ire et solution

1009903_10153571877968600_3664535883087903844_n

((( LES CHRONIQUES À BRAC ET ARDENTES )))  – QUATRE/VINGT-SEPTIÈME…

traduction : dès que tu t’acceptes tel que tu es, tu deviens parfait(e)… – Osho

that’s it !

encore une fois, la barrière illusoire d’une nouvelle année est passée… comme à tous les ans, rien n’a vraiment changé, tout est pareil dans notre ptite tête de linotte et dans le meilleur des mondes… ou encore, selon un point de vue plus grand que petit, rien n’a jamais été tel que tout est en ce môment… oui papa…  une éternelle re création cette vie…une récréation en cours… une grande cour d’école… apprendre à prendre et à laisser aller…

toutes ces fausses promesses, tous ces désirs de changement, toutes ces idées saugrenues quant à ce que nous allons changé en ce nouveau tour de calendrier… personne n’y croit…

toutes ces passes de gym qui seront abandonnées d’ici quelques semaines, au mieux quelques mois… toutes ces cigarettes qui seront fumées en culpabilisant, tous ces kilos qui ne fondront pas… rien ne se perd, tout se crée et re crée…

si on pouvait simplement – et réellement accepter qui nous sommes right now ! juste ici, là maintenant… tel quel, divinement humain, parfaitement imparfait(e) tel que nous sommes… facile à dire… et peut-être aussi facile à ne pas faire… car rien à faire pour s’accepter… qu’arrêter de vouloir être autrement, quelqu’un d’autre…

si on avait à prendre une seule résolution, celle-ci pourrait être la seule et unique… en fait une non résolution… une irrésolution…

et peut-être que tout le reste suivrait… en fait, rien ne changerait et tout deviendrait exactement tel que cela est maintenant, donc tel que cela doit être puisque cela est… comme disait le ptit gros des Classels – ou était-ce Rumi ? – c’est ça qui est ça…

car sans acceptation inconditionnelle de qui l’on est, rien ne changera dans notre vie… car rien ne change fondamentalement dans notre vie… à part la façon dont on voit la vie…

on peut toujours avoir hâte à plus tard, sauf que plus tard ne peut être que maintenant… la preuve ? le plus de tout à l’heure est déjà maintenant….

oui nous humains avons toujours hâte à plus tard, du plus vert, du plus riche et du plus mince… toujours plus, soit de quelque chose ou de rien… plus de gras trans et plus de sans gluten…

mais que des pécadilles insignifiantes ces désirs changements de formes, de réduction de tour de taille ou de plus de zéros dans le compte de banque…

car sans une acceptation totale et inconditionnelle de qui l’on est maintenant, niet le bonheur, niet le paradis sur terre… car ni paradis, ni  enfer ici-bas sur terre… que le moment… oui papa… que le moment qui passe sans cesse… deux mille cesse…

tel que le dit notre ami Rumi, ou était-ce le ptit gros des Classels ?-   l’inspiration que l’on cherche se trouve déjà en nous, suffit d’être silenceux(se) et d’écouter…  

5925_10153802935508908_1234879684666913422_n

mais on semble avoir perdu le tour de faire ça, nous, être silencieux et écouter… nous sommes plutôt êtres bruyants, bavards et pleins d’opinions sur tou, surtout ce que l’on ne connait pas…

on chatte, on joue, on lit, on commente, on commère, on regarde, on textotte, on va, on fait… toujours… quelque chose… on a perdu la capacité de n’être rien, de ne rien faire, de faire rien… rien d’autre que qui l’on est, tel quel… on court sans cesse en devenir… on va vers, on devient… on court tous et toutes après sa queue, oui mêmes les filles et les femmes…

en fait on court sans cesse, et de plus en plus vite… après quelque chose ou contre la montre… ou contre la mort ?

pourquoi on court ? par peur de vivre ? par habitude ? par lavage de cerveau ? name it, je ne sais pas plus que vous…

mais moi plus envie de courir… ni après le temps, ni après ma queue…

plus envie de courir vers nulle part, ailleurs qu’ici… plus envie de faire la poule… qui court sans tête, et sans cesse, sans savoir pourquoi ça court, vers nulle part et ce faisant (poule, faisan… hi ha est bonne, est bonne est effrayante) passant à côté de la seule vie qui soit… car la vie ne va pas, la vie fait du surplace…

non ! plus envie de courir plus vite que moi-même… juste envie de ralentir – et peut-être arrêter, au diable les dépenses d’énergie  – et de dire oui…

de dire ouf, de dire OK la vie, j’arrête, tu gagnes… arrêter de courir et de mourir à pleins feux à tenter de vivre plus vite que mon ombre… prêt à la voir cette ombre , prêt à lui pointer ma ptite flashlight de conscience dans le visage et de regarder tout les yeux dans les yeux…

car si on porte en soi les ombres et les tares des générations précédentes, on est aussi habité(e) de toute la sagesse du monde… c’est logé dans notre ADN, caché dans nos genes… faut pas se gêner pour aller fouiller en soi… toute l’intelligence du monde s’y trouve…  this little light of mine, I want to let it shine

12342499_10156272149570258_3662690964293130255_n.jpg

mais pour y avoir accès à ce bagage épigénétique, faut plonger dans son ombre et dans son âme… et non résolutionner avec sa tête un an d’avance…

suffit d’arrêter, ou ralentir si on ne peut d’arrêter complètement, et prendre le temps, prendre du temps, se laisser prendre par le temps… à la mesure de nos moyens…

c’est tellement simple que ça demande probablement le plus grand courage au monde… pour regarder, voir, accepter et re/connaître…  en effet, connaître de nouveau… connaître de nouveau la source de notre  venue ici… se remémorer pourquoi cette âme a décidé de prendre corps il y a quelques années de cela… chili incarné…

car avec le mort qui vient à notre rencontre de plus en plus réellement avec les années qui filent au compteur, plus moyen de s’en sauver… que sauver son âme en vue de la grande libération du corps… en vue du grand changement de char…

bien sûr, ces mots sonnent un brin éso 2016, psychophilosophie rosée à saveur de gomme balloune…

mais quoi d’autre à faire en cette nouvelle année ? continuer à courir et faire poc poc poc ? no way !

cocorico !

4 réflexions au sujet de « ire et solution »

  1. Samano

    Comme disait le ptit gros des Classels ou était-ce Rumi…bonne année tout le monde et le paradis bien avant la fin de vos jours !

    Répondre
  2. Prashanti.

    Année de changement : Indonésie , ça a l’air que non pour cette année.
    Alors : Chile – Patagonie – Île de Pâques- Argentine avec Daan…
    Une année douce et paisible , pleine de fare niente , en solo et en compagnie !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s