Les chroniques inutiles… écrire pour écrire (48)…

tourner la page, fermer la porte et continuer son chemin… ne plus regarder en arrière… ni en avant d’ailleurs car celui-ci n’est qu’un passé qui s’ignore… maintenant, porte d’entrée en soi… et en velours… doux, doux… simplement, ici, maintenant, totalement…

la vie est faite d’aventures, d’expériences, certaines faciles et plaisantes, d’autres moins… certaines ici, d’autres loin… les unes courtes et intenses, les autres lentes et marquantes… certaines porteuses de grandes leçons de vie, d’autres plus… difficiles à saisir… plus lentes à intégrer, plus subtiles à laisser faire impression sur notre âme… ni bonne ni mauvaise l’impression,,, juste une impression… gentille pression éclairante… qui fait fléchir notre point de vue, notre perspective, qui nous réfléchir et fléchir à nouveau, re-fléchir…

parfois la voie à suivre n’est pas claire… on veut quelque chose qui ne se manifeste pas… ou pas facilement du moins.. on persévère ou on lâche prise ? on laisse aller ? on remet ça à l’existence ? in god we trust ? ou non, et on prend l’affaire en mains, on fait la job soi-même, une job de bras… on va au bout de ses rêves et de ses intentions et on se bat avec vigueur… ou pas, et alors on abdique et accepte… même si la deuxième option semble la plus raisonnable, parfois faut foncer, forcer et faire un effort… oser risquer rentrer dans le mur… pas facebook, le mur de la vie, le dur de dur… justement ne pas être toujours être raisonnable car la raison, la raison…

quelle finesse que de savoir distinguer entre continuer, persévérer, aller au bout et lâcher prise et rendre les armes… OK ! I give up… jusqu’à la prochaine fois… car les leçons sont infinies et perpétuelles, les occasions d’apprendre s’offrant sans cesse à nous… si nous voulons les voir et les laisser nous transformer… pour le meilleur… et pour le dire…

écouter, suivre son coeur, je veux bien mais je ne l’entends pas toujours celui-là, je ne comprends pas toujours ses messages, je ne compréhendes pas exactement tout à fait, je ne suis pas bilingue côté coeur… le coeur ou la raison, l’argent ou la vie, l’enveloppe ou la chaîne…

je me suis souvent fait dire que je suis un homme de coeur mais entre vous et moi, je ne sais même pas ce que ça veut dire ça, être un homme de coeur… peut-être pas besoin de savoir après tout… juste l’entendre, le prendre et faire confiance… au coeur en soi… au coeur en soie, doux doux… laisser son coeur faire la job même si on ne sait pas…

mais je sais que je suis aussi un homme de tête, un gars d’idées, de convictions, de jeux de mots en devenir prêts à me popper au visage en tête ou en bouche, un être plein de croyances qui ne demandent qu’à être confirmées ou infirmées, infirmes mes croyances car insatisfaisantes, trop petites pour englober cette vastitude… je ne suis pas mes croyances… good ! parce que ça tourne en rond ces affaires-là… portes battantes flipfloppantes…

une être d’instinct aussi, qui suit ses feelings, ses guts, ses trippes, son intuition – intuition masculine ? – une bonne affaire ça suivre son instinct ? on s’en reparlera…

bref tout ça pour dire que c’est complexe la vie hein ?

avec tous ces morceaux à harmoniser, tous ces besoins, désirs, idées, rêves, pulsions, instincts à assouvir ou à prendre conscience de et abandonner… apprendre à se dévêtir de… enlever les couches, les pelures, de soie en soi ou de bananes sur le chemin… délaisser ses peaux de serpent… se dénuder, ne devenir rien… d’autre que soi… totalement, simplement…

et suivre son coeur qui ne sait pas toujours où il va…. mais qui, j’imagine, mène toujours ici…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s