tout passe et passe par tout

12670203_10207689717853501_7679197755350586563_n

••• LES CHRONIQUES DU GRAND N’IMPORTE QUOI ••• neuvième

traduction: si tu n’obtiens pas ce que tu désires, tu souffres… si tu obtiens ce que tu ne veux pas, tu souffres… même quand tu obtiens exactement ce que tu désires, tu souffres car tu ne peux le conserver indéfiniment… ton mental te mets vraiment dans le pétrin… il veut être libre… libre de souffrance, libre des contraintes de la vie et de la mort… mais seul le changement est permanent, tut change et peu importe l’énergie que tu mets à nier cela, rien ne pourra nier cette réalité
– Socrates

tiens lecteurs-trices, un peu de Socrate par en arrière de la tête en ce premier vendredi d’un février à 29 jours… on vole haut ce matin… on recule dans le temps pour nos classiques…

quelques mots de Socrate pour faire chic et pour jongler tout bonnement avec les concepts de souffrance, de changement et du mental… que de bénines préoccupations de riche, de gras dur, de privilégié(e)s…

non mais quand même, quel luxe de pouvoir jouer ainsi avec des idées, de pouvoir lancer des bulles d’air en l’air sans qu’elle ne nous retombent sur la tête… mais peut-être que si elles ne nous retombent pas sur la tête, ces idées nous restent quand même temps dans la tête comme la souris dans sa cage à spin

en gros, cette citation avance que peu importe, on souffrira… que l’on obtienne ce que l’on veut ou ce que l’on ne veut pas, tout passera… et si on tient à ne pas avancer, on souffrira…

comme c’est notre mental qui est souvent le boss de notre vie, c’est ce ptit boss des bécosses qui veut se libérer de lui-même… mais le couteau peut-il se couper lui-même ?

Osho nous disait souvent que la seule chose de permanente dans la vie est le changement… seulement le changement qui passe…. pas comme le temps car le temps est au beau fixe… seulement le temps qui passe et qui nous entraîne dans son sillon… et nous qui passons, et repassons… dans le temps où le temps était vieux et bon, on disait : tu feras comme le chinois, tu repasseras…

comme la vie qui nous passe dessus et dedans – la vie nous repasse et elle défait nos plis, elle nous rend plus lisse, plus lousse, plus souple…  la vie elle-même nous renvoie toujours à nous-même…

quand même, la vie est simple… si on accepte que tout roule, que tout change, que tout avance et qu’on ouvre les mains, ça va… mais si on se contracte, si on s’agrippe, si on retient, on souffrira… that’s it that’s all… simple de même…

alors si c’est compliqué…

12573138_941295415987897_2832047088449487760_n
alors gardons ça simple… en esprit… c’est vendredi quand même…

Une réflexion au sujet de « tout passe et passe par tout »

  1. Prashanti.

    Très intéressante la vidéo sur le temps qui passe ou non…
    Merci.
    Oui , essayer de retenir quelqu,un ou quelque chose qui est déjà parti = souffrance assurée….
    Let go , qu,il disent.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s