facilement l’impossible

72462991_10158824031530828_1187890230682714112_n.jpg

••• les zultimes chroniques – 8/11/19

ce matin peu de mots m’habitent…

difficile de les trouver, difficile de les laisser sortir… alors un peu de temps…

mais pas impossible…

mais ça demandera un peu plus que du temps ce matin…

ça demandera de la persévérance, du risque, de l’audace de dire ce qui ne veut pas nécessairement sortir pour écrire ce qui veut se dire… ou pas…

ce matin, je pourrais passer tout droit et passer mon tour, ne pas écrire, ne rien dire… faire chronique basse… mausus de bouche cousue… et doigts immobiles…

je pourrais me taire et laisser passer la vie tout droit devant et en moi… m’éclipser, demeurer invisible et inaudible… être l’homme indicible… et invisible, en couleurs…

mais alors vous ne seriez pas ici, à lire ces mots en ce moment même…

ces mots qui nous unissent, ces mots qui nous font nous croiser sur cet écran parfois ou à chaque matin… car vous êtes quelques-un(e)s à être ici quotidiennement… et d’autres à l’occasion… avec ces mots…

quelques mots matinaux pour entamer ma journée, qui donne vie à votre regard maintenant… mes mots qui vous amènent ici… oh ! rien de grandiose dans ces mots, que votre regard qui se portent sur eux… connection anonyme… car sans votre regard, ces mots n’existent pas…

ce matin, comme chaque matin en fait, j’écris sans savoir vraiment ce que je dirai, et vous, vous lisez sans savoir ce que vous lirez next… un mot à la fois… alors vous et moi, dans la même aventure humaine… via ces mots en ce moment…

car vous et moi, same same.., moi j’écris, toi tu lis… qui lit qui lit qui lit… mots chatouilleux…

aucune prétention dans ces chroniques… rien à accomplir en fait… même pas difficile alors… qu’un peu de temps requis pour taper des bribes débridées… un peu de temps pour tenter de dire l’indicible…

couler entre les mots, lire entre les lignes…

mais pour communiquer l’essentiel, plus sera requis…

qu’un simple exercice ces chroniques matinales, un yoga quotidien, un temps pour moi, moi et mon clavier… vers vous, vos yeux et votre coeur… avec un feu qui crépite et réchauffe le home, un café qui réveille, et la lumière du jour qui apparait tout doucement…

et tout doucement, tout blanc dehors… nous sommes passés de noir à blanc, du noir au blanc… et voilà l’hiver revenu et installé… dehors novembre…

tenter de dire l’indicible, transmettre l’impossible… en ce novembre dedans aussi…

alors, voilà, un peu de temps partagé vous et moi… facile non ?

mais davantage sera requis car nous visons l’impossible vous et moi…

alors un peu plus sera requis…

je vous laisse déterminer l’impossible…

 

3 réflexions au sujet de « facilement l’impossible »

  1. Samano

    OUI nous visons l’impossible, l’indicible, l’exaltant, la rencontre des rencontres, nous visons l’extase de vivre et même celle de mourir. La rencontre ultime, la rencontre sublime !

    Répondre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s