messy… mais si… bis…

17156217_10211164899090860_2196820758680897607_n.jpg

les dernières chroniques – 17/3/17

traduction : soyez bordélique et compliqué(e) et plein(e) de peur, mias présentez-vous quand même (et de toutes les façons)… – Glennon Doyle Melton

je ne sais pas si vous vous souvenez de l’affiche ouvrant ma chronique d’hier, ou même si vous l’avez vue, mais il y a clairement un lien entre celle-ci et celle-là…

entre autre par l’utilisation du terme messy que personnellement j’aime beaucoup, et que je ne peux que traduire par bordélique… mais si… même si mon dictionnaire me suggère plutôt désordonné… mais si, me semble que bordélique est plus messy que désordonné…

et merci de me donner un break malgré mes imperfections, malgré mes répétitions, malgré mes parfois moins que plus bons plus ou moins bons jeux de mots, malgré ma vision limitée du monde… merci de continuer à jeter vos yeux sur ces mots qui ne sont pas mes mots… plutôt moi qui appartient aux mots… et aux grands mots mes petits moyens…

cette citation est également liée à celle d’hier en ce sens qu’elle nous renvoie à notre humanité, elle nous incite à être vrai(e), à assumer nos limites et toute notre humanité, à oser être soi-même, tout à fait, totalement, tout simplement…

même si nous sommes parfois bordélique, parfois compliqué, même si parfois on a peur, soyons ici, soyons présent(e)s et assumons-nous tel quel et telle quelle… car nous ne pouvons pas être autre ni autrement, nous ne pouvons qu’être qui nous sommes… je sais ça sonne simple et simplet mais simple la vie malgré la complexité et les complications apparentes…

tout d’abord, respirer, boire et manger, avoir chaud et se sentir en sécurité…

mais aussi se sentir lié(e) à plus grand que soi, sentir un sens à son existence, même si c’est un sens unique, un cul de sac ou une voie circulaire qui tourne en rond dans un cercle plus ou moins vicieux ou vertueux…

puis aimer et être aimé(e), se sentir lié(e), aux humains, aux animaux, aux végétaux, aux minéraux et à tout el reste qui vit et qui ne vit pas ou plus…

et de surcroît, se sentir utile, se sentir vivant, se sentir investi(e) et tributaire d’une parcelle de vie unique car unique nous sommes toutes et tous, unique comme l’est chacun et chacune de nous…

et se présenter, se tenir debout, être présent(e), soit faire acte de présence… de toute la présence dont l’on peut faire preuve, toute la présence que l’on peut afficher malgré nos moments d’absence, nos trous de mémoire, nos épisodes de lunatisation…

car nous sommes parfaitement imparfait(e)s, et imparfaitement parfait(e)s…

alors let’s show up… faisons tout ce que l’on fait du mieux que l’on peut…

et tenez, si vous voulez revoir l’affiche d’hier…

16864226_10154150323270124_7757514686071416345_n

traduction : chers humains… vous avez tout faux… vous n’êtes pas incarné(e)s pour maîtriser l’amour inconditionnel… c’est de là que vous venez, et là où vous retournerez… vous vous êtes incarné(e)s pour apprendre l’amour personnel… l’amour universel… l’amour mêlé… l’amour qui sue… l’amour brisé… l’amour total… un amour infusé de divinité… vécu avec la grâce du trébuchage… démontré par la beauté… bordélique… souvent… vous n’êtes pas venu(e)s ici pour être parfait(e)s… vous l’êtes déjà… vous vous êtes incarné(e)s pour être magnifiquement humain(e)… imparfaitement fabuleux… pour tomber et vous élever de nouveau jusqu’à vous rappeler…

mais l’amour inconditionnel ? arrêtez de (vous) raconter des histoires… l’amour, en réalité, n’a besoin d’aucun qualificatif… il n’a pas besoin de modificateurs… l’amour n’a pas besoin de condition de perfection… il ne requiert que vous vous présentiez…  et que vous fassiez de votre mieux… que vous restiez présent(e)t et que vous sentiez totalement… que vous brillez, voliez, riez, pleuriez, ayez mal, guérissiez, que vous tombiez et vous releviez,   et jouiez, et travailliez et viviez et mourriez tel que VOUS êtes… c’est suffisant… c’est en masse… – Courtney A. Walsh

3 réflexions au sujet de « messy… mais si… bis… »

  1. Paripurna

    Trois fois merci pour cet amour dans tes mots qui me touchent de l,autre côté de la planète et m,encouragent à continuer ce voyage initiatique en me disant Oui.

    Répondre
  2. Samano

    Direct dans le mille. Hyper pertinent. Tu dis tout haut ce que je n’arrive pas à formuler.
    On ne sait jamais pour qui on écrit. Qui on touche. Qui on allume.
    Ou qui on dérange…
    Quelle aventure mon ami !

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s