passé recomposé et présent furtif

29512151_1057429884444465_1801330773643300588_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 31/8/19

un peu obstineux ce matin le chroniqueur… envie de brasser ces mots de tous bords tous côtés…

on peut changer le passé si on l’interprète différemment… on a vu ça avec l’histoire… chacun a sa propre histoire, sa propre version de ce qui s’est passé…

ce qui est fait est fait mais n’est plus… juste là dans nos têtes si on fait un effort pour le garder vivant… sinon emmagasiné dans notre corps…

ce qui est arrivé ? est-ce vraiment arrivé ? peut-être juste un rêve terminé ? et si c’est arrivé pour de vrai, c’est où maintenant ?

et même si on ne veut pas l’accepter tout de suite ce fichu passé, aussi OK… parfois les choses prennent leur temps… le temps nécessaire… et parfois c’est le temps qui nous prend…

en fait, plus on accepte le passé, on dirait que moins douloureux il devient… même s’il ne s’est jamais passé…

peut-on vraiment construire son avenir ? car l’avenir n’est qu’un tas de petits présents à enfiler l’un dans l’autre… et anyway, éventuellement, même l’avenir deviendra passé date

et en poussant plus loin ces quelques mots, je dirais même que même le présent n’existe pas vraiment…

pas d’accord ? essayez de le tenir dans vos mains ce présent et de le conserver… il va vous filer entre les mains et glisser entre les doigts… comme ça le présent, furtif, vagabond, glissant… évasif…

on peut bien regarder devant soi pour tenter de bâtir son avenir, tout ce qu’il nous reste est ce moment présent, ce même moment qui n’est déjà plus… déjà passé…

alors quand on pense au passé et à l’avenir, de bien belles idées, mais rien de plus…

le passé est toujours décomposé et recomposé, mâché et ré-interprété…

le futur ? que du présent pas encore déballé…

et même le présent, éphémère comme l’impermanence…

le présent, un cadeau dont il faut jouir dans le moment…

parlez-en à Jeff…

69542474_10157268210351047_4011562989915209728_n.jpg

Nous recherchons une forme de permanence, une chose à laquelle nous pouvons nous accrocher – une personne, une philosophie, un sentiment, un état, une histoire, même une identité spirituelle. Mais la nature éphémère de l’expérience garantit que tout ce que nous saisissons finit par nous échapper, y compris nos tentatives pour arrêter de saisir.

Jusqu’à ce que nous reconnaissions que l’impermanence est réellement un ami cher et que la fragilité donne à la vie sa beauté, et ce jour apparemment ordinaire, avec son réveil, son lavage, sa respiration, ses joies et ses peines, est le cher ami que nous avons toujours désiré.

La Bien-aimée nous appelle chez elle de toutes les manières possibles, et cette vie «ordinaire» est son invitation ingénieuse.

Vous êtes emprisonné dans la grâce, cher ami, et la clé n’a jamais été fabriquée.

– Jeff Foster

4 réflexions au sujet de « passé recomposé et présent furtif »

  1. Anandgyan

    Cas lisse,

    Te lire et tomber dans les mailles du filet de la cohérence.

    ‘stie, y a rien là.

    Une nouvelle interprétation du passé est presque le présent …

    … me semble que je suis trop souvent en retard pour ça,
    pogné à penser.

    Dépenser mon « tant » pour dire que,
    phoque
    les paroles sont d’argent
    et que
    l’otarie,
    le silence est d’or.

    Ne reste qu’à s’abreuver de sa muse.

    C’est qui la tienne?

    All is well et j’me crisse du reste.

    J’aime. Parfois inspiré,
    parfois pas,
    pourquoi pas.

    Flat ou pétillant; j’m’en crisse,
    t’es là, chu là,
    et ce qui doit arriver
    arrivera au bon moment.

    Marci J.P.

    Le fruit mûr tombe de lui-même.

    Je vois les feux en Amazonie
    et je le feu au cul.

    Je vois Greta faire les nouvelles
    et j’ai le feu au coeur.

    La musique néo-rétro
    est du 2010’s qui fait du 1960’s

    et il y a la tradition et la révolution,
    du zen, du neo-sannyas, du neo-advaita.

    Est-ce que la fraîcheur est dans la mode
    ou dans ce qui perdure ou …

    dans le trou?

    Ton texte m’invite dans les mailles du filet
    moé je tombe…

    …Marci

    (Wooooooooooooooooooooooo)

    .:.

    Feu Anandgyan

    (Pas RIP encore mais j’essaie)

    Répondre
    1. Anandgyan

      Pardonnez-moi les erreurs grammaticales,
      et comme précision;
      le phoque est Michel Rivard
      et l’otarie est Amala

      et j’assume mon coté irrationnel.

      Répondre
      1. Samano

        FEU Anandgyan ??? Mais tu es en Feu ! Tu es le feu !
         » Vous êtes emprisonné dans la grâce cher ami  »
        On ne peut pas mieux dire !

  2. Prashanti

    Oh ! monsieur Foster vous êtes un sage …
    Pour ce qui est de notre ami Anand… vos précisions me sont utiles et votre humour bien crue me fait rire.
    Que le brasier continue .
    Merci à vous tous.

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s