relations, maîtres de vie, miroirs de soi

Capture d’écran 2019-06-13 à 08.24.41.png

••• les zultimes chroniques – 27/6/19

Nous avons cru que la rencontre avec un(e) autre nous avait guéri(e).
C’était une illusion, car la guérison ne vient jamais de l’extérieur, toujours de l’intérieur.
La relation avec l’autre est donc pour nous un révélateur de nos manques et de nos souffrances cachées.
Croire qu’une relation, quelle qu’en soit la nature, peut nous faire oublier nos manques et nos souffrances est un leurre.
Cela conduit inévitablement à la déception.
En revanche, si nous envisageons nos relations avec les autres comme une opportunité de nous connaître, nous pourrons commencer à combler nos besoins et guérir nos blessures.
Tant que nous nous berçons de l’illusion que l’autre possède la clé de notre bonheur, nous restons dans un état de dépendance.
L’autre représente une drogue dont le sevrage nous est intolérable. Le manque réveille notre souffrance, notre crainte et donc notre colère…

– Thierry Janssens

ah les relations, essentielles à la vie… et quel défi parfois !

et souvent les relations les plus passionnées sont celles qui se révèlent être les plus éclairantes, et, souvent, les moins faciles quand elles nous coincent dans les coins…

nos relations avec les autres, particulièrement les relations amoureuses, sont de puissants révélateurs de ce qui dort en nous, de ce qui se cache deep down en soi…

alors, quand ça flye, on apprécie, et quand ça chauffe, on continue de regarder, de sentir, d’accepter, de laisser popper l’imprévisible et l’insoupçonné, et de garder le coeur et l’esprit ouverts… question d’intégrité, de sincérité, de dévoilement…

car comme disait Ramana Maharshi, there are no others

4 réflexions au sujet de « relations, maîtres de vie, miroirs de soi »

  1. Ravi

    oh yes…. quand les 2 partenaires de vie acceptent de faire leur chemin intérieur (ombres et lumières), en relation, en complémentarité, en respect, en s’accompagnant quand ils le peuvent, en se faisant aider thérapeutiquement quand c’est trop souffrant (dû à la profondeur des blessures de relation avec les parents, ce qui est inévitable), c’est là que le véritable amour fait surface, un lien profond de vie, le véritable Nous de la relation..
    quel cadeau de la vie que ce passage par moment très douloureux, car toute ma structure et mes croyances sont ébranlées

    Répondre
  2. Prashanti

    Je découvre le nous et pourtant je suis seule.
    L’avais-je déjà connu en relation ?
    C’est maintenant une relation qui grandit à l’intérieur , dans mon home.
    Curieuse découverte.

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s