Amène

11182664_421475894690297_3266848325454946563_omillénaire chronique(s)… compte à rebours /// 90 et ça monte – et ça descend…

traduction : priez toujours pour avoir des yeux qui voient le meilleur dans les gens, un coeur qui pardonne le pire, un esprit qui oublie le mal, et une âme qui ne perd jamais foi en Dieu

et cela, même si vous n’êtes pas croyant(e)… car ce que l’on croit est bien futile… un peu comme ce que nous sentons et pensons et voulons… car this too shall pass comme disent les français…

un peu quétaine cette citation diront certain(e)s cyniques, mais en même temps, tout y est…

voir le meilleur dans les autres…

car si facile de voir ce qui cloche – ding dong –  ce qui  nous sépare des autres… vieille habitude… qu’on gagnerait à laisser aller car ça  n’apporte rien de bon… au contraire… de toute façon, les autres et nous, même miroir, même portrait… mêmes humain(e)s dans le même grand monde… et ce que nous voyons chez les autres n’est probablement que ce nous voyons de nous-même…

un coeur qui pardonne tout…

surtout l’impardonnable, beau défi… car si facile et connu de ronger de vieux os… et de brasser de la vieille mar…malade… comme des ptits chiens qui rongent les mêmes vieux bouts d’os secs et puants… des bouts d’os ou des bouts des autres…

mais où donc a-t-on pris ces habitudes de ressasser les vieilles affaires et de retourner dans tous les sens juste pour sentir et ressentir quelque chose ? ou pour avoir raison… ou pour être supérieur(e) aux autres… oui définitivement, un coeur qui pardonne tout… aux autres mais à soi aussi car nous sommes celui ou celle avec qui nous sommes le plus intraitable…

un esprit qui oublie le mal…

esprit ou mental, je ne sais jamais comment traduire ce fichu mind… en tous cas, rester simple d’esprit…

même si le mal n’existe pas en soi – car la dualité bien/mal est has been depuis longtemps right ? quand même, oublions ce qui en tient lieu… et restons dans le right now… car notre héritage catholique nous a drillé à voir du mal partout, surtout en nous, qu’on a fini par le créer et on peut même transfomer quelque chose de beau en quelque d’horrible… chiante alchimie parfois… good is good et bad is too… et ni l’un ni l’autre n’existe… all good all good…

et une âme qui ne perd jamais foi en dieu…

ah la foi… quel mot qui peut en turner certain(e)s off, mais quel mot quand même… un seul e moins que l’organe mais une capacité de tout digérer les obstacles de la vie… avoir la foi, ce n’est pas croire, c’est plus grand que ça, plus fort que ça, plus puissant que ça aussi… c’est faire confiance que tout est OK, même et surtout ce qui ne le semble pas l’être… car tout ce qui est est, that’s it that’s all… qu’on aime ou pas, qu’on apprécie ou non…

et garder la foi, peu importe ce qui arrive, est un défi de tous les jours, particulièrement quand on regarde les vieilles nouvelles médiatiques environnantes, quand on voit tout ce qui se passe dans le monde, l’injustice, les abus, les drames et les événements révoltants souvent… la foi nous tentons de garder en regardant le monde tourner autour de nous…

4 belles idées, 4 beau principes à appliquer donc, et qui soutiennent toute vie menant vers le bonheur, toute vie épanouie…

et plus on vieillit, plus on apprend que la vie est de plus en plus simple, un toit, de l’eau et du pain (sans gluten pour les plus sensibles) et quelques roses… plus de la musique et du vent… chaleur, nourriture et amour… qui procurent le bien-être du corps, qui peut ensuite favoriser le bien-être du coeur… car le coeur est dans un corps maridondondé…

et qu’on croit en Dieu, ou pas, qu’on croit en rien, ou tout, peu importe… foi en la foi…

car en effet, bien peu importe dans la vie… le simple fait d’être en santé, de vivre dans une nature si belle et si luxuriante est déjà en soi une soie… un miracle… un présent…

kiss kiss (ou keep it simple stupid keep it simple stupid, double note à moi-même car je n’apprends souvent pas de la première fois…

foi à tous… et amen !

3 réflexions au sujet de « Amène »

  1. atidion666 Auteur de l’article

    Moimen adorer ce sens du vivant! Quelle éloge lui fais-tu à ce vivant en nous et grouillant tout autour. une capacité de vivre et d’aimer que je vis et que j’aime! Oh que dis-je! Une poésie de vie. Merci à l’écrivain qui si bien la laisse couler…

    Répondre
  2. atidion666 Auteur de l’article

    Euh… comprends pas que mon commentaire sorte de sa bouche électronique, je suis pourtant ici dans mon site et mes affaires (à partir de mes propres courriels?! wow!)… désolée Ati, les mots et noms se mélangent…

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s