État Uni

12321429_10208211665101856_7248045565407335294_n

••• LES CHRONIQUES DU GRAND N’IMPORTE QUOI ••• cinquantéunième

traduction: lorsque tu ne demandes rien à l’existence, ni à Dieu, quand tu ne veux rien, ne cherches rien, n’attends rien, alors l’État Suprême arrivera à toi, non-invité et inattendu
– Sri Nisargadatta Maharaj

tadam ! voici et voilà… tout y est, tout est là… rien de plus n’est requis… tout est dans ce rien…

lorsque tu ne demandes rien – d’autre que ce qui nous est donné quotidiennement car tellement nous est donné… quand on ne demande rien, on a tout, tout ce qui est, tout ce que l’on est…

ni à l’existence ni à Dieu – car dans le fond unique et même chose l’existence et Dieu, comme la vie, comme ce qui est, comme ce qui va, comme l’univers et la totalité de ce qui se trouve en nous et hors nous  – désolé Dieu de te traiter de chose mais que veux-tu, tu les inclues toutes les choses, et les gens et les pensées et émotions and the whole

quand tu ne veux rien, ne cherches rien, n’attends rien – d’autre que ce qui est tel que c’est… alors on est content – comme dans contentement – de tout ce qui contient tout, surtout ce qui n’est pas car alors on n’a pas à porter ce qui n’est pas… une plénitude par absence…

alors l’État Suprême arrivera à toi, non-invité et inattendu… il ne reste plus qu’à définir l’État Suprêmes, avec majuscules of course… mais ce qui est clair, c’est que ce n’est ni invité ni attendu…

ce qui fait que l’on ne peut pas vouloir ce rien car on ne soupçonne même pas ce à quoi ça peut ressembler… on ne peut que vouloir ce que l’on connait déjà, en l’améliorant un peu… mais ce que l’on cherche est probablement inimaginable, tellement plus grand que ce que l’on connait déjà, ce que l’on sait avec notre tête…

mais pour ne plus le vouloir et ne plus l’attendre cet État Suprême, ne plus l‘expecter  – peut importe ce que c’est –  il faut l’avoir beaucoup voulu, beaucoup désiré, beaucoup attendu de la vie… et avoir été beaucoup déçu(e), désillusionné(e), désappointé(e) comme disent les franglais…

et ça prend parfois plusieurs désillusions et déboires et déceptions pour en arriver là… comme si c’était par élimination que l’on atteignait cet État dit Suprême… un État Suprême qui est toujours ici mais c’est nous qui était ailleurs, on le cherchait ailleurs…

Suprême comme dans Suprématie, comme dans Ultime, comme dans Royal… comme dans au-dessus de la mêlée, au-delà de la foule, comme dans supra mondain… comme caché en notre fort intérieur… être dans le monde mais pas de ce monde… de ce monde-ci, de ce monde-là… et de l’autre là-bas… dans les Cieux… comme dans un ciel et des Cieux

on ne peut donc pas atteindre l’État Suprême… on ne peut qu’être disponible et se laisser trouver… on ne peut qu’arrêter de courir et se laisser rattraper par cet État Suprême qui, patiemment, nous attend depuis avant même notre naissance, pour nous tomber dessus peut-être, s’il vient des Cieux…

mais peut-être qu’il vient de la terre et nous arrivera par les pieds…  ou qu’il est partout et qu’il nous rentrera par le coeur, ou par le reste du corps…

ou peut-être qu’il n’arrivera pas, peut-être qu’il y est déjà en notre corps et qu’il suffit de le réaliser… et d’unifier tous ces morceaux qui nous composent… État Suprême, État Uni… et ça ça ne trompe pas…

simple non ?

Une réflexion au sujet de « État Uni »

  1. Prashanti.

    Hum ! Sans attente pour goûter à la vie encore plus .
    Cet état qui laisse de la place pour les surprises .
    Et pourtant , comme elles reviennent vite ces attentes et parfois sournoisement !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s