délire de pré méditation

946015_689956574365210_903498805_n

les dernières chroniques – 30/5/17

hier, en roulant dans mon bolide me menant vers la ville du 375ème, j’ai entendu à la radio du canada une entrevue – avec je ne me souviens plus qui – le mot préméditation qui s’est démarqué des autres mots… et qui m’est resté dans la tête… et qui a retonti un peu toute la journée dans ma caboche…

préméditation… préméditer…

et je me suis dit que j’en ferais une chronique car ça me titille cette expression… alors cette chronique est pré méditée depuis hier… en fait, elle m’habite depuis hier…

sincèrement, je n’ai encore aucune idée quant à ce que je vais dire sur ce thème… j’ai beau avoir préméditer là-dessus depuis hier matin, pas d’illumination encore…

voyons voir…

avant hier, je n’avais jamais entendu de cette façon un peu twistée autrement cette expression habituellement associée à la criminalité et à la justice… comme dans meurtre prémédité… meurtre avec préméditation… donc pas un terme qu’on veut qui nous colle à la tête…

mais hier, j’ai entendu autrement le terme préméditation… en fait j’ai vu le pré se séparer de méditation… pré méditation comme dans avant la méditation… comme dans spiritual foreplay

moi qui pratique la méditation depuis quelques temps déjà – à lire le terme pratique comme dans apprendre à me pratiquer à méditer et non pas comme maîtrise de – je n’avais jamais encore méditer là-dessus ni ainsi…

selon l’Orient méditer consiste grosso modo à simplement être présent… donc méditer n’est pas en soi une activité… c’est au contraire une non activité… l’ultime non faire… même pas besoin de respirer ça se fait tout seul… qu’observer, prendre note de, qu’à être témoin (pas comme dans un procès pour meurtre prémédité)…

observer et prendre note de tout tout tout se qui se passe autant en nous qu’en dehors… sans accrocher si rien rien rien, ni en soi ni en dehors… sinon on se perd, ce qui n’est pas si grave car on peut toujours revenir à soi…

une présence comme dans être en toute neutralité, comme dans faire le vide, ou plutôt laisse le vide se faire en soi… se tasser du chemin et laisser le vide nous passer à-travers et nous remplir…

mais dans notre société occidentale qui préconise la tête et la pensée rationnelle, dans notre société  de droit, on utilise souvent le verbe méditer comme dans le sens de : je vais méditer là-dessus… ou je vais pré méditer un mauvais coup

par contre, j’aime l’expression pratiquer la méditation car ça implique qu’on ne maîtrise jamais la bête… en fait, on ne peut pas vraiment méditer… on ne peut que se faire méditer comme on se fait labourer par la vie… on ne peut qu’être attentif et prêter attention à ce qui se passe en nous et à l’extérieur – et ça c’est vaste en ta…

donc d’une certaine façon, pré méditer pourrait vouloir dire : se préparer à méditer

et on peut méditer en faisant autre chose… en marchant, en jouant, en dansant, en chantant, en peignant, ou en ne faisant rien…

sauf que si méditer n’est pas une activité en soi mais davantage une façon d’être, une façon de vivre, une disposition intérieure en soi et dans la vie, pré méditer tire ses racines dès notre époque où l’on était dans le ventre de maman…  ou dans les premiers mois de notre vie, d’où la photo de bébé ravi ci-haut… qui s’approche d’une état de béatitude méditative… gaga on dit ?

et alors pré méditer ? aucune idée….

post méditons là-dessus chers lecteurs/trices…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s