma wannabitude musicale pour la take two

mais disons que le timing ne semble pas propice à demander des sous quand la situation économique est difficile pour tans de gens…

et voilà que cette fille, Amanda Palmer, dans ce Ted Talk de 2013 me tombe sous les yeux… quelle énergie, quelle ouverture, quelle force quand même…

évidemment, mauvais timing ici aussi pour partir sur la galère de cette façon… et pas nécessairement mon style de faire du couchsurfing, ni du crowdsurfing – mais son énergie et son entrain sont contagieux (excusez-là juste un tout ptit peu) et donne matière à réflexion… apprendre à demander de l’aide, that is a good question

peu importe la suite de la manifestation bidouienne de ce projet, dimanche prochain mes ami(e)s et collègues musicien(ne)s reviennent pour une deuxième séance agrémenter mes 13 hymnes en gestation et verra qui vivra…

l’idée est d’une part de peaufiner un peu le jeu de groupe et si Dieu le veut -et eux trois aussi – offrir quelques concerts ensemble… et d’autre part, au gré du budget trouvé en cours de route, installer le studio mobile de Charles dans l’église et enregistrer tout d’abord ma guitare sur une track initiale, puis ma voix (et/ou celle des choristes) puis d’y rajouter la contre-basse, puis le violon et la guitare et enfin quelques percussions lorsque propice… petit train ira ainsi… tout près ou un peu plus loin, mais toujours ici dit-on…

mais comme on dit aussi, qui vivra jouera…


et qui a vécu a joué… premier album disponible en ligne

https://atisupino.bandcamp.com/album/les-hymnes-du-pays-den-haut

Capture d’écran 2020-07-21 à 08.12.06.png

4 réflexions au sujet de « qui vivra jouera »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s