nobodyness

18319217_10156016241960828_4936532655341757854_o.jpgles dernières chroniques – 8/5/17

beau hein ? ça vient d’Eckart Tolle… via amie Martine… merci…

apprendre à devenir satisfait de n’être personne en particulier… j’ajoute apprendre car pas encore acquis de se satisfaire d’être des nobodies pour nous qui voulons être des somebobies… pas encore pour moi, ni peut-être pour vous…

ne pas se distinguer, synonyme de syntonie avec l’univers… syntonie ? = fusion affective spontanée, intime et harmonieuse avec l’environnement et les êtres qui nous entourent..

car l’égo ne veut pas être égal à autrui, l’égo veut être spécial, unique… unique, comme tout le monde…

donc pas une faiblesse d’être un ou une nobody ? au contraire, une force ? makes sense… mais à découvrir… à apprivoiser… devenir personne…

mais évidemment, pas ce que l’on croit habituellement dans cette société extrovertie dans la cadre de laquelle l’individualité est à l’honneur… me, myself and only me

car nous sommes conditionné(e)s à être autonome et indépendant(e)… et à se distinguer du lot…

pourtant…

nous sommes tous et toutes la même mamatière, la même mamma terre… pas pacha, que fils et fille de la terre… partagent le même esprit, étant le même esprit…

on ne vit qu’avec le soutien de l’univers entier, rien de moins…

coupez-nous l’air et on aura l’air fou assez rapidement… coupez-nous la rotation terrestre et on tombe dans le vide, dans le néant… nous sommes dépendant(e)s de tout, de tout le reste, de tout ce qui vit…

car nous ne sommes pas séparés de rien, pas du tout séparé(e)s tu tout… nous ne sommes qu’une goutte de cette grande marre existentielle… et éventuellement la goute se diluera dans la marre… ou boira l’entière marre et implosera…

alors pourquoi s’entêter à chercher à être une goutte qui veut être différente et séparée ?

car au fond, a-t-on seulement décider de naître ? ou nous a-t-on pitcher ici bas pour apprendre quelque chose ?

décidera-t-on quand on va mourir ? peut-être avec l’aide à mourir dans la dignité mais aussi possible que l’on mourra avant et/ou dans un accident… qui peut le dire ?

personnellement, je suis à apprendre à devenir rien, sinon pas grand chose… un des hymnes que j’ai reçu affirme d’ailleurs : more and more and more and more I am becoming less and less… de plus en plus apprendre à devenir rien, un beau gros rien de particulier… qu’un être vivant parmi 8 milliards d’autres…

car peut-être que lorsque l’on devient rien, on devient tout. ?

Une réflexion au sujet de « nobodyness »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s