retour aux mots sots

26230801_1504359846338618_2220592203245637135_n.jpg

les dernières chroniques – 12/1/18

salut lectrice/teurs…

tout d’abord, cette superbe photo toute de rose teintée… pour rien… pas rap… juste comme ça, parce que belle… après le froid et maintenant la pluie, semer de la beauté, que de la beauté…

ouf, je sors d’un blitz de correction… plus 100 copies de travaux de session derrière la cravate le chro, alors besoin d’une réelle pause du virtuelle… n’en peux plus des écrans très très cathodiques… et pourtant, here I am again…

mes étudiant(e)s devaient suivre le dossier de la légalisation du cannabis cet automne et sous la promesse de quelques points dans le bulletin, ils l’ont fait… sujet tout de même passionnant et très actif… là c’est moi qui est affranchi… en grillerai peut-être un pour célébrer… mais justin… ceci était un fumant jeu de mots…

de la correction à-travers les déplacements des fêtes et autres activités connexes… toujours un temps de fou de ce côté-ci de l’écran… et puis janvier…

donc premières bribes de liberté littéraire retrouvée depuis un bon bout de surconcentration virtuelle corrective…

alors quoi de mieux à faire que de donner signe de vie et de rédiger cette chronique un peu fofolle… écrire pour décompresser, pour décompenser… et ne pas trop penser… mon sport extrême préféré, ma maladie chronique à moi… ça va finir par se ramasser dans le DSM cette manie à moi… la chronicativite aigüe… mais c’est OK, j’assume… chacun ses folies…

alors écrire sans but, écrire sans raison et peut-être même la perdre, écrire pour lirer et délirer… pour sheerer même… pas déchirant du tout…

écrire pour sortir du cadre, littéraire ou de porte, et rentrer dans le mur, au-delà du son…

écrire pour ne rien dire, et faire lire du vide à ceux et celles qui poseront les yeux sur ces mots… et écrire quand même même si à peu près personne ne lira ces mots… écrire pour soi, écrire pour rire… de soi…

écrire pour revenir à la réalité, écrire à côté de la réalité, écrire pour passer à-travers cette réalité, écrire pour émerger de l’autre côté d’une autre réalité… ou qu’une autre et même réalité ? ou unique réalité déclinée en plusieurs dimensions ? virtuelles réponses…

écrire et suivre le sens des mots qui ne mènent nulle part ailleurs que toujours à soi… écrire dans tous les sens et sans bon sens… prendre les détours que les mots décideront de prendre… écrire sans savoir ce que l’on dit mais écrire quand même… et poster ces mots out there, ici, sans trop savoir… qui les lira, qui les comprendra, ou surtout, pas…

écrire pour sentir la vie qui pousse un mot après l’autre, le mot qui pousse dans le cul du précédent… comme une respiration qui chasse l’autre… écrire pour voir qui et quoi se cache en soi, découvrir les multiples petits nous qui se cache en ce moi que nous croyons connaître… et pourtant… et pourtant…

alors voilà lecteurs/trices, la clavier est reparti, la tapette à mots a repris vie… et on verra ce qui voudra bien se révéler à la réalité chronique dans la prochaine stretch de moments à venir…

car un chapelet de petits moment la vie… et nous sommes le fil ou les billes ? ou le noeud qui fait chapelet de tout ça ? qu’importe hein ?

moi ça me donne des ailes écrire…

26112465_1496247580483178_8842849904173018649_n

3 réflexions au sujet de « retour aux mots sots »

  1. Ravi

    écrire pour décrire…
    décrire pour rire…
    rire pour ne pas mourir…
    ne pas mourir et sourire…
    sourire pour être pas pire…
    pas pire et écrire…
    écrire pour……………….

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s