gratitude

10380917_712714288764090_319177286648266378_n

••• LES CHRONIQUES DU GRAND N’IMPORTE QUOI ••• treizième

traduction: cher dieu (…ou placez-y le nom que vous voulez), ce matin je me suis réveillé… je suis en santé, je suis vivant, je suis béni, je m’excuse de me plaindre autant et je suis réellement reconnaissant pour tout ce que vous avez fait pour moi

simplement envie de dire merci ce matin le chroniqueur… un grand merci à dieu, à la vie, à l’existence, à l’univers, à tout ce qui vit et tout ce qui tient tout ce grand rêve ensemble… autant l’immensément grand que l’infiniment petit…

simplement dire merci à la vie… merci pour la chance que j’ai, que nous avons… merci pour la beauté des lieux ici dans la forêt du now et du nord merci pour la facilité et la grâce qui se déploie en moi et devant, autour et partout… merci simplement pour la chance de pouvoir dire merci…

car quand on y pense un peu et le moindrement, gras durs et grasses dures sommes-nous… nous avons à manger, à nous loger, à boire et respirer, nous avons l’amitié à partager… je dis nous avons mais en fait nous sommes car nous n’avons rien… et nous ne sommes pas grand chose non plus… merci pour être en mesure de simplement pouvoir apprécier cela… apprécier de n’être rien, ou pas grand chose…

hier, j’ai décidé de lâcher du lousse sur Facebook pour un bout car je trouvais que ça prenait trop de place dans ma vie dans les derniers temps… trop mécanique et automatique cette habitude d’aller y fouiner sur la toile, trop dispersant, trop divertissant, trop écartelant…

et je n’aime pas non plus l’idée que l’on décide pour moi ce que je vais voir et apprendre… que les algorithmes des gnomes de Zuckerberg décident pour moi ce qui défilera dans mon écran… je n’aime pas non plus le fil invisible qui me relie au monde… j’aime pouvoir couper le subtil fil du sans fil une fois de temps en temps pour subir une période de léger sevrage… question de changer les habitudes… de vivre sans lien… d’apprécier le vide environnant…

bien sûr que vivant en forêt et relativement éloigné de la civilisation, l’internet est pratiquement indispensable ici, mais pas à tout prix… car à tout prendre, la liberté s’avère la valeur primordiale…

car comme vous probablement parfois aussi, cette nouvelle technologie resserre parfois insidieusement un étau autour de ma perception de la réalité… comme si on avait trop de liberté et que nous nous recréions des contraintes pour nous contenir… comme une camisole de farce…  car immense cet univers…

alors en ce matin de premier grand froid glacial de l’hiver, je vous envoies cette chaude vague de grande gratitude gratuite, juste comme ça…

et gratitude à vous pour vos yeux qui se posent sur ces mots…

3 réflexions au sujet de « gratitude »

  1. Ravi

    merci pour cette chaleur car même le souffleur trouve difficile de démarrer
    mais il fait soleil dans un ciel bleu royal, sans nuage, et il fait bon de marcher dans la neige
    alegria

    Répondre
  2. Prashanti.

    Et ici sur la carretera australe , au sud du Chili , petite bruine , celva (feuilles géantes milliers de grillons et bruits d,animaux hier soir lorsque nous roulions de nuit . Souvenirs brésiliens .
    Magnifique .
    Gracias a la vida.

    D,accord que certaines habitudes nous endorment…

    Répondre
  3. Paripurna

    Qu’il fait bon d’être chez soi (also) à regarder les arbres et le sol tout blanc avec le soleil qui réchauffe mon coeur. Les deux petites chiennes sommeillent dans leurs paniers. Mon chum qui bricole tranquillement dans le sous-sol et la musique me berce. Ces petits moments de bonheur au quotidien très appréciés.
    Oui un gros merci à la vie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s