au-delà du seuil de la connaissance

11406823_865129333570389_7405608489772917360_nmillénaire chronique(s)… compte à rebours /// 47 et ça monte – et ça descend…

phoque les clés ! on va directement pour la porte OK ?

les clés ou la porte ? on prend la porte sans aucune hésitation… en fait on droppe pas seulement les clés, mais même la porte…

car on a longtemps pensé pense que si on se grèlllait d’un beau gros trousseau, sonnant de toutes sortes de clés différentes, ou encore d’une seule, mais DU passe-partout, aucune porte ne nous résisterait…

mais en fait, peut-être qu’il n’y a pas de porte du tout ? donc ni besoin de clé, ni de trousseau… qu’un grand espace ouvert, pas de cadre, pas de trou dans lequel passer, par petitesse dans cette belle et grande vie… qu’un espace ouvert, qu’une belle grande table rase à chaque instant…

rien à savoir, rien à connaître, que laisser tomber toute connaissance, pour redécouvrir à chaque instant la sagesse du moment, retrouver cette capacité que l’on possède tous et toutes à la naissance de savoir…

car savoir le verbe et savoir la chose sont deux choses totalement différentes, si choses elles sont… en anglais, les deux concepts sont identifiés différemment et mieux distinguables… il y a knowing et knowledge…

le premier, knowing, soit la capacité de savoir, est actuel, renouvelable à chaque instant, ancré dans tout le corps et dans la sagesse de l’esprit… c’est davantage la capacité de savoir ce qui est juste à chaque instant, la justesse de réponse à chaque événement et sensation plutôt que de répondre à partir d’un bagage de connaissance acquise…

car cette somme de connaissance acquise, le savoir avec un grand S, est en effet trop lourde à porter… et en fait elle ne passe dans aucune porte, ni dans le chas d’un aiguille… l’innocence retrouvée… trop de choses à apprendre, à découvrir, à porter… trop de poids à la connaissance, pas assez d’aisance…

j’aime bien l’idée que l’on porte toute la sagesse de l’humanité en nous, dans notre ADN… et qu’en ingérant certaines plantes, qui elles contiennent toute la sagesse de la création car directement connectées à tout ce qui vit, on réactive la vitalité de cette ADN universelle que l’on porte tous et chacune en soi… l’ADN de la plante ne viendrait simplement que réveiller la sagesse déjà acquise par l’humanité au fil des millénaires…

comme lorsque l’on médite, ou que l’on contemple la nature, un animal ou un enfant, on retrouve ce qui est déjà en nous, ce qui a été déposé par la grande bosse de la création, ce que certains nomment dieu… d’autres le créateur, d’autres l’existence…

alors en fait, peut-que l’on ne découvre jamais rien de nouveau sous le soleil, la lune ou les nuages… peut-être que tout existe déjà et que tout a toujours existé…, et que l’on ne fait que redécouvrir ce qui sommeille déjà en nous, ce qui mijote depuis toujours dès que notre âme a décidé de se réincarner… on ne fait que retirer le voile de l’illusion et tout à coup, la vérité vitesse grand V apparaît, ré apparait…

on retire la couverte de lilusion, on découvre ce qui a toujours été mais qu’on ne voyait pas les yeux trop plein de si et de quand, et de dogmatisme… oui souvent les croyances nous bouchent le regard, souvent nos croyances nous aveuglent sur ce qui est déjà l’évidence…

ou vas-tu ? je me rends à l’évidence ! mais nul besoin d’aller nulle part, nous sommes déjà rendus à l’évidence mes cher(e)s watson….

alors oublions les clés, peu importe leurs formes, peu importe les rêves qu’elles laissent miroiter, peu importe les mirages qu’elles peuvent représenter…

rien de nouveau à acquérir, que de vieilles peaux à laisser aller, à se débarasser de… que délestage à faire pour que les mongols fiers que nous sommes prennent leur envol, vers le ciel, vers les cieux, vers les dieux…

car la simple idée qu’il existe une porte et qu’il faille la franchir témoigne d’une dualité, le seuil, la porte et l’autre bord de la porte, alors que probablement, rien de tout cela n’existe… nous sommes déjà au ciel, aux cieux…

alléluia et ainsi soit-il…

3 réflexions au sujet de « au-delà du seuil de la connaissance »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s