pas dehors comme dedans

14520384_543395792519734_4248388692223071104_n.jpg

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////// les chroniques du ptit qui
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////// la SoixanteSeizième

traduction : ce qui se passe en dedans ne s’exprime pas toujours

avec presque près de 1300 chroniques sur ce blogue depuis quelques années, on pourrait penser que j’ai mis toutes mes tripes sur la table… on pourrait assumer que j’ai tout mis ce que je suis, qui je suis, de quoi je suis fait… et que vous me connaissez un peu…

mais en réalité, vous ne savez rien de moi car je n’ai rien dit de l’essentiel… je n’ai rien dit de moi… car ce moi n’existe même pas, ce moi n’est rien qui vaille… qu’un rêve, qu’une baloune d’air chaud, qu’un petit pet divin…

car la vie intérieure est un mystère, ce qui se passe en soi change, se transforme, fluctue… et n’a pas de forme…

à la surface, tout ce que je suis n’est que pensées, émotions, fleur de peau et de macadam… et cela n’est pas du tout moi… qu’un front, qu’une façade, un masque social… alors même j’en parle abondamment, même si je l’écris et le décris, pas moi du tout… que petit moi… que partie infime du tout…

un peu plus creux, au deuxième étage, se trouvent mes croyances, mes conditionnements, mes convictions… et ça non plus, pas moi du tout… tout cela a été téléchargé à mon insu… partie de l’ADN…

c’est à l’étage suivant que quelque chose de plus vrai, de plus authentique, se cache… juste ici… que là, où vous n’avez pas accès, là où les mots ne peuvent décrire ce qui s’y passe… mais là même où vous vivez vous-même… là où est c’est pareil vous et moi…

car en cet endroit secret en moi, en vous, que de l’observation, que du watchage, qu’un flou existentiel indescriptible, qu’un flux de vie… qu’une présence intangible… qu’un magma inexplicable qui bouille au coeur de soi, en notre âme et conscience… qu’un dépôt du grand cosmic stuff… poussière d’étoiles…

alors je peux bien écrire mes états d’âme, décrire mes mouvements émotionnels, raconter mon coeur brisé et mes rêves étriqués, mais vous ne savez toujours et encore rien de moi…

pas que je ne me livre point ou pas… seulement que ce qui se passe en moi ne peut traverser la paroi de cet écran… impossible de rendre le grand moi en petit moi… car ce grand moi n’est nul autre que Dieu, la vie, la source… et petit moi, qu’un dépositaire de ce grand moi…

autant petit moi n’est rien qui vaille et peut se décrire tant qu’on veut, autant grand moi est tout qui faille, en même temps qu’indescriptible…

alors tout ce que vous lisez ici depuis des  années n’est qu’idées et concepts ne me concernant peu, ou si pas du tout, mais cela n’est pas du tout moi, pas le grand moi en tous cas… que petit moi, insignifiant, inessentiel, que futile petit moi… petit ati…

ce qui importe ici, enfoui à-travers ces mots, caché dans la moëlle entre ces lignes, est la matrice de Dieu, ce qui nous unit vous et moi, et pas ce qui nous sépare… vous et moi même bla bla…

nous ne sommes que des petits cheveux dans la grande crinière divine et on ne se mettra quand même pas à se couper les cheveux en quatre right ?

un peu ce que fait la thérapie en fait… on prend nos distinctions personnelles et on les maximise, on les met sous la loupe, on se rend encore plus distinct face au tout…

en fait, l’idée est de nous unir dans la grande crinière car nous ne sommes qu’un poil dans la grande crinière… mais parfois ce cheveux se prend pour la crinière entière… qu’un petit poil vous et moi…

alors je peux bien parler de moi en tant que poil distinct, mais rien de ce que je ne peux en dire ne concerne vraiment l’ultime, le vrai, l’important, le signifiant…

qu’une tactique pour vous rejoindre vous, te rejoindre toi, petit poil échevelé comme moi… retournons jouer dans la grande crinière…
___

Dieu est une source jaillissante, et dans l’être humain qu’Il a créé à son image existe aussi, profondément enfouie, une source qui attend les conditions pour jaillir et couler.

Si par la pensée, par la prière, il arrive à se lier à la Source céleste, il fera aussi jaillir l’eau de sa source, et toutes ses cellules seront arrosées, vivifiées par cette eau divine.

Si nous apprenons à faire couler en nous cette source qui est la vie, qui est l’amour, qui est la lumière, nous deviendrons un instrument entre les mains du Ciel.

Et un jour nous serons capables de remplir le programme donné par le Maître Peter Deunov dans cette formule si belle et si profonde :

« Ayez le cœur pur comme le cristal, l’intellect lumineux comme le soleil, l’âme vaste comme l’univers, l’esprit puissant comme Dieu et uni à Dieu »…

  • Omraam Mikhaël Aïvanhov

2 réflexions au sujet de « pas dehors comme dedans »

  1. Prashanti .

    Source de lumière divine .
    Réchauffe ce cœur qui a froid.
    Au-delà des montagnes.
    Au-delà des nuages.
    Il y a la vie qui nous unie.
    Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s