classe de maître es écriture

Capture d’écran 2018-09-19 à 09.33.36.png
les dernières chroniques – 19/9/18… point 2

salut lecteurs/trices…

série particulière de chroniques qui débute ici… série particulière notamment parce qu’elles vous sont réservées à vous, abonné(e)s de mon blogue… que vous qui les verrez, et pas mes ami(e)s FB… petit bonus de rien du tout…

c’est que j’entame ces jours-ci une classe d’écriture avec mon auteur préféré… eh oui… tadam… Eric-Emmanuel Schmitt lui-même… de qui j’ai lu quelques ouvrages auparavant – en ai raffolé – et duquel je lis actuellement – La nuit de Feu – dans lequel il raconte son expérience d’éveil dans le désert à l’âge de 28 ans… un être à découvrir… un maître à écrire… un compagnon de route…

dans cette série de 21 capsules vidéo d’une dizaine de minutes chacune – EES pour les intimes – l’auteur nous entretient sur les diverses motivations à écrire, les dessous de l’écriture… toujours si humblement, lui qui pourrait tellement ne pas l’être… humble I mean…

et il nous invite à procéder à quelques exercices… et à les partager sur un forum réservé aux gens qui se sont inscrits à cette même Master Class – eh oui, que voulez-vous, c’est français de France cette classe de maître

alors moi en plus de les partager sur le forum des étudiant(e)s de EES, j’ai envie de les partager ici aussi sur mon blogue… question de vous stimuler à écrire, à allumer ce désir d’écrire en vous aussi car écrire est l’un des grans bonheurs de la vie… et si jamais ça vous dit de joindre le groupe, écrivez-moi et je vous enverrai les coordonnées…

évidemment, je ne partagerai pas ici le contenu des présentations car important de faire les premiers pas quand on veut écrire, primordial de faire un effort minimal… et de payer le prix…

mais je partagerai ici les fruits de mes exercices littéraires… ainsi, une fois de temps en temps, comme des off-chroniques spontanées et pop-up, je partagerai ici mes devoirs avec vous…

la première question qui nous est posée est celle-ci : 

Pourquoi avez-vous envie d’écrire ?
Remontez 
à votre désir d’écrire. Essayez de vous souvenir du moment où est né ce désir…

je ne sais pas…

car moi, depuis que je suis tout jeune, je me vois écrivain… je ne sais pas pourquoi, ni quand, mais comme une pulsion à écrire depuis toujours, depuis le début de mon temps…

petit je me voyais vivant à la campagne, un peu à l’écart du monde… en ce sens, je me suis toujours vu vieux d’ailleurs… d’ici mais toujours un peu plus d’ailleurs… toujours eu une image de moi dans ma chaise berçante… d’aussi loin que je peux me souvenir, je me suis vu vieux, je me vois vieux… et écrivant.. mais à la main en ces temps éloignés… en effet, nouveau que je me vois écrire à la machine…

et depuis 7 ans, je suis devenu une machine à écrire… ding ding… tac à tac… quasi quotidiennement, j’écris… quasi mécaniquement, j’écris… instinctivement j’écris… spontanément, j’écris… en vain ou en veine, j »écris…

alors je dois être un écrivain, un écriveine…

écrivant des histoires, laissant couler les mots à-travers ses doigts et ses mains… écrivant pour inventer la vie, inventer des vies, d’autres vies que la sienne… écrivant à la troisième personne car trop petit ce corps et cette identité pour n’écrire que pour moi-même… écrivant pour devenir le monde, devenir tout le monde, devenir le monde entier…

car lorsqu’on écrit on devient le créateur, la créatrice, on devient Dieu(e)… on passe de menteur/se à inventeur/trice, créateur/trice… de fabulateur/trice à Dieu(e), car il et elle est un(e) grand(e) fabulateur/trice, un(e) illusionniste… en écrivant, on se fait Dieu(e)…

j’écris mais je ne sais rien… sans savoir où ça mène… j’écris toujours en allant tout droit san savoir pourquoi ni où, j’écris seulement pour me rendre à l’évidence… éventuellement… mais si je ne me rends pas, pas grave car évidente cette pulsion d’écrire…

écrire pour arriver toujours ici…

voilà mon premier devoir maître…

Capture d’écran 2018-09-19 à 09.35.32.png

Une réflexion au sujet de « classe de maître es écriture »

  1. Manon Rousseau

    Je n’avais pas encore vu donc lu cette chronique inspirée du maître. Moi aussi mon désir d’écrire me vient de loin, de très jeune, une jeune écolière, mon professeur nous faisait faire de la poésie et me demandait de lire mes poèmes devant toute la classe et c’était un des seul talent que je me reconnaissais et cela faisait du bien. Et vous dire le bonheur, le plaisir physique d’écrire déjà si vivant, je m’en souviens encore et j’éprouve encore le même bonheur. Alors oui, cher Ati, j’aimerais bien recevoir ce que tu nous offres et faire partie de la liste. Merci cher écrivain de route.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s