boîte de pandore de Cracker Jack

♥♥♥ – 26/12/2020
l’amour au temps du Corona… take 2… aux confins des fêtes…

traduction: tu ne peux pas perdre ce que tu donnes, tu ne peux que perdre ce que tu tentes de conserver… – Mooji

rien ne se perd, rien ne se crée… et rien ne s’échangera aujourd’hui…

en ce 26 décembre, la disparition du boxing day est probablement la plus grande bénédiction de cette année un peu fofolle…

en effet pas de boxing day cette année… calme plat dans les centre d’achats… hi ha ! praise the lord, alleluia, I see the light… et prenons ça pour du cash

si ce n’était que pour cela, vive le confinement finalement !

et paix sur la terre aux magasineux et magasineuses de gourmande volonté… qui devront se faire aller les doigts plutôt que les jambes…

non, cette année, pas de folle folie dans les centres d’achats, pas de course folle aux spéciauxxx, pas de cohue dans les stationnements, pas de deal ni de mega deal qui n’en même jamais vraiment anyway… pas d’écoulement dans le porte carte… de crédit… pas de poussage dans les interminables files d’attente…

avec le black friday, le boxing day était – espérons que Dieu ait son âme pour l’éternité – probablement la plus folle des inventions magasinesques de l’univers capitaliste…

en cette année un peu fofolle et sur la rumba, un virus nous a délivré du mal… comme le bon dieu… justice sur terre… et dans nos intérieurs…

n’étant pas moi-même un fan de magasinage, plutôt le contraire, je ne me suis jamais ramassé dans une tempête tourbillonnaire du fameux jour de la boîte… allergique… mais j’en ai aperçu de loin les conséquences au fil des ans en revenant de partys… à partir de l’auto…

et cette année, cette folie a subitement disparu… merci Covid…

mais ce symptôme particulier du jour de la boîte, comme c’est le cas pour le vendredi noir et toutes les autres mégaventes de malades, n’est qu’un indicateur de l’un des pires mals (à mon humble avis) qui ronge notre société qui affecte notre monde avec beaucoup plus de dommages que les virus… la surconsommation, qui s’accompagne du suremballé, de la sur-dépense, du sur-jetage et du grand remplit tout le vide intérieur qui ne se remplit jamais

suite à cette peut-être prise de conscience de notre surconsommation qui finira peut-être par nous tuer, ou nous ensevelir sous les décombres, j’espère que nous réaliserons aussi qu’il faut arrêter d’encourager les gros bonnets chinois et iouessés…

et que ce que nous devons consommer pour notre bien minimal, il faut apprendre à l’acquérir le plus près possible d’ici… pour encourager nos artistes et artisans locaux, nos voisins et voisines et autres producteurs/trices le plus localement possible…

car si on a un pouvoir limité en matière de consommation, on peut au moins décider où on achète et quoi…

alors Bezos et autres grandes chaines US, see you never… on se reverra pas le 11 janvier, mais de moins en moins jusqu’au grand jamais…

et quant à la citation de Mooji, peut-être là le secret de la vie ? ou l’un de ceux-ci ? donner donner donner, et pas que des bébelles, surtout des morceaux de qui l’on est ?

car le cadeau à l’intérieur de la boîte de Cracker Jack, on ne peut – peut-être – que le trouver après avoir tout donné ? qu’une seule façon de savoir…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s