Luz Azul

capture-decran-2017-02-12-a-09-27-05

• cronica número vinte e quatro

all right !

ça y est… on a passé 4 autres heures en studio hier soir et capté 42 hymnes sur une base one take chacun, à moins que je ne me plante royalement, alors on recommençait…

il reste à couper tout ça, à éditer ici et là un peu pour éventuellement mettre ça en ligne… l’idée est tout d’abord de rendre le tout disponible pour écoute et dans un deuxième temps, organiser une campagne de sociofinancement pour ramasser suffisamment de sous pour que je puisse revenir ici voir mon nouvel ami Shami technicien de son (et formidable musicien) en juin pou faire un vrai album avec arrangements et musiciens et etc… je vous en reparle sûrement 😉

que de travail, que de plaisir, que d’inspiration ces derniers jours… et un peu de stress même si je ne dois rien à personne… une excitation qui faisait parfois presque mal de plaisir…

ces derniers jours, je me suis senti comme un vrai musicien, un vrai artiste en résidence… avec un studio sur place, un technicien à ma disposition… drôle car j’avais placé ma commande et l’univers – ou whatever – me l’a délivrée… en tous cas moi ça m’a grandement délivré… ça marche parfois ces commandes à plus grand que soi…

que de guitare ces derniers jours, que de nouveaux chants qui descendaient sur moi comme neige sur notre coin de pays, ou comme la misère sur le pauvre monde – mais me semble que c’est une expression d’une autre époque celle-ci 😉

en l’espace d’un mois, j’ai reçu 21 nouveaux hymnes, dont 18 dans les 2 dernières semaines… le reçu est en italique parce que dans notre gang, on n’écrit pas des hymnes, on les reçoit… on attend que l’inspiration se manifeste… bien sûr que si on tient sa guitare dans ses mains, qu’on gratte longtemps et fredonne et qu’on garde de quoi écrire pas loin, ça aide… ça invite l’invitation…

et c’est en plein ce que j’ai fait… et j’ai aussi profité de l’inspiration des derniers jours pour revoir les petits détails de mon premier hinario (ensemble d’hymnes) avant de l’enregistrer aussi hier soir…

alors j’aurai du stock à vous présenter bientôt… après avoir bizouné un peu dan tout ça lundi pour que mon ami technicien me montre comment éditer le tout… car qu’une première étape la captation, c’est souvent par la suite que le vrai travail commence… mais au moins maintenant c’est capté… enregistré… basta !

selon mon ami Shami, capteur de son justement, plusieurs de mes hymnes seraient très bons… deux trois même très très… toujours quelque chose de se livrer comme ça à un autre… car quoi de plus personnel que de présenter ses trucs – soient-ils musicaux, picturesque ou poétiques – aux autres… on se dévoile… et en un à un, encore plus intime il me semble…

je me fie à lui… car comme pour nos enfants, les nôtres sont toujours les plus beaux et les plus bons… quoi que l’on châtie bien aussi quand on aime bien.. et tellement critique de tout ce qui sort de nous hein ? vous comme moi j’imagine…

dans ma dernière chronique, l’autre jour j’ai posté une citation qui disait quelque chose comme ceci : tous les voyages recèlent des destinations secrètes desquelles le voyageur n’a pas conscience

eh bien, je pourrais dire que l’une parmi ces destinations était un nouveau répertoire de chants nouveaux… comme le Beaujolais nouveau, fabriqué rapidement et spontanéement, pas encore vieilli à point, mais audacieux et venu à la vie de lui-même, en poussant un peu son géniteur… et vendredi soir, comme par magie, ça s’est bouclé, j’ai reçu un dernier hymne intitulé Yippee ! et ça a dit clairement  that’s it !  Basta le nouvel hinario… Viva Luz Azul !

bien sûr encore tour vert, tout carré, pas arrondi ni poli mais pas impoli non plus… très respectueux de son propre chemin… 17 hymnes en portugais, dont 2 trilingues et 2 bilingues, 4 en anglais… des airs simples, enfantins même par moments… des airs que j’ai bien hâte de vous faire entendre… à venir…

alors aujourd’hui je me permets un bon repos full post partum en cette journée de pluie soutenue ici… parfaite journée pour la sieste et de la lecture… eh oui il pleut aussi au paradis…

et moi qui m’étais promis hier soir de ne pas toucher à ma guitare aujourd’hui après une semaine un peu obsessionnelle compulsive… eh bien, je ne me crois vraiment pas…

allez boa domingo chez-vous…

je profites de mes derniers jours au Brésil avant de revenir jouer dans la neige avec vous…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s