rien à dire rien à lire

14066308_10154417444412731_420562685108667589_o

////////////////////////////////////////// les chroniques du ptit qui ////////////////////////////////////////// la quarante-deuxième

traduction : parfois il est préférable de ne pas parler… pas du tout… à propos de quoi que ce soit… à quiconque…

OK, avant de parler, je voudrais dire quelque chose…

car la plupart du temps, je reste chez-moi, seul, en silence, à regarder la vie passer, à observer le vide devant moi, et en moi, à contempler le temps qui fait du surplace et qui se fait de la place …

bien sûr, j’ai étalé mes états d’âme ici sur cet écran depuis 4 ans…

bien sûr, j’ai fouillé les multiples fissures de mon coeur et ses pourtours les plus sensibles afin de laisser briller les feux de ma ptite âme loin d’être séparée du grand tout tout… wouf wouf…

of course, je me tape une chronique pratiquement à chaque jour que le bon dieu – et le bon yable – déposent dans notre assiette… mais on en fera pas tout un plat right ? ni de ras le bol…

mais dis-je seulement quelque chose grâce à tous ces mots ?

car on a beau parler, que dit-on vraiment ? que transmet-on ? que se cache-t-il derrière tous ces mots et entre les lignes ?

personnellement, je n’ai rien à dire, on s’entend, et c’est pourquoi je m’étend autant dans le temps… et dans l’écran…

rien à dire de nouveau, rien à  dire d’important ni d’essentiel… je pourrais ne jamais avoir écrit ces millers de chroniques et millions de mots que la terre ne s’en porterait pas plus mal… ni mieux probablement…

alors pourquoi tant écrire me direz-vous ?

je me le demande aussi moi-même… sans pouvoir y répondre… que mes doigts qui tapent tapent tapent… que mes idées qui claquent claquent claquent…

mais néanmoins, je continue à semer mes mots, à planter mes idées, à poser mes questions, à brasser mes doutes et mes questionnements sur cet écran… toujours le même écran… toujours celui-ci… sans but autre que celui de voir ce qui poppera de moi-même…

car nous sommes des boîtes à surprises mes ami(e)s… nous sommes tous et toutes des Crackers Jacques et Jaquelines… quelle surprise est cachée dans la boîte ? que sortira-t-il de la grander machine à popcorn ?

ce matin par exemple, qu’est-ce qui sortira de ces doigts ?

qu’est-ce qui, du grand vide cosmique, voudra bien se révéler ? ou est-ce plutôt de mon petit vide comique que sortent ces mots dits ?

car nous sommes non seulement des Crackers Jacques et Jaquelines chers bons Jacks et Jackies, nous sommes aussi des courroies de transmission, des réceptacles qui transmettent le grand mystère… chacune chacune à notre manière… humblement mais divinement…

et si on réussit à mettre de côté les ptits mottons personnels qui bloquent le grand chemin de la vie, surprenant ce qui peut s’émettre à-travers nous, ce qui peut passer par nous en provenance du grand tout, du grand tout vers le grand tout… grande retour…

parfois, préférable de ne pas parler en effet… pas du tout… à propos de quoi que ce soit… à quiconque

et parfois, on s’ouvre la trappe et on voit ce qui est contenu en soi… on s’active la boîte à surprises… ce matin, comme d’habitude, peu de grandes révélations qui se manifestent via petit moi… mais pas toujours le cas… parfois aussi, de belles révélations qui s’étalent devant nos yeux…

mais toujours un fil entre vous et moi… ne rien dire mais maintenir le lien, tisser le fil… utiliser les mots pour se ramener chacun chacune à soi-même… car toujours face à soi nous sommes vous et moi…

même devant cet écran, que soi-même qu’on regarde… que soi-même qui se regarde en pleine face, qui s’observe, et parfois qui se voit ou s’entrevoit… entrevue avec soi-même… monologue, toujours… car il n’y a pas d’autres… que soi, que soi…

1737_10207987943689608_8914602823950553143_n

OK je retourne à mon silence… pour ne plus parler… pas du tout… à propos de quoi que ce soit… à quiconque

sauf à soi-même peut-être ?

car probablement qu’on ne se parle toujours qu’à soi-même…

have fun alors…

___

« There is someone
who looks after us
from behind the curtain.
In truth , we are not here.
This is our shadow. »
-Rumi

5 réflexions au sujet de « rien à dire rien à lire »

  1. Samano

    Dérisoire et essentiel, éphémère et éternel, comique et tragique, impermanent et fluide et j’en passe et des meilleurs. L’important c’est le lien, c’est la relation, c’est la danse entre nous, c’est le jeu, le feu d’artifice, le feu sacré. La célébration mon frère !

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s