divinette dominicale

25182013_1885614738420436_4626937038022392764_o.jpg

les dernières chroniques – 10/6/18

traduction : chaque expérience que tu vis recèle un objectif divin… croit et continue de faire confiance à ton chemin

comme crois et croit… comme croître et grandir… et comme croire et garder la foi…

car il faut que la vie soit divine… elle ne peut être qu’animale, végétale, minérale, mécanique, énergétique ou humaine… persuadé que ça s’active dans les hautes sphères… parfois je commence à le sentir, parfois je le perçois brièvement… really ? who really knows ?

parfois je les ressens en moi et autour ces êtres divins qui viennent titiller le titi que je suis… et plus… et de plus en plus plus…

particulièrement dans le cadre de certains rituels et cérémonies que je les ressens… ils descendent parmi nous… miow miow… car on dit qu’ils – et/ou elles ? – ne viennent que si on les invite… poli(e)s les anges dit-on…

pas parce qu’on ne perçoit pas le divin qu’il n’existe pas… évidemment, bien difficile à prouver ou à démontrer… d’ailleurs, a-t-on besoin de prouver le divin ?

simplement l’inviter dans notre vie est bien suffisant, afin que cette dimension puisse prendre de la place, sa place, toute la place… et nous ramener à la maison…

de là d’ailleurs vient le titre de mon album à venir… les hymnes du Pays d’en Haut… jeu de mots bien sûr qui fait un clin d’oeil aux belles histoires de Séraphin et cie… mais dans ce cas, pas des pays, qu’un seul pays d’en Haut… un seul pays ici, maintenant, toujours et pour l’éternité dans le grand Now…

car lorsqu’on parle du divin, il n’y a pas de frontières… le divin pénètre notre corps physique alors que tous nos corps physiques baignent dans ce même divin qu’on le veuille et ou qu’on le reconnaisse ou pas…

en fait, il n’y a que du divin… malgré que chacun/e de nous, dans notre propre petite bulle, nous nous faisions parfois croire que notre petit cubicule personnel est tout ce qui existe… séparé du reste, séparé du grand fourre-tout… et pourtant…

où commence-t-on et finit-on ? d’où venons-nous et où allons-nous ? ou errons-nous ?

oh je sais, petites questions banales en ce petit dimanche matin…

mais alors que nous sommes en plein ramadan pour encore quelques jours, et en ce jour du seigneur, nous avons beau tenter de reléguer le caractère religieux et spirituel aux extrémités de nos vies et des courants sociaux, n’empêche…

la vie est full spirit… divine… divinement humaine… ou humainement divine, c’est selon la perspective qu’on adopte…

et on dirait que plus on vieillit, plus on s’éveille à l’au-delà… plus le corps approche de l’autre extrême de vie, plus on s’ouvre à plus grand que soi… à plus grand que petit moi  en tous cas… car si petit ce moi… trop petit pour moi…

si, tout jeune, notre job d’humain consiste à faire notre place en ce bas monde, à habiter ce corps qu’on a prêté à notre âme, au fur et à mesure qu’on gagne en années, on dirait qu’on devient de plus en plus curieux de divin…

du moins je ne sais pas pour vous mais moi, le divin m’appelle de plus en plus… il chuchote de plus en plus fort…

dring dring…

allo j’écoute… car le temps, lui, même s’il n’existe pas, s’égoutte…  du moins, le corps se sent appelé vers sa source… para sempre home again

et qui mourra verra… ou plutôt que ce qui ne mourra jamais retrouvera…

Une réflexion au sujet de « divinette dominicale »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s