du temps au temps

14045591_1798919017055707_8384510317764788413_n

///////////////////////////////////////// les chroniques du ptit qui ///////////////////////////////////////// la quarantéunième

avec le temps, on apprend à devenir patient… lentement mais sûrement… car ça prend beaucoup de temps pour apprendre la patience… même si le temps n’existe pas vraiment comme on sait bien… mais le sait-on vraiment ?

beaucoup de patience – et de persévérance – pour accepter que même si le temps ne passe pas vraiment – car qu’est-ce que le temps ? et pas toujours maintenant anyway  ? – il se passe quand même quelque chose… même si on ne sait quoi au juste… donc pas si clair le temps…

mais en même temp, même si on aime dire qu’il n’existe pas, le temps est aussi quelque chose de tangible, quelque chose qu’on sent lentement passer sur notre corps – quoi que jamais vraiment sur notre âme semble-t-il…

quand on a des enfants, le temps est plus évident il me semble, car il se promène devant nous… et il avance par étapes progressives…

quand on a des enfants, on voit le temps nous filer droit devant… les transformation des touts petits prennent place à un rythme si rapide qu’ils ne laissent aucun doute, le temps file et tout passe et évolue, se transforme, bouge… le temps pousse au cul de la vie…

il y a le temps de surface, celui qui passe vite vite vite, celui qu’on manque tout le temps, celui qui bouge et qui s’active… et il y a le temps de fond, celui qui passe très lentement, celui qui nous fait regarder les choses à plus long terme, avec une distance, un certain détachement… le grand temps…

et parfois le temps passe en tortue, d’autre fois il file en lièvre…

parfois les secondes se font siècles, et à d’autres moments, toute notre existence glisse vite et hors contrôle sans qu’on y puisse rien, vers un fil d’arrivée invisible et inévitable qui nous attire vers l’inconnu…

et le temps est lié de près au corps… en fait le temps n’existe que par le corps… le temps est incarné… car sans corps, probablement que le temps disparait automatiquement… le temps serait donc surtout corporel… et surtout logé dans le tête… quoi qu’une maturité intuitive existe aussi… ah ! compliqué le temps…

le temps existe dans nos têtes, pas dans nos âmes…

même si le temps n’existe pas, on finit par apprendre certaines choses à force de le regarder passer… et de se faire passer dessus…

notamment, en vieillissant, on apprend qu’il est impossible de plaire à tout le monde mais que d’énerver tout le monde et un jeu d’enfant

13886436_1513574778747450_4067584840446965957_n.png

le temps nous apprend aussi que  plus notre corps vieillit, plus on constate qu’il est tout à fait OK de vivre une vie que les autres ne comprennent pas

13895002_1026014070851139_186150523677541661_n

si on l’écoute, le temps finit aussi par nous enseigner que le problème concerne toujours la fuite face à soi-même quand on veut pas reconnaître certaines choses en soi qu’on n’aime pas
 14040091_836957429774819_971192763168658469_n.jpg

et finalement, ne nous inquiétons pas avec le fait de vieillir, nous allons continuer à faire des niaiseries, on ne les fera que plus lentement

13726771_1191051484250036_6114419318309885709_n

OK c’est le temps de partir… le temps m’attend ailleurs…

_____

ce n’est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne de vieilles pommes… – Félix Leclerc.

Une réflexion au sujet de « du temps au temps »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s