chemin auto déployant

Capture d’écran 2019-03-15 à 12.41.02.png

••• les zultimes chroniques – 21/3/19

en cette existence, en ce grand mystère, on ne sait pas où l’on va ni où l’on s’en va…

mais on marche, par en avant car, contrairement aux automobiles, le reculons n’est pas une option pour les humains… parfois on avance tout droit, parfois en zigzaguant, mais on ne peut qu’avancer…

d’autres fois, on dirait qu’on fait du surplace, mais probablement qu’on avance toujours quand même un peu… même sur place… soit horizontalement, soit verticalement… de toute façon, un peu de repos sur la route nous permet de reprendre notre marche avec plus de vigueur éventuellement…

ou devrais-je dire notre course plutôt que marche, car on dirait que le pas s’est accéléré, on dirait que la cadence va de plus en plus vite…

peut-être qu’une grande course sur place anyway ?

autant dans nos vies personnelles que dans la grande marche/course humaine, the human race avance, évolue, poursuit son avancée sur une route going nowhere, now here… mais so far so good…

à certains moments, pas si clair si ça s’en va par en avant, mais probablement que ce ne sont que des zones d’ombres qui se révèlent à la conscience humaine pour être éclairées et transcendées…

et peut-être qu’on s’en va tout droit dans un grand mur… car les murs sont trumpeurs…

mais mur ou pas, on ne peut que continuer d’avancer, un pas à la fois… parfois en trébuchant, parfois en en sautant un… deux pas pour un… parfois en hésitant, parfois en déviant… mais ultimement, la trajectoire nous tire droit devant…

personnellement, j’entame un nouveau chemin que je ne connais ni des lèvres ni des dents… nous sommes au début d’un nouveau bout de chemin…

notamment, celui d’une église Santo Daime, avec une permission d’importer et de servir un sacrement puissant et révélateur… une grande responsabilité car chacune de nos actions sera scrutée avec attention… nous nous devons d’être impeccables…

après des années de clandestinité, nous avons décidé de jouer le jeu de la légalité, pour le meilleur et pour le dire, au monde entier… out in the open

notre but n’est pas de devenir ni une grande ni grosse église…

non, la qualité prime sur la quantité… l’intimité sur la familiarité… tout en restant ouvert à ce que le chemin nous indiquera… car c’est le chemin toujours qui décide… après avoir ouverts de nouveaux sentiers pendant des années, sans trop savoir où ils nous menaient, envie de suivre le chemin que la vie nous tracera… plus envie de décider, envie de me laisser guider…

d’ailleurs avec le type de travail que nous comptons faire, chaque personne qui viendra travailler et célébrer avec nous devra être prête à être responsable et autonome pour elle-même, tout en étant prête à la solidarité et au partage, au soutien du groupe… car autant on joint un groupe pour soi-même, autant on s’y joint pour le groupe… au service du plus grand nombre…

quand on sert le Daime, on doit le servir complètement… pas seulement dans le verre… mais dans toute sa vie…

alors sur ce nouveau bout de chemin de la toujours même grande route, nous ferons un pas à la fois, chaque pas dans la foi…

d’autre part, à côté de l’église, ma belle et petite Lilia qui viennent vivre sous peu sous le même que toit que moi… passer du moi à nous… doux…

nous marchons en collaboration avec une superbe famille au Brésil, soutenus et appréciés de ces gens qui partagent leur savoir et leur savoir-faire…

quand des gens de confiance nous font confiance, il devient plus facile d’avoir confiance en soi… comme un repère extérieur qui nous ramène à l’ultime repère intérieur…

nous ne connaissons pas cette route sur laquelle nous nous engageons… mais y marcherons avec foi et confiance… et nous travaillerons avec amour et pour le bien du plus grand nombre…

et c’est chaque pas qui forgera la route, chaque pas qui déterminera le prochain… et sans savoir ce qui se trouve au bout de la route, nous poursuivrons le chemin…

un pas à la fois, chaque pas dans la foi…

Une réflexion au sujet de « chemin auto déployant »

  1. Prashanti.

    Andar com fe : c’était la chanson où j’ai reçu mon étoile au Brésil il y a si longtemps.
    Oui parfois difficile de faire confiance au grand Tout…et de continuer d’avancer.
    Encore plus difficile quand on a l’impression de faire du surplace…
    Confiança.

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s