Dieu en août

38136117_10157642955508989_7831287146680942592_n.jpg

les dernières chroniques – 1/8/18

traduction : si tu ne vois pas Dieu en tout, tu ne vois pas Dieu du tout…

et si tu ne vois pas Dieu en août, tu ne le vois pas itou…

pas mal certain que peu parmi nous ne voit Dieu en août… pas plus qu’en moi, qu’en toi, en soi qu’en chacun chacune de nous…

Dieu est un mot à l’index à qui plusieurs pointent le majeur…

très peu d’entre nous semblent voir – ou sentir ou ressentir – Dieu tout court, aussi bien en août qu’en tout autre temps de l’année…

on dit Dieu mais on pourrait aussi dire la vie, l’existence, la magie, ça, name it

sauf que justement, on ne peut pas vraiment le nommer ce Dieu qui est partout partout…

dans le cas de Dieu, car Dieu est un cas, et pas un gars, on ne peut que faire du name dropping… en effet, on ne peut que laisser tomber les noms de même que l’idée de lui donner des noms… Dieu, on peut lui crier des noms si on veut, mais pas certain qu’il ou elle réponde… pas de signal au numéro que nous avons décomposer…

soit on voit Dieu partout, sinon on ne voit pas Dieu du tout… un point c’est tout… Dieu est tout ou rien… et quelque part et quelque chose in between… mais pas quelqu’un… en tous cas, Dieu est quelque chose…

moi j’aime me pratiquer à voir Dieu en chacun chacune de nous… surtout chez ceux et celles qui pèsent le plus mes pitons… oui ceux-là, ces pitons qui me font voir rouge diable… ceux et celles qui me font voir que l’amour inconditionnel n’est qu’un concept…

alors voir Dieu en nous pour commencer, et comme on débute le mois, voir Dieu en août…

certain(e)s voient Dieu au ciel et au plus haut des cieux… moi je le sens davantage sur la terre des hommes et des femmes… un peu out there, et beaucoup sur terre… surtout sur terre… comme au ciel…

d’autres l’imaginent homme ou femme à barbe… d’autres le prient, d’autres encore lui crient après… d’autres des noms… d’autres le nient…

mais pas un Dieu un barbe, un Dieu informe, invisible et incolore… un Dieu passe-partout, un Dieu tout-partout, un Dieu flou, et possiblement même un peu fou…

août, comme tout autre mois, est un bon mois pour commencer à vouloir voir Dieu… que l’on soit le premier, le quinze ou le trente, nenni voir Dieu si pas vouloir le voir… car faut le vouloir pour le croire… et peut-être le voir… pour le voir, il faut au moins vouloir y croire… et la foi fera le reste…

car pourtant si magique cette existence, si mystérieuse… que divine peut-elle être…

si full Dieu la vie ma foi de la bonne Déesse… quoi que, comme le disait avec justesse Georges Carlin, à voir la situation du monde actuel, si Dieu existe, ça doit être un homme pour avoir foutu ainsi un pareil bordel dans le monde…

Dieu plus soleil qu’homme, Dieu plus lune que femme…

et peu importe comment nous le nommons, et surtout comment nous le concevons, si Dieu existe, Dieu est tout, ou rien… ou tout est lui… ou Dieu est elle… aussi selon…

Dieu est tout ou rien du tout… c’est selon… Dieu est… mais est-ce que Dieu est ? qu’est-il en fait ? ou qu’est-elle ? Dieu est une question sans réponse… mais souvent on pogne les kételles à son sujet…

si Dieu est, Dieu se doit d’être tout, tout partout, en tout, en nous, en août comme en vous, en masse comme en mars… Dieu doit être dans tout tout tout, Dieu doit être tout fou de tout, et de nous, et nous, on doit le rendre fou avant et après tout…

si Dieu est, Dieu doit être en Trump comme en Poutine, en Kim comme en Jung, en notre folie comme en notre génie… car Dieu est tout, sinon il ou elle n’est pas… God is a package deal, un tout inclus… 5 étoiles, comme pas d’étoiles… mais surtout des milliards d’étoiles… dans les yeux comme dans les cheveux… coupés en 4…

soit Dieu est, fou ou doux, folle ou douce, soit elle est tiguidou tourlou… right through… partout…

on a construit Dieu à notre image, sauf que Dieu est tout sauf une image… surtout pas sage… peut-être bien que Dieu n’est que passage après tout… de l’humain au divin… même en août… surtout en août… passage vers l’automne de la vie…

soit que Dieu est devin, soit que Dieu n’est que divinette… un koan, une question sans réponse…

qu’on y croit ou pas, Dieu est tout sauf ce qu’on imagine de lui, ou d’elle… on ne peut le ou la faire à notre image… plutôt l’inverse et ou le contraire de son contraire…

Dieu est Dieu en yable…

Dieu est un four letter word en français, mais que trois en anglais… en anglais, Dieu est presque l’inverse d’un chien… aho my God et wouf wouf my Dog…

pourtant, des milliards d’humains, d’années-lumière et de galaxies et encore plus de mystères ne se résument pas en 3 ou 4 lettres…

Dieu dans les cieux nous a prêté une planète terre et nous on la détruit vitement et sûrement à la vitesse de l’éclair… Dieu nous loue la terre et plutôt que de la langer et la louanger, on la lui rend vidange… vie d’humain(e)s, vide humain… pleine de grâce de Dieu…

que quelques lettres – 3 ou 4 c’est selon la langue – et pourtant tant de guerres en son nom, tant de croyances meurtrières, tant de dualité… comme si la vie se résumait à Dieu ou pas Dieu… quand c’est pourtant tout simple et complexe à la fois… simple et complexe comme la foi…

alors Dieu en août ?

Dieu chez et en vous itou…

tourlou…

Une réflexion au sujet de « Dieu en août »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s