interstice intemporelle

28472246_10156176657997288_5695104003444582763_n

les dernières chroniques – 9/3/18

traduction : nous vivons au sein d’une société entièrement hypnotisée par l’illusion du temps, dans laquelle le prétendu moment présent n’est ressenti simplement que comme un fil ténu entre un passé causal et un futur qui englobe tout… le présent n’existe pas… notre prétendue conscience se situe principalement entre mémoire et attentes… nous ne réalisons pas qu’il n’y a jamais eu, qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura jamais aucune expérience autre que l’expérience actuelle… conséquemment, nous sommes déconnectés de la réalité
– Alan Watts

paf ! dans l’dash…

malgré que l’expression vivre le moment présent soit devenue aussi courante que la monnaie, rares pourtant sommes-nous à le vivre réellement ce moment, ce présent… à chaque instant, totalement, y plongeant dans chacun d’entre eux… dans l’infini de chaque moment…

un moment après l’autre, un après l’autre, et ainsi de suite jusqu’à l’éternité… d’ailleurs paraît que c’est long l’éternité, et ce, surtout vers la fin…

on vit dans le temps… de le dire… et tout passe…

et comme le temps n’existerait pas, alors nous, existe-t-on vraiment ?

le moment présent n’est qu’infime craque dans l’infini… au potentiel infini… moment qui passe si rapidement qu’on ne peut courir après… on ne peut que s’y laisser aller, s’y laisser glisser, s’y abandonner… et woush alors…

et si nous sautions complètement dans la futilité et la fluidité du moment, peut-être que l’on y retrouverait notre essence ? qui sait…

le mystère de la vie se trouve juste là, dans cet espace précis situé entre chaque inspiration et l’expiration, de même qu’entre chaque expiration et l’inspiration qui la suit… point sur lequel Osho nous recommandait de porter notre attention lors de nos moments de méditation… ce mystérieux gap entre le in and out

cet interstice où le temps est suspendu, où tout disparaît, là où tout s’arrête… et où Dieu vit…

tout se joue dans cette très soutenable suspension du temps, là où tout devient possible de nouveau… là où tout disparait et d’où tout vient… tout passe par cet espace…

en vous souhaitant une multitude de moments dans lesquels vous glisser en ce petit vendredi extra ordinaire de mars…

et qui a dit que le présent n’est pas un cadeau ?

Une réflexion au sujet de « interstice intemporelle »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s