quiétude

39162763_1683100848482117_3198198661972492288_n
les dernières chroniques – 23/8/18

en effet, à chaque fois que nous sommes inquiet et inquiète – donc que l’on perd notre quiétude – c’est qu’on est ailleurs, habituellement dans le futur… un futur incertain, un futur troublé, un futur qui n’existe pas… un futur que l’on veut beau et doux mais qui ne le sera pas nécessairement… alors on s’inquiète… on perd sa quiétude…

quiétude, du latin quies, -etis, signifie repos… un repos profond, fondamental… un repos profond du mental… cher mental gimme a break… ou peut-être nous qui devons donner un break à notre mental…

vu ainsi, vive l’inquiétude alors… car elle devient un rappel, une indication, un signal d’alarme signifiant que nous ne sommes pas ici, pas présent, en cet instant… car comme on dit en Chine et ailleurs, c’est toujours so far so good

l’inquiétude est l’absence de quiétude…

c’est un nom, mais c’est surtout un verbe…

on ne peut être inquiet ou inquiète que si on s’inquiète… si on est inquiet ou inquiète, c’est qu’on le crée, on doit y contribuer… l’inquiétude se fait, elle se crée, elle n’existe pas fondamentalement…

don’t worry be happy disait le poête… pourtant… on aime bien s’inquiéter parfois, se faire des peurs, imaginer le pire… on doit aimer ça un peu non ? ça doit nous faire sentir plus vivant(e)… un ptit kick…

quand on s’inquiète, on se projète dans le futur… on imagine des choses, des choses négatives, fatalistes, inquiétantes… on imagine que ça va mal aller, que ça va aller mal…

quiétude, inquiétude…

en fait si on ne s’identifie qu’au corps, il y a lieu de s’inquiéter car ce corps prendra le bord éventuellement… qu’un prêt temporaire, avec une date d’échéance… et optimalement sans déchéance…

on vit en sachant qu’on va mourir… on vit sur du temps emprunté… même si ce temps n’existe pas… en tous cas on vit maintenant right ?

et on ne veut pas trop penser au terminus… mais peut-être une bonne idée d’y penser au fond… comme le font certains habitants de la Birmanie…  au moins 5 fois par jour… il existe même une application désormais qui nous rappelle 5 fois par jour de réfléchir à notre propre mort… on arrête pas le progrès…

car si on y pense bien, si on pense à notre propre mort, on peut s’y préparer, on peut vivre plus totalement… moins inquiet et inquiète, more quiet… don’t worry be… alive right now

si on évacue la mort de nos vies, on envoie ça au fond de son âme et l’inquiétude gronde sourdement…

alors utilisons l’inquiétude pour nous ramener à l’ordre… pour nous ramener à ce moment qui est toujours OK…

inspirer, expirer… pas mal aussi simple que ça non ?

don’t worry, be quiet…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s