soleil couchant éveil touchant

1979343_10153683747906038_221200473208038090_ocrédit photo : Annie Béliveau via FB

••• LES CHRONIQUES DU GRAND N’IMPORTE QUOI ••• quatre/vingt/sixième

hier midi, notre ami, qui s’occupe de notre amie, partageait sur le groupe virtuel qu’il sentait venir la fin pour sa belle… il partageait sa tristesse, disant qu’il profitait de sa présence de notre amie d’amour en corps pendant que l’âme est encore attachée au corps…

et suite à son message qui est rentré dans le dash de mon âmerie, toute la journée durant mon ménage du printemps forestier j’ai été imbibé par lui, par ses mots, par sa peine, par son coeur qui bat si fort ces temps-ci que je l’entends jusqu’ici, lui le drummer, malgré la scie à chaîne, malgré les arbres qui tombent du haut de leur cîme avec fracas…

et nous avons été nombreux à lui exprimer notre soutien via quelques mots de réconfort… et en silence aussi notre impuissance… nous l’avons pris dans nos bras canadiens et virtuels et l’avons serré fort fort fort… car sa peine est ma peine, notre peine, sa douleur est la nôtre… mais démultiplié exponentiellement… je n’ose même pas imaginer…

mais les mots sont un peu nonos dans ces moments… comme ils le sont maintenant…

mais quoi dire à nos amis qui vivent la mort ?

et qu’avons-nous d’autre comme pare-choc face à la mort ?

de quel autre bumper pouvons-nous nous munir contre les chocs quand nos ami(e)s changent de corps ?

le silence bien sûr, la contemplation, l’intériorité, la sensibilité, la délicatesse…

mais à distance ainsi, le silence et ses comparses sonnent un peu creux parfois, ils sonnent vides, ils résonnent le vide… les mots disent peu, mais ils traduisent notre impuissance, notre méconnaissance et notre insignifiance devant l’inconnu…

quand un ami vit à-côté de la mort de son amour, que côte-à-côte il la suit dans son dernier sprint de vie,  qu’il l’accompagne, quoi dire ? quoi faire pour lui ?

bien sûr, être ici, être là, lui dire qu’on l’aime et qu’on est ici… et rester disponible… le porter dans son coeur… mais encore…

quand quelqu’un qu’on aime vit ses derniers souffles, on se relie et on compatit, on exprime son soutien… on touche à sa propre mort…

mais quoi faire pour celui qui accompagne ?

cette personne qui doit rester forte, qui doit veiller sur l’autre, prendre soin… mais qui prend soin de celui qui prend soin ? comment aider quand parfois rien n’est à faire ? comment soutenir sans envahir ? comment faire sans ne rien faire ?

si vivre ses derniers moments doit être l’expérience d’une vie pour quiconque, accompagner l’être aimée doit l’être tout autant… car pour l’aidant, l’aimant, la vie continue… et continuera… avec cette immense vague qui frappe, qui cogne… cet immense vide qui suivra…

j’imagine que l’on ne peut savoir ce que la personne sur le point de partir expérimente tant qu’on ne l’a pas vécu soi-même, mais on ne sait pas davantage ce que constitue le fait d’accompagner la sortie de piste d’un être aimé…

décidément, rien comme la mort pour insuffler la vie pour tout le monde autour… rien comme la mort pour faire émerger l’amour… rien comme la mort pour nous rappeler de se laisser brûler les ailes par la vie…

même si elle me bouleverse, la mort de notre amie reste intangible, inconnue et un peu étrangère pour moi… trop grand la mort pour les vivants…

mais l’amour de son mari, et sa peine, et son douloureux accompagnement amalamoureux me touche concrètement, me remue jusque dans mes bottes de travail, jusque dans mes bois…

la mort nous enseigne à vivre avec passion, avec amour, avec totalité…

la mort nous parle dans la face en ce moment…

mais mes pensées, aujourd’hui, vont à mon ami qui prend soin, mon ami qui accompagne, mon ami qui marche main dans la main avec la mort, mains dans la main avec l’amor…

je t’aime Pravasa, je pense à toi, je te porte et te serre dans mes bras et dans mon âme… juste ici… et j’entends ton coeur qui bat haut et fort, full tempo !

fraternel poum poum d’amour et d’amitié…

4 réflexions au sujet de « soleil couchant éveil touchant »

  1. Prashanti

    Silence ……………………………………………………………………………………………………………………..

    Je t’accompagne aussi .

    Quel beau témoignage d’amitié .

    Prendre soins de celui qui prend soins .

    Tout en délicatesse , en respectant ce qui est .

    Répondre
  2. Prashanti

    Silence …………………………………………………………………………………………………………………….
    Je t’accompagne aussi .
    Prendre soins de celui qui prend soins .
    Tout en délicatesse .
    En respectant ce qui est .

    Quel beau témoignage de ton amitié pour Pravasa .
    Merci .

    Répondre
  3. Prashanti

    Silence ………………………………………………………………………………………………………………
    Je t’accompagne aussi .
    Prendre soins de celui qui prend soins .
    En respectant ce qui est , tout en délicatesse .

    Quel beau témoignage de ton amitié pour Pravasa .
    Merci.

    Répondre
  4. Ravi

    Aho………..
    c’est comme être là en surface, pour un scaphandrier au fond de l’océan… totale présence….. par amour, par choix, par donner le meilleur de la présence
    et toucher à l’éternité en remerciant la personne qui se prépare à quitter pour ce pur moment

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s