moi et l’autre et tralala

12509121_1078032635560538_3922682994854331870_n

((( LES CHRONIQUES À BRAC ET ARDENTES )))  – QUATRE/VINGT-DIX-HUITIÈME…

traduction : je ne suis pas ce que tu penses que je suis… tu es ce que tu penses que je suis…

il réside dans cette citation tout le problème de l’humanité… vous le voyez vous ce problème ?

cherchez un peu… je vous donne une minute… ou deux si vous avez le temps…

OK OK  je vous la donne en mille, faut que la vie avance…

elle affirme que :  

je ne suis pas ce que tu penses que je suis… tu es ce que tu penses que je suis

mais pourquoi pas :

 tu n’es pas ce que je penses que tu es… je suis ce que je penses que tu es…

en effet, pourquoi toujours regarder l’autre plutôt que soi-même ?

pourquoi toujours regarder à l’extérieur et chercher la faute chez l’autre ?

tenez, une autre :

12508857_918151608272117_30275102080297549_n

ta relation à toi-même donne le ton à toutes tes relations

encore ici pourquoi ne pas dire : ma relation à moi-même donne le ton à toutes mes relations

pourquoi on fait toujours la morale aux autres ? pourquoi on ne se parle pas davantage à soi-même ? pourquoi on ne se prend pas soi-même comme projet de travail ?

car ce ne sont pas nos beaux mots qui servent d’exemple, ce sont nos actions, ce sont ce que nous faisons… c’est qui nous sommes, point final et point à la ligne… mais ces actions commencent par nous-même, par une observation de soi-même, par une transformation de qui nous sommes fondamentalement…

car tellement facile de voir les bibittes des autres quand c’est ce que l’on cherche… mais tellement stérile… il serait tellement plus profitable de tourner le miroir – et notre regard – vers soi car c’est justement là que le monde prend naissance, dans notre propre regard sur soi… le monde est ce que je vois de soi-même et projette vers l’extérieur…en fait chacun chacune nous sommes le monde… nous sommes la graine du monde…

est-ce parce qu’on a des yeux qui portent vers l’extérieur qu’il est toujours plus facile de chercher et de trouver les erreurs des autres que les siennes ?

ou est-ce parce qu’on regarde le monde avec notre tête plutôt qu’avec notre coeur ? ou notre âme ?

mais peut-être que comme l’affirme Thomas Hübl, plus on voit les gens autour de soi à partir de l’intérieur,  notre communication devient plus claire et davantage teintée de compassion… ceci est le fondement du nouveau nous…

12507395_1105870906089958_1165163528106020702_n

pas un nouveau moi, un nouveau nous… car moi c’est toi, vous c’est nous… et nous c’est moi… et vice versa et c’est ça qui est ça…

car au fond…
12541008_544413149073189_6324328726095051210_n

et nous tous et toutes faits de même… on parle avec les yeux, on écoute avec le coeur, et on comprend avec le temps…

mais peut-être que l’on peut également parler avec le coeur et écouter avec les yeux, et laisser le temps faire son oeuvre…

mais le temps n’est pas tout… car certains comprennent vite, d’autres jamais…

mais j’y pense, autant avec le coeur, les yeux, la tête et le reste,  moi est-ce que je comprends quelque chose ?

et vous ?

sioux tiguidou…

 

Une réflexion au sujet de « moi et l’autre et tralala »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s