pas moi, mais…

22448400_10154790141856246_859471559664200543_n.jpg

les dernières chroniques –16/10/17

traduction : on parle du nombre de femmes qui ont été violées l’an passé, pas du nombre d’hommes qui ont violé ces femmes… on parle du nombre de filles qui se sont fait harcelées dans un district scolaire en particulier l’an passé, pas du nombre de garçons qui les ont harcelées… on parle du nombre de filles au (Vermont) qui sont tombées enceinte l’an dernier, plutôt que des hommes et des garçons qui les ont enfantées…

alors vous pouvez voir comment l’utilisation de la forme passive peut avoir un impact politique… cela détourne notre regard des hommes et des garçons en le reportant sur les filles et les femmes…

même l’expression «violence envers les femmes» s’avère problématique… c’est une construction passive, il n’y a pas «d’agent actif» dans la phrase… comme une «chose mauvaise qui arrive aux femmes», car lorsqu’on analyse l’expression «violence envers les femmes», on dirait que personne ne leur fait subir cette violence… elle ne fait que leur arriver… les hommes ne font même pas partie de l’équation… – Jackson Katz

Oh là là… pourquoi je m’aventure sur ce terrain là moi là là ? j’aurais pu simplement aller prendre une marche et me la fermer plutôt que de taper ces mots et risquer de me faire taper sur la gueule…

rare que je tape tape au sujet d’enjeux de société plus généraux, mais une fois n’est pas coutume et lorsque la roue tourne, laissons la tourner et tapons tapons justement…

ce matin, en début de journée, j’ai commencé à remarquer l’inscription moi aussi/me too qui circulait un peu partout sur les murs FB de certaines personnes… ça m’a surpris dans un premier temps – car je ne savais à quoi ça avait rapport – puis ensuite j’ai compris… j’ai compris que c’était des femmes – en presque totalité car quelques hommes aussi l’ont fait – qui postaient ces mots… et là j’ai allumé et j’ai compris que l’on parlait de violence envers les femmes…

mais on parlait de quoi au juste ? seulement de violence ? de harcèlement ? de trop grande insistance ? d’abus ? de viol même peut-être ? j’imagine un peu de tout ça… mais clairement que c’était des gestes d’hommes posés sur des femmes…

puis au fil de la journée, comme vous probablement, j’ai été surpris du grand nombre de femmes à qui cette situation est arrivée et qui ont utilisé ce moyen pour le dénoncer…

mais par la suite, un certain malaise s’est mis à monter en moi… malaise que je ne cerne pas encore tout à fait… car gros enjeu que celui-ci, plus gros que chacune et chacun de nous… malaise social qui sort du sac…

malaise parce que je suis un homme ? peut-être un peu, en partie, probablement même, mais pas seulement…

car pas mal certain que les femmes ont été surprises et se sont senties au moins aussi mal que moi de constater le nombre effarant de filles et de femmes qui ont été harcelées en voyant ce nombre si répandu de moi aussi/me too

elles sont probablement touchées autrement que moi, qui me sens mal et un peu coupable par le seul fait d’être un homme, comme par défaut, mais j’imagine que tout le monde doit être dérangé par cette situation qui nous concerne tous et toutes…

sauf que ce sont les femmes qui subissent et pas nous, les hommes, qui plutôt proposons et/ou imposons… les boys, on force la note parfois, on abuse… on pense dans nos culottes…

et c’est ici que je me questionne…

bien sûr, ce sont les femmes qui subissent ce problème qui n’est pas que personnel, car c’est aussi et surtout un problème social à constater l’amplitude du phénomène… mais ce sont de vraies personnes, notamment les femmes, qui subissent ces agissements… c’est terrible… et on doit le dénoncer…

on n’a qu’à constater le grand nombre de moi aussi/me too qui poppent up de partout pour en constater l’ampleur… la trainée de poudre virtuelle du jour…  qui cache une problème bien réel… et charnel… d’ailleurs, toute mon admiration à celles qui affichent ces mots lourds de sens.. je ne sais pas si moi je l’aurais fait si j’avais vécu cela…

pas un problème propre à quelques hommes, pas mal répandu dans la grande meute si autant de femmes l’affichent…

OK on a trouvé un bourreau qui a sévi pendant des années dans la ville du bois sacré et on peut bien lui bûcher dessus si ça nous défoule un peu, et lui faire nos ptits procès personnels, mais il n’y a pas que lui… c’est systémique comme on dirait à l’université…

mais Mr Katz mets un doigt sur mon dérangement en soulignant la nature passive du discourscomme si ce phénomène était une maladie qui tombait sur les femmes… comme s’il n’y avait pas d’hommes à l’autre bout du problème…

en un sens, il est probablement nécessaire et essentiel que toutes ces révélations remontent à la surface comme elles le font en ce moment… rien comme mettre de la lumière sur les zones d’ombre un peu puantes, qu’elles soient personnelles ou collectives, pour que les choses commencent à respirer…

mais cela dépassera-t-il cette première étape ?

tel que le dit le Mr Katz up there, d’une étrange façon, on semble encore faire porter le fardeau aux filles et aux femmes en présentant cette situation sous une formulation aussi passive… comme si c’était principalement leur responsabilité…

comme s’il n’y avait pas un comportement mâle qui sous-tend un méchant problème d’abus et de manque de respect quasi généralisé…

moi qui suis père de 3 filles depuis près de quatre décennies, bien sûr que cela m’inquiète de savoir que ces abus masculins sont si répandus… mes propres filles posteront-elles un moi aussi/me too qui viendra me surprendre et m’ébranler ?

mais les vraies questions me semblent être :

comment fait-on pour que les gars et les hommes pognent le message ?  comment on fait pour les rejoindre ? car ils ne posteront je l’ai fait / I did it sur leur mur FB !

comment on fait pour que, socialement, le respect envers les femmes se rende au-delà des mots jusqu’aux attitudes et aux comportements masculins intrinsèques ?

comment on fait pour que cette force physique, ou ce fumeux pouvoir que procure l’argent et autres gadgets sociaux, ne se traduise en abus ?

probablement autant en éduquant les gars à démontrer plus de respect que les filles à se tenir debout… et ici je fais une nette distinction entre jeunes filles et femmes…

mais ce qui est simple sur clavier l’est moins dans l’incarnation… tout d’abord, prenons conscience et arrêtons d’utiliser cette forme passive pour décrire ce très très dérangeant et persistant phénomène social que l’on ne pourra que régler en assumant notre responsabilité personnelle et commune…

les hommes bien sûr en premier lieu…

moi le premier en tant qu’homme, je dois voir ce que je porte en moi même si je n’ai jamais passé à l’acte en ce sens… pour m’être fait cruisé avec insistance à quelques reprises par certains hommes, j’ai pu mesurer la violence d’une insistance non-désirée… je fais d’ailleurs dorénavant plus attention à mes simples regards envers les femmes…

et nous aussi tous les hommes, nous qui agissons ainsi depuis des lustres… même si on n’a rien à se reprocher personnellement, on est dans la gang…

mais bien difficile de dire, en tant qu’homme, que les femmes ont aussi quelque chose à voir dans ce phénomène… et ici, je refais et souligne à gros trait à cette même claire et nette distinction entre jeunes filles et femmes… car les enfants sont à préserver à tout prix…

d’ailleurs, aujourd’hui, sur FB, une amie FB a écrit un très bon texte sur une expérience personnelle dans le monde du cinéma et qui disait que souvent, c’est un jeu qui se joue à deux dans ce milieu-là… je ne pense pas qu’un homme aurait pu écrire cela… quoi que j’ai remarqué que ce n’était que des hommes qui ont commenté… je ne sais pas mais peut-être qu’il y a de quoi là ?

même écrire ce texte est un peu casse-gueule, mais que voulez-vous, les mots, comme certains hommes, nous poussent parfois au derrière…

Une réflexion au sujet de « pas moi, mais… »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s